Travail et liberté ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Travail et nature ? Travail et finalité ? >>
Partager

Travail et liberté ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Travail et liberté ?



Publié le : 9/4/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Travail et liberté ?
Zoom
  • division du travail : Principe fondamental des sociétés industrielles selon Adam Smith. Désigne la répartition entre ses différents membres des tâches nécessaires au fonctionnement de la société.
  • liberté : Ce mot, en philosophie a trois sens : 1° Libre arbitre. Pouvoir mystérieux de choisir entre les motifs qui me sollicitent sans être déterminé par aucun d'eux. 2° Liberté de spontanéité. S'oppose non plus au déterminisme mais à la contrainte : état de celui qui agit sans être contraint par une force extérieure. 3° Liberté du sage. État de celui qui est délivré des passions et agit à la lumière de la raison.

Demander si travail et liberté sont compatibles, c'est demander s'ils peuvent coexister, ou si l'un n'exclut pas l'autre par définition.
 Or la liberté est d'abord l'absence de contraintes extérieures, mais le travail n'est-il pas en lui-même une contrainte, une servitude?
 Pourquoi, alors? Ou bien les contraintes ne tiennent-elles qu'aux conditions concrètes du travail? N'est-il pas en fait impossible de s'y soustraire?
 Dans l'hypothèse inverse, le travail serait une activité témoignant d'un pouvoir de l'homme, voire ajoutant à son pouvoir. De quel pouvoir
 s'agirait-il alors?
 



Le profit, c'est la différence entre la valeur d'usage et la valeur d'échange.Le travail que produit l'ouvrier est un travail concret, au sens où il produit des biens dont on peut se servir : son travail, comme travail concret, est donc créateur de valeur d'usage. Mais, ce n'est pas sous ce rapport que son travail est pris en compte : l'objet intéresse le capitaliste en ce qu'il a une valeur d'échange : la division du travail et le salariat transforment donc le travail du salarié de travail concret en travail abstrait.  Le travailleur est donc aliéné d'abord en ce qu'il est dépossédé de l'objet de son travail, et de ce qui lui permet l'objectivation : privé de l'effet en retour de son travail sur lui-même, le travailleur n'est plus libéré par son travail, mais au contraire son travail l'aliène.Mais le travailleur est aliéné en un second sens : le passage de l'outil à la machine lui fait perdre la maîtrise de la technique. De moyen de ruser avec la nature pour se libérer, la technique devient ici un facteur d'aliénation, de perte de liberté. Dans le passage des métiers, des ateliers, du compagnonnage et des confréries au machinisme industriel, le travailleur perd la maîtrise de l'ensemble du processus et de l'ensemble des moyens techniques : devenu parcellaire, son travail ne maîtrise plus la machine mais au contraire se trouve maîtrisé par elle : « Dans la manufacture et le métier, l'ouvrier se sert de son outil ; dans la fabrique il sert la machine », ajoute Marx.Dans le travail social, la technique prive l'homme de la jouissance de la communication et du choc en retour, cad des moyens de sa libération. Pourtant, la machine sans sa valorisation par l'homme n'est que du « travail mort » : mais le travail vivant auquel sa valorisation par l'homme donne lieu n'a plus rien de libérateur. Hegel le prophétisait déjà en quelque sorte : « enfin l'abstraction de la production fait le travail toujours plus mécanique et à la fin, il est possible que l'homme en soit exclu et que la machine remplace l'homme » ( « PPD » $198).




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Travail et liberté ?
Corrigé de 3581 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Travail et liberté ? " a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • didineee (Hors-ligne), le 01/04/2012 à 01H08.
  • Marie0josee24021 (Hors-ligne), le 08/02/2010 à 08H10.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Le premier des droits de l'homme c'est la liberté individuelle, la liberté de la propriété, la liberté de la pensée, la liberté du travail., JAURèS, Hist. socialiste..., t. I, p. 186.

    Ajouté par webmaster

    Le premier des droits de l'homme c'est la liberté individuelle, la liberté de la propriété, la liberté de la pensée, la liberté du travail., JAURèS, Hist. socialiste, t. I, p. 186.

    Ajouté par webmaster

    (...) une certaine liberté professionnelle (...) J'entends : liberté de pensée, et liberté de travail (...) - avec tous les risques, bien entendu, et toutes les responsabilités que ça comporte., MARTIN DU GARD, les Thibault, t. V, p. 231.

    Ajouté par webmaster

    Ce fut à peu près à cette époque -(entre 1830 et 1850) que s'effectua ce qu'on pourrait appeler la conjonction de la liberté politique et de la liberté économique, qui désormais furent confondues dans un même culte et portèrent un seul et même nom : -le libéralisme. La liberté économique, c'est-à-dire celle du travail et des échanges, fut élevée au même rang que la liberté de conscience ou la liberté de la presse., GIDE et RIST, Hist. des doctrines économiques..., p. 382.

    Ajouté par webmaster

    LE TRAVAIL ET LA LIBERTÉ "Le propre du travail, c'est d'être forcé." Alain, Les Arts et les dieux, 1943.

    Ajouté par webmaster

    "A la vérité, le règne de la liberté commence seulement à partir du moment où cesse le travail dicté par la nécessité... La réduction de la journée de travail est la condition fondamentale de cette libération." Marx, Le Capital.

    Ajouté par webmaster

    La liberté est la propriété de soi; on distingue trois sortes de libertés : la liberté naturelle, la liberté civile, la liberté politique; c'est-à-dire la liberté de l'homme, celle du citoyen et celle d'un peuple., G.-T. RAYNAL, Hist. philosophique, XI, XXIV.

    Ajouté par webmaster

    Le domaine de la liberté commence là où cesse le travail. [ ] Marx, Karl

    Ajouté par webmaster

    Le domaine de la liberté commence là où cesse le travail. Marx, Karl

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Travail et liberté ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo