LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La révolte peut-elle être un droit ? Est-il facile d'être libre ? >>


Partager

Une violence légale est-elle une violence ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Une violence légale est-elle une violence ?



Publié le : 10/3/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Une violence légale est-elle une violence ?
Zoom

Il s'agit d'expliciter le paradoxe que constitue cette question, car comment une violence pourrait-elle n'être pas une violence ? Il faut donc distinguer le fait physique de la violence et le fait moral, et c'est ce fait moral qu'il convient de mettre en relation avec le droit : dès lors que la violence physique est autorisée par le droit, cette violence peut-elle être encore pensée du point de vue moral comme violence ? La réflexion pourra s'engager dans diverses directions selon que l'on entend par « légal « ce que la loi autorise en général (et donc les violences que la loi autorise, si elle en autorise, quiconque à commettre), ou, comme nous le ferons ici, ce qui est régi par la loi (c'est-à-dire la violence exercée par les instances légales chargées d'appliquer la loi).



Le problème central lorsqu'on demande si une violence légale est bien une violence, est donc celui du rapport entre le droit et la force, car de lui dépend la réponse à cette question. Deux conceptions opposées s'affrontent ici : ou bien l'on fait de la force, de la violence, ce qui constitue le droit, ou bien l'on fait de la force, de la violence, non ce qui constitue le droit, mais ce qui est au service du droit positif.
 Dans le premier cas, toute violence, dès lors qu'elle est légale, c'est-à-dire qu'elle émane de l'Autorité souveraine qui est la seule source du droit, est légitime, et n'est donc plus, en ce sens, une violence.
 Dans le second cas, le droit positif ne constitue pas le droit en soi, mais trouve sa source dans un droit idéal qui le dépasse et le légitime, tel que la justice divine ou le droit naturel ; dans ces conditions, n'importe quelle violence ne peut être légale, mais seulement celle qui permet de faire régner le droit positif, dans la mesure où il ne contrevient pas au droit idéal: dès lors qu'une violence, même « légale « contredit les principes du droit idéal, elle reste une violence.
 Il apparaît donc que faire respecter le droit par la force ou la violence est tout autre chose que de fonder le droit sur la force et la violence.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1537 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Une violence légale est-elle une violence ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • Lili10961 (Hors-ligne), le 11/01/2009 é 11H13.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit