VERLAINE : L'Art poétique (Jadis et Naguère)

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< L'albatros de Charles Baudelaire ("Spleen et ... BERGSON: A quelle date faisons-nous remonter ... >>
Partager

VERLAINE : L'Art poétique (Jadis et Naguère)

Littérature

Aperçu du corrigé : VERLAINE : L'Art poétique (Jadis et Naguère)



document rémunéré

Document transmis par : matthieu16002


Publié le : 7/9/2006 -Format: Document en format FLASH protégé

VERLAINE : L'Art poétique (Jadis et Naguère)
Zoom
  • Verlaine : Verlaine aspirait à une « vie simple et tranquille » mais n'a finalement connu qu'une existence précaire et la déchéance progressive due à l'alcoolisme et aux exigences de sa sensualité. Sa poésie reflète cette dualité: parfois brutalement érotique, le plus souvent empreinte d'un lyrisme confidentiel, musical, doucement triste, tout en nuances, avec des mots choisis pour leur simplicité et leurs sonorités subtiles. Quelques oeuvres à connaître: Poèmes saturniens (1866); Fêtes galantes (1869); La Bonne Chanson (1870); Sagesse (1880).
  • poétique : Pour Bachelard, est poétique tout ce qui relève de l'imaginaire, et non seulement ce qui concerne la poésie entendue comme genre littéraire.
  • JADIS : adv. Autrefois, il y a bien longtemps. Cet adverbe s'oppose à maintenant, mais surtout à naguère (il y a peu, il n'y a guère de temps). N.B. Ne pas employer le mot naguère dans le sens d'ancienne-ment, faute fréquente. Bien opposer Jadis et Naguère.

 

Présentation


— Verlaine commence sa carrière poétique en 1866 par un recueil, Poèmes saturniens, encore fortement influencé par l'esthétique des poètes parnassiens.
— Très vite pourtant il conquiert une entière originalité surtout à partir de sa rencontre avec Rimbaud (1871). Son meilleur recueil, Romances sans paroles (1874), en est le témoin.
— En juillet 1873, Verlaine se dispute avec son ami Rimbaud et le blesse légèrement. Cela lui vaut d'être condamné à deux ans de prison. C'est en prison, en avril 1874 qu'il écrit un poème dans lequel il expose sa conception de la poésie ; il lui donne un titre déjà illustré par Boileau pour une esthétique toute différente : Art poétique.
— Toutefois, il ne publiera ce poème que près de dix ans plus tard dans une revue (1882). Il le fera figurer dans son recueil Jadis et Naguère (1885).

 



 À Charles Morice
 De la musique avant toute chose,
 Et pour cela préfère l'Impair
 Plus vague et plus soluble dans l'air,
 Sans rien en lui qui pèse ou qui pose.
 
 Il faut aussi que tu n'ailles point
 Choisir tes mots sans quelque méprise
 Rien de plus cher que la chanson grise
 Où l'Indécis au Précis se joint.
 
 C'est des beaux yeux derrière des voiles
 C'est le grand jour tremblant de midi,
 C'est par un ciel d'automne attiédi
 Le bleu fouillis des claires étoiles!
 
 Car nous voulons la Nuance encor,
 Pas la Couleur, rien que la nuance!
 Oh! la nuance seule fiance
 Le rêve au rêve et la flûte au cor !
 
 Fuis du plus loin la Pointe assassine,
 L'Esprit cruel et le Rire impur,
 Qui font pleurer les yeux de l'Azur
 Et tout cet ail de basse cuisine !
 
 Prends l'éloquence et tords-lui son cou !
 Tu feras bien, en train d'énergie,
 De rendre un peu la Rime assagie.
 Si l'on n'y veille, elle ira jusqu'où ?
 
 Ô qui dira les torts de la Rime ?
 Quel enfant sourd ou quel nègre fou
 Nous a forgé ce bijou d'un sou
 Qui sonne creux et faux sous la lime ?
 
 De la musique encore et toujours !
 Que ton vers soit la chose envolée
 Qu'on sent qui fuit d'une âme en allée
 Vers d'autres cieux à d'autres amours.
 
 Que ton vers soit la bonne aventure
 Eparse au vent crispé du matin
 Qui va fleurant la menthe et le thym...
 Et tout le reste est littérature.


 

Vue d'ensemble

Dans ce poème fait de neuf quatrains de vers de neuf pieds, Verlaine tente de définir son esthétique poétique, tant positivement que négativement. Contrairement à Théophile Gautier ou aux Parnassiens (dont pourtant il était proche à ses débuts), Verlaine ne se réfère pas aux arts plastiques, mais à la Musique qui doit être le modèle et le guide du poète. Pour y parvenir, il faut fuir les effets trop faciles et les contours trop marqués et rechercher au contraire un certain flou et une certaine imprécision. Verlaine s'efforce, dans ce poème, d'illustrer ses théories tout en les énonçant.

 



Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : VERLAINE : L'Art poétique (Jadis et Naguère) Corrigé de 4858 mots (soit 7 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "VERLAINE : L'Art poétique (Jadis et Naguère)" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé
Corrigé consulté par :
  • snoooooow-223389 (Hors-ligne), le 08/02/2014 à 08H12.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Prends l'éloquence et tords-lui son cou!, VERLAINE, Jadis et Naguère, «Art poétique».

    Ajouté par webmaster

    (...) au vent crispé du matin Qui va fleurant la menthe et le thym (...), VERLAINE, Jadis et Naguère, «Art poétique».

    Ajouté par webmaster

    Oh! La nuance seule fiance Le rêve au rêve et la flûte au cor!, VERLAINE, Jadis et Naguère, «Art poétique».

    Ajouté par webmaster

    Il faut aussi que tu n'ailles point Choisir tes mots sans quelque méprise : Rien de plus cher que la chanson grise Où l'Indécis au Précis se joint., VERLAINE, Jadis et Naguère, «Art poétique».

    Ajouté par webmaster

    De la musique avant toute chose, Et pour cela préfère l'Impair Plus vague et plus soluble dans l'air, Sans rien en lui qui pèse ou qui pose., VERLAINE, Jadis et Naguère, Art poétique.

    Ajouté par webmaster

    Naguère, étymologiquement : -Il n'(y) a guère de temps, signifie -récemment et ne peut s'appliquer qu'à un passé assez proche. Il est souvent pris, à tort, au sens de -jadis, ce qui enlèverait tout sens au titre du recueil de Verlaine : -Jadis et naguère., René GEORGIN, Difficultés et Finesses de notre langue, p. 214.

    Ajouté par webmaster

    De la musique avant toute chose (...) Que ton vers soit la bonne aventure Éparse au vent crispé du matin Qui va fleurant la menthe et le thym... Et tout le reste est littérature., VERLAINE, Jadis et Naguère, «Art poétique».

    Ajouté par webmaster

    En route, mauvaise troupe! Partez, mes enfants perdus! Ces loisirs vous étaient dus (...), VERLAINE, Jadis et Naguère, «Jadis», Prologue.

    Ajouté par webmaster

    ô qui dira les torts de la Rime? Quel enfant sourd ou quel nègre fou Nous a forgé ce bijou d'un sou Qui sonne creux et faux sous la lime?, VERLAINE, Jadis et Naguère, Sonnets et autres vers, «Art poétique».

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    VERLAINE : L'Art poétique (Jadis et Naguère)

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast littérature