Nationalism

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Introduction au droit MÉTHODE DE LA DISSERTATION EN PHILOSOPHIE >>


Partager

Nationalism

Echange

Aperçu du corrigé : Nationalism



Document transmis par : Petrostb-293415


Publié le : 30/11/2017 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Nationalism
Zoom



C.E.C Emilie GourdVolée 2017

Varvias Petros-GerassimosSoutenance : décembre 2017















































Maître Accompagnant : M. Paul Marti

1. Table des matières

TOC \o "1-3" \h \z \u 1. Table des matières PAGEREF _Toc497422108 \h 2

1.Résumé PAGEREF _Toc497422109 \h 3

2.Introduction PAGEREF _Toc497422110 \h 4

3.La nation : un concept protéiforme PAGEREF _Toc497422111 \h 5

4.Nationalisme, Nationalismes PAGEREF _Toc497422112 \h 8

4.1 L’époque « zéro » (1648 - 1820) PAGEREF _Toc497422113 \h 8

4.2 L’Etablissement des états-nations (1820 - 1880) PAGEREF _Toc497422114 \h 9

4.3 Le nationalisme réactionnaire (1880-1945) PAGEREF _Toc497422115 \h 12

4.4 Le nationalisme anti-impérialiste (1945-1970) PAGEREF _Toc497422116 \h 14

4.5 Conclusion intermédiaire PAGEREF _Toc497422117 \h 15

5.Tradition et culture politiques en France et Russie PAGEREF _Toc497422118 \h 16

5.1 France PAGEREF _Toc497422119 \h 16

5.2 La Russie PAGEREF _Toc497422120 \h 17

6.Le Front National PAGEREF _Toc497422121 \h 20

6.1 Les Valeurs du Front National PAGEREF _Toc497422122 \h 20

6.2 Le programme politique du Front National PAGEREF _Toc497422123 \h 21

6.3 l’organisation de la direction du FN PAGEREF _Toc497422124 \h 23

6.4 Communication : PAGEREF _Toc497422125 \h 25

6.5 Les électeurs du Front National : PAGEREF _Toc497422126 \h 28

7. la Russie Unie PAGEREF _Toc497422127 \h 32

7.1 Valeurs de La Russie Unie PAGEREF _Toc497422128 \h 32

7.2 Le programme politique de la Russie Unie PAGEREF _Toc497422129 \h 33

7.3 La structure PAGEREF _Toc497422130 \h 36

7.4 Communication : PAGEREF _Toc497422131 \h 37

7.5 Electeurs : PAGEREF _Toc497422132 \h 38

8. La comparaison PAGEREF _Toc497422133 \h 42

9.Dans l’histoire du nationalisme PAGEREF _Toc497422134 \h 48

10.Conclusion PAGEREF _Toc497422135 \h 49

11.Bilan Personnel PAGEREF _Toc497422136 \h 52

12.Bibliographie PAGEREF _Toc497422137 \h 53





Résumé

A la recherche des différénces entres les mouvements nationalistes en Russie et en France, nous allons comparer les plus grandes partis nationalistes de ces deux pays, soit Russie Unie et le Front National.

Afin de situer ces deux partis dans le paysage des mouvements nationalistes et dans le paysage politique actuel, nous allons d’abord examiner la notion abstraite de nation, puis analyser l’évolution du nationalisme, les contenus et représentations évolutives qui y sont associés au XIXe et au Xxe siècle.,Par ailleurs, nous allons brièvement décrire des caractéristiques de la culture politique en France et en Russie : ceci pour mieux situer les mouvements nationalistes dans leur contexte national spécifique.

Puis, en nous focalisant sur chaque parti individuellement, nous allons en faire une analyse exhaustive. Nous présentons ses valeurs, son programme politique, sa structure, son fonctionnement réel, sa communication et finalement ses électeurs.

Enfin, nous allons faire, point après point, une comparaison des deux partis et essayer de les situer dans l’histoire des mouvements nationalistes.

Introduction

J’ai choisi ce sujet car il m’intéresse. En effet, ayant grandi dans plusieurs pays, je n’ai pas de sentiment nationaliste et j’aimerais pouvoir mieux comprendre ce sentiment chez les individus. Par ailleurs à dix-neuf ans en tant que citoyen, j’aimerais mieux déchiffrer le monde politique dans lequel je peux désormais agir.

Je suis parti avec l’intention de comparer les mouvements nationalistes des pays de l’Europe de l’Est avec ceux des pays de l’Europe de l’Ouest. Compte tenu de l’ampleur du champ, j’ai décidé de resserrer le sujet de mon étude : géographiquement d’abord en me concentrant sur deux pays particuliers, la Russie et la France, ensuite en me focalisant sur deux partis qui se réclament de l’idéologie nationaliste :  le Front National  en France et  la Russie Unie  en Russie.

Par conséquent le travail n’a pas pour ambition une description comparative exhaustive des nombreux groupes, mouvements et partis nationalistes en Europe de l’Ouest et de l’Est. Par contre, définir en ouverture la notion de nation et rappeler l’évolution des mouvements nationalistes au cours de deux derniers siècles est important dans la mesure où cela permet de situer les deux partis nationalistes de premier plan que sont Le Front National et La Russie Unie. Pour chacun de ces partis, je propose ensuite une analyse relativement fine qui porte sur : les valeurs, le programme politique, la structure, le fonctionnement réel du parti, la communication, les électeurs. Il s’agit de comparer ces deux partis nationalistes sur chacun des aspects analysés et de mettre ainsi en évidence des points de convergence et de divergence. Enfin, je les situerai dans l’histoire des mouvements nationalistes, en faisant ressortir leurs spécificités.



La nation : un concept protéiforme

A l’origine même du terme de nationalisme qui est associé au Front National et à la Russie Unie, il y a le terme « nation ». Un terme dont il nous a semblé important de retracer l’origine et l’histoire précisément parce que les partis nationalistes y font abondamment référence.

Les historiens disent que les états-nations commencent à apparaître après le traité de Westphalie de 1648. La paix de Westphalie a établi un nouveau système politique en Europe centrale et occidentale basé sur la notion d'états souverains coexistant. L'agression interétatique devait être contrôlée par un équilibre de pouvoir. Une norme a été établie contre les interférences dans les affaires intérieures d'un autre état. À mesure que l'influence européenne se répandait dans le monde entier, ces principes westphaliens, en particulier le concept d'état souverain, sont devenus essentiels au droit international et aux maintien de du mandat international.

Même si nous savons que le concept de nation existe depuis la fin de la guerre de Trente Ans, nous ne parvenons pas à définir cette notion de manière univoque. La difficulté vient du fait que la nation est basée sur des critères flous, il est impossible de dire pourquoi certaines régions se sont développées en nations et d’autres pas. D’ailleurs, il est facile de trouver des exceptions à chaque définition. Par exemple, si nous définissons une nation comme « [e]nsemble des êtres humains vivant dans un même territoire, ayant un communauté de culture » nous pouvons facilement donner le contre-exemple des nations multiculturelles du passé, comme l’Autriche-Hongrie, ou du présent, comme la Suisse.

Pour essayer de trouver une définition de la nation, nous allons nous inspirer de plusieurs penseurs qui se sont interrogé sur la question.

Tout d’abord, Ernest Renan dans la conférence qu’Il a donné à la Sorbonne intitulé Qu'est-qu’une nation (1882) dit que « on confond la race avec la nation, et l'on attribue à des groupes ethnographiques ou plutôt linguistiques une souveraineté analogue à celle des peuples réellement existants ». Selon lui, une nation n’est pas formée sur une base de dynastie, langue, religion, géographie ni sur des intérêts communs. Renan se focalise sur les aspects démocratiques et historiques qui constituent une nation, bien que «  l'oubli, et je dirai même l'erreur historique, sont un facteur essentiel de la création d'une nation ». Finalement il affirme qu’«[u]ne nation est donc une grande solidarité. »

À l’autre extrémité, nous avons Adolf Hitler qui croit que la nation est unifiée par des caractéristiques raciales fondée sur l’histoire commune, le langage, la culture mais surtout sur une ascendance partagée. Dans Mein Kampf il explique que «  ce qui fait un peuple ou, pour être plus correcte, un race n’est pas un language, mais le sang »

Le terme « Communauté imaginée » est utilisé par Benedict Anderson et « communité abstraite » par Paul James. C’est une communauté imaginée dans le sens que les conditions matérielles existent pour imaginer des connections élargies et partagées. C’est une communauté abstraite dans le sens qu'elle est objectivement impersonnelle, même si chaque individu dans la nation se considère comme une partie de l’unité avec d’autres. Pour la plupart, les membres d’une nation restent des étrangers qui ne vont jamais se rencontrer. Par conséquent la phrase “a nation of stringers” est largement acceptée.

Selon Eric Hobsbawm, pour qu’un peuple soit classé comme une nation il existe trois critères « une association historique avec un état actuelle ou avec un passé assez long et récent » ; « L'existence d'une élite culturelle établie de longue date, possédant une nation écrite et une langue vernaculaire administrative » et malencontreusement ; « Une capacité de conquérir». A la différence de la plupart des penseurs, Hobsbawm démontre que la nation est apparue avant le nationalisme lui-même, et ce n’est pas grâce au nationalisme que la nation est apparue.

Par contre, la plupart des penseurs s’accordent pour dire que personne ne peut choisir sa nation. En effet, nous ne pouvons pas choisir notre langue maternelle, et comme les notions de nation et de langue sont reliées, l’appartenance à une nation est, dans une large mesure, non volontaire.

Pour conclure cette partie, nous pouvons dire que le concept de nation est protéiforme. Reste néanmoins que la nation est en général basée sur un ou plusieurs des critères suivants ; l’ascendance, le langage, la culture et/ou l’histoire. Il est aussi évident que dans la plupart des cas nous ne pouvons pas choisir notre nation.

Dans ce qui suit, nous nous attachons à définir la notion tout aussi complexe de nationalisme.



Nationalisme, Nationalismes

La difficulté à définir précisément ce qu’est une nation se double de l’évolution du nationalisme tout au long du XIXe siècle et du XXe siècle : bref, il y a plusieurs types de nationalismes. Auquel pouvons-nous rattacher le Front National et la Russie Unie ? Pour avoir des éléments de réponse, nous présentons brièvement en ouverture les principales évolutions des mouvements nationalistes.

La définition du Larousse est « [m]ouvement politique d'individus qui prennent conscience de former une communauté nationale en raison des liens (langue, culture) qui les unissent et qui peuvent vouloir se doter d'un État souverain. » selon autre définition « le nationalisme est une idéologie qui donne à une nation un sentiment d'unité en lui imposant le même ensemble d'identités (linguistiques, historiques, culturelles, par exemple). »

Or, comme la notion de l’état-nation est récente, le phénomène des mouvements nationalistes l’est aussi, et il a besoin de la structure sociale de la société moderne pour exister. Pour autant, le phénomène n’est pas homogène. En regardant l’histoire des mouvements nationalistes, nous pouvons indentifier quatre périodes successives ; l’époque « zéro », l’établissement des états-nations (1820-1880), le nationalisme réactionnaire (1880-1945) et le nationalisme anti-impérialiste (1945-1970).

4.1 L’époque « zéro » (1648 - 1820)

L’époque « zéro » est caractérisée par une absence de nationalisme dans la population. En effet, les états-nations existaient de manière embryonnaire. Ils étaient une notion juridique sans vraies conséquences pour la masse. Pendant cette époque, il y avait des royaumes, avec des territoires plus ou moins autonomes. Les sujets du roi n'avaient pas vraiment de loyauté envers lui. Et réciproquement, le roi n’aimait pas particulièrement ses sujets. Ceux-ci n’avaient que des obligation et pas des droits. Si deux royaumes guerroyaient, l’un de deux conquérait une partie de l’autre. Pour les habitants des territoires nouvellement conquis, cela ne changeait rien la plupart du temps. Les habitants avaient juste un nouveau maître, une nouvelle personne à laquelle ils devaient payer les impôts. De plus, ces royaumes et leurs royaumes ne prenaient pas en compte la culture, l'ethnicité ni la langue du peuple, c’était le roi qui faisait l’unité du royaume.

De plus, la plupart de humains n’avait pas la possibilité de voyager et/ou migrer, elle muerait dans la sa région de naissance. Ceci peut principalement être attribué au niveaux de la technologie de l’époque qui impliquait des voyages longes et dangereux. Les seuls à voyager constamment était les marchands. Ceci a fait en sorte que les cultures ne se mélangeaient pas, il y avait peu d’étrangères, peu de tensions intercommunales et peu de cosmopolitisme. Donc il y avait peu de raisons pour avoir un sentiment, peut-être pas nationaliste car il existait que de manière juridique mais sentiment spécial envers son propre origine. D’ailleurs le fait que la majorité de la population était illettrée provoque une grande difficulté quand nous voulons étudier les pensées des masses.

Cette époque se termine par la période des Lumières (XVIIe) et de la Révolution française (1789) qui ont préparé la démocratisation de l’Europe et l’établissement des Etats-nations.

4.2 L’Etablissement des états-nations (1820 - 1880)

Nous pouvons considérer ce nationalisme liés à l’établissement des états-nations (1820-1880) comme le nationalisme classique. Ce nationalisme considère la création et le maintien d'un État entièrement souverain qui appartient à un groupe ethno-national comme un devoir primaire de chaque membre du groupe.

Pendant cette période, le nationalisme est associé aux idéologies du libéralisme et du radicalisme. Les nationalistes de cette époque, visaient à susciter chez les habitants une identité nationale. Ces nationalistes voulaient élargir le droit de vote à une partie ou même à toute la population. Ils ont aussi introduit l'éducation de publique gratuite et obligatoire en créant les écoles primaires pour tous.

Il existe plusieurs critères fondateurs de l’idéologie des nationalistes d’aujourd’hui comme la langue, l'ethnicité, la culture et la religion. Mais nous pouvons voir qu’en fait, la plupart de ces critères remontent au nationalisme de la période correspondant à l’établissement des états-nations.

Dans un premier temps, la langue ne faisait pas partie de l'idéologie du nationalisme. L’importance qu’elle prend au milieu du XIXe siècle provient de l’école primaire. Dans ce symbole de l’état nation, la langue jouait un rôle primordial. Massimo d’Azeglio une des premières figures qui peut être classée comme nationaliste a dit : « We have made Italy. Now it's time to make the Italians » En effet, lors de l’unification de l'Italie en 1860, la majorité des Italiens ne parlaient pas l’italien mais un dialecte, et les politiciens italiens ont largement utilisé l'école primaire pour répandre le Toscan, la langue la plus littéraire parmi les dialectes, celle de Dante, pour créer une identité nationale.

La futilité de la langue comme moyen d’unification nationaliste est bien mis en évidence par Weinreich « a language is a dialect with an army and a navy ». Comme le dit Eric Hobsbawm “les langues nationales sont donc presque toujours des constructions semi-artificielles et parfois, comme l'hébreu moderne, pratiquement inventées. Ils sont à l'opposé de ce que la mythologie nationaliste les suppose être, fondement presque primordial de la culture nationale et des matrices de l'esprit national.”

L’ethnicité est souvent confondue avec la culture. Pourtant, Il faut d'abord distinguer la culture de l'ethnicité. Pour faire court, nous allons utiliser la définition suivante : L'ethnicité est biologiquement héritée et elle est la classification d'une personne basée sur son ascendance commune, son identité sociale et culturelle, son langage, sa race, sa patrie. Alors que « la culture est acquise socialement, elle est une représentation des caractéristiques particulières d'une société particulière et elle est très dynamique, et n'importe qui peut acquérir les traits culturels des autres. »

Bien que l'ethnicité joue un rôle important dans le nationalisme, aujourd’hui, la population d’une nation ne partage généralement pas une ascendance commune. La composition biologique ou « race » d’une nation ne peut donc logiquement pas être prise en compte. Ce qui s’applique pour la langue s'applique pour l'ethnicité, notamment le fait que des groupes ethniques ne se sont pas développés en états-nations mais que les états-nations sont développés des groupes ethniques.

La culture est très souvent évoquée par les nationalistes. « [E]tant une représentation des caractéristiques particulières d'une société particulière, » elle est très dynamique, et fluide. Ce qui rend sa protection impossible. Le nationalisme met l'accent sur une identité nationale façonnée par les traditions culturelles et par la langue. Il ne se focalise pas sur les concepts d'ascendance commune comme le nationalisme ethnique. Il insiste sur la préservation et la transmission d'une culture donnée, ou plus précisément, des traits ethnoculturels reconnaissables, en consacrant la création artistique, l'éducation et la recherche à cet objectif.

Le nationalisme civique caractérise par ailleurs la période de l’établissement des états-nation. Ce nationalisme définit la nation comme une association de personnes qui se considèrent comme appartenant à la nation, qui ont des droits politiques égaux et partagés et se reconaissent dans des procédures politiques similaires. Selon les principes du nationalisme civique, la nation n'est pas fondée sur une ascendance ethnique commune. Le nationalisme civique est une sorte de nationalisme non xénophobe qui est prétendu compatible avec les valeurs libérales de liberté, de tolérance, d'égalité et de droits individuels. Les nationalistes civiques défendent souvent la valeur de l'identité nationale en disant que les individus ont besoin d'une identité nationale pour avoir des vies significatives et autonomes et que les systèmes démocratiques libéraux ont besoin d'une identité nationale pour fonctionner correctement.

En synthèse, nous pouvons dire que l’époque pendant laquelle les états-nation s’établissaient était caractérisée par un nationalisme d’intégration, libéral et démocrate.  Un nationalisme d’inclusion et de masse qui était censé unir les différentes populations d’une nation. Après cette époque du nationalisme libéral et démocrate, le nationalisme change de caractère : A partir de la fin du XIXe il est porté par des forces non plus progressistes mais au contraire réactionnaires.

4.3 Le nationalisme réactionnaire (1880-1945)

Sous l’effet des rivalités impérialistes entre grandes puissances, le nationalisme dévient xénophobe, antisémite et réactionnaire. Les acquis scientifiques de Darwin (1809-1882), notamment sa théorie de l’évolution, permettent aux nationalistes de donner un aspect « scientifique » à leurs propres théories. Les nationalistes utilisent ainsi la théorie de l’évolution pour classer les humains et les distinguer. C’est pendant cette époque que l’on commence à établir un lien entre le racisme et le nationalisme.

Nous pouvons facilement distinguer les grandes thèmes de cette époque en regardant le vocabulaire de la droite française qui met en avant « la famille, l’ordre, la tradition, la morale ».

Dans le même temps, se développe un nouveau type de nationalisme : celui des fascistes qui vise à dénier ou à éliminer les différences à l’intérieur d’un peuple afin de créer un système politique homogène et mythique. Les fascistes croient que la démocratie libérale est obsolète et considèrent la mobilisation complète de la société dans un État totalitaire à parti unique nécessaire pour préparer une nation à un conflit armé et pour répondre efficacement aux difficultés économiques. Un tel état est dirigé par un leader fort, un “dictateur charismatique” selon Max Weber, pour forger l'unité nationale et maintenir une société stable et ordonnée. Le fascisme rejette les affirmations selon lesquelles la violence est négative dans sa nature et considère la violence politique, la guerre et l'impérialisme comme des moyens qui permettent le rajeunissement national.

Le nazisme est une forme de fascisme qui préconise le racisme biologique et l'antisémitisme. Une grande partie de la philosophie de ce mouvement était basée sur l’idée que la «race aryenne», terme qu'ils utilisent pour désigner les populations germaniques, était supérieure à toutes les autres races et avait la plus grande capacité à survivre. Selon les idées racistes du nazisme, les peuples germaniques étaient le Herrenvolk (race maîtresse). Les races «inférieures» - les Juifs, les Roms, les Slaves et les Noirs - ont été classées comme Untermenschen (sous-humains).

La pureté nationale est aussi souvent évoquée par les nationalistes de cette époque. Ils excluent certains groupes. Ils définissent la communauté nationale en termes ethniques, linguistiques, culturels, historiques ou religieux (ou une combinaison de ceux-ci). Dès lors, ils considèrent certaines minorités comme n'étant pas véritablement membre de la «communauté nationale» telle qu'ils l’envisagent. Parfois enfin, une patrie mythique est plus importante pour l'identité nationale que le territoire réel occupé par la nation.

Durant cette époque de démocratisation de la vie politique, le problème de l’état de la nation, qui auparavant était un problème traité par les élites, touche tous les citoyens. Dans ce contexte, le cinéma populaire, la presse et surtout la propagande, se développent énormément ce qui permet de manipuler et de radicaliser les peuples. Les médias offrent comme moyen de persuasion du peuple. La presse devient alors un moyen de contrôler les masses. A la même époque, les Jeux olympiques moderne participent à l’émergence du nationalisme ; chaque athlète représente son pays et rivalise avec ceux des autres pays. Dans ce cas précis la notion abstraite de nation prend une forme concrète et facilement distinguable des autres, celle d’un athlète.

En conclusion, pendant cette deuxième époque le nationalisme s’associe à des idieologies de l’extrême droite. Il devient plus conservateur et il vise à défendre l’identité national construit au long de l’époque précédente. L’idée de nation s’en racine dans la mentalité des peuples et la combinaison de la scolarisation avec la démocratisation des masses font du nationalism un élément crucial sur la scène politique. Finalement, la Première Guerre mondial, ou la guerre des états-nations et puis, la Deuxième Guerre mondiale, ou la guerre des idéologies, aboutissent à un large scepticisme par rapport aux faces traditionnelles de nationalisme.

4.4 Le nationalisme anti-impérialiste (1945-1970)

Après la Seconde Guerre mondiale et dans un contexte de victoire des pays traditionnellement anti-colonialistes, comme les Etats-Unis et l’URSS, apparaît une nouvelle forme du nationalisme, le nationalisme anti-impérialiste. Ce nouveau type de nationalisme vise à libérer les peuples oppressés, à leur donner une patrie. Ce mouvement et ses idées anti-impérialistes ont joué un rôle déterminant dans le processus de la décolonisation des années 1950 et 1960. Il était très présent dans les pays du tiers monde. Le nationalismes de ces nations était basé sur la résistance et la lutte contre la domination coloniale pour survivre. Ainsi, la résistance fait partie intégrante de ces nationalismes. Le nationalisme du tiers monde implique que les identités des peuples du tiers monde soient créées principalement par elles-mêmes, et non par des puissances coloniales. Les nationalistes du « tiers monde » ont créé un lien commun, une identité nationale dans le cadre du mouvement de la lutte pour l'indépendance. Dans la plupart des cas cependant, le lien qui a été construit au cours du mouvement d'indépendance a ensuite été brisé par des divisions, une fois l'indépendance acquise. Donc, nous pouvons dire que c’est une réaction aux pouvoirs-coloniaux que les pays, qui déclarent leur indépendance, ont construit leur identité national.

Il faut aussi noter que le nationalisme n’a pas cessé d’exister pendant cette époque dans les pays du « premier» et « second monde », mais il avait un aspect différent. Les pays du « premier » monde étaient focalisés sur la reconstruction des leurs économies et la lutte contre le. Dans les pays du « second » monde, le nationalisme va en principe à l’encontre l’idéologie dominante, du communisme. Cette idéologie frustule en effet que le nationalisme est une construction bourgeoise et que la lutte des classes était international et beaucoup plus importante. En réalité, il y avait néanmoins un sorte de nationalisme en URSS, son peuple était des soviets et l’union promouvait au maximum la langue, la culture et l’histoire Russe.

4.5 Conclusion intermédiaire

Arrivé au terme de ces développements sur l’histoire du nationalisme, nous sommes en mesure de conclure qu’il s’agit ici d’un concept complexe et multidimensionnel qui implique une identification commune partagée avec sa nation. Il est une idéologie politique orientée vers la conquête et le maintien de l'autonomie gouvernementale ou de la pleine souveraineté sur un territoire d'importance historique pour le groupe. Le nationalisme affirme donc qu'une nation doit se gouverner elle-même, sans d'ingérences extérieures indésirables et est donc lié au concept d'autodétermination. Le nationalisme est davantage orienté vers le développement et le maintien d'une identité nationale fondée sur des caractéristiques partagées telles que la culture, la langue, la race, la religion, ou encore une ascendance commune. Le nationalisme cherche donc à préserver la culture de la nation. Cela implique souvent un sentiment de fierté dans les réalisations de la nation qui est étroitement lié au concept de patriotisme. Selons ses différents postulations, le nationalisme peut être considéré comme positif - la démocratisation des peuples, éducation des masses et l’indépendances des colonies - ou négatif - racisme, intolérance, bellicisme

Tradition et culture politiques en France et Russie

Les développements que nous proposons dans ce qui suit portent sur la tradition et la culture politiques en France et en Russie. En effet, si les partis nationalistes prennent racine dans l’histoire des mouvements nationalistes, ils sont aussi marqués par une tradition et une culture politiques propre à leur pays. Quelles sont donc de manière schématique les caractéristiques distinctives des traditions et culture politiques de la France et de la Russie ?

5.1 France

La France est un pays de culture occidentale. C’est aussi un pays riche, dont le PIB par habitant est le 20e plus élevé au monde et son IDH la place à la 21e place mondiale. C’est un pays où les inégalités économiques sont modérés, selon le coefficient de GINI (29.20). Selon l’étude de « legtatum prosperity index » qui se focalise sur plusieurs critères sociaux, comme la liberté d’expression et l’accès à l’éducation, ainsi que des critères économiques comme la facilité de faire entrepreneuriat, la France se place au 18e rang mondial.

C’est par ailleurs le deuxième le pays le plus peuplé de l’Union Européen après l’Allemagne, avec une population de 66.9 millions d’habitant. L’accroissement de cette population est l’une des plus grandes en Europe et sa population a un âge moyen de 41.2 ans.

L’économie du pays est principalement basée sur les services (79.8% du PIB) et l’industrie, (18.3%) du PIB. Or la France est marquée par un taux de chômage élevé ces dernières années. Le pourcentage de population qui vit sous le seuil de la pauvreté s’établit à 13 % de la population.

La France a joué un rôle central au XVIIIe siècle, pendant le siècle des Lumières. Sont alors développées les notions de liberté de culte, d’égalité devant la loi et de séparation des pouvoirs. Nous pouvons considérer la France comme le lieu de naissance de la démocratie moderne avec la Révolution français de 1789 avec sa devise « Liberté, Egalité, et Fraternité. » Depuis 1789, la France a connu une succession de régimes de courte durée: un Directoire, un Consulat, deux empires, deux monarchies et cinq Républiques, ainsi que le régime de Vichy pendant la Seconde Guerre mondiale. La Ve République instaurée par Charles de Gaulle a toutefois abouti à un pays prospère et une démocratie stable. Globalement le régime est peu corrompu.

De plus la politique française met l’accent sur la préservation et la diffusion de la culture. La France consacre ainsi une partie considérable de son budget à la protection de sa culture. La Par sa tradition libérale et démocratique, elle est fortement liée aux Etats-Unis, lien qui apparaît notamment après la fin de la Deuxième Guerre mondiale avec le plan Marshall, qui a favorisé un développement économique plus grand que dans l’Union Soviétique. Enfin, l’une des valeurs les plus importantes de la culture française est la laïcité. La tolérance en est une autre. La France est aussi ancrée dans le monde capitaliste.

5.2 La Russie

La Russie par contre a sa propre une tradition et une culture politique. Depuis sa création par Ivan IV en 1571, elle est une puissance européenne, mais aussi asiatique avec un territoire énorme. C’est un pays bien moins riche : son PIB par habitant, la place au 69e rang mondial et son IDH la met au 50e rang, Par ailleurs, c’est un pays marquée par de fortes inégalités, le coefficient GINI est de 42. Selon « legetum prosperity index », la Russie se place 95e rang mondial.

La Russie a une population de 144,3 millions d’habitants qui s’accroît très faiblement de 0.13% par an. En combinant ceci avec l’émigration de sa jeunesse, la Russie fait face à un problème démographique dans un futur proche. Ce phénomène est aussi appelé « drainage des cerveaux ».

L’économie de la Russie repose sur les services (58% du PIB) et l’industrie (33% du PIB). Cette industrie n’est pas basée sur la valeur ajoutée, mais sur l’extraction de matières premières. En effet, la Russie profite de ses ressources naturelles pour consolider son économie qui est d’ailleurs peu diversifiée. Les exportations de la Russie sont presque exclusivement des matières premières, comme les diamants ou le gaz naturel. Le taux de chômage de 6% n’est pas très élevé et le pourcentage de la population qui vit sous le seuil de pauvreté est de 13.6%.

Historiquement, la Russie a toujours eu un pouvoir qui oppressait le peuple. Soit le pouvoir absolu, de droit divin, du Tsar soit le pouvoir central du parti communiste à Moscou. Après l’effondrement de l’URSS, le pays a vécu des périodes de grande instabilité et une récession économique qui ont marqué la population. De plus, le pays a connue des nombreuse mouvements séparatistes, la Russie actuelle a perdu un grand nombre de territoires, toute en restant le plus grand plays du monde

Le vaste territoire de la Russie actuelle abrite des populations très diverses et multiethniques ce qui requiert une gouvernance adaptée. La Russie accorde une grande importance au système fédérale, elle est divisée en 47 Oblasts (provinces), 21 républiques (états) - jouissant d'un degré élevé d'autonomie et qui correspondent à certaines des nombreuses minorités ethniques de la Russie- huit Krais (territoires), six Okrugs (districts autonomes), deux villes fédérales (Moscou et Saint-Pétersbourg), et un Oblast autonome juif.

La Russie a toujours eu un retard dans son développement socio-économique par rapport au pays de l’Europe occidentale. Ainsi, la Russie était le dernier pays en Europe à abolir le servage en 1861 et elle était aussi la dernière monarchie absolue en Europe jusqu’à la Révolution russe en 1917. Dans le même temps, de nombreux dirigeants de la Russie se sont inspirés de l’Europe de l’Ouest, comme Pierre Ier au XVIIe et XVIIe siècle ou Boris Yeltsin après l’effondrement de l’Union Soviétique au début des années 1990. La Russie n’a pas de tradition démocratique fortement établie même si elle est formellement une démocratie depuis 1991. Le régime actuel est assombri par des soupçons d’élections truquées. le gouvernement russe est l’un des plus corrompu au monde.

La religion joue aussi un rôle très important dans la culture politique russe. Etant le plus puissant pays orthodoxe, la Russie se voit comme étant la seule à pouvoir protéger cette religion. Une religion très conservatrice qui lutte contre les progrès sociaux, et dont il ne faut pas sous-estimer l’influence et la puissance

Après avoir brièvement défini les notions de nation et de nationalisme et esquissé la tradition politique et culturelle nationale de la France et de la Russie, nous arrivons à la présentation des partis d’extrêmes droites que sont le Front National et la Russie Unie qui sont au centre de notre travail.



Le Front National

Le Front National est le plus grand et le plus important parti d’extrême droite en France. Pour cerner ce qui fait la spécificité de ce parti, nous allons présenter successivement; les valeurs du FN, son programme politique, sa structure et son fonctionnement réel, sa communication, et finalement ses électeurs. Ceci afin d’avoir une vision synthétique de ce parti.

6.1 Les Valeurs du Front National

Le Front National, comme la plupart des partis d’extrême droite, est hostile à l’immigration, et aux changements culturels. Pourtant, et à la différence de la plupart des partis d’extrême droite, le Front National bénéficie d’une base électorale jeune (18-26 ans). Ceci pour plusieurs raisons (cf. 5.5) dont l’une est l’usage des sites internet ciblés sur la jeunesse. C’est sur un de ses sites que nous allons nous concentrer pour parler des valeurs du FN.

Le site commence en évoquant la chance que les jeunes Français ont de pouvoir voter pour un parti comme le FN. Il dit que celui-ci garantit « l’accès à la santé, la sécurité, l’éducation, à un travail, à la démocratie » et que il y a « peu de jeunes sur Terre [qui] héritent […] d’une culture et d’une civilisation...


Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Pour pouvoir consulter gratuitement ce document et

TOUCHER DES DROITS D'AUTEUR

Vous disposez de documents dont vous êtes l'auteur ?

monnaie-euro-00008Publiez-les et gagnez 1 euro à chaque consultation.
Le site devoir-de-philosophie.com vous offre le meilleur taux de reversement dans la monétisation de vos devoirs et autres rapports de stage.
Le site accepte tous les documents dans toutes les matières (philosophie, littérature, droit, histoire-géographie, psychologie, etc.).

N'hésitez pas à nous envoyer vos documents.

, nous vous prions tout simplement de faire don d'un document pour le site en cliquant sur le boutton ci-dessous :




Le corrigé du sujet "Nationalism" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



Nationalism

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit