NoCopy.net

Théorie et expérience (Cours de philosophie) ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La nation peut-elle procéder de l'Etat ? Cours de philosophie sur la notion de LIBERT ... >>
Partager

Théorie et expérience (Cours de philosophie) ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Théorie et expérience (Cours de philosophie) ?



Publié le : 26/3/2009 -Format: Document en format FLASH protégé

	Théorie et expérience (Cours de philosophie)	?
Zoom
  • théorie : Du grec theôria qui signifie procession, spectacle, action d'observer ce spectacle, spéculation. 1- Comme distincte de la pratique : conception rationnelle d'un certain état de faits, d'une activité ou d'une conduite, prenant en considération leur nature essentielle ou leur conformité à un idéal. La théorie pure n'est pas chargée de prendre en compte les applications d'un savoir ou d'un principe, mais elle peut donner naissance à des théories plus spécialement attachées à ces applications et qui trouvent en elle leurs fondements. Il est en général plus pertinent de considérer l'articulation de la théorie et de la pratique que leur coupure. - Spinoza, Traité politique, ch. 1, § 1 à 4. - Leibniz, Nouveaux Essais sur l'entendement humain, livre 4, ch. 6, § 9. - Kant, Théorie et pratique. 2- Du point de vue logique : système hypothético-déductif dans lequel théorèmes et conséquences sont dérivés de prémisses (axiomes, postulats, définitions, hypothèses) d'après des règles strictes et explicites. 3- Comme distincte de l'expérience : construction rationnelle et synthétique permettant de déduire d'un certain nombre de principes des lois qui expriment les propriétés des objets étudiés, ainsi que les relations des phénomènes à leurs causes ou conditions. Système formel pourvu d'une interprétation empirique, et non simple décalque de l'expérience, la théorie d'un ensemble délimité de phénomènes vise à la coordination des lois qui leur sont applicables. Différente d'une doctrine, elle est construite pour être systématiquement mise à l'épreuve, corrigée, complétée. Distincte d'un agrégat d'opinions, elle résulte d'une élaboration méthodique effectuée selon des règles explicites et, dans les sciences exactes, sur la base d'une formalisation mathématique. Sa fécondité est évaluée d'après sa capacité prévisionnelle et explicative. - Bernard, Introduction à l'étude de la médecine expérimentale, 1er partie, ch. 1 / 3e partie, ch. 1, 2e section. - Canguilhem, Leçon sur la méthode. 4- Par appauvrissement : spéculation plus ou moins éloignée des faits.
  • expérience : En philosophie, l'expérience est une connaissance acquise par le contact direct, par l'action directe d'un sujet sur un objet. Il s'agit donc de données concrètes et sensibles, à partir desquelles il est possible de construire une connaissance du monde. Cependant, si, pour la tradition empiriste, l'expérience est le fondement de toutes nos connaissances, pour les rationalistes, elle est peu fiable, voire mensongère, car donnée par les sens.
  • philosophie : La philosophie, selon Pythagore, auquel remonte le mot, ce n'est pas la sophia elle-même, science et sagesse à la fois, c'est seulement le désir, la recherche, l'amour (philo) de cette sophia. Seul le fanatique ou l'ignorance se veut propriétaire d'une certitude. Le philosophe est seulement le pèlerin de la vérité. Aujourd'hui, où la science constitue tout notre savoir et la technique, tout notre pouvoir, la philosophie apparaît comme une discipline réflexive. A partir du savoir scientifique, la visée philosophique se révèle comme réflexion critique sur les fondements de ce savoir. A partir du pouvoir technique, la sagesse, au sens moderne se présente comme une réflexion critique sur les conditions de ce pouvoir.

 

La théorie et l'expérience ne sont pas séparables dans les sciences du concret. Mais ce serait une erreur que d'assimiler connaissance et science de la nature. Les conditions de possibilité de l'expérience ne sont pas données par l'expérience. Il faut donc laisser une place à des connaissances a priori qui ne risquent pas d'être démenties par l'expérience.


Pour les empiristes, toute notre connaissance vient des sens. A l'origine, notre esprit est une tabula rasa (une table rase) qui, peu à peu, est imprégnée par les expériences que nous faisons dans notre vie. Notre esprit ne contient rien au départ, et nos sens nous transmettent tout ce qui sera l'objet immédiat de notre entendement. Ce sont toutes nos idées qui viennent des sens, mêmes les idées métaphysiques, même celle de Dieu.

 



■ Il faut distinguer ici deux significations du mot expérience :


1. Un savoir ou un savoir-faire acquis par la confrontation avec la réalité (expérience vécue) ou par l'exercice (l'expérience de l'artisan).
2. Une observation réfléchie de phénomènes déterminés : c'est l'expérience scientifique, que l'on nomme encore expérimentation. C'est à ce sens que l'on se réfère en mettant en relation l'expérience et la théorie, car l'expérience scientifique est indissociable d'une théorie.


■ Une théorie désigne un ensemble plus ou moins organisé d'idées, concernant un domaine particulier.


La question se pose de savoir ce qu'est une théorie scientifique : si on l'a longtemps considérée avec Claude Bernard comme une « hypothèse vérifiée après qu'elle a été soumise au contrôle du raisonnement et de la critique expérimentale », cette notion de vérification a été remise en question par K. Popper qui lui a préféré celle de falsification ou réfutabilité. Quoiqu'il en soit, la théorie renvoie à la question de la vérité.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Théorie et expérience (Cours de philosophie)	? Corrigé de 2990 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Théorie et expérience (Cours de philosophie) ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • Emma67507 (Hors-ligne), le 16/06/2010 à 16H13.
  • Laetitia58538 (Hors-ligne), le 19/02/2010 à 19H22.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    En effet, «des concepts sans matière sont vides» (Kant) c'est-à-dire que toute connaissance doit se rapporter à une expérience possible. En ce sens, la pratique est bien la justification de la théorie, dans la mesure où notre action sur les choses n'est efficace que si nous avons une vue juste des choses. Mais il ne faut oublier qu'il y a des idées fausses qui réussissent et que le succès dans l'action ne fait pas preuve. Ce qui fait la validité ou la valeur d'une théorie, c'est l'accord des esprits qu'elle est susceptible de réaliser, plus encore que les résultats qu'elle engendre. - C - Valeur des théories. Toute théorie est une hypothèse destinée à rendre compte de l'expérience et c'est pourquoi on peut dire avec Jaspers que « tout fait est déjà théorie» et avec Bachelard que «les théories de chaque génération deviennent les faits de la génération suivante» (on dit, par exemple, que c'est un fait que la terre tourne).

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    " En quelque ordre de phénomènes que ce puisse être, même envers les plus simples, aucune véritable observation n’est possible qu’autant qu’elle est primitivement dirigée et finalement interprétée par une théorie quelconque. " > Auguste Comte, Cours de philosophie positive

    Ajouté par webmaster

    " La notion philosophique d’expérience renvoie à une expérience pure qui n’est, à proprement parler, jamais expérimentée [car s’y mêle toujours l’activité de l’esprit] ; le mot expérience désigne l’élément non isolable de passivité qui semble présent en toute connaissance humaine. " > Ferdinand Alquié, L’expérience

    Ajouté par webmaster

    Le savant complet est celui qui embrasse à la fois la théorie et la pratique expérimentale : 1° il constate un fait; 2° à propos de ce fait, une idée naît dans son esprit; 3° en vue de cette idée, il raisonne, institue une expérience, en imagine et en réalise les conditions matérielles; 4° de cette expérience résultent de nouveaux phénomènes qu'il faut observer, et ainsi de suite., Cl. BERNARD, Introd. à l'étude de la médecine expérimentale, I, 1.

    Ajouté par webmaster

    Ainsi tous ceux qui ont réduit l'expérience à l'empirisme particulier de chaque praticien, c'est-à-dire à quelques connaissances insuffisantes, obscures, équivoques, séduisantes, dangereuses, n'ont pas compris que la véritable expérience, la seule digne de ce nom, est l'expérience générale qui résulte des découvertes physiques, chimiques, anatomiques et des observations particulières des médecins de tous les temps et de tous les pays; que cette expérience est renfermée dans la théorie (...), Encycl. (DIDEROT), art. -Empirisme.

    Ajouté par webmaster

    Nous pensons que la distinction essentielle -(entre observation et expérience) est ici celle de la signification singulière ou de la signification générale du fait perçu. Il y a observation (...) tant que l'on se borne à constater ce qui s'est passé tel jour, dans telles circonstances; il y a expérience (...) quand on observe en vue de savoir -ce qui se passe (...), LALANDE, Voc. de la philosophie.

    Ajouté par webmaster

    L'appréciation du degré d'exactitude d'une expérience exige, en premier lieu, qu'on apprécie l'acuité des sens de l'observateur. Pierre Duhem, la Théorie physique, son objet, sa structure

    Ajouté par webmaster

    L'appréciation du degré d'exactitude d'une expérience exige, en premier lieu, qu'on apprécie l'acuité des sens de l'observateur. Pierre Duhem, la Théorie physique, son objet, sa structure, ABU, la Bibliothèque universelle

    Ajouté par webmaster

    Les «deux gouttes d'eau» de la locution populaire ne sont identiques que si on ne leur demande pas autre chose que d'être des gouttes d'eau. Tous les objets de notre expérience sont dans le même cas, parfois identiques pour une expérience rapide et superficielle, c'est-à-dire identiques en apparence (...) mais seulement semblables si on les considère plus attentivement., EGGER, -in LALANDE, Voc. de la philosophie, art. -Identité.

    Ajouté par webmaster

    Le programme des cours, qu'il lut sur l'affiche, lui fit un effet d'étourdissement; cours d'anatomie, cours de pathologie, cours de physiologie, cours de pharmacie (...), FLAUBERT, MËmËe Bovary, I, I.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Théorie et expérience (Cours de philosophie) ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo