NoCopy.net

Y a-t-il un temps pour philosopher ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Si Dieu n'existait pas, tout serait permis ? L'homme peut-il se contenter de vivre en paix ... >>


Partager

Y a-t-il un temps pour philosopher ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Y a-t-il un temps pour philosopher ?



Publié le : 7/1/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Ce corrigé vous sera utile pour ces autres sujets voisins

Y a-t-il un temps pour philosopher ?
Zoom

Faut-il philosopher quand on est jeune, pour préparer sa vie, ou au soir de son existence, pour faire le bilan? La sagesse est un apprentissage et demande une capacité de détachement. Nul ne peut prétendre avoir déjà atteint la sagesse.

Une acception vulgaire du terme “ philosophie ” tend a en faire un principe recteur de l’action mais qui en est distinct, comme en retrait, hors du temps de l’agir, prolégomènes à l’acte, sorte de préface s’effaçant une fois l’engagement pratique entamé. Mais la philosophie toujours déjà est acte. Acte de pensée, certes, acte distinct d’autres activités parcellaires qui trouve dans l’effectivité de la matière du monde le lieu de leur accomplissement, de leur réalisation et leur finalité. Mais si le philosopher peut être compris comme une activité extérieure à l’effectivité pratique, si le philosopher semble s’extraire de toute relation de causalité finalisée, étant à lui-même sa propre fin – finalité endogène ou autotélicité, le problème du temps à sa disposition se pose dès ses fondements. N’est pas déjà avec la mort de Socrate, lui qui ingurgite le poison (pharmakon) sachant que le remède (pharmakon) divin du savoir est gage du salut de son âme, que s’offre la possibilité d’un terme à la philosophie, la possibilité d’arrêter de philosopher pour agir, s’exiler de la cité en abdiquant sa foi en la philosophie ? Y a-t-il un temps pour philosopher distinct et comme exclusif de celui de la fuite, de la fuite pour sauver sa chair et vivre dans le monde selon le bon sens de l’homme commun ?

Vouloir ainsi déterminer le temps de la philosophie, assigner des limites à la pertinence pragmatique de sa pratique, engage à raisonner sur le lieu du déploiement de l’activité philosophique. Qu’est-ce alors que philosopher ?

 



Ainsi dans la réflexion du philosopher, le philosophe se saisit dans sa finitude par contraste avec l'éternité des concepts auxquels il aspire. Philosopher apprend à se savoir mortel. Et si philosopher est apprendre à se savoir mortel, le temps de la philosophie est la condition de possibilité du temps réel et matériel de l'homme fini, parce que dans le mouvement d'élévation de la philosophie tendant à l'eidos se révèle l'infinie différence qui me détermine comme appartenant au monde du devenir. Il y a un temps pour philosopher, et ce temps est celui par lequel le sujet philosophant s'ouvre au monde en tant qu'il est dans le temps [Heidegger]. Le temps pour philosopher conditionne la possibilité du temps, la possibilité du devenir ; il est ce temps dont la finalité ne lui est pas extérieure comme une activité qui trouverait hors de soi la justification de son utilité, un temps qui est sa propre fin mais qui est au fondement de tous les autres temps mondains. III. Le temps de la philosophie Cette circularité autotélique du temps de la philosophie est la récapitulation du déploiement temporel du concept dans le monde du devenir. Et comme toute récapitulation, le temps de la philosophie est celui de l'après-coup rétrospectif : " l'oiseau de Minerve s'envole à la tombée de la nuit " [Hegel]. Ainsi le temps du philosopher se situe dans l'espace intermédiaire séparant le surgissement de l'événement dans son irrationalité (l'événement non encore informé par le concept) et la clôture dans le sens rationnel qu'est la récapitulation philosophique [E. Weil].


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Y a-t-il un temps pour philosopher ? Corrigé de 4636 mots (soit 7 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet "Y a-t-il un temps pour philosopher ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • Ilyes (Hors-ligne), le 05/11/2011 é 05H23.
  • Damien57606 (Hors-ligne), le 28/09/2010 é 28H07.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Y a-t-il un temps pour philosopher ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit