LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Un monde sans autrui est-il possible ? La mort est-elle la vérité de l'existence ? >>


Partager

Est-il vain de désirer ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Est-il vain de désirer ?



Publié le : 12/3/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Est-il vain de désirer ?
Zoom

Définition des termes : La vanité est synonyme d’inanité, de vacuité, d’inutilité et de stérilité. En ce sens parler de la vanité d’une chose remet en cause sa justification, sa raison d’être. Ce qui est vain est ce qui nécessite des efforts mais ce qui reste pour autant infructueux. Indiquer l’inutilité d’une chose peut aboutir à son exclusion dans la mesure où elle ne sert à rien, il vaut mieux ne pas en faire l’objet de l’action. Le désir quant à lui peut être identifié au manque, à l’envie, à l’appétit ou encore à la concupiscence. Il est donc inhérent à un objet, le désir est toujours désir de quelque chose. Pour qu’il y ait désir il faut que l’objet attire, que sa possession procure ou du moins semble procurer un bienfait. En tant que caractéristique essentielle de l’homme remettre en question l’utilité du désir c’est remettre en question, en un certain sens, la nature humaine. Pour autant parler de l’inanité du désir n’est pas contradictoire dans la mesure où le désir en lui-même n’est rien ou du moins n’est que la recherche de quelque chose. Il attend son assouvissement pour être véritablement. Mais une fois accompli il n’est déjà plus lui-même puisqu’il est un manque. Le désir après avoir atteint son objet part à la conquête d’un autre objet. L’homme ne peut s’empêcher de désirer et pourtant cette recherche est une course sans fin. Il y a donc deux tensions dans ce sujet. La première tension concerne le caractère indéfini du désir, il n’y a pas de fin au désir car il reste à jamais inassouvi. La deuxième tension a trait à la vie qui semble ne pas pouvoir être sans désir.

Problématique : Le fait de désirer loin de servir l’homme ne fait qu’exprimer son imperfection dans la mesure où il est l’indice d’un manque. Loin d’être passager ce manque est souligné continuellement dans la mesure où le désir après avoir atteint un objet est à la recherche d’un autre objet. En ce sens on peut douter de son utilité et de sa raison d’être. Pour autant empêcher l’homme de désirer c’est aller contre sa nature et s’avère impossible. Sans désir l’homme est mort parce qu’il a perdu le mouvement qui le pousse à l’action et qui est le symbole de la vie.  



Le désir est l'expression d?un manque, d'un besoin. Il est intrinsèque à la nature humaine en tant que l'on peut la comprendre comme défaillante ou non nécessairement adapté à son milieu selon le mythe de Prométhée. Cependant, l'essence du désir semble de se renouveler sans cesse. C'est le cycle infernal du désir. A peine satisfait, il fait place à de nouveaux désirs et ainsi de suite. Dès lors à quoi bon vouloir réaliser ses désirs, c'est-à-dire désirer. Si le désir a pour but l'objet d'une satisfaction ; il faut bien voir que cette satisfaction est vaine et pourrait encore moins conduire au bonheur en tant qu'il s'agit d'un état durable de satisfaction. Or le désir est comme l'aumône que l'on fait à un pauvre : il lui sauve la vie pour une journée mais ne change pas le malheur et la misère de son existence. Il faudrait alors s'abstenir même de désirer. Pourtant, le désir n'est-il pas la force qui nous incite à tendre vers l'avenir : un homme sans désir est-il envisageable. L'aboulie n'est-il pas justement un trouble de la volonté et par conséquent du désir. Le désir est aussi ce qui nous fait persévérer dans notre être : il est producteur et continuateur de la vie. Dès lors est-il vital de désirer. Mais comment comprendre cette haine du désir ? Le désir est alors un concept positif et négatif dont il s'agit d'interroger les modalités et le sens.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 4118 mots (soit 6 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Est-il vain de désirer ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • mich55 (Hors-ligne), le 05/01/2011 é 05H17.
  • Feelix62313 (Hors-ligne), le 18/12/2010 é 18H10.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit