Un Texte De Théâtre Est-Il Suffisant En Lui-Même Pour Monter Un Spectacle De Théâtre ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Commentaire : J-J ROUSSEAU, Du contrat social ... Illusion Comique Acte 1 Scène 1 >>
Partager

Un Texte De Théâtre Est-Il Suffisant En Lui-Même Pour Monter Un Spectacle De Théâtre ?

Echange

Aperçu du corrigé : Un Texte De Théâtre Est-Il Suffisant En Lui-Même Pour Monter Un Spectacle De Théâtre ?



Document transmis par : angeela41745


Publié le : 5/12/2010 -Format: Document en format HTML protégé

Un Texte De Théâtre Est-Il Suffisant En Lui-Même Pour Monter Un Spectacle De Théâtre ?
Zoom

Introduction : 

Le théâtre est d'abord un spectacle, une performance éphémère, la prestation de comédiens devant des spectateurs qui regardent un travail dans un décors particulier. Il occupe une place particulière parmi les genres littéraires et son caractère propre rend complexe la manière d'aborder le texte. Il s'agit en effet d'une écriture destinée à une représentation. Mais peut-on représenter une pièce de théâtre rien qu'à partir de son texte ou manque-t-il des choses essentielles à sa représentation? Cette question fera tout l'objet de ce qui suit.

Nous verrons en premier lieu comment la représentation d'une pièce peut se faire seulement avec son texte, et en second lieu nous verrons que le texte n'est pas suffisant en lui-même pour monter un spectacle.

 

I.

Pour commencer, certains pensent que le texte suffit à monter à monter un spectacle. En effet, le texte est au cœur de la mise en scène et comporte des éléments essentiels qui se suffisent, car le texte est ce sur quoi ce fonde le théâtre. Tout texte de théâtre est porteur de l'idée que se fait l'auteur de la représentation au moment où il écrit.

Tout d'abord, les textes nous informent sur l'espace et le temps, le système énonciatif, la présence d'une action.  En effet, tous les éléments présent un livre sont le travail de l'auteur qui donne des indices sur la représentation scénique. Par exemple, quand on ouvre un livre de théâtre, on remarque tout de suite des éléments typographiques qui ne trompent pas. La présentation du texte informe le metteur en scène, car on y trouve des blancs, des espaces vides entre les répliques, qui indiquent le temps qui passe, des changements de lieux (de décors), où encore, la possibilité d'une intervention extérieure. Le découpement du texte théâtral s'accomplit en fonction de l'utilisation scénique que l'on peut en faire. L'auteur organise son écriture, utilise des scansions typographiques comme marqueurs spatio-temporels, prévoit de faire entrer ou sortir des personnages. Donc sans cela aucune pièce ne pourrait être représentée, et le metteur en scène n'a donc qu'à représenter le travail que l'auteur a déjà accomplit.

Ensuite, les personnages présentés dans un texte théâtral son propre à eux-mêmes, et son donc fidèle à l'image que l'auteur veut nous en donner. Aussi, même s'ils ne sont pas accompagnés d'une description complète comme dans les romans, ils sont tout de même faciles à cerner par leurs actions, le langage qu'ils utilisent et leur façon de parler. Même dans les cas où il y a une absence de didascalies, le metteur en scène peut donc apprendre à connaître les différents personnages rien qu'avec les information données par le texte.

Enfin, en complément des informations présentes uniquement dans les répliques, l'auteur à la possibilité d'y intégrer des didascalies qui servent à orienter le metteur en sc&eg...



Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Pour pouvoir consulter gratuitement ce document et

TOUCHER DES DROITS D'AUTEUR

Vous disposez de documents dont vous êtes l'auteur ?

monnaie-euro-00008Publiez-les et gagnez 1 euro à chaque consultation.
Le site devoir-de-philosophie.com vous offre le meilleur taux de reversement dans la monétisation de vos devoirs et autres rapports de stage.
Le site accepte tous les documents dans toutes les matières (philosophie, littérature, droit, histoire-géographie, psychologie, etc.).

N'hésitez pas à nous envoyer vos documents.

, nous vous prions tout simplement de faire don d'un document pour le site en cliquant sur le boutton ci-dessous :




Le corrigé du sujet "Un Texte De Théâtre Est-Il Suffisant En Lui-Même Pour Monter Un Spectacle De Théâtre ?" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Ex : le personnage d'Arnolphe, méchant homme qui élève sa pupille et future femme Agnès de façon la plus stupide afin de ne pas devenir un « cocu ». Pas sympathique : seul à la fin de la pièce, Agnès est heureuse avec un autre. Après les romantiques, des metteurs en scène ont plaint Arnolphe et l'ont rendu plus pathétique que méchant. III- Les limites de la mise en scène L e texte théâtral a cette capacité à n'être jamais le même : suivant les acteurs et les metteurs en scène, le spectacle est différent => l'approche du metteur en scène donne une vision nouvelle du texte, donne de la profondeur au texte. A - La qualité du texte revisité Qualité du texte renouvelé => le propre du chef d'œuvre littéraire est de permettre plusieurs interprétations. => on peut aller voir plusieurs fois la même pièce : ne sera jamais la même en fonction du metteur en scène. Il donne une version toujours renouvelée de la même pièce.

Ajouté par PROF

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

.1 Pour nous -(en Occident) le théâtre est une branche de la littérature, une sorte de variété sonore du langage, et si nous admettons une différence entre le texte parlé sur la scène et le texte lu par les yeux, si nous enfermons le théâtre dans les limites de ce qui apparaît entre les répliques, nous ne parvenons pas à séparer le théâtre de l'idée du texte réalisé., A. ARTAUD, le Théâtre et son double, p. 103.

Ajouté par webmaster

.1 Pour vaste que soit ce programme, il ne dépasse pas le théâtre lui-même, qui nous paraît s'identifier pour tout dire avec les forces de l'ancienne magie. Pratiquement, nous voulons ressusciter une idée du spectacle total, où le théâtre saura reprendre au cinéma, au music-hall, au cirque, et à la vie même, ce qui de tout temps lui a appartenu. Cette séparation entre le théâtre d'analyse et le monde plastique nous apparaissant comme une stupidité., A. ARTAUD, le Théâtre et son double, Idées/Gallimard, p. 122.

Ajouté par webmaster

Il y a dans un spectacle comme celui du théâtre Balinais quelque chose qui supprime l'amusement, ce côté de jeu artificiel inutile, de jeu d'un soir qui est la caractéristique de notre théâtre à nous., A. ARTAUD, le Théâtre et son double, «Sur le théâtre Balinais», Idées, Gallimard, p. 90.

Ajouté par webmaster

Nelly avait lu -Les Mouches qu'on se préparait à monter au théâtre Sarah-Bernhardt, aryanisé en théâtre de la Cité., Michel DÉON, les Vingt Ans du jeune homme vert, p. 269.

Ajouté par webmaster

Les méfaits du théâtre psychologique venu de Racine nous ont déshabitués de cette action immédiate et violente que le théâtre doit posséder., A. ARTAUD, le Théâtre et son double, Le théâtre et la cruauté, p. 29, Idées/Gallimard.

Ajouté par webmaster

(...) un théâtre qui soumet la mise en scène et la réalisation, c'est-à-dire tout ce qu'il y a en lui de spécifiquement théâtral, au texte, est un théâtre d'idiot, de fou, d'inverti, de grammairien, d'épicier, d'anti-poète et de positiviste, c'est-à-dire d'Occidental., A. ARTAUD, le Théâtre et son double, «La mise en scène et la métaphysique», Idées/Gall., p. 59.

Ajouté par webmaster

Brecht a voulu créer un théâtre (...) qui ne cherche plus à provoquer l'émotion, mais à développer l'esprit critique des spectateurs. D'abord par le texte même, qui doit être «épique» (...) ensuite par le travail du metteur en scène et de l'acteur sur lui-même : il ne doit pas s'identifier entièrement à son personnage, mais le juger, le critiquer, en observant un effet de -distanciation., Guy DUMUR, le Théâtre contemporain, -in Encycl. Pl., Hist. des spectacles, p. 1343.

Ajouté par webmaster

La merveille est qu'une sensation de richesse, de fantaisie, de généreuse prodigalité se dégage de ce spectacle réglé avec une minutie et une conscience affolantes., A. ARTAUD, le Théâtre et son double, Sur le théâtre balinais, Idées/Gallimard, p. 83.

Ajouté par webmaster

De la sorte doit tomber le côté distractif du théâtre qui raconte des histoires vécues et les raconte telles quelles, par une intervention d'un certain nombre d'éléments oubliés et qui devraient être la condition sine qua non de toute expression et même de toute image et de tout spectacle., A. ARTAUD, le Théâtre de la cruauté, -in OE. compl., t. IV, p. 319.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource précédenteRessource suivante

Un Texte De Théâtre Est-Il Suffisant En Lui-Même Pour Monter Un Spectacle De Théâtre ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo