NoCopy.net

L'usage de la violence est-il toujours signe de faiblesse ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Dépendre d'autrui, est-ce aliéner sa liberté ... Qu'est-ce qu'une machine ne peut pas faire ? >>


Partager

L'usage de la violence est-il toujours signe de faiblesse ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : L'usage de la violence est-il toujours signe de faiblesse ?



Publié le : 16/2/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

L'usage de la violence est-il toujours signe de faiblesse ?
Zoom

Le fait d'avoir recours à une puissance déchaînée, non maîtrisée par la raison et le discours, annonce-t-il toujours une incapacité à entraîner l'adhésion et la conviction d'autrui par la PERSUASION : Désigne une adhésion ou une tentative de faire adhérer, fondée moins sur la raison que sur le sentiment et l'imagination.



Analyse : Dans le langage courant, la violence définit une force d’une intensité particulière. On peut parler, par exemple, de la violence d’un orage, d’une inondation ou d’un tremblement de terre. Aussi permet-elle de qualifier le degré d’une force naturelle : un orage violent est d’une force particulièrement intense. Mais cette qualification s’étend aussi au domaine des actions humaines, et non à la seule nature. En effet, c’est parce que l’homme est un être susceptible d’agir sur autrui, que la nature particulière de certains de ses actes peut être qualifiée de violente. En ce sens, la violence désigne l’usage immodéré de la force par un individu, un groupe ou une structure politique, envers son environnement social. Au niveau moral, la violence semble témoigner d’une faiblesse, parce qu’elle porte atteinte aux personnes sur lesquelles elle s’exerce. En effet, son usage doit se comprendre avant tout par rapport à autrui : c’est toujours l’autre qui est victime de la violence subie. Mais on peut aussi la considérer comme une faiblesse du seul point de vue de son auteur, en ce qu’il manque la fin visée par son action en faisant preuve de violence.

Problématique : Cependant, une difficulté fondamentale apparaît lorsqu’on envisage les différents usages de la violence dont font preuve les individus comme la société. Au niveau individuel, tout d’abord, si autrui constitue une menace, le recourt à la violence peut s’avérer nécessaire et ne pas constituer ainsi une faiblesse morale. En situation de légitime défense, par exemple, il est salutaire que je protège ma vie par une action violente exercée sur autrui. En outre, au niveau politique, certaines structures sociales semblent faire un usage légitime de la violence, qui permet de protéger les libertés et d’assurer la sécurité des individus. L’État, la police, le système judiciaire, ou encore l’armée, exercent tous une violence nécessaire à l’existence et à la cohésion du corps politique. Dès lors, l’usage de la violence est-il toujours signe de faiblesse, en ce qu’il est dommageable à son auteur et à sa victime ? Ou bien constitue-t-il, dans certains cas, le signe d’une force nécessaire aux individus comme à la société ?

 




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : L'usage de la violence est-il toujours signe de faiblesse ?
Corrigé de 1690 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "L'usage de la violence est-il toujours signe de faiblesse ? " a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • soso97-273541 (Hors-ligne), le 05/03/2016 é 05H12.
  • Agri-255111 (Hors-ligne), le 22/02/2015 é 22H14.
  • v.condoris-217523 (Hors-ligne), le 12/02/2014 é 12H20.
  • Nina35115 (Hors-ligne), le 16/06/2009 é 16H18.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique


     

     Remarquez bien l'ambiguïté de la violence qui peut s'enraciner dans la faiblesse, mais aussi trouver son origine dans une puissance positive, désireuse de construire et d'édifier. L'usage de la violence est aussi parfois signe de force créatrice.

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    L'usage de la violence est-il toujours signe de faiblesse ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit