NoCopy.net

Le travail n'est-il que servitude ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< En vue de quoi travaille-t-on ? Une oeuvre d'art peut-elle être immorale ? >>


Partager

Le travail n'est-il que servitude ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Le travail n'est-il que servitude ?



Publié le : 29/1/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Le travail n'est-il que servitude ?
Zoom

• L'origine du mot suggère l'idée d'un assujettissement pénible. Travail vient en effet du latin populaire tripalium, qui désigne d'abord un appareil formé de trois pieux servant à maintenir les chevaux difficiles pour les ferrer, puis un instrument de torture. De même, le latin labor, d'où sont issus les mots «labeur« et «labour «, évoque tout à la fois le travail et la peine. C'est que le travail est d'abord une nécessité vitale. Il exprime le dénuement originel de l'homme, qui ne parvient à survivre dans la nature qu'au prix d'un effort douloureux. Rien de ce dont il a besoin pour vivre ne lui est donné. Pour manger, pour se chauffer, pour se vêtir, il doit se dépenser sans compter. Abandonné au sein d'une nature indifférente ou hostile, l'homme est en quelque sorte condamné à transformer sans relâche son milieu pour subvenir à ses besoins les plus impérieux. • Ainsi, dans la tradition judéo-chrétienne, le travail est un châtiment. L'Éternel punit le premier péché en chassant Adam du jardin d'Éden et en l'obligeant à cultiver désormais une terre maudite qu'envahissent les épines et les chardons. « Tu mangeras ton pain à la sueur de ton front «, dit Dieu à Adam (Genèse, III, 19).



L'intitulé pose le travail comme une servitude. Comment pourrait-il être autre chose ? Cette qualité de servitude n'anéantit-elle pas toute fin ? L'idée de servitude renvoie à un type d'esclavage historiquement déterminé. Bien sûr, le terme dépasse ce cadre, mais il incite à se rappeler qu'il n'y avait pas de servitude sans féodalisme, pas de serfs sans seigneurs. D'où un dépassement possible : parler du travail en général et pour tous, n'est-ce pas cacher la réalité d'un travail inégalement distribué ? Le travail n'est-il pas aliénation pour certains, libre usage des facultés humaines pour d'autres, et les deux ne sont-ils pas solidaires ? Marx, Manifeste du parti communiste ; Lafargue, Le droit à la paresse.


  • [I — Le travail est servitude]
  • [II - Travail et besoins]
  • [III — Travail et humanisation]


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Le travail n'est-il que servitude ? Corrigé de 10080 mots (soit 14 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet "Le travail n'est-il que servitude ?" a obtenu la note de :

8 / 10

Corrigé consulté par :
  • Melanierds-266284 (Hors-ligne), le 15/11/2015 é 15H14.
  • JerK-257116 (Hors-ligne), le 23/03/2015 é 23H13.
  • TiiT0x-255764 (Hors-ligne), le 03/03/2015 é 03H18.
  • summer2210-254492 (Hors-ligne), le 12/02/2015 é 12H17.
  • keke9445013-213457 (Hors-ligne), le 07/02/2015 é 07H16.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    • L'origine du mot suggère l'idée d'un assujettissement pénible. Travail vient en effet du latin populaire tripalium, qui désigne d'abord un appareil formé de trois pieux servant à maintenir les chevaux difficiles pour les ferrer, puis un instrument de torture. De même, le latin labor, d'où sont issus les mots «labeur» et «labour », évoque tout à la fois le travail et la peine. C'est que le travail est d'abord une nécessité vitale. Il exprime le dénuement originel de l'homme, qui ne parvient à survivre dans la nature qu'au prix d'un effort douloureux. Rien de ce dont il a besoin pour vivre ne lui est donné. Pour manger, pour se chauffer, pour se vêtir, il doit se dépenser sans compter. Abandonné au sein d'une nature indifférente ou hostile, l'homme est en quelque sorte condamné à transformer sans relâche son milieu pour subvenir à ses besoins les plus impérieux. • Ainsi, dans la tradition judéo-chrétienne, le travail est un châtiment. L'Éternel punit le premier péché en chassant Adam du jardin d'Éden et en l'obligeant à cultiver désormais une terre maudite qu'envahissent les épines et les chardons. « Tu mangeras ton pain à la sueur de ton front », dit Dieu à Adam (Genèse, III, 19).

    Ajouté par alex12776

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    « Il [l'animal] produit seulement ce dont il a immédiatement besoin pour lui ou pour son petit ; il produit d'une façon unilatérale, tandis que l'homme produit d'une façon universelle ; il ne produit que sous l'empire du besoin physique immédiat, tandis que l'homme produit même libéré du besoin physique et ne produit vraiment que lorsqu'il en est libéré. [...] C'est précisément dans le fait d'élaborer le monde objectif que l'homme commence donc à faire réellement ses preuves d'être générique. Cette production est sa vie générique active. Grâce à cette production, la nature apparaît comme son oeuvre et sa réalité. L'objet du travail est donc l'objectivation de la vie générique de l'homme : car celui-ci ne se double pas lui-même d'une façon seulement intellectuelle, comme c'est le cas dans la conscience, mais activement, réellement, et il se contemple donc lui-même dans un monde qu'il a créé. Donc, tandis que le travail aliéné arrache à l'homme l'objet de sa production, il lui arrache sa vie générique, sa véritable objectivité générique, et il transforme l'avantage que l'homme a sur l'animal en ce désavantage que son corps non organique, la nature, lui est dérobé. De même, en dégradant au rang de moyen l'activité propre, la libre activité, le travail aliéné fait de la vie générique de l'homme le moyen de son existence physique. » Marx, « Manuscrits de 1844 ».

    Ajouté par alex12776

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Le travail n'est-il que servitude ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit