Travail et loisir

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La valeur du travail Qu'est-ce que l'art ? >>
Partager

Travail et loisir

Philosophie

Aperçu du corrigé : Travail et loisir



Publié le : 27/2/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Travail et loisir
Zoom
  • division du travail : Principe fondamental des sociétés industrielles selon Adam Smith. Désigne la répartition entre ses différents membres des tâches nécessaires au fonctionnement de la société.
  • loisir : Sens 1: Temps dont on dispose pour faire quelque chose. Sens 2: S'utilise surtout au pluriel pour définir les distractions.

Analyse du sujet : Sujet dont la réponse semble évidente ; d’où une certaine facilité pour soulever une problématique car il suffit de trouver les idées contre l’opinion commune, c’est à dire de trouver des idées paradoxales.

Les deux termes principaux du sujet s’opposent spontanément : le travail dans tous les esprits apparaît comme opposé au loisir (travail, du latin tripalium, instrument de torture). Mais cette réponse affirmative est trop évidente ; en effet, le travail n’est-il pas nécessaire au loisir ? Et inversement, le loisir est-il absence total de travail ?

Ainsi, même si l’on peut opposer de prime abord loisir et travail, il faudra se demander si le travail est toujours aliénant ; et si oui, qu’elles en sont les conséquences. Il conviendra alors de réfléchir sur ce que suppose le loisir et qu’elle est sa place dans nos sociétés. En effet, le loisir apparaît de nos jours comme une véritable industrie, d’où une organisation sociale importante. Le loisir peut alors demander encore plus de travail (idée paradoxale intéressante).



[Introduction]L'homme travaille, mais tous les hommes ne travaillent pas de la même façon, ni dans les mêmes conditions, et il est vraisemblable que l'employé au guichet d'une banque a de son travail une autre vision que le PDG de la banque. Tous deux, d'ailleurs, n'ont pas davantage les mêmes loisirs : le premier bénéficie d'un budget restreint, le second ne compte guère ses dépenses. Et, s'il est possible que ces deux personnes aient l'habitude de penser que leur temps de travail se distingue clairement de leur temps de loisir, ou même qu'il s'y oppose en tout, on peut aussi deviner que cette opposition n'a pas le même sens pour l'un que pour l'autre, ou qu'il y a dans le loisir du PDG quelques intrusions de son travail que l'employé au guichet ne connaît pas. Au-delà de ces cas aisément symboliques, peut-on réellement opposer le travail au loisir ?[I. Travail et définition de l'homme][A. Un concept tardif]Si le concept de travail est tardivement pris au sérieux par la philosophie, c'est parce que, chez les philosophes grecs, l'homme se définit avant tout comme un être de loisir, le travail étant exclusivement réservé, comme activité pénible, à la « sous-humanité » des esclaves. Le citoyen athénien, ainsi débarrassé des tâches de production par ses multiples esclaves, peut consacrer son temps aux discussions politiques, à la conversation, à se cultiver. Au point que ce qui nous apparaît aujourd'hui comme « travail intellectuel » n'est chez les Grecs aucunement perçu comme tel : la littérature et la philosophie participent du loisir, et Aristote confirme bien que, pour faire de la théorie, il est nécessaire de vivre dans une société où la satisfaction des besoins est garantie sans que le philosophe ait à s'en préoccuper. On sait que les patriciens romains, lorsqu'ils séjournaient dans leurs villas en dehors de Rome, effectuaient volontiers quelques tâches agricoles, en compagnie de leur main-d'oeuvre ; ils concevaient cependant de telles occupations comme des distractions faisant partie de leur temps libre, et non comme de véritables travaux (ils n'étaient sans doute pas très pénibles en effet).


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Travail et loisir Corrigé de 2863 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Travail et loisir" a obtenu la note de :

7 / 10

Corrigé consulté par :
  • jepensedoncjesuis-19 (Hors-ligne), le 15/01/2013 à 15H14.
  • vonregen-189941 (Hors-ligne), le 09/12/2012 à 09H17.
  • thomas.quenouille@gm (Hors-ligne), le 03/04/2012 à 03H20.
  • markchopperread (Hors-ligne), le 04/01/2012 à 04H21.
  • eurocap (Hors-ligne), le 02/01/2012 à 02H18.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Quel rapport cela a-t-il avec le fait de vouloir « faire l'homme profondément » ? Pour voyager par exemple, on recourt de plus en Plus souvent aux services d'une agence ; les voyages organisés ont certes des avantages, mais, d'une certaine façon, ils correspondent à une perte de liberté. On « suit le guide », on s'intègre dans le troupeau. Le loisir en général entre dans des cadres qui lui enlèvent un peu de son caractère d'activité libre ; toutes ses formes sont répertoriées. On en arrive même à créer un « Ministère du temps libre ». Tout cela ne correspond-il pas en fait à une recherche artificielle du bonheur ? 3. Certains loisirs sont même abrutissants. Les moyens techniques peuvent se retourner contre l'homme, s'ils sont mal utilisés. Un mauvais usage de la télévision, par exemple, conduit le spectateur à une passivité totale. Les voyages en voiture peuvent n'avoir aucun intérêt, si les vacanciers font des kilomètres sans rien voir.

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Réduits -(les écrivains) à leurs propres ressources, ils sont contraints à un travail incessant et manquent presque tous de loisir, le loisir, cette dixième muse, et la plus inspiratrice!, Th. GAUTIER, les Grotesques, X, p. 379.

    Ajouté par webmaster

    La première condition du bonheur est que l'homme puisse trouver joie au travail. Il n'y a vraie joie dans le repos, le loisir, que si le travail joyeux le précède., GIDE, Journal, 4 août 1935.

    Ajouté par webmaster

    L'évolution du monde moderne, et tout spécialement l'aggravation du joug économique sur la personne, a entraîné une dégradation du travail qui devient détestable. Ainsi s'est accentuée l'opposition entre le travail et le loisir, la vie ne trouvant plus sa joie que dans le second, et contre le premier., DANIEL-ROPS, Ce qui meurt..., p. 168.

    Ajouté par webmaster

    "Il n'y a de vraie joie dans le repos, le loisir, que si le travail joyeux le précède." A. Gide

    Ajouté par webmaster

    (...) ce vieillard qui partageait le loisir de sa vie, où il y avait si peu de loisir, entre le jardinage le jour et la contemplation la nuit?, HUGO, les Misérables, I, I, XIII.

    Ajouté par webmaster

    Mais le temps me gagne, les espions m'obsèdent; je suis forcé de faire à la hâte et mal un travail qui demanderait le loisir et la tranquillité qui me manquent., ROUSSEAU, les Confessions, VII.

    Ajouté par webmaster

    Ce n'est pas seulement le travail de l'homme qu'il importe de réglementer, c'est aussi, c'est surtout son loisir., GIDE, Journal, 27 janv. 1932.

    Ajouté par webmaster

    Avez-vous le loisir d'attendre un peu? Je répliquai : Tout le loisir qu'il vous plaira., É. ESTAUNIÉ, l'Appel de la route, p. 332.

    Ajouté par webmaster

    (...) comme un retraité trop rompu au travail pour n'être pas embarrassé de son loisir, comme un soldat cafardeux pendant sa permission car il ne connaît que la guerre (...), M. LEIRIS, Frêle bruit, 1976, p. 119.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Travail et loisir

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo