NoCopy.net

Tous les désirs sont-ils dans la nature humaine ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Tolérance et scepticisme ? Tous les échanges sont-ils "donnant-donnant" ... >>
Partager

Tous les désirs sont-ils dans la nature humaine ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Tous les désirs sont-ils dans la nature humaine ?



Publié le : 27/2/2005 -Format: Document en format FLASH protégé

	Tous les désirs sont-ils dans la nature humaine 	?
Zoom
  • tout : La totalité sans exception.
  • désir : Ensemble des phénomènes organiques et psychologiques qui me poussent à posséder un objet en vue d'en tirer plaisir. Cet objet peut être matériel ou non.
  • dans quelle mesure : Jusqu'à quel degré, jusqu'à quel point.
  • nature : 1° L'inné par opposition à l'acquis (nature opposée à culture, ou chez les anthropologues anglo-saxons nature opposée à nurture); 2° Essence, ensemble des propriétés qui caractérisent un objet ou un être (la nature de l'homme par exemple); 3° L'ensemble des phénomènes matériels, liés entre eux par des lois scientifiques. En ce sens, le naturel peut s'opposer au surnaturel qui désigne une intervention transcendante de la divinité; 4° Spinoza distingue la nature naturante, c'est-à-dire la substance infinie et la nature naturée, les divers modes par lesquels s'exprime cette substance. Le mot nature est ambigu. Le naturalisme du xviiie siècle par exemple est contradictoire. D'une part son épistémologie réduit la nature à un mécanisme (des faits soumis à des lois nécessaires) indifférent aux valeurs humaines. D'autre part, sa morale prétend se fonder sur la nature, c'est-à-dire sur des tendances spontanées, supposées bonnes; la nature devient alors la Mère-Nature, une sorte de providence bienveillante.
  • humain : Sens 1: Personne humaine. Synonyme: individu. Sens 2: Qui a trait à l'homme. Sens 3: Sensible, compréhensif. Synonyme: accessible.

On se rappelle l’idée fondamentale de Spinoza selon laquelle le désir est l’essence de l’homme : « Toute chose s’efforce (autant qu’il est en son pouvoir) de persévérer dans son être » (Ethique, L. III). On comprend par là même que le désir constitue fondamentalement l’être de toute chose. Cependant, on verra dans le désir une marque véritablement humaine, en ce sens que seul l’homme est conscient de ses désirs, à la différence de l’animal par exemple dont l’appétit n’a pas conscience de lui-même. Ainsi l’homme est un être de désir. Par lui, il s’ouvre au possible, à la réalité en tant qu’il y prend part de manière partielle ou totale. Il est par conséquent de l’ordre de la nature humaine d’être en perpétuel dialogue avec le désir, inhérent à l’existence qui ne souffre que pour autant qu’elle reste en quête de sa satisfaction. Ainsi, le désir est-il le moteur essentiel en l’homme vers une compréhension toujours plus claire de l’essence absolue, ou l’ancre-t-il à jamais au point douloureux de sa misérable condition ?  

 

 



Il n'y a pas d'expérience du bonheur, il ne peut y en avoir. C'est que le bonheur, explique Schopenhauer, n'est rien de positif, rien de réel : il n'est que l'absence de la souffrance, et une absence n'est rien : « La satisfaction, le bonheur, comme l'appellent les hommes, n'est au propre et dans son essence rien que de négatif... Le désir, en effet, la privation, est la condition préliminaire de toute jouissance. Or avec la satisfaction cesse le désir, et par conséquent la jouissance aussi » (IV, 58). Le désir s'abolit dans sa satisfaction, et le bonheur se perd dans ce plaisir. Il manque donc toujours (souffrance), même quand il ne manque plus (ennui). Il n'existe qu'en imagination : tout bonheur est d'espérance ; toute vie, de déception. Ainsi « l'inquiétude d'une volonté toujours exigeante, sous quelque forme qu'elle se manifeste, emplit et trouble sans cesse la conscience ; or sans repos le véritable bonheur est impossible. Ainsi le sujet du vouloir ressemble à Ixion, attaché sur une roue qui ne cesse de tourner, aux Danaïdes qui puisent toujours pour emplir leur tonneau, à Tantale éternellement altéré » (Schopenhauer, Le monde).   Conclusion        Mis à l'écart des conceptions inessentielles, le désir reste la trace en l'homme d'une possibilité d'ouverture fondamentale à l'être pur.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Tous les désirs sont-ils dans la nature humaine 	? Corrigé de 1479 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Tous les désirs sont-ils dans la nature humaine ?" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

« Telle est cette liberté humaine que tous se vantent de posséder et qui consiste en cela seul que les hommes sont conscients de leurs désirs et ignorants des causes qui les déterminent. » Spinoza, Lettre à Schuller, 1674.

Ajouté par webmaster

« Telle est cette liberté humaine que tous se vantent de posséder et qui consiste en cela seul que les hommes sont conscients de leurs désirs et ignorants des causes qui les déterminent. » Spinoza, Lettre à Schuller, 1674.

Ajouté par webmaster

« Telle est cette liberté humaine que tous se vantent de posséder et qui consiste en cela seul que les hommes sont conscients de leurs désirs et ignorants des causes qui les déterminent. » Spinoza, Lettre à Schuller, 1674.

Ajouté par webmaster

La convoitise, la cupidité et l'avidité sont de ces mauvais désirs qui ont pour principe la concupiscence. Ils sont définis tous les trois de même par l'Académie : désirs immodérés. Ils ont pour but immédiat, non pas la jouissance, le plaisir, mais l'acquisition des choses qui les procurent. Ils marquent l'envie d'avoir (...) Ce qui distingue la cupidité, c'est son ardeur, sa violence., LAFAYE, Dict. des synonymes, p. 455.

Ajouté par webmaster

LA NATURE ET L'ARTIFICE "Parmi les êtres, les uns sont par nature, les autres par d'autres causes ; par nature, les animaux et leurs parties, les plantes et les corps simples, comme terre, feu, air, eau ; ce sont des choses, en effet, et des autres de même sorte, on dit qu'elles sont par nature." Aristote, Physique, 384-322 av. J.-C.

Ajouté par webmaster

Blaise PASCAL / Pensées / OEuvres complètes / Bibliothèque de la Pléiade / nrf Gallimard 1954 « La nature nous rendant toujours malheureux en tous états, nos désirs nous figurent un état heureux, parce qu’ils joignent à l’état où nous sommes les plaisirs de l’état où nous ne sommes pas ; et, quand nous arriverions à ces plaisirs, nous ne serions pas heureux pour cela, parce que nous aurions d’autres désirs conformes à ce nouvel état. »

Ajouté par webmaster

Le fanatisme et les contradictions sont l'apanage de la nature humaine., VOLTAIRE, Essai sur les moeurs, Inde.

Ajouté par webmaster

La distinction n'aurait de sens (et c'est là l'hypothèse qui est à son origine) que si l'on pouvait dissocier en l'homme ce qui relève des sociétés particulières dans lesquelles il vit et ce qui constitue la nature humaine universelle. Bien entendu de nombreux esprits demeurent attachés à une telle distinction avec une tendance à opposer l'inné à ce qui est acquis sous l'influence des milieux physiques ou sociaux, la «nature humaine» reposant ainsi sur l'ensemble des caractères héréditaires., J. PIAGET, Épistémologie des sciences de l'homme, p. 16.

Ajouté par webmaster

Les hommes, dans leurs travaux, ne font rien de beau que par imitation. Tous les vrais modèles du goût sont dans la nature. Plus nous nous éloignons du maître, plus nos tableaux sont défigurés., ROUSSEAU, Émile, IV.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource précédenteRessource suivante

Tous les désirs sont-ils dans la nature humaine ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo