Toutes nos idées ne viennent-elles que des sensations ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Le christianisme est-il raisonnable ? La liberté de religion est-elle légitime ? >>
Partager

Toutes nos idées ne viennent-elles que des sensations ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Toutes nos idées ne viennent-elles que des sensations ?



Publié le : 17/3/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Toutes nos idées ne viennent-elles que des sensations ?
Zoom
  • tout : La totalité sans exception.
  • idée : Parfois synonyme de représentation mentale, parfois de concept (idée générale et abstraite); dans le platonisme, et avec un I majuscule, les Idées sont les modèles des choses, existant en soi, que l'âme contemplait avant son incarnation. Nous fabriquons les concepts, nous contemplons les Idées.

Les idées qui correspondent à une réalité sont transmises à l'esprit par les sens. tant qu'on ne s'interroge pas sur la nature et l'origine des idées, on se fie à une évidence subjective et trompeuse.

MAIS...

Toutes nos connaissances viennent sans doute de l'expérience. Mais, l'esprit n'est pas totalement passif. La raison y met de l'ordre en les unifiant (Kant). De plus, l'esprit peut produire des idées en réfléchissant sur elle-même. Il s'agit d'idées innées indépendantes de toutes sensations (Descartes).



Dès l'incipit de son ouvrage (L. I, ch.1), la sentence est sans appel : les idées sont des perceptions de l'esprit et elles ne diffèrent des impressions sensibles que par « le degré de force et de vivacité avec lequel elles frappent l'esprit et se frayent un chemin dans notre pensée ou notre conscience ». Ainsi la différence entre les idées et les impressions n'est pas une différence de nature mais de degré ; l'idées n'étant pas radicalement distincte des sensations, on peut donc dire que toute idée vient des sens : l'impression est première ou originaire (rien ne vient avant), l'idée en est la copie (elle ne peut avoir pour origine que l'impression).            

Mais alors, comment se produit ce passage des sens à l'idée ?

Enjeu : préciser « venir de... » ; cela signifie-t-il transformation ou seulement représentation ? N'y a-t-il pas autre chose que les sens qui intervient dans la production d'une idée ? Car comment expliquer que je puisse avoir l'idée d'une montagne d'or, d'un centaure alors que celle-ci ne semblent en aucun cas copier une impression correspondante  

b)     Simplicité et complexité Les idées de montagnes d'or ou de la cité merveilleuse d'une nouvelle Jérusalem, sont bien sûr en décalage avec les impressions. Cependant, pour résoudre cette difficulté, Hume émet une 2nde distinction : il faut faire la différence entre simplicité et complexité.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Toutes nos idées ne viennent-elles que des sensations ? Corrigé de 1607 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Toutes nos idées ne viennent-elles que des sensations ?" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Le souvenir d'une odeur agréable, s'il a lieu en un moment où la statue est désagréablement affectée, est un besoin et la tendance qui en dérive, un désir. Si le désir domine le besoin, nous avons affaire à une passion: amour et haine, espérance et crainte naissent de cette manière. Voilà notre statue tout à fait prête à courir le guilledou. Lorsque la statue a atteint l'objet de son désir et que l'expérience du désir satisfait induit l'habitude de juger qu'elle ne rencontrera aucun obstacle à ses désirs, le désir débouche alors sur le vouloir, qui n'est rien d'autre qu'un désir accompagné de l'idée que l'objet désiré est en notre pouvoir.

Ajouté par PROF

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Je ne prévoyais pas que j'aurais des idées; elles viennent quand il leur plaît, non quand il me plaît. Elles ne viennent point, ou elles viennent en foule (...), ROUSSEAU, les Confessions, IV.

Ajouté par webmaster

Toutes nos connaissances viennent des sensations., CONDILLAC, Traité des sensations.

Ajouté par webmaster

On appelle, dans la philosophie allemande, idées -subjectives celles qui naissent de la nature de notre intelligence et de ses facultés et idées -objectives toutes celles qui sont excitées par les sensations., MËmËe DE STAëL, De l'Allemagne, II, VI.

Ajouté par webmaster

On a dit souvent, et d'une manière bien vague, que toutes les sensations pouvaient se réduire à celles du toucher, sens général répandu dans toutes les parties où viennent aboutir les extrémités nerveuses qui sont censées rayonner du cerveau comme de leur centre unique., MAINE DE BIRAN, Du physique et du moral de l'homme, II, III.

Ajouté par webmaster

Nos sensations sont purement passives, au lieu que toutes nos perceptions ou idées naissent d'un principe actif qui juge., ROUSSEAU, Émile, II.

Ajouté par webmaster

On dit qu'en vieillissant nos sensations s'affaiblissent. Peut-être, mais elles s'accompagnent de l'écho de sensations plus anciennes, comme ces grandes chanteuses un peu vieilles dont un choeur invisible renforce la voix affaiblie., PROUST, Jean Santeuil, Pl., p. 476.

Ajouté par webmaster

(...) les araignées viennent regarder elles se laissent filer du plafond, elles gafent ... et zzz! elles se renroulent..., CÉLINE, Nord, p. 150.

Ajouté par webmaster

Est-il bien difficile (...) de voir que nos idées ne viennent que par les sens (...) Dès lors, ne voit-on pas que les abstractions ne peuvent jamais devenir des principes d'existence ni de connaissances réelles, qu'au contraire ces connaissances ne peuvent venir que des résultats de nos sensations comparées, ordonnées et suivies, que ces résultats sont ce qui s'appelle l'expérience, source unique de toute science réelle, que l'emploi de tout autre principe est un abus (...)?, BUFFON, Hist. des animaux, V, OE., t. I, p. 467.

Ajouté par webmaster

Le malaise des besoins s'exprime par des signes quand le secours d'autrui est nécessaire pour y pourvoir : de là les cris des enfants. Ils pleurent beaucoup; cela doit être. Puisque toutes leurs sensations sont affectives, quand elles sont agréables, ils en jouissent en silence; quand elles sont pénibles, ils le disent dans leur langage, et demandent du soulagement., ROUSSEAU, Émile, I.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource précédenteRessource suivante

Toutes nos idées ne viennent-elles que des sensations ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo