NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Faut-il reconnaître à l'homme une place parti ... Le vrai est-il toujours vraisemblable ? >>


Partager

Est-il toujours possible de faire la différence entre travail et divertissement ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Est-il toujours possible de faire la différence entre travail et divertissement ?



Publié le : 4/1/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Est-il toujours possible de faire la différence entre travail et divertissement ?
Zoom

Le travail a pour origine latine le mot tripalium qui signifie instrument de torture en latin. Il désigne communément une activité, physique ou intellectuelle, que l'on s'impose dans un but normalement utilitaire ou qui nous est imposée. Le travail, selon Marx, aliène l'homme et le dépossède de son identité au profit de l'objet qu'il fabrique et dans lequel il ne se reconnaît plus. Ainsi il s'opposerait naturellement aux termes de loisirs, d'amusement, de moments de détente. Cependant, l'activité du travail n'est-elle de nature que négative? Ne dit-on pas de quelqu'un de passionné par son emploi qu'il est « heureux au travail «?

         Le travail s'avère être irréductible à la notion de jeu, il s'apparente plutôt à la souffrance voire la contrainte nécessaire à la satisfaction des besoins. Cependant le travail n'est-il pas une action intelligente de l'homme pour dominer la Nature également ? Le travail, premier moment annonçant l'oeuvre pour Arendt, n'occupe-t-il pas l'homme? Car se divertir annonce l'action  de s'occuper l'esprit par des loisirs mais aussi par n'importe quelle autre action. L'homme, être mortel, ne trouve-t-il pas dans le travail le moyen d'échapper à la mort en se divertissant d'elle dans le sens pascalien du terme ? Ainsi le travail, d'après Kant serait le moyen d'attribuer un sens à l'existence humaine et de lui conférer un sens, l'homme qui travaille évite une vie absurde et par-là même évite l'ennui.

Il faudra donc pour traiter ce sujet déterminer clairement la notion d'aliénation au travail, l'homme ne peut échapper à l'objet de son travail, il s'objectivise dans son travail et se fond dans cette activité. Cependant, le travail est une activité caractéristique de l'homme, il est le seul à travailler parmi tous les animaux, plus même il échappe à la mort par ce biais. En effet l'autre caractéristique de l'homme est la prise de conscience de cette mort annoncée. Puisque nous sommes conscients de cette fin, en travaillant n'y échappons nous pas d'une certaine façon en l'éludant de notre conscience. Travailler, c'est se dépasser, travailler c'est sortir de notre être, enfin travailler n'est ce pas une façon de nous divertir de notre mort? Si les loisirs sont là pour nous divertir de la contrainte du travail, le travail n'est-il pas un moyen de nous divertir de l'ennui? Il faudra donc distinguer le travail comme aliénation à l'objet, comme labeur opposé au divertissement procuré par les jeux et les loisirs et le travail comme échappatoire de l'ennui, comme divertissement de la mort.

L'ennui est hautement insupportable à l'homme, parce qu'alors, l'absence de tout désir fait place à la considération de soi-même et à la conscience de sa vanité. Dès lors, on comprend que tout homme cherche à se divertir, c'est-à-dire à se détourner de la pensée affligeante de sa misère. Nos désirs, pour autant qu'ils nous portent à croire que leur réalisation nous rendrait heureux, sont l'instrument majeur de cette stratégie. L'imagination, qui institue des biens comme désirables, en est l'auxiliaire indispensable. La vérité du désir n'est donc pas dans son objet mais dans l'agitation qu'il excite : « nous ne recherchons jamais les choses mais la recherche des choses « (773). Mais le divertissement n'est qu'un cache-misère. Préférable à l'accablement de l'ennui, il s'avère sur le fond tout aussi nuisible. Faire obstacle à la considération de sa misère, c'est se priver des moyens de la dépasser.

 




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 4345 mots (soit 6 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet "Est-il toujours possible de faire la différence entre travail et divertissement ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • Schiltorn-252483 (Hors-ligne), le 16/01/2015 é 16H23.
  • sk0r_p10n (Hors-ligne), le 22/01/2012 é 22H16.
  • Gogotte355 (Hors-ligne), le 22/01/2012 é 22H13.
  • gooloons (Hors-ligne), le 15/01/2012 é 15H18.
  • Maud11 (Hors-ligne), le 14/01/2012 é 14H15.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit