NoCopy.net

Est-il vrai de dire que percevoir c'est se souvenir ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Sommes-nous responsables de nos passions ? La perception de l'espace est-elle une donnée ... >>
Partager

Est-il vrai de dire que percevoir c'est se souvenir ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Est-il vrai de dire que percevoir c'est se souvenir ?



Publié le : 21/3/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Est-il vrai de dire que percevoir c'est se souvenir ?
Zoom

Percevoir, c'est donc associer et se souvenir. C'est pour la même raison que le correcteur (l'imprimerie laisse échapper une faute grossière, en substituant mentale, ment au mot défectueux le mot correct ; que, dans une lecture rapide, nous devinons plus de mots que nous n'en lisons réellement, et que, dans les célèbres expériences de Goldscheider, le sujet peut déchiffrer en une seconde une phrase entière, tandis que dans le même temps, il ne peut lire que deux ou trois mots sans suite. La perception ajoute donc. à la sensation, des images et des souvenirs, qui se sont trouvés associés à elle dans mes expériences antérieures, et c'est ce complexus de qualités actuellement perçues et de qualités remémorées qui constitue ce qu'on appelle un objet. 1° Mais Roustan remarque avec raison que si, à un certain point de vue, la perception contient plus que la sensation, à un autre point (le vue elle contient moins que les données sensibles qui résultent des excitations extérieures ; car elle implique l'attention, et l'attention rétrécit le champ de la conscience. Je perçois dans la réalité ce qui m'intéresse, je choisis une chose à l'exclusion d'une autre, et dans la chose même que je choisis, je ne percevrai que ce qui a de l'importance pour moi. C'est ainsi que les dessins des enfants reproduisent moins ce qu'ils voient que ce qu'ils savent de l'objet ou que ce qui- les intéresse dans l'objet. Tant il est vrai que percevoir c'est souvent prépercevoir, c'est-à-dire projeter l'expérience passée au-devant de l'expérience future. 2° D'autre part, il n'y a pas que des images et des souvenirs dans la perception, il y a aussi des idées. Percevoir, c'est interpréter, c'est faire rentrer un objet dans une certaine classe, c'est l'étiqueter d'un nom, c'est lui donner une sorte d'individualité.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Est-il vrai de dire que percevoir c'est se souvenir ? Corrigé de 706 mots (soit 1 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Est-il vrai de dire que percevoir c'est se souvenir ?" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

C'est ainsi que les dessins des enfants reproduisent moins ce qu'ils voient que ce qu'ils savent de l'objet ou que ce qui les intéresse dans l'objet. Tant il est vrai que percevoir c'est souvent prépercevoir, c'est-à-dire projeter l'expérience passée au-devant de l'expérience future. 2° D'autre part, il n'y a pas que des images et des souvenirs dans la perception, il y a aussi des idées. Percevoir, c'est interpréter, c'est faire rentrer un objet dans une certaine classe, c'est l'étiqueter d'un nom, c'est lui donner une sorte d'individualité. Il ne faudrait pas méconnaître la part de l'intelligence dans la perception. Les perceptions dites « perceptions acquises » ne sont donc pas des sensations véritables ; ce sont des images, des souvenirs, des idées ou connaissances évoquées par la sensation ou la "perception naturelle".

Ajouté par PROF

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

(...) percevoir finit par n'être plus qu'une occasion de se souvenir (...), H. BERGSON, Matière et Mémoire, p. 68.

Ajouté par webmaster

Dante, pourquoi dis-tu qu'il n'est pire misère Qu'un souvenir heureux dans les jours de douleur? (...) Un souvenir heureux est peut-être sur terre Plus vrai que le bonheur., A. DE MUSSET, Poésies nouvelles, «Souvenir».

Ajouté par webmaster

- Le tonton est une tata. - C'est pas vrai, gueula Gridoux, c'est pas vrai, je vous défends de dire ça., R. QUENEAU, Zazie dans le métro, Folio, p. 78.

Ajouté par webmaster

(...) mais déjà je trouvais aussi le souvenir de la veille, de l'avant-veille et des deux soirs précédents, c'est-à-dire le souvenir des quatre soirs écoulés depuis le départ d'Albertine (...), PROUST, Albertine disparue, Folio, p. 48.

Ajouté par webmaster

(...) un système vrai, c'est un système qui est, qui représente, qui renferme la vérité; un vrai système, c'est un système qui est vraiment, qui est bien un système. C'est-à-dire qu'antéposé, l'adjectif ne fait qu'affirmer le sens du substantif, il l'identifie avec lui-même., A. BLINKENBERG, l'Ordre des mots en franç. moderne, II, p. 50.

Ajouté par webmaster

C'est du présent que part l'appel auquel le souvenir répond, et c'est aux éléments sensori-moteurs de l'action présente que le souvenir emprunte la chaleur qui donne la vie., H. BERGSON, Matière et Mémoire, p. 166.

Ajouté par webmaster

C'est au cours de l'année 1944, que furent mises en service les premières turbines à gaz d'aviation. à vrai dire, elles ne se présentèrent pas sous la forme de -turbopropulseurs, c'est-à-dire de turbines actionnant une hélice, mais bien sous la forme de -turboréacteurs (...), Georges LEHR, la Propulsion des avions, p. 83.

Ajouté par webmaster

Du reste la vie mondaine est occupée par trois choses qui constituent à vrai dire le formalisme presque tout entier : le snobisme, c'est-à-dire l'admiration de ce qui chez les autres est indépendant de leur personnalité, la médisance, c'est-à-dire la plupart du temps l'attention extrême donnée (sous prétexte de critique) aux apparences, les convenances et l'étiquette, érection du formalisme en chose réelle et même plus réelle que tout le reste., PROUST, Jean Santeuil, Pl., p. 628-629.

Ajouté par webmaster

C'est vrai que les vieillards se désintéressent et se détournent du sérieux des adultes, c'est vrai qu'ils n'ont presque plus faim que de bonbons et de baisers, et c'est vrai qu'ils finissent comme ils ont commencé, la main happeuse, et serrant jusqu'à la limite des forces possibles la main qui a bien voulu se tendre (...), Annie LECLERC, Parole de femme, p. 190 (1974).

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource précédenteRessource suivante

Est-il vrai de dire que percevoir c'est se souvenir ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo