LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Les vérités mathématiques constituent-elles l ... À quelles conditions une activité est-elle un ... >>


Partager

La liberté humaine est-elle limitée par la nécessité de travailler ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : La liberté humaine est-elle limitée par la nécessité de travailler ?



Publié le : 4/2/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

La liberté humaine est-elle limitée par la nécessité de travailler ?
Zoom


 
 Bien souvent le travail est perçu comme une nécessité contraignante : on voudrait se reposer mais il faut travailler, on doit travailler. De là, on glisse facilement à dire que la nécessité de travailler limite la liberté humaine puisque l'on ne peut pas faire ce que l'on veut. Il est vrai que si l'on considère la liberté comme la possibilité de faire ce que l'on veut ( et vouloir ce que l'on fait), la nécessité du travail ne peut que la limiter à ce moment toute contrainte que l'on m'impose ou que je m'impose limite aussi ma liberté. Mais d'où vient cette nécessité de travailler ?
La liberté humaine est-elle limitée par la nécessité de travailler ?
 



Analyse du sujet :

  • Liberté : Avant tout, la liberté désigne l’absence de toute contrainte étrangère et extérieure. A l’origine : libre condition de l’homme qui n’est pas esclave, qui dispose de sa personne et participe à la vie de la cité. La liberté est un statut, une condition sociale et politique, puis elle devient une caractéristique individuelle et morale. Est libre un homme indépendant et autonome qui n’est pas déterminé ou contraint.
  • Travailler : Action d’effectuer un travail, action en vue d’obtenir un résultat. La racine latine du mot travail est trepalium, instrument de torture. Cette notion est vaste et évolue selon les époques historiques. Le travail définit un large panel d’activités humaines socialement rentables : il peut désigner une activité professionnelle rémunérée autant que l’apprentissage de l’écolier. C’est une activité qui transforme la nature et qui est productrice de valeur. Elle joue un rôle économique et social en tant qu’elle met les hommes en relation. Le terme « travail « est donc problématique en soi : puisqu’il désigne plusieurs activités sociales, on peut s’interroger sur sa signification propre, qui varie selon son sens, c’est-à-dire en fonction de ce qui est entendu par ce mot. Il s’agit donc de définir plus précisément ce concept au cours de l’analyse.
  • Limiter : action de circonscrire, de restreindre. Ce terme s’oppose au concept de liberté, dont le principe incarnant l’indépendance est a priori de ne pas être contraint par une volonté extérieure.
  • Nécessité : dont on ne peut pas se passer, qui est essentiel, incontournable et inéluctable. Revêt un caractère d’obligation, d’impératif. Est nécessaire ce qui ne peut ne pas être. Ici, la nécessité qualifie le travail. On considère donc que le travail est incontournable.

Problématique :

Le problème posé par cette question est de savoir si la nécessité dans laquelle l’homme se trouve de travailler pour vivre entre en conflit avec sa liberté. Le travail, considéré comme un impératif social, sans lequel on ne peut subsister, aliène t-il l’homme au point de restreindre sa liberté ? Ne peut-on pas penser au contraire que le travail peut devenir un moyen pour l’homme d’exprimer sa liberté à travers la réalisation de quelque chose ? Dans quel cas le travail commence t-il à poser problème pour le respect de la liberté humaine ?

 


  • 1-Le travail, une nécessité aliénante :
  • 2- Cependant, la nécessité de travailler oblige l’homme à dépasser sa condition :
  • 3- Ainsi, loin de limiter la liberté humaine, le travail est une activité nécessaire à l’homme pour se réaliser et conquérir sa liberté :


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2462 mots (soit 4 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet "La liberté humaine est-elle limitée par la nécessité de travailler ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • PEPETTE-276036 (Hors-ligne), le 19/04/2016 é 19H16.
  • Maheva Eveilllard-26 (Hors-ligne), le 11/05/2015 é 11H21.
  • nono-260261 (Hors-ligne), le 11/05/2015 é 11H11.
  • vbullion69-258210 (Hors-ligne), le 08/04/2015 é 08H21.
  • bow-255766 (Hors-ligne), le 03/03/2015 é 03H18.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Chercher un travail pour le gain, c'est maintenant un souci commun à presque tous les habitants des pays de civilisation; le travail leur est un moyen, il a cessé d'être un but en lui-même : aussi sont-ils peu difficiles dans leur choix pourvu qu'ils aient gros bénéfice. Mais il est des natures plus rares qui aiment mieux périr que travailler sans joie ; des difficiles, des gens qui ne se contentent pas de peu et qu'un gain abondant ne satisfera pas s'ils ne voient pas le gain des gains dans le travail même. Les artistes et les contemplatifs de toute espèce font partie de cette rare catégorie humaine, mais aussi ces oisifs qui passent leur existence à chasser ou à voyager, à s'occuper de galants commerces ou à courir les aventures. Ils cherchent tous le travail et la peine dans la mesure où travail et peine peuvent être liés au plaisir, et, s'il le faut, le plus dur travail, la pire peine. Mais sortis de là, ils sont d'une paresse décidée, même si cette paresse doit entraîner la ruine, le déshonneur, les dangers de mort ou de maladie. Ils craignent moins l'ennui qu'un travail sans plaisir : il faut même qu'ils s'ennuient beaucoup pour que leur travail réussisse. Nietzsche

     

     

    « L’homme est le seul animal qui doit travailler. Il lui faut d’abord beaucoup de préparation pour en venir à jouir de ce qui est supposé par sa conservation. La question de savoir si le Ciel n’aurait pas pris soin de nous avec plus de bienveillance, en nous offrant toutes les choses déjà préparées, de telle sorte que nous ne serions pas obligés de travailler, doit assurément recevoir une réponse négative:  l’homme en effet a besoin d’occupations et même de celles qui impliquent une certaine contrainte. Il est tout aussi faux de s’imaginer que si Adam et Eve étaient demeurés au paradis, ils n’auraient rien fait d’autre que d’être assis ensemble, chanter des chants pastoraux, et contempler la beauté de la nature. L’ennui les eût torturés tout aussi bien que d’autres hommes dans une situation semblable.

                    L’homme doit être occupé de telle manière qu’il soit rempli par le but qu’il a devant les yeux, si bien qu’il ne se sente plus lui-même et que le meilleur repos soit pour lui celui qui suit le travail. »

    Kant, « Réflexions sur l’éducation ».

     

     

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit