NoCopy.net

VOLTAIRE, Candide : chapitre 1 (incipit)

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Lecture Analytique de Candide, Chapitre 19, « ... CANDIDE CHAPITRE 18 >>
Partager

VOLTAIRE, Candide : chapitre 1 (incipit)

Echange

Aperçu du corrigé : VOLTAIRE, Candide : chapitre 1 (incipit)



Document transmis par : ismael16657


Publié le : 11/9/2006 -Format: Document en format FLASH protégé

VOLTAIRE, Candide : chapitre 1 (incipit)
Zoom

Introduction

Le monde de Thunder ten tronck, où naît Candide, se présente comme un « paradis terrestre » qui servira de référence au cours du récit. Peu à peu, Candide va se libérer de cet univers qu'au début il juge parfait. Il accepte parfaitement l'ordre établi, représenté politiquement par le baron et intellectuellement par Pangloss. Des failles cependant apparaissent dans ce monde : elles rendent possible l'évolution du héros et sont le signe du combat que Voltaire entreprend notamment contre le pouvoir de la noblesse et la philosophie optimiste. (doctrine du philosophe allemand Leibniz suivant laquelle nous vivons dans le plus heureux des mondes possibles, où le mal n'est qu'une apparence car il fait partie d'une « harmonie préétablie » qui justifie tout.) Nous verrons que cet incipit dresse un tableau critique de la société de Thunder ten tronck, fondée sur des illusions et abritant des êtres que Voltaire présente comme de ridicules marionnettes. Nous verrons enfin que cet incipit est un mode d'emploi pour lire l'ensemble du conte philosophique.

I. Une illusion d'un monde parfait

Longtemps, pour Candide, la société de Thunder ten tronck restera une référence et une image du paradis. Pourtant ce monde repose sur une double illusion :

1) L'illusion du pouvoir

La structure même du texte remet en question l'ordre nobiliaire : tous les membres de cette petite société sont présentés mais sans respect de l'ordre protocolaire :
• l. 1-7 : Candide
• l. 8-12 : le baron
• l. 13-18 : autres personnages
• l. 19-22 : Pangloss et sa philosophie
Candide, le bâtard est présenté avant le baron, Cunégonde est décrite avant son frère. C'est une façon pour Voltaire d'exprimer son doute sur la légitimité de ce pouvoir nobiliaire, de dire qu'il repose seulement sur des apparences.
Le lexique se référant à la noblesse est bien présent (« quartiers », « palefreniers », « piqueurs », « grand aumônier », « Monseigneur »). En cette fin de XVIIIème, la noblesse est un monde figé dans ses préjugés et ses prétentions. Dans ce texte, il s'attaque aux généalogies dont les nobles étaient fiers : ainsi Candide est présenté comme un bâtard parce que son père n'a « pu prouver que 71 quartiers » alors que les Thunder Ten Tronck en ont 72 (nous l'apprendrons au chapitre XV).
D'autre part Voltaire présente la noblesse du baron et de la baronne comme un simple titre qui n'est fondé sur aucune valeur réelle. Pour cela il explique leur pouvoir par des raisons absurdes : le baron est puissant « car son château avait une porte et des fenêtres » et la baronne « s'attir[e] [...] une très grande considération » non pas pour sa noblesse ou son mérite mais à cause de son poids ! Voltaire veut nous dire que la noblesse du baron n'existe que dans son esprit, illusion qui est entrevue par les flatteries de ses valets qui « l'appelaient tous Monseigneur » et « riaient quand il faisait des contes », façon de dire que le baron dit n'importe quoi mais que les valets sont assez hypocrites pour en rire et lui faire croire qu'il a de l'esprit.
L'autre fondement illusoire de cette petite société est la philosophie optimiste.

2) L'illusion de la philosophie optimiste

La critique de la philosophie de Pangloss rejoint celle de la noblesse. L'introduction de « nigo » dans « métaphysico-théologo-cosmolonigologie » et la longueur interminable du mot ôtent toute valeur à cette science. L'origine du nom « Pangloss » (grec pan=tout+glossa=langue donne « tout en discours ») va dans le même sens : en effet le personnage parle toujours et cherche à tout justifier par le discours. Cette philosophie...



Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Pour pouvoir consulter gratuitement ce document et

TOUCHER DES DROITS D'AUTEUR

Vous disposez de documents dont vous êtes l'auteur ?

monnaie-euro-00008Publiez-les et gagnez 1 euro à chaque consultation.
Le site devoir-de-philosophie.com vous offre le meilleur taux de reversement dans la monétisation de vos devoirs et autres rapports de stage.
Le site accepte tous les documents dans toutes les matières (philosophie, littérature, droit, histoire-géographie, psychologie, etc.).

N'hésitez pas à nous envoyer vos documents.

, nous vous prions tout simplement de faire don d'un document pour le site en cliquant sur le boutton ci-dessous :




Le corrigé du sujet "VOLTAIRE, Candide : chapitre 1 (incipit)" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Le choix de nommer « métaphycico-théologo-cosmolonigologie » sa « science » indique qu'elle n'est qu'un vaste fourre tout qui s'appuie surtout sur la naïveté de son public : ce que met en relief le mot « nigaud » contenu dans son nom. Tout son savoir se contente d'être un tissu de banalités et d'évidences dites sur un ton docte : « Il prouvait admirablement qu'il n'y a point d'effets sans causes », et que dans ce meilleur des mondes possibles, le château de monseigneur le baron était le plus beaux des châteaux et madame la meilleurs des baronnes possibles ».

Ajouté par PROF

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Cela est bien dit, répondit Candide, mais il faut cultiver notre jardin. Voltaire, Candide.

Ajouté par webmaster

Cela est bien dit, répondit Candide, mais il faut cultiver notre jardin., VOLTAIRE, Candide, XXX.

Ajouté par webmaster

M. le baron (...) chasse Candide du château à grands coups de pied dans le derrière (...), VOLTAIRE, Candide, I.

Ajouté par webmaster

Maître fou, lui dit Candide, je l'ai réchappé des galères., VOLTAIRE, Candide, 29.

Ajouté par webmaster

-(Ils) entendirent un sermon très pathétique, suivi d'une belle musique en faux-bourdon. Candide fut fessé en cadence, pendant qu'on chantait., VOLTAIRE, Candide, VI.

Ajouté par webmaster

Candide (...) demanda de quel maître étaient les deux premiers -(tableaux). Ils sont de Raphaël, dit le sénateur (...) ils ne me plaisent point du tout; la couleur en est toute rembrunie (...), VOLTAIRE, Candide, XXV.

Ajouté par webmaster

Voici dans ce moment ce qui se passa dans l'âme de Candide, et comment il raisonna (...), VOLTAIRE, Candide, IX.

Ajouté par webmaster

On le -(Candide) fait tourner à droite, à gauche, hausser la baguette, remettre la baguette, coucher en joue, tirer, doubler le pas, et on lui donne trente coups de bâton (...), VOLTAIRE, Candide, II.

Ajouté par webmaster

(...) on vint lier après le dîner le docteur Pangloss et son disciple Candide (...) tous deux furent menés séparément dans des appartements d'une extrême fraîcheur, dans lesquels on n'était jamais incommodé du soleil (...), VOLTAIRE, Candide, VI.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource précédente

VOLTAIRE, Candide : chapitre 1 (incipit)

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo