Toute force est-elle violence ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< L'histoire ne raconte-t-elle que des "histoir ... L'individu doit-il avoir peur de l'État ? >>


Partager

Toute force est-elle violence ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Toute force est-elle violence ?



Publié le : 1/1/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Le langage courant confond bien souvent ces deux concepts. Ils sont pourtant bien différents. Votre première tâche est donc d'en chercher les dissemblances.

Remarquez d'abord que la force est une notion physique : c'est la capacité que possède un être d'exercer une action sur une chose ou sur une personne.

La notion de « violence « appartient, elle, à la sphère de la vie humaine. L'attraction qu'exerce l'aimant sur le métal, ou la pression exercée sur mes mains par un jet d'eau peuvent être fortes ou puissantes, elles ne sont jamais violentes, si ce n'est métaphoriquement. La violence est, au contraire, une notion connotée moralement. Elle est une contrainte illégitime, une brutalité injuste.
Sans doute peut-on paradoxalement trouver, au fond de la violence, un aveu de faiblesse. Devenir violent est bien souvent le signe d'une incapacité à imposer ses volontés grâce à la persuasion, à la séduction ou au raisonnement. La violence apparaîtrait presque comme le contraire de la force, sûre, quant à elle, de son pouvoir et de ses effets.

Mais lorsqu'on considère la force dans le contexte de l'action humaine, on constate que la force n'est jamais très loin de la violence. Cela est montré par de nombreuses expressions qui dénotent des activités concrètes : du travail « forcé «, en passant par les « forces « armées, il semble clair que la force a quelque rapport avec la violence.

De même concernant la notion physique : s'il ne subissait aucune force, selon la théorie de Newton, un corps poursuivrait sa course en ligne droite de manière continue. Une force, telle que la force d'attraction, ne fait-elle pas en un sens « violence « à cet état de chose ? On l'a présenté : il s'agit sans doute d'un usage métaphorique de la violence. Mais d'où la métaphore tire-t-elle sa légitimité ? N'y a-t-il pas, effectivement, dans les actions humaines, une dimension violente qui sous-tend toute expression de la force ?

Ainsi, il faut donc s'interroger quant au fait de savoir si, d'une manière ou d'une autre, une dimension de violence n'entre pas nécessairement dans la définition de la force.

 Pour savoir à quel point force et violence sont liés, on peut aussi retourner la situation : toute violence n'est-elle pas une forme d'usage de la force ? Peut-être est-il possible de mettre à jour quelque chose comme une identité entre la force et la violence. Il y a en tout cas, entre force et violence, sans doute quelque chose comme un rapport.



Il y a en tout cas, entre force et violence, sans doute quelque chose comme un rapport. PREMIÈRE PARTIE : La force est une forme de violence. Le pouvoir et les effets de la force ne sont-ils pas toujours d'ordre violent ? Pour commencer, on peut s'interroger sur des expressions courantes : -          Passer en force (en notamment toutes les formes de « passage en force » sanctionnés dans le sport, dans le basket-ball ou le handball, par exemple) -          Envoyer les forces militaires, et tout ce qui consiste à « employer la force » -          Travail forcé -          Etc. Il semble que la force suppose soit la possibilité, soit l'effectivité de la violence. Quelle définition de la force, comprenant un lien avec la violence, peut-on tirer de ces exemples ?   Il semble que le simple fait de faire démonstration de sa force se présente sous forme de violence ; c'est ce que l'on retrouve dans ces expressions. Si vous êtes familiarisés avec le sport, n'hésitez pas à prendre l'exemple du passage en force : on estime qu'un joueur est passé en force en observant une forme de violence dans son comportement. Un passage en force s'observe et se constate notamment dans celui qui subit la passage en force. Vous pouvez aussi développer l'exemple du travail forcé, qui montre un passage entre force et violence.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Toute force est-elle violence ? Corrigé de 3031 mots (soit 5 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet "Toute force est-elle violence ?" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
Corrigé consulté par :
  • lettresetlangues-268 (Hors-ligne), le 13/12/2015 é 13H10.
  • creola972-254254 (Hors-ligne), le 22/03/2015 é 22H01.
  • jojo-253151 (Hors-ligne), le 25/01/2015 é 25H18.
  • lolo9477 (Hors-ligne), le 19/03/2012 é 19H22.
  • Helene34247 (Hors-ligne), le 25/05/2009 é 25H15.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Toute force est-elle violence ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit