NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Tolérance et scepticisme ? Tous les échanges sont-ils "donnant-donnant" ... >>


Partager

Tous les désirs sont-ils dans la nature humaine ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Tous les désirs sont-ils dans la nature humaine ?



Publié le : 27/2/2005 -Format: Document en format FLASH protégé

	Tous les désirs sont-ils dans la nature humaine 	?
Zoom

On se rappelle l’idée fondamentale de Spinoza selon laquelle le désir est l’essence de l’homme : « Toute chose s’efforce (autant qu’il est en son pouvoir) de persévérer dans son être « (Ethique, L. III). On comprend par là même que le désir constitue fondamentalement l’être de toute chose. Cependant, on verra dans le désir une marque véritablement humaine, en ce sens que seul l’homme est conscient de ses désirs, à la différence de l’animal par exemple dont l’appétit n’a pas conscience de lui-même. Ainsi l’homme est un être de désir. Par lui, il s’ouvre au possible, à la réalité en tant qu’il y prend part de manière partielle ou totale. Il est par conséquent de l’ordre de la nature humaine d’être en perpétuel dialogue avec le désir, inhérent à l’existence qui ne souffre que pour autant qu’elle reste en quête de sa satisfaction. Ainsi, le désir est-il le moteur essentiel en l’homme vers une compréhension toujours plus claire de l’essence absolue, ou l’ancre-t-il à jamais au point douloureux de sa misérable condition ?  

 

 



Il n'y a pas d'expérience du bonheur, il ne peut y en avoir. C'est que le bonheur, explique Schopenhauer, n'est rien de positif, rien de réel : il n'est que l'absence de la souffrance, et une absence n'est rien : « La satisfaction, le bonheur, comme l'appellent les hommes, n'est au propre et dans son essence rien que de négatif... Le désir, en effet, la privation, est la condition préliminaire de toute jouissance. Or avec la satisfaction cesse le désir, et par conséquent la jouissance aussi » (IV, 58). Le désir s'abolit dans sa satisfaction, et le bonheur se perd dans ce plaisir. Il manque donc toujours (souffrance), même quand il ne manque plus (ennui). Il n'existe qu'en imagination : tout bonheur est d'espérance ; toute vie, de déception. Ainsi « l'inquiétude d'une volonté toujours exigeante, sous quelque forme qu'elle se manifeste, emplit et trouble sans cesse la conscience ; or sans repos le véritable bonheur est impossible. Ainsi le sujet du vouloir ressemble à Ixion, attaché sur une roue qui ne cesse de tourner, aux Danaïdes qui puisent toujours pour emplir leur tonneau, à Tantale éternellement altéré » (Schopenhauer, Le monde).   Conclusion        Mis à l'écart des conceptions inessentielles, le désir reste la trace en l'homme d'une possibilité d'ouverture fondamentale à l'être pur.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1479 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Tous les désirs sont-ils dans la nature humaine ?" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource précédenteRessource suivante

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit