NoCopy.net

VALADON Maria Clémentine Valade, dite Suzanne : Les Lanceurs de filets

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< CASSATT Mary : La Toilette TOULOUSE-LAUTREC Henri Marie de : La Danseuse ... >>
Partager

VALADON Maria Clémentine Valade, dite Suzanne : Les Lanceurs de filets

Beaux-arts

Aperçu du corrigé : VALADON Maria Clémentine Valade, dite Suzanne : Les Lanceurs de filets



document rémunéré

Document transmis par : ???


Publié le : 3/9/2011 -Format: Document en format FLASH protégé

VALADON Maria Clémentine Valade, dite Suzanne : Les Lanceurs de filets
Zoom
  • VALADON : Marie Clémentie, dite Suzanne Valadon (1865-1938). Peintre français. Elle a réalisé des nus féminins, des natures mortes, des paysages.

Née à Bessines-sur-Gartempe, 1865

Morte à Paris, 1938

1914

Huile sur toile, 201 x 301 cm

Paris, Musée national d'Art moderne,

Centre Georges-Pompidou




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : VALADON Maria Clémentine Valade, dite Suzanne : Les Lanceurs de filets Corrigé de 348 mots (soit 1 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "VALADON Maria Clémentine Valade, dite Suzanne : Les Lanceurs de filets" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Voilà; mon cher Valade, je compte mener cette existence une semaine ou deux encore : je fais des vers, et je me trouve un peu soûl tous les soirs; que voulez-vous de plus? Soûl? direz-vous, pourquoi? Dam! avec Vana, il est difficile, tant cette fille aime la noce, de se coucher avec toute sa raison., Germain NOUVEAU, Lettre à Léon Valade, été 1873, Pl., p. 816.

Ajouté par webmaster

La «terrible Suzanne» -(S. Valadon) ressemblait encore au portrait que Lautrec avait fait d'elle. La légende affirmait qu'elle avait été écuyère dans un cirque (...) Utrillo qu'elle forma - comme on vous forme au cirque - avec toute la rigueur du style et l'épreuve quotidienne de la difficulté vaincue, lui doit d'avoir trouvé sa voie. C'est pour l'empêcher de boire qu'elle s'avisa d'en faire un peintre. N'était-elle pas venue, elle-même, à la «barbouille» en posant dans les ateliers à la suite d'un accident de piste?», Francis CARCO, Nostalgie de Paris, p. 162.

Ajouté par webmaster

Côte à côte ils -(Maria et François Paradis) ramassèrent des bleuets quelque temps avec diligence, puis s'enfonçèrent ensemble dans le bois, enjambant les arbres tombés, cherchant du regard autour d'eux les taches violettes des baies mûres., Louis HÉMON, Maria Chapdelaine, p. 73.

Ajouté par webmaster

La couleur du drojky varie peu. Elle est oeil de corbeau, rechampie de filets bleu clair ou vert russe avec des filets vert pomme (...), Th. GAUTIER, Voyage en Russie, I, VI.

Ajouté par webmaster

La plainte des Seigneurs fut dite Tragédie. L'action du commun fut dite Comédie., RONSARD, Pièces hors recueils, «à O. de Magny», Élégie.

Ajouté par webmaster

.1 Joseph forçait toujours Suzanne à rentrer dans l'eau. Il aurait voulu qu'elle sache bien nager pour se baigner avec lui dans la mer, à Ram. Suzanne était réticente., M. DURAS, Un barrage contre le Pacifique, p. 30.

Ajouté par webmaster

.3 Toujours dans le salon et toujours couvé du regard par la mère, M. Jo apprenait à Suzanne l'art de se vernir les ongles (...) - Quand vous m'avez enlevé les peaux, ça me pique, grogna Suzanne., M. DURAS, Un barrage contre le Pacifique, p. 99.

Ajouté par webmaster

SUZANNE L'école ?... ça m'embête... MME CLAQUEPONT Oh! CLAQUEPONT Chut! il ne faut pas dire ça... On dit : «Papa j'y trouve un peu de plaisir». SUZANNE Ça me scie, quoi! j'y vas pas, là! MME CLAQUEPONT Quel langage!, E. LABICHE, Maman Sabouleux, -in Théâtre complet, t. IV, p. 368.

Ajouté par webmaster

-(La sauce) doit ses subtiles vertus à des herbes aromatiques dont Clémentine a le secret., G. DUHAMEL, Salavin, III, XII.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



VALADON Maria Clémentine Valade, dite Suzanne : Les Lanceurs de filets

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo