NoCopy.net

Vous expliquerez et vous apprécierez cette réflexion de Claude Roy sur l'utilité de la littérature : A quoi servent les chefs-d'½uvre ? D'abord à être des chefs-d'½uvre, c'est-à-dire l'expression suprême qu'un homme donne de la joie d'être homme, de l'honneur d'être homme, de l'angoisse d'être homme. Mais enfin, nous ne lisons jamais pour oublier la vie, au contraire pour l'éclairer. Il ne s'agit pas de passer sa vie « le nez dans les livres. Il faut bien relever le nez, et que les livres, dès lors, nous aident à voir, à agir, à vivre. Claude Roy. Défense de la littérature.

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La lecture d'un roman peut-elle permettre une ... Le cinéaste R. Bresson écrit : Cinéma, radio, ... >>
Partager

Vous expliquerez et vous apprécierez cette réflexion de Claude Roy sur l'utilité de la littérature : A quoi servent les chefs-d'œuvre ? D'abord à être des chefs-d'œuvre, c'est-à-dire l'expression suprême qu'un homme donne de la joie d'être homme, de l'honneur d'être homme, de l'angoisse d'être homme. Mais enfin, nous ne lisons jamais pour oublier la vie, au contraire pour l'éclairer. Il ne s'agit pas de passer sa vie « le nez dans les livres. Il faut bien relever le nez, et que les livres, dès lors, nous aident à voir, à agir, à vivre. Claude Roy. Défense de la littérature.

Littérature

Aperçu du corrigé : Vous expliquerez et vous apprécierez cette réflexion de Claude Roy sur l'utilité de la littérature : A quoi servent les chefs-d'œuvre ? D'abord à être des chefs-d'œuvre, c'est-à-dire l'expression suprême qu'un homme donne de la joie d'être homme, de l'honneur d'être homme, de l'angoisse d'être homme. Mais enfin, nous ne lisons jamais pour oublier la vie, au contraire pour l'éclairer. Il ne s'agit pas de passer sa vie « le nez dans les livres. Il faut bien relever le nez, et que les livres, dès lors, nous aident à voir, à agir, à vivre. Claude Roy. Défense de la littérature.



document rémunéré

Document transmis par : ???


Publié le : 8/4/2011 -Format: Document en format FLASH protégé

Vous expliquerez et vous apprécierez cette réflexion de Claude Roy sur l'utilité de la littérature : A quoi servent les chefs-d'œuvre ? D'abord à être des chefs-d'œuvre, c'est-à-dire l'expression suprême qu'un homme donne de la joie d'être homme, de l'honneur d'être homme, de l'angoisse d'être homme. Mais enfin, nous ne lisons jamais pour oublier la vie, au contraire pour l'éclairer. Il ne s'agit pas de passer sa vie « le nez dans les livres. Il faut bien relever le nez, et que les livres, dès lors, nous aident à voir, à agir, à vivre. Claude Roy. Défense de la littérature.
Zoom
  • réflexion : Méditation, pensée.
  • littérature : Le mot litteratura en latin signifie "écriture". Aujourd'hui, la littérature ne renvoie pas à une simple pratique de l'écriture, elle se découvre dans le souci d'écrire singulièrement.
  • être : Du latin esse, « être ». 1) Verbe : exister, se trouver là. En logique, copule exprimant la relation qui unit le prédicat au sujet (exemple : l'homme est mortel). 2) Nom : ce qui est, l'étant. 3) Le fait d'être (par opposition à ce qui est, l'étant). 4) Ce qu'est une chose, son essence (exemple : l'être de l'homme). 5) Avec une majuscule (l'Être), l'être absolu, l'être parfait, Dieu.
  • dire : Affirmer, soutenir, tenir pour vrai.
  • expression : Action d'exprimer, de dire, de manifester quelque chose. « L'expression de ma liberté » c'est la façon dont ma liberté se réalise et se montre, se donne à voir.
  • dernier homme : Homme médiocre. Ultime produit de l'esclavage engendré par la civilisation.
  • angoisse : Malaise fait d'un sentiment d'inquiétude relative à un avenir incertain et au sentiment de notre situation de mortel.
  • oublier : Perdre le souvenir.
  • contraire : I. adj. Qui offre la plus grande différence possible avec ce qui est dit ou ce qui est pris comme référence, qui se situe à l\'exact opposé. - De sens opposé. - [Figuré] Agir dans le sens contraire : mener une action opposée (à l\'action considérée). - GÉOMORPHOLOGIE : Faille contraire : dont le bord le plus bas est du côté amont de la pente des stratifications (par opposition à faille conforme). LOGIQUE : Se dit de deux idées ou propositions qui ne peuvent être vraies toutes les deux, mais telles que l\'une et l\'autre peuvent être fausses (tandis que les propositions contradictoires ne peuvent être fausses en même temps). DROIT CIVIL : - Parties contraires en fait : parties dont les affirmations sont contradictoires. - DROIT ROMAIN : Action contraire : action née fortuitement d\'un fait postérieur au contrat. Incompatible avec ; non conforme à. - Hostile, néfaste. - MARINE ANCIENNE, PLAISANCE, VOILE : Vent contraire : qui souffle d\'une direction telle qu\'il s\'oppose à la marche des navires dans la direction désirée. II. n. m. Ce qui est opposé à la chose dont il est question, ce qui en est l\'inverse. Mot qui exprime la notion opposée à celle exprimée par un autre. SYN. antonyme. Personne ou chose qui diffère autant que possible d\'une autre. loc. adv. - Au contraire, bien au contraire, tout au contraire : formules de négation ou d\'opposition absolue. loc. prép. - Au contraire de : d\'une manière opposée à.
  • dans quelle mesure : Jusqu'à quel degré, jusqu'à quel point.
  • faut-il : "Faut-il ?" est une question qui peut se poser à deux niveaux et donner lieu à un plan en deux parties : 1) la nécessité physique/matérielle/naturelle/économique/sociale, c'est-à-dire la contrainte des choses. 2) l'obligation morale, le devoir, c'est-à-dire l'impératif de la raison pratique.
  • bien : Ce qui est avantageux ou utile à une fin donnée. Ce qui possède une valeur morale, ce qui est juste, honnête, louable. Souverain Bien : norme suprême de l'ordre éthique, que l'homme poursuit en vue de lui-même, et non en vue d'obtenir un autre bien. En économie, toute chose qui possède une valeur d'échange et qui est susceptible d'appropriation (exemple : biens de consommation).
  • agir : Faire, accomplir.
  • vivre : Exister, être au monde.


 
 ■ Une lecture attentive du sujet est nécessaire. A quoi servent les chefs-d'œuvre ? Cette question pose le problème classique de l'utilité de l'art. Remarquons toutefois que Claude Roy choisit l'expression la plus haute de la littérature et de la création. Il faut donc axer le devoir sur les grandes œuvres. Penser immédiatement aux positions extrêmes : l'art pour l'art représenté principalement par Théophile Gautier. D'après cette doctrine l'art doit être désintéressé, détourné de toute préoccupation morale, le beau ne peut être utile. A cette théorie s'oppose celle de l'engagement (Sartre). Voir aussi la mission du poète d'après Hugo. L'auteur doit délibérément s'engager dans son époque et faire œuvre grande, c'est faire œuvre utile.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Vous expliquerez et vous apprécierez cette réflexion de Claude Roy sur l'utilité de la littérature : A quoi servent les chefs-d'½uvre ? D'abord à être des chefs-d'½uvre, c'est-à-dire l'expression suprême qu'un homme donne de la joie d'être homme, de l'honneur d'être homme, de l'angoisse d'être homme. Mais enfin, nous ne lisons jamais pour oublier la vie, au contraire pour l'éclairer. Il ne s'agit pas de passer sa vie « le nez dans les livres. Il faut bien relever le nez, et que les livres, dès lors, nous aident à voir, à agir, à vivre. Claude Roy. Défense de la littérature. Corrigé de 827 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Vous expliquerez et vous apprécierez cette réflexion de Claude Roy sur l'utilité de la littérature : A quoi servent les chefs-d'œuvre ? D'abord à être des chefs-d'œuvre, c'est-à-dire l'expression suprême qu'un homme donne de la joie d'être homme, de l'honneur d'être homme, de l'angoisse d'être homme. Mais enfin, nous ne lisons jamais pour oublier la vie, au contraire pour l'éclairer. Il ne s'agit pas de passer sa vie « le nez dans les livres. Il faut bien relever le nez, et que les livres, dès lors, nous aident à voir, à agir, à vivre. Claude Roy. Défense de la littérature." a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Ex. de La Chartreuse de Parme (Stendhal). Le difficile, constate Flaubert, est de ne sacrifier ni l'exactitude à l'art, ni l'art à la vérité du fait. L'artiste doit tenir compte de la réalité intérieure des personnages et pas seulement des scènes d'extérieur qu'il observe. Une œuvre d'art est un « coin de la création vu à travers un tempérament » (Zola). Le vrai du roman est souvent plus vraisemblable que le vrai de la réalité et l'auteur évite de peindre les crises, les « catastrophes illogiques », moments exceptionnels de la vie qui est « encombrée de hasards et de futilités » (Maupassant). Le réalisme absolu est absurde : l'art transfigure les données de la vie, dont les matériaux lui servent de tremplin pour atteindre la beauté. « La photographie banale de la vie » ne peut donner une œuvre d'art, elle a besoin de retouches. La « tranche de vie ne peut être servie crue ».

Ajouté par PROF

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Enseigne-lui que la domination de la vie ne va pas sans domination de soi-même; car, pour dominer, d'abord il s'agit d'être; mais nous ne sommes pas : nous nous créons., F. MAURIAC, le Jeune Homme, p. 82.

Ajouté par webmaster

- (...) l'honneur d'un galant homme est d'avoir des maîtresses - (...) si pour haïr le change et vivre sans amie Un homme tel que lui tombe dans l'infamie, Je le tiens glorieux d'être infâme à ce prix (...), CORNEILLE, l'Illusion, V, 2.

Ajouté par webmaster

Etre dupe: Dès que vous voulez agir, il vous faut fermer les portes du doute, - disait un homme d'action. - Et ne crains-tu pas, de cette façon, d'être dupe? - rétorqua un contemplatif. Aurore (1881) Nietzsche, Friedrich Wilhelm

Ajouté par webmaster

Car alors un homme, si grand qu'il soit, est tenu d'être un homme d'armes, de savoir manier l'épée et le poignard pour sa défense (...), TAINE, Philosophie de l'art, t. I, p. 197.

Ajouté par webmaster

.1 Et puis, comment vous oublier? Le fait que vous soyez un homme public (ce même mot pour un «homme public» et une «fille publique»! Et c'est bien ça...) me l'interdit matériellement., MONTHERLANT, Pitié pour les femmes, p. 54.

Ajouté par webmaster

(...) Veillez-y-bien. Il ferait beau voir qu'un homme entrât dans la chambre des mortes! - Plus souvent! - Hein! - Plus souvent! - Qu'est-ce que vous dites? - Je dis plus souvent. - Plus souvent que quoi? - Révérende mère, je ne dis pas plus souvent que quoi, je dis plus souvent. - Je ne vous comprends pas. Pourquoi dites-vous plus souvent? - Pour dire comme vous, révérende mère. - Mais je n'ai pas dit plus souvent. - Vous ne l'avez pas dit, mais je l'ai dit pour dire comme vous., HUGO, les Misérables, II, VIII, III.

Ajouté par webmaster

-(Le condamné à mort) n'est plus un homme, mais une chose qui attend d'être maniée par les bourreaux (...) Quand les fonctionnaires, dont c'est le métier de tuer cet homme, l'appellent un colis, ils savent ce qu'ils disent. Ne pouvoir rien contre la main qui vous déplace, vous garde ou vous rejette, n'est-ce pas, en effet, être comme un paquet ou une chose (...), CAMUS, Réflexions sur la guillotine, -in Essais, Pl., p. 1040.

Ajouté par webmaster

Je crois bien que ce Lalli était un homme odieux, un méchant homme, si vous voulez, qui méritait d'être tué par tout le monde, excepté par le bourreau (...), D'ALEMBERT, Lettre à Voltaire, 23 juin 1766.

Ajouté par webmaster

(...) homme décoré, dans qui le Croizeau voulut voir un rival et à qui plus tard il dit : - -Môsieur, vous m'avez donné bien de la tablature! Ce mot doit vous faire entrevoir le personnage., BALZAC, Un homme d'affaires, Pl., t. VI, p. 813.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



Vous expliquerez et vous apprécierez cette réflexion de Claude Roy sur l'utilité de la littérature : A quoi servent les chefs-d'½uvre ? D'abord à être des chefs-d'½uvre, c'est-à-dire l'expression suprême qu'un homme donne de la joie d'être homme, de l'honneur d'être homme, de l'angoisse d'être homme. Mais enfin, nous ne lisons jamais pour oublier la vie, au contraire pour l'éclairer. Il ne s'agit pas de passer sa vie « le nez dans les livres. Il faut bien relever le nez, et que les livres, dès lors, nous aident à voir, à agir, à vivre. Claude Roy. Défense de la littérature.

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast littérature