La violence est-elle toujours condamnable ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La violence est-elle légitime ? La violence est-elle un échec ? >>
Partager

La violence est-elle toujours condamnable ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : La violence est-elle toujours condamnable ?



Publié le : 10/3/2005 -Format: Document en format FLASH protégé

	La violence est-elle toujours condamnable  	?
Zoom
  • violence : Du latin violentia, "abus de la force". A l'origine, le terme désigne le fait "d'agir sur quelqu'un ou de le faire agir contre sa volonté, en employant la force ou l'intimidation.
  • toujours : A tout moment, à toute époque ; éternellement, perpétuellement.

La question posée semble appeler une réponse négative, mais avant de se demander en quoi la violence pourrait ne pas être condamnable, voyons d'abord dans quel cas elle peut être ressentie comme légitime. Si la violence n'encourt pas toujours punition cela implique qu'elle est dans certains cas considérée comme légitime. Mais puisque le terme même de violence semble avoir une connotation péjorative et renvoie à un acte faisant appel à la force, comment peut-on concevoir une violence qui serait inscrite en droit ?



L'État moderne est le garant de la vie politique. Il se reconnaît comme le seul détenteur légitime de la force et à ce titre préserve la défense de l'intégrité du territoire où son autorité s'exerce. En outre, aucune société n'est à l'abri de désordres qui pourraient entraver son bon fonctionnement. Il revient donc à l'État d'organiser sur un plan juridique les rapports humains afin d'assurer l'exercice du droit. Sans cela, le risque que chacun puisse à sa guise user de la violence ne pourrait être sérieusement écarté. L'État moderne est le garant de la vie politique. Il se reconnaît comme le seul détenteur légitime de la force et à ce titre préserve la défense de l'intégrité du territoire où son autorité s'exerce. En outre, aucune société n'est à l'abri de désordres qui pourraient entraver son bon fonctionnement. Il revient donc à l'État d'organiser sur un plan juridique les rapports humains afin d'assurer l'exercice du droit. Sans cela, le risque que chacun puisse à sa guise user de la violence ne pourrait être sérieusement écarté.


a) Il faut instituer la pI) La violence est toujours condamnable.aix.
b) Il faut traiter la violence comme l'on traite une épidémie.
c) Il faut opposer la non-violence à la violence.

  • II) La violence n'est pas toujours condamnable.

a) Il existe une bonne et une mauvaise violence.
b) La raison n'est pas toute-puissante.
c) Seule la violence peut arrêter la violence.

..../...



Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	La violence est-elle toujours condamnable  	? Corrigé de 4090 mots (soit 6 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " La violence est-elle toujours condamnable ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • Elodie61290 (Hors-ligne), le 16/03/2010 à 16H17.
  • Catherine61271 (Hors-ligne), le 16/03/2010 à 16H13.
  • Victoria45921 (Hors-ligne), le 28/11/2009 à 28H17.
  • Zara25213 (Hors-ligne), le 04/03/2009 à 04H19.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    On peut penser au conflit étudiant sur la « hausse des frais de scolarité » ou plus précisément à la désobéissance civile en regard à la « loi 78 » (loi injuste). Ainsi, quand il y a un écart trop important entre un principe ou une loi (étatique) et une réalité sociale que survient alors la violence. Bref, quelques fois l’état semble avoir un rapport difficile avec la démocratie et c’est cette complication qui peut amener à un rapport de force à tout le moins non-condamnable. Cela dit, « Faut-il toujours obéir aux lois? » Enfin, la violence est-elle toujours condamnable? Tout cela considérée, l’idée de résistance passive, défendu par Gandhi, est à la fois « fondée et irréaliste ». Fondée, car il est vrai que la violence appelle toujours à la violence comme l’a montré Hegel. En ce sens, il faut la condamner. Car, on ne résout pas un problème en usant de moyens (violents) qui ne font que le déplacer.

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    (...) je sais que la Non-violence est infiniment supérieure à la violence, que le pardon est plus viril que le châtiment. Le pardon est la parure du soldat (...) Non-violence n'est pas soumission bénévole au malfaisant. Non-violence oppose toute la force de l'âme à la volonté du tyran (...) Non-violence est souffrance consciente (...) La religion de la Non-violence n'est pas seulement pour les saints, elle est pour le commun des hommes. C'est la loi de notre espèce, comme la violence est la loi de la brute., R. ROLLAND, Mahatma Gandhi, p. 54-55 (Trad. de GANDHI, 1923).

    Ajouté par webmaster

    « La violence se donne toujours pour une contre-violence, c'est-à-dire pour une riposte à la violence de l'Autre. » Sartre, Critique de la raison dialectique, 1960.

    Ajouté par webmaster

    .1 La cruauté est l'une des formes de la violence organisée. Elle n'est pas forcément érotique, mais elle peut dériver vers d'autres formes de la violence que la transgression organise. Comme la cruauté, l'érotisme est médité. La cruauté et l'érotisme s'ordonnent dans l'esprit que possède la résolution d'aller au-delà des limites de l'interdit. Cette résolution n'est pas générale, mais toujours il est possible de glisser d'un domaine à l'autre., Georges BATAILLE, l'Érotisme, p. 88 (1957).

    Ajouté par webmaster

    .2 Je nomme violence une audace au repos amoureuse des périls. On la distingue dans un regard, une démarche, un sourire, et c'est en vous qu'elle produit les remous. Elle vous démonte. Cette violence est un calme qui vous agite. On dit quelquefois : «Un gars qui a de la gueule». Les traits délicats de Pilorge étaient d'une violence extrême. Leur délicatesse surtout était violente. Violence du dessin de la main unique de Stilitano, immobile, simplement posée sur la table, et qui rendait inquiétant et dangereux le repos., Jean GENET, Journal du voleur, p. 14.

    Ajouté par webmaster

    Violence sous pression, qui toujours menace et toujours se contient., MARTIN DU GARD, les Thibault, t. IV, p. 15.

    Ajouté par webmaster

    Aux yeux des étrangers, ma conduite allait être condamnable, mais elle avait la sanction de ma conscience., BALZAC, le Lys dans la vallée, Pl., t. VIII, p. 1016.

    Ajouté par webmaster

    Je reconnais que la violence, sous quelque forme qu'elle se manifeste, est un échec. Mais c'est un échec inévitable parce que nous sommes dans un univers de violence; et s'il est vrai que le recours à la violence contre la violence risque de la perpétuer, il est vrai que c'est l'unique moyen de la faire cesser., SARTRE, Situations II, p. 309.

    Ajouté par webmaster

    .1 Elle évita désormais de se mesurer à des adversaires mâles; mais en dépit de mes semonces, elle recourait à la violence quand elle était certaine d'avoir le dessus., S. DE BEAUVOIR, la Force de l'âge, p. 491.

    Ajouté par webmaster

    Je trouve condamnable une telle action (...), MOLIèRE, le Dépit amoureux, III, 4.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    La violence est-elle toujours condamnable ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo