NoCopy.net

Valeur morale du désintéressement ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Examiner cette assertion d'un penseur contem ... Valeur et dangers du sport pour le développe ... >>
Partager

Valeur morale du désintéressement ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Valeur morale du désintéressement ?



Publié le : 27/2/2008 -Format: Document en format FLASH protégé

	Valeur morale du désintéressement ?
Zoom

Nous ne cherchons même pas les plaisirs supérieurs que procure le sentiment d'avoir obtenu un beau résultat : si nous les cherchions, nous les manquerions sûrement, et les joies morales sont conditionnées par le désintéressement à leur égard. Il doit donc y avoir du désintéressement dans une vie morale; mais le désintéressement suffit-il à constituer la moralité ? Nous avons reconnu la valeur morale du désintéressement; devons-nous ajouter que cette valeur est absolue ? II. ? CONTRE LE DESINTERESSEMENT. Le désintéressement est une attitude purement négative : il consiste à n'accorder aucune attention à une certaine catégorie de choses, à les tenir pour inexistantes. Mais, seule, une attitude positive, un réel attachement à ce qui le mérite, peut avoir une valeur morale. Si donc, en se détachant de ce qui n'est pas le bien, on a fait un grand pas vers la moralité, on n'est pas parvenu à la moralité véritable : condition de la moralité, le désintéressement ne suffit pas à la constituer. A. Il est bien évident, tout d'abord, qu'un désintéressement volontaire à l'égard du bien moral serait totalement immoral.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Valeur morale du désintéressement ? Corrigé de 1545 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Valeur morale du désintéressement ?" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Si cette première expression de l'impératif catégorique selon un concept d'universalité semble poser son essence propre, deux autres formulations sont proposée par Kant dans les Fondements de la métaphysique des mœurs: Par-delà ces réflexions que la formulation de l'impératif catégorique kantien est susceptible de susciter, c'est sur cette dernière également que se fonde la critique proprement métaphysique du philosophe contemporain autrichien Ludwig Wittgenstein, qui dénonce « l'absurdité » de toute morale. Dans sa Conférence sur l'Ethique, celui-ci introduit de fait une distinction entre le langage – ensemble regroupant les sèmes et les préceptes de grammaire – et un « monde » de réalités, constitué par la totalité des faits déjà réalisés ou susceptibles de réalisation.

Ajouté par PROF

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Un homme n'est pleinement affirmé que dans un certain -désintéressement. Ce mot s'entend de façons diverses : mais il ne s'agit pas de démissionner du monde et de s'abriter dans la trop célèbre tour d'ivoire. De celui qui tend trop avidement vers les biens de ce monde des doigts crochus, la langue populaire dit qu'il est -intéressé : c'est le désintéressement, le contraire de cet intérêt, qui est vraiment une haute valeur de l'homme., DANIEL-ROPS, Ce qui meurt..., V, p. 183.

Ajouté par webmaster

(...) que l'étude assidue de deux langues mortes est, dans un siècle sordide, preuve de désintéressement et que le désintéressement est le principal ressort de la civilisation véritable., G. DUHAMEL, Inventaire de l'abîme, XI, p. 157.

Ajouté par webmaster

Madame, je vois deux cures possibles : elles ont la même valeur médicale, mais non la même valeur morale., A. MAUROIS, les Discours du DËr O'Grady, XII, p. 136.

Ajouté par webmaster

« Le propre des actes moraux c'est qu'ils excluent cet ordre de motifs dont s'inspirent tous les actes des hommes, les motifs d'intérêt. L'absence de tout motif égoïste, voilà le critérium de l'acte qui a valeur morale. » (SCHOPENHAUER, Fondement de la morale.)

Ajouté par webmaster

"Dans quelles conditions l’homme s’est-il inventé à son usage ces deux jugements de valeur : bien et mal ? Et quelle valeur ont-ils par eux-mêmes ? Ont-ils jusqu’à présent entravé ou favorisé le développement de l’humanité ? Sont-ils un symptôme de détresse, d’appauvrissement vital, de dégénérescence ? Ou bien trahissent-ils, au contraire, la plénitude, la force, la volonté de la vie, son courage, sa confiance, son avenir ?" > F. Nietzsche, La Généalogie de la morale

Ajouté par webmaster

, REM. On admet généralement que la proposition «qui est sans règles» se rapporte à -«morale du jugement» (...) morale de l'esprit (...) veut dire ici la science, le dogmatisme, la déduction, bref l'habileté morale (Le Senne, -Morale générale).

Ajouté par webmaster

à elles deux, la morale hellénique et la morale chrétienne paraissent embrasser tout l'idéal humain : l'une est la morale de l'intelligence, l'autre est la morale de la volonté., E. BOUTROUX, Principaux types de morales, -in CUVILLIER, Voc. philosophique.

Ajouté par webmaster

(...) la vraie morale se moque de la morale; c'est-à-dire que la morale du jugement se moque de la morale de l'esprit - qui est sans règles., PASCAL, Pensées, I, 4.

Ajouté par webmaster

Car les enfants apprécient avec une parfaite justesse la valeur morale de leurs maîtres., FRANCE, le Livre de mon ami, Livre de Pierre, II, X.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource précédenteRessource suivante

Valeur morale du désintéressement ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo