LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La parole est-elle un pouvoir ? La guerre est-elle absurde ? >>


Partager

La violence a-t-elle un rôle dans l'histoire ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : La violence a-t-elle un rôle dans l'histoire ?



Publié le : 3/1/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

La violence a-t-elle un rôle dans l'histoire ?
Zoom

D'une part, l'intitulé interroge sur l'effet de contrainte opérant sur un groupe, ainsi que sur son rôle dans le domaine de l'histoire. Or, parler du rôle de la violence, c'est supposer qu'elle remplit certaines fonctions positives.
D'autre part, nous savons qu'il n'est d'avènement authentique et de création féconde du règne humain que par le dialogue, qui est l'envers de la violence, que par la reconnaissance mutuelle du discours. Seul le dialogue semble avoir une fonction positive dans le règne humain et social.
Le problème surgit de l'examen de cette contradiction : comment parler de fonction positive de ce qui représente l'antithèse du dialogue, dont le rôle positif est évident ?



En ce qui concerne Freud, la violence est moins posée comme à l'origine du monde qu'à celle de l'homme et de ses comportements : pulsion de destruction ou "libido négative qui fait luire à nouveau la notion héraclitéenne de la discorde" dit Lacan. Freud affirme avec d'autres une tendance naturelle à l'agressivité, à la destruction qui cohabite avec une tendance opposée : Eros ou pulsion de vie qui nous porte à la création, (de discours, d'enfants...de raisonnements). Cette agressivité est primaire, originelle et non pas dérivée : elle n'est pas l'agressivité réactionnelle qui se manifeste lorsque notre libido, nos désirs sont frustrés. Elle est une tendance spontanée de tout organisme vivant vers la mort, vers le degré zéro d'existence, d'information ou d'énergie. L'homme serait donc pourvu d'une tendance spontanée, innée et autopropulsée à l'agressivité, autre nom ici de la violence. Objections : Cependant, même si , ici, la violence est pensée de manière rationnelle et ses effets expliqués, repérés, la violence comme fait, comme donnée naturelle ne suffit pas à la justifier : un fait ne comporte en effet pas en lui-même sa justification, sa raison d'être. " A est A parce que A est A" est une tautologie stérile que ne justifie rien en dépit de l'apparence. (cf. cours sur l'opinion) Cela n'est pas parce que cela est que cela est bien, juste, justifié - quoique cela puisse être rationnel si le réel est rationnel ! La violence serait rationnelle mais pas encore raisonnable et juste.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 6613 mots (soit 10 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet "La violence a-t-elle un rôle dans l'histoire ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • Elana6034-266968 (Hors-ligne), le 24/11/2015 é 24H20.
  • Paradis-251918 (Hors-ligne), le 10/01/2015 é 10H17.
  • scha (Hors-ligne), le 19/01/2011 é 19H22.
  • Raphael34225 (Hors-ligne), le 25/05/2009 é 25H08.
  • lily29107 (Hors-ligne), le 10/04/2009 é 10H17.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit