LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Qu'est-ce que la technique moderne ? Qu'est-ce que l'art ? >>


Partager

Le travail est-il une nécessité, une contrainte, une obligation ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Le travail est-il une nécessité, une contrainte, une obligation ?



Publié le : 3/2/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Le travail est-il une nécessité, une contrainte, une obligation ?
Zoom
  • Analyse du sujet

  
 
Eléments de définition
 
 ® Travail = du latin populaire tripalium, appareil servant à mobiliser les grands animaux ; terme donnant l'idée d'un assujettissement pénible.
 1) L'activité ayant pour but de produire ou de contribuer à produire quelque chose d'utile, dans l'ordre pratique comme dans l'ordre théorique. La situation de la personne qui se livre à cette activité de façon suivie. L'ouvrage auquel s'applique cette activité.
 2) L'activité économique, productrice d'utilité sociale. L'activité professionnelle, socialement réglementée.
 3) Production d'un effet par une cause agissant de façon continue et progressive. Plus spécialement, en physique : le produit d'une force par le déplacement de son point d'application.
 ® Nécessité =
 1) Caractère de ce qui est nécessaire, dans toutes les acceptions de ce terme. D'une façon générale, la nécessité s'oppose à la contingence. En tant qu'idée ou concept, la nécessité ne désigne pas une chose mais un rapport soir entre des termes ou des propositions, soit entre une fin et des moyens.
 2) Kant définit la nécessité comme un concept pur ou catégorie de l'entendement. Dans la table des catégories que dresse Kant, la nécessité est la troisième catégorie de la modalité.
  
 Angles d'analyse
 ® Le travail est très généralement vécu comme une contrainte, il est le seul moyen de « gagner sa vie ». Il ne cesse de diviser la pensée contre elle-même : liberté contre servitude. La nécessité est plus qu'une obligation : elle renvoie à quelque chose d'inévitable ; une nécessité s'impose.
 ® Il va donc falloir confronter et surtout distinguer le vécu du travail de son concept ou essence. On doit ici analyser l'essence du travail afin de pouvoir affirmer, ou infirmer légitimement qu'il est une nécessité.
 ® En vérité, il ne s'agit pas tant de se demander s'il est une nécessité, mais précisément s'il est réductible à cette même nécessité : est-il exclusivement de l'ordre de la nécessité.
 ® De la même manière, il faudra préciser l'acception de nécessité en cela qu'elle est soit contrainte, soit obligation (morale), ce qui n'est pas la même chose, et qui implique un point de vue différent quant à la réponse qu'on donnera à notre question.
  

  •  Problématique

  
 Peut-on légitimement réduire le travail à la seule nécessité de vivre, de gagner sa vie, d'être socialement utile ? ne risque-t-on pas de passer à côté d'une dimension essentielle et fondamentale qui fait du travail une activité fondatrice de l'homme ? Doit-on entendre par nécessité la seule contrainte ou doit-on lui préférer l'acception d'obligation ?



Analyse du sujet   Eléments de définition ® Travail = du latin populaire tripalium, appareil servant à mobiliser les grands animaux ; terme donnant l'idée d'un assujettissement pénible. 1) L'activité ayant pour but de produire ou de contribuer à produire quelque chose d'utile, dans l'ordre pratique comme dans l'ordre théorique. La situation de la personne qui se livre à cette activité de façon suivie. L'ouvrage auquel s'applique cette activité. 2) L'activité économique, productrice d'utilité sociale. L'activité professionnelle, socialement réglementée. 3) Production d'un effet par une cause agissant de façon continue et progressive. Plus spécialement, en physique : le produit d'une force par le déplacement de son point d'application. ® Nécessité = 1) Caractère de ce qui est nécessaire, dans toutes les acceptions de ce terme. D'une façon générale, la nécessité s'oppose à la contingence.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2240 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Le travail est-il une nécessité, une contrainte, une obligation ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • nouille-242794 (Hors-ligne), le 28/09/2014 à 28H15.
  • gabyjoseph-223618 (Hors-ligne), le 31/12/2013 à 31H13.
  • xhinou-211149 (Hors-ligne), le 13/06/2013 à 13H18.
  • lisou080593 (Hors-ligne), le 01/04/2013 à 01H21.
  • matco9535 (Hors-ligne), le 11/01/2012 à 11H18.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    • I/ Quels sont les facteurs qui ont crée le travail ?

      1) Nécessité de subvenir à des besoins primaires.
      2) Nécessité de se construire (Kant Idée d'une histoire universelle prop. 3). 3) Nécessité d'humaniser la nature afin de s'en protéger (Descartes).


    • II/ Qu'entraînent-ils?

      1) La conscience de soi se forge grâce au travail.
      2) Une reconnaissance vis-à-vis des autres. Utilité sociale.
      3) Des rapports de force, de pouvoir car division sociale du travail.


    • III/Le travail est-il donc un obstacle à la liberté?

      1) Le travail: considéré souvent comme un enchaînement de contraintes. Marx parlera d'aliénation.
      2) Mais ces contraintes ne seraient-elles pas en réalité une bonne chose puisqu'elles poussent les hommes à se surpasser pour acquérir leur liberté ?

    Ajouté par Emmanuel9082

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    (...) l'obligation du travail et la nécessité de la mort tiennent le même rang dans les divins décrets (...), BOURDALOUE, Dim. de la Septuag., I, p. 352, -in LITTRÉ.

    Ajouté par webmaster

    (...) la -contrainte est-elle autre chose qu'une -nécessité dont on s'aperçoit? Et la -nécessité n'est-elle pas une -contrainte dont on ne s'aperçoit point?, VOLTAIRE, cité par LAFAYE, Suppl., p. 161.

    Ajouté par webmaster

    On appelle travail l'exercice de l'activité humaine qui est dirigé vers une fin -médiate (...) Cueillir un fruit pour le manger ne s'appelle pas travailler; mais cueillir des fruits pour les mettre en réserve, pour les céder en échange de quelque autre avantage, etc., est travailler (...) une excursion est un exercice de l'activité qui n'est pas travail chez le touriste, parce qu'il y cherche seulement une satisfaction directe; elle est un travail pour le guide (...) Il se mêle souvent à la notion du travail une idée de -contrainte., F. SIMIAND, -in Grande Encycl. (BERTHELOT), art. -Travail.

    Ajouté par webmaster

    Nous auons contractée sans y penser, sans la cognoistre, en vn aage imbecile : obligation valide, obligation solemnelle, et obligation mesme publiquement acceptée de l'eglise. ? Pierre de Bérulle, Discours de l'état et des grandeurs de Jésus

    Ajouté par webmaster

    Ce qu'il y a de proprement obligatoire dans l'obligation ne vient donc pas de l'intelligence. Celle-ci n'explique, de l'obligation, que ce qu'on y trouve d'hésitation. Là où elle paraît fonder l'obligation, elle se borne à la maintenir en résistant à une résistance., H. BERGSON, les Deux Sources de la morale et de la religion, p. 95.

    Ajouté par webmaster

    (...) quand on vous parle il faut répondre, et si l'on ne dit mot il faut relever la conversation. Cette insupportable contrainte m'eût seule dégoûté de la société. Je ne trouve point de gêne plus terrible que l'obligation de parler sur-le-champ et toujours., ROUSSEAU, les Confessions, III.

    Ajouté par webmaster

    Est-il étonnant alors que, dans le court moment qui sépare l'obligation purement vécue de l'obligation pleinement représentée et justifiée par toute sorte de raisons, l'obligation prenne en effet la forme de l'impératif catégorique : il faut parce qu'il faut?, H. BERGSON, les Deux Sources de la morale et de la religion, p. 20.

    Ajouté par webmaster

    "A la vérité, le règne de la liberté commence seulement à partir du moment où cesse le travail dicté par la nécessité... La réduction de la journée de travail est la condition fondamentale de cette libération." Marx, Le Capital.

    Ajouté par webmaster

    « Dès qu'il n'existe pas de contrainte physique ou autre, le travail est fui comme la peste. » Karl MARX : Manuscrit de 1844

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo