Vous définirez l'intuition et la pensée discursive et vous montrerez le rôle de l'une et de l'autre dans les sciences mathématiques, dans les sciences expérimentales et dans la métaphysique. ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Que pensez-vous de cette formule : « Il n'y ... Quels sont les Rapports de l'induction et de ... >>
Partager

Vous définirez l'intuition et la pensée discursive et vous montrerez le rôle de l'une et de l'autre dans les sciences mathématiques, dans les sciences expérimentales et dans la métaphysique. ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Vous définirez l'intuition et la pensée discursive et vous montrerez le rôle de l'une et de l'autre dans les sciences mathématiques, dans les sciences expérimentales et dans la métaphysique. ?



Publié le : 17/11/2009 -Format: Document en format FLASH protégé

	Vous définirez l'intuition et la pensée discursive et vous montrerez le rôle de l'une et de l'autre dans les sciences mathématiques, dans les sciences expérimentales et dans la métaphysique.	?
Zoom
  • intuition : Perception immédiate, sans le secours du raisonnement.
  • pensée : Faculté de connaître, de comprendre, de juger, de raisonner, qui est censée caractériser l'homme, par opposition à l'animal. Synonyme d'entendement, de raison.
  • autrui : Un autre homme, une autre personne. En philosophie, "autrui" est ce qui est différent de moi et que l'appréhende par ma subjectivité. L'homme est ce que j'ai en commun avec les autres, tandis qu' "autrui" est ce qui me différencie des autres, ce que je ne peux connaître totalement, à cause de ma subjectivité.
  • dans quelle mesure : Jusqu'à quel degré, jusqu'à quel point.
  • science : Ensemble des connaissances portant sur le donné, permettant la prévision et l'action efficace. Corps de connaissances constituées, articulées par déduction logique et susceptibles d'être vérifiées par l'expérience.
  • mathématique : Ensemble des sciences hypothético-déductives ayant pour objet les nombres, les figures géométriques, les structures algébriques et topologiques, les fonctions, le calcul intégral et le calcul des probabilités. Les mathématiques se distinguent des sciences naturelles par le fait que leurs objets sont a priori, cad indépendants de l'expérience sensible.
  • métaphysique : Domaine de la connaissance qui dépasse ce que nous pouvons connaître au moyen de nos sens, de l'expérience. Dieu, l'immortalité de l'âme, l'infini, le fait même que nous soyons capables de penser en conscience sont des problèmes métaphysiques.

Toute une connaissance humaine s'énonce sous forme de jugement, affirmation d'un rapport entre deux idées. La phrase de Kant est bien connue : « Penser, c'est juger. »
Mais, suivant la façon dont ce rapport est découvert, on a coutume de distinguer deux modes de pensée : la pensée intuitive ou intuition; la pensée discursive ou raisonnement.
En envisageant la nature et le rôle de ces deux procédés, nous pourrons nous convaincre de la valeur- que présente cette distinction.

I. — Nature différente.

A. Des exemples très simples nous permettent de dégager le caractère essentiel à toute intuition :

— qu'il s'agisse en effet d'un fait d'expérience : externe : il fait jour, ou interne : je pense;
— ou qu'elle porte sur une vérité rationnelle : le tout est plus grand que la partie:
— qu'elle nous dévoile de façon instantanée un rapport inattendu (intuition divinatrice)
— ou qu'elle prétende nous mettre en rapport avec l'essence même de tel ou tel être (intuition métaphysique) à la façon de Descartes, Malebranche, Bergson, l'intuition se présente toujours comme une connaissance immédiate et sans intermédiaire qui participe au genre de la vision (intueri, voir).



 

Réflexion : opération intellectuelle par laquelle la pensée, s'abstrayant de toute adhésion au concret, fait retour sur elle-même et sur ses actes. Implique un processus temporel.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Vous définirez l'intuition et la pensée discursive et vous montrerez le rôle de l'une et de l'autre dans les sciences mathématiques, dans les sciences expérimentales et dans la métaphysique.	? Corrigé de 914 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Vous définirez l'intuition et la pensée discursive et vous montrerez le rôle de l'une et de l'autre dans les sciences mathématiques, dans les sciences expérimentales et dans la métaphysique. ?" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

 

Discursif

: lorsque la pensée doit passer par une série de raisonnements intermédiaires pour parvenir à une connaissance, on dit qu'elle a un savoir discursif.

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Les philosophes (...) ont admis deux méthodes scientifiques : la méthode -inductive ou l'-induction, propre aux sciences physiques expérimentales, et la méthode -déductive ou la -déduction appartenant plus spécialement aux sciences mathématiques., Cl. BERNARD, Introd. à l'étude de la médecine expérimentale, I, II, p. 83.

Ajouté par webmaster

J'ai déjà eu l'occasion d'insister sur la place que doit garder l'intuition dans l'enseignement des sciences mathématiques. Sans elle, les jeunes esprits ne sauraient s'initier à l'intelligence des mathématiques; ils n'apprendraient pas à les aimer et n'y verraient qu'une vaine logomachie (...), Henri POINCARÉ, Valeur de la science, I, I, IV.

Ajouté par webmaster

L'une des tendances les plus générales des mouvements d'avant-garde dans toutes les sciences humaines est le structuralisme, se substituant aux attitudes atomistiques ou aux explications «holistes» (totalités émergentes)., J. PIAGET, Épistémologie des sciences de l'homme, p. 278 (1970).

Ajouté par webmaster

Il est donc clair que les hommes que nous appelons nos -maîtres, ne sont en effet que des -moniteurs (...) nous n'avons point d'autre -maître dans les sciences, Philosophie, Mathématiques (...) que la -Sagesse éternelle qui habite en nous (...), MALEBRANCHE, Entretiens sur la métaphysique..., Préface, p. 34.

Ajouté par webmaster

(...) spécialement tourné vers les sciences exactes et les mathématiques par son éducation, il a négligé tout ce qui n'était pas -sa partie. Aussi ne sauriez-vous imaginer jusqu'où va sa nullité dans les autres branches des connaissances humaines., BALZAC, le Curé de village, Pl., t. VIII, p. 695.

Ajouté par webmaster

On appelle (...) -sciences exactes, les sciences mathématiques, qui étant purement abstraites et déductives, ne dépendent pas du degré de perfection de nos sens ni de nos instruments., GOBLOT, -in LALANDE, Voc. de la philosophie, art. -Exact.

Ajouté par webmaster

Diderot • "Mettez dans un des côtés de la balance les avantages réels des sciences les plus sublimes et des arts les plus honorés, et de l'autre, […] ceux des arts mécaniques, et vous trouverez […] qu'on a bien plus loué les hommes occupés à faire croire que nous étions heureux que les hommes occupés à faire que nous le fussions en effet." > Denis Diderot, Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers (1751-1772), article "Art".

Ajouté par webmaster

Alors, il est d'essence que la philosophie des sciences devienne philosophie de l'histoire des sciences, ou histoire des sciences, ou encore histoire de la philosophie des sciences. Il est d'essence qu'elle verse à l'historicisme : soit dans le sens usuel, soit dans le sens d'histoire naturelle, c'est-à-dire qu'elle devienne une description diachronique ou une description synchronique., Michel SERRES, Hermès I, la Communication, p. 62.

Ajouté par webmaster

La psychanalyse freudienne, aidée en cela par les travaux de Bleuler sur la pensée «autistique» et suivie par l'école dissidente de Jung, a mis en évidence l'existence d'une «pensée symbolique» individuelle visible dans le rêve, dans le jeu des enfants et dans diverses manifestations pathologiques., J. PIAGET, Épistémologie des sciences de l'homme, p. 354.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource précédenteRessource suivante

Vous définirez l'intuition et la pensée discursive et vous montrerez le rôle de l'une et de l'autre dans les sciences mathématiques, dans les sciences expérimentales et dans la métaphysique. ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo