NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Faut-il redouter les machines ? Dans quelle mesure l'épreuve du temps est-ell ... >>


Partager

La valeur d'une civilisation se réduit-elle au développement de sa technique ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : La valeur d'une civilisation se réduit-elle au développement de sa technique ?



Publié le : 8/1/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Ce corrigé vous sera utile pour ces autres sujets voisins

La valeur d'une civilisation se réduit-elle au développement de sa technique ?
Zoom

La technique, par son progrès, est souvent valorisée, au point d'être tenue pour un critère de civilisation. En effet, elle caractérise le mode d'être humain, en rupture avec le monde animal. De plus, les découvertes techniques jouent un rôle considérable dans l'amélioration des conditions de vie, avec toutes les conséquences que cela a sur les autres aspects culturels.
Cependant, le pouvoir que la technique donne à l'homme, sur la nature et sur les autres hommes, peut se retourner contre lui, jusqu'à l'aliéner ou le détruire, comme l'histoire le montre. Ainsi, le progrès technique est à double tranchant. Il conduit à poser un problème qui ne relève pas que de la technique, mais aussi de la politique et de la morale et, en général, des valeurs d'une civilisation.

 

En effet, le progrès technique n'est pas une forme de progrès parmi d'autres possibles. Il nous semble qu'il incarne à lui tout seul tout le progrès, qu' il est le progrès par excellence. Tout se passe comme si entre « progrès « et « technique « il y avait un lien essentiel: le progrès est pleinement un progrès, lorsque c'est un progrès technique. Le progrès semble être technique par nature.
 
 Qu'est-ce qui fait pour nous la supériorité de la technique sur toutes les autres activités humaines? C'est que, par la technique, l'homme maîtrise la nature. La technique se définit essentiellement comme cette prise de possession de la nature où l'homme affirme sa qualité d'être non naturel.
 Et en asseyant sa maîtrise technique de la nature, l'homme en même temps semble s'accomplir lui-même. Parce qu'il est un animal perfectible, parce qu‘il n'a pas de nature ou d'essence fixée une fois pour toutes, l'homme peut se faire lui-même au fil du temps, et même doit se faire. En ce sens, toute évolution technique, malgré la contingence de ce progrès plus ou moins rapide, plus ou moins décisif, n'est possible que parce que l'homme lui-même est par nature appelé à évoluer.
 On retrouve la trace de ce lien entre le progrès technique et la nature de l ‘homme jusque dans les dénominations des différents stades de l' hominisation. Chaque étape est baptisée du nom de la percée technique majeure de l'époque en question. Nous avons ainsi: l'âge de la pierre taillée, celui du bronze, du fer, etc... jusqu'à l'âge nucléaire. Il semble donc que ce soit par la technique que l'homme est homme.
 En outre, il semble bien que tout progrès, en quelque domaine que ce soit, reste subordonné à un progrès technique et en est tributaire.
 Par exemple, un progrès médical n'est possible que dans la mesure où il y a progrès des instruments médicaux, comme le scanner par exemple. Tout se passe comme si le progrès technique occupait une place à part parmi toutes les formes de progrès dont l'homme est susceptible.



Le progrès suppose bien changement, il faut qu 'il y ait un avant et un après, mais il faut aussi le contraire: une permanence dans ce changement. Il faut que l'avant et l'après gardent une commune mesure, pour qu'on puisse les comparer, et enregistrer ce progrès.Il faut donc que quelque chose ne change pas, faute de quoi il n'y aurait pas progrès, mais révolution. Si tout change, radicalement, rien ne progresse. On pourrait dire: c'est toujours le passé qu'on fait progresser.Exemples de progrès en ce sens: produire autant ou plus qu'avant en moins de temps, faire baisser la mortalité infantile, augmenter l'espérance de vie...C'est sans doute la raison du privilège que l'on accorde au progrès technique: le progrès y est le plus clairement visible, parce qu'il y est quantifiable, mesurable. On peut comparer, par exemple la charge que peut tracter un cheval, avec celle d'un tracteur! Le résultat est sans ambiguïté.Nous avons donc vu que, même s'il y avait d'autres formes de progrès possibles, le progrès technique garde un privilège incontestable. Tout progrès, dans quelque domaine que ce soit, vient culminer en un progrès technique ou a été rendu possible par lui.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 6609 mots (soit 10 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet "La valeur d'une civilisation se réduit-elle au développement de sa technique ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • marino-255208 (Hors-ligne), le 23/02/2015 é 23H19.
  • Fayattitude-246529 (Hors-ligne), le 04/11/2014 é 04H22.
  • sophaye-233406 (Hors-ligne), le 13/03/2014 é 13H13.
  • bene-227296 (Hors-ligne), le 12/01/2014 é 12H16.
  • Baltazard-217752 (Hors-ligne), le 31/10/2013 é 31H10.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit