NoCopy.net

Qu'est-ce qui garantit la vérité de la connaissance scientifique ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Pour connaître, suffit-il de bien observer ? A quelle conditions une démarche est-elle sci ... >>
Partager

Qu'est-ce qui garantit la vérité de la connaissance scientifique ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Qu'est-ce qui garantit la vérité de la connaissance scientifique ?



Publié le : 10/1/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Qu'est-ce qui garantit la vérité de la connaissance scientifique ?
Zoom
  • vérité : La vérité concerne l'ordre du discours, et il faut en cela la distinguer de la réalité. Elle se définit traditionnellement comme l'adéquation entre le réel et le discours. Qualité d'une proposition en accord avec son objet. La vérité formelle, en logique, en mathématiques c'est l'accord de l'esprit avec ses propres conventions. La vérité expérimentale c'est la non-contradiction de mes jugements, l'accord et l'identification de mes énoncés à propos d'un donné matériel. On distinguera soigneusement la réalité qui concerne un objet (ce cahier, cette lampe sont réels) et la vérité qui est une valeur qui concerne un jugement. Ainsi le jugement : « ce cahier est vert » est un jugement vrai ou bien un jugement faux. La vérité ou la fausseté qualifient donc non l'objet lui-même mais la valeur de mon assertion. La philosophie, parce qu'elle recherche la vérité, pose le problème de ses conditions d'accès et des critères du jugement vrai.
  • connaissance : CONNAÎTRE / CONNAISSANCE: 1. Être familier de quelqu'un ou quelque chose. 2. Discerner, distinguer quelque chose : « Le premier et le moindre degré de connaissance, c'est d'apercevoir » (CONDILLAC) 3. Posséder une représentation de quelque chose, en part. une représentation exacte. 4. Connaissance: a) Acte par lequel un sujet s'efforce de saisir de saisir et de se représenter les objets qui se présentent à lui. b) Résultat de cet acte.
  • scientifique : Sens 1: Qui concerne la science. Qui est conforme aux procédés de recherche et d'observation des sciences. Sens 2: Personne spécialisée dans une ou plusieurs sciences.

Traditionnellement, à propos d’une connaissance scientifique, les philosophes ont opposé la sensibilité (faculté d’obtenir des sens des impressions sur ce qui existe en dehors de nous) et l’entendement (faculté de penser les objets de la connaissance, c’est-à-dire d’ordonner les données de l’expérience grâce aux concepts ou « catégories »). Mais il apparaît qu’au lieu de distinguer ces deux modes, il est nécessaire de les unir pour une meilleure connaissance de l’objet. Descartes montrera, dans le célèbre exemple du morceau de cire, comment la cire, d’abord dure, froide, etc. n’a plus, une fois fondue, toutes les qualités que l’évidence sensible lui attribuait au départ. Autrement dit, pour savoir ce qu’est la cire, il ne suffit pas de la voir, de la toucher, etc., il faut aussi la concevoir. Car ce que les choses donnent à voir d’elles-mêmes, n’est bien souvent qu’apparence, qualité sensible, mais non propriété constitutive de l’objet (cf. Descartes, Méditations métaphysiques, II). Ce rationaliste n’est qu’un exemple parmi ceux qui tentent d’établir de manière intelligible des connaissances scientifiques. On verra alors, à travers différents auteurs, les manières possibles de rendre faillible une théorie scientifique, ou de la confirmer.

 

 

 

 

 



La cohérence de cette théorie avec d'autres, qui traitent d'aspects ou de phénomènes naturels proches du phénomène étudié, est-elle un tel critère ?Est-ce également le cas de l'efficacité ? Une théorie peut être 'vérifiée' par les effets réels qu'elle permet. Mais le fonctionnel (c'est-à-dire la capacité d'agir sur la réalité concrète) est-il équivalent au vrai ? Si cela ne suffit pas à valider la vérité des théories scientifiques, du moins cela fournit un indice de leur vérité : jusqu'à quel point ?La question, enfin, se pose aussi non plus absolument mais relativement ; qu'est-ce qui 'nous' garantit la vérité de la connaissance scientifique, nous compris comme non versés dans les sciences ? Excepté l'efficacité concrète de ces connaissances (preuve assurément insuffisante), rien d'autre, apparemment, que la confiance dans la communauté scientifique. La question devient alors politique. Est-elle soluble et de quelle manière ?**** Le conflit comme mode de garantieLa bonne foie est requise mais elle ne peut être vérifiée ; d'où la nécessité de répéter précisément le protocole d'expérience ; structure juridique ou même judiciaire de la science.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Qu'est-ce qui garantit la vérité de la connaissance scientifique ? Corrigé de 833 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Qu'est-ce qui garantit la vérité de la connaissance scientifique ?" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Cela signifie qu'il faut appliquer une méthode déductive. En d'autres termes, si nous ne pouvons exiger des théories scientifiques qu'elles soient vérifiables, nous pouvons exiger d'elles qu'elles soient mises à l'épreuve. Il s'agit pour cela de déduire de la théorie examinée des énoncés singuliers ou « prédictions » susceptibles d'être facilement testés dans l'expérimentation. Une théorie qui ne résiste pas aux tests sera dite « falsifiée » ou « réfutée » par l'expérience. Si elle passe l'épreuve des tests, elle sera considérée comme provisoirement valide jusqu'à ce qu'elle échoue à des tests ultérieurs ou qu'une théorie plus avantageuse apparaisse.

Ajouté par PROF

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

(...) dans la vie scientifique, les problèmes ne se posent pas d'eux-mêmes. C'est précisément ce -sens du problème qui donne la marque du véritable esprit scientifique. Pour un esprit scientifique, toute connaissance est une réponse à une question. S'il n'y a pas eu de question, il ne peut y avoir de connaissance scientifique. Rien ne va de soi. Rien n'est donné. Tout est construit. Une connaissance acquise par un effort scientifique peut elle-même décliner. La question abstraite et franche s'use : la réponse concrète reste. Dès lors, l'activité spirituelle s'invertit et se bloque., G. BACHELARD, la Formation de l'esprit scientifique, p. 14.

Ajouté par webmaster

LA VÉRITÉ ET LA CONNAISSANCE "Qui a une idée vraie sait en même temps qu'il a une idée vraie et ne peut douter de la vérité de sa connaissance." Spinoza, Éhique, 1677.

Ajouté par webmaster

Deux grands groupes de méthodes sont alors possibles pour aborder ce problème de la connaissance (...) Ces vues sont aprioriques ou essentiellement réflexives et partent de la présupposition que les principes de la connaissance peuvent être atteints directement par une discipline autonome (...), J. PIAGET, Logique et Connaissance scientifique, Préface, -in Encycl. Pl., p. IX.

Ajouté par webmaster

(...) nous classerons les théories de la connaissance en trois grandes catégories (...) Il va de soi que cette trichotomie est avant tout destinée à montrer qu'il n'y a pas d'épistémologie indépendante des sciences., J. PIAGET, Logique et Connaissance scientifique, -in Encycl. Pl., p. 16.

Ajouté par webmaster

Dès que je cesse de le voir, qui me garantit que je le reverrai? Tout peut se produire dans l'énorme étendue que je ne vois pas, que je ne surveille pas. Dès que je cesse de le voir, qui me garantit qu'il existe?, J. ROMAINS, Quand le navire..., VII, p. 115.

Ajouté par webmaster

(...) aux liaisons tautologiques, reposant ainsi sur une analycité pure, s'opposent de façon tranchée et radicale les liaisons synthétiques, qui caractérisent alors la connaissance empirique ou expérimentale., J. PIAGET, Logique et Connaissance scientifique, Épistémologie, -in Encycl. Pl., p. 82.

Ajouté par webmaster

-(La philosophie de Comte provoqua) une réaction métaphysique et fut la cause involontaire mais efficace d'un réveil de la métaphysique spiritualiste et antirationaliste, d'une revanche de la connaissance religieuse sur la connaissance scientifique., Roger DAVAL, Hist. des idées en France, p. 87.

Ajouté par webmaster

(...) l'Assemblée est peuple; persuadée qu'elle est en danger, elle fait ses lois comme il fait ses insurrections, et se garantit à coups de décrets comme il se garantit à coups de piques., TAINE, les Origines de la France contemporaine, t. I, III, p. 210.

Ajouté par webmaster

(...) en plus de cet aspect opératif de la connaissance (le terme d'opératif couvrant l'ensemble des actions et des opérations, de l'action sensori-motrice antérieure au langage, aux opérations les plus abstraites) il faut distinguer un aspect figuratif (...), J. PIAGET, -in Encycl. Pl., Logique et Connaissance scientifique, p. 31.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource précédenteRessource suivante

Qu'est-ce qui garantit la vérité de la connaissance scientifique ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo