la structure sociale

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<<

ACTIVITE COMPLEMENTAIRE
...


Dissertation :
>>


Partager

la structure sociale

Economie

Aperçu du corrigé : la structure sociale



document rémunéré

Document transmis par : luje -292652


Publié le : 11/11/2017 -Format: Document en format HTML protégé

la structure sociale
Zoom



Comment analyser la structure sociale ?

Les inégalités économiques et sociales ont un caractère multiforme et parfois cumulatif. L'appartenance sociale, l'origine et le genre constituent des facteurs puissants d'inégalités. Les inégalités permettent par ailleurs de dresser une hiérarchie sociale, base de la stratification sociale des sociétés. Celle-ci est l'objet d'une analyse en termes de classes sociales, instrument mis en place par les sociologues pour analyser les différences sociales des sociétés. Cependant, la pertinence des classes est à relativiser compte tenu d'une moyennisation de la société et de l'apparition de multiples critères de différenciation.



I Comment analyser et expliquer les inégalités ?



A Différences et inégalités



1Définition

Dans toute société, il existe des différences sociales entre individus, c'est-à-dire des différences basées sur des critères sociaux. Ces critères de différenciation permettent de classer les individus selon des groupes sociaux, et ils varient dans l'espace et dans le temps. On peut distinguer :

Des critères économiques (revenu, patrimoine)

Des critères démographiques (âge, sexe)

Des critères culturels (religion, appartenance ethnique)

Des critères symboliques (prestige, honneur)

Une différence sociale suppose que les individus aient des traits distincts sans que cela implique une hiérarchie et un sentiment d'injustice. En revanche, si la société accorde collectivement une valeur plus grande à ceux qui remplissent un critère qu'à un autre, ou si des avantages sont systématiquement détenus par ceux qui remplissent un critère plutôt qu'un autre, alors il existe une hiérarchisation des positions sociales qui les différence en inégalités.

Inégalités

Les inégalités sont des différences entre les individus ou les groupes sociaux perçues comme injustes ou illégitimes. Une différence devient une inégalité lorsqu'elle se conjugue avec un avantage ou un handicap social ou économique, qui traduit alors une hiérarchie.

2 Les inégalités économiques

Inégalités économiques

Les inégalités économiques désignent la répartition non uniforme des richesses disponibles dans la population.

Il existe différents types d'inégalités économiques :

Les inégalités de salaires : le salaire est un revenu du travail perçu par un salarié. Les inégalités salariales correspondent donc aux inégalités de salaires entre des individus dotés de caractéristiques différentes.

Les inégalités de revenu : les revenus sont plus larges que le simple salaire. Les professions libérales (avocats, médecins) perçoivent une rémunération qui n'est pas un salaire ; il existe aussi des revenus de transfert (issus de la redistribution), des revenus du patrimoine (intérêts que touchent les créanciers, dividendes que touchent les actionnaires), etc.

Les inégalités de patrimoine : le patrimoine est le stock de richesse que détiennent les individus (et non les flux de revenu qu'ils reçoivent, même s'ils peuvent être des revenus liés à la détention de patrimoine). Ce sont les biens immobiliers, les avoirs et dettes détenus par les agents économiques, l'argent épargné, etc. Le patrimoine est distribué de façon plus inégale que les revenus dans la population.

Au cours du XXe siècle, les inégalités de salaires ont peu varié du côté "haut" de la hiérarchie : l'écart entre les hauts salaires et le salaire moyen est resté à peu près le même. Par contre, les inégalités entre les bas salaires et le salaire moyen se sont beaucoup réduites, surtout depuis 1968, grâce à l'instauration puis à la revalorisation régulière du SMIC.

Les inégalités de revenus se sont rapidement réduites entre 1968 et 1984, puis cette réduction s'est arrêtée. Cela est dû au développement de la précarité et à l'augmentation des hauts revenus.

En France, environ 20% de la population ne dispose d'aucun patrimoine. Pour ceux qui détiennent du patrimoine, celui-ci augmente plus vite que le revenu. Les inégalités de patrimoine sont les plus fortes et se sont particulièrement accrues ces dernières années (notamment car le prix des actifs a augmenté).

3 Les inégalités sociales

Inégalités sociales

Les inégalités sociales sont des différences socialement structurées qui se traduisent par des avantages ou des désavantages dans l'accès aux ressources valorisées.

Une société qui valorise les garçons par rapport aux filles fait de la variable sexuelle une inégalité. Une société qui valorise la jeunesse et ses attributs (le fait d'être sportif, indépendant, etc.) par rapport à la vieillesse fait de l'âge une inégalité.

Une inégalité "naturelle" (taille, sexe) ne devient une inégalité sociale que lorsqu'elle est associée à une discrimination en faveur de certains critères.

Les inégalités sociales et culturelles ne renvoient pas aux ressources disponibles (inégalités économiques) mais aux conditions de vie et aux possibilités offertes aux individus.

Tout d'abord, les conditions de vie sont inégales, particulièrement pour l'accès aux soins, au logement, à une alimentation variée. Les pratiques culturelles ne sont pas réparties équitablement dans la société, tout comme les loisirs. Il existe toujours des inégalités importantes face à l'école et face à l'emploi, notamment entre les hommes et les femmes.

Les inégalités sociales peuvent être la conséquence des inégalités économiques (le logement par exemple en matière de taille et de confort est conditionné au revenu) mais certaines inégalités sociales sont le résultat d'une valorisation différenciée au sein de la société.

Les statistiques indiquent qu'environ 80% des enfants de cadres et professions intellectuelles supérieures (sortis de formation initiale entre 1991 et 1994) ont un diplôme de l'enseignement supérieur alors que 20% à peine des enfants d'ouvriers non qualifiés et d'ouvriers agricoles sont dans cette même situation.

Entre 1982 et 1996, le nombre de décès observés chez les ouvriers non qualifiés de 30 à 75 ans a été 30% plus élevé que si leur mortalité avait été la même que celle de l'ensemble de la population, et celui des décès observés chez les cadres de 40% inférieur à celui qu'il aurait été aux conditions de mortalité de l'ensemble de la population.

Dans la population françaises, si l'on observe la distribution des salaires, on observe que parmi les 20% de salariés les moins bien payés, il se trouve 75% de femmes, alors que parmi les 20% de salariés les mieux payés, 65% sont des hommes. En moyenne, les hommes touchent un salaire supérieur de 25% à celui des femmes. Ce différentiel peut s'expliquer :

Par l'effet de caractéristiques structurelles, elles-mêmes inégalement distribuées dans la population : les femmes ont plus souvent des emplois à temps partiel, elles sont moins souvent à des postes d'encadrement et de direction, etc., ce qui explique que leurs salaires soient inférieurs, en moyenne, à ceux des hommes.

Par l'effet d'une discrimination pure : à poste et à niveau de diplôme égal, une femme reçoit en moyenne un salaire inférieur de 6 à 7% à celui des hommes, selon l'Observatoire des inégalités.

B Évolutions des inégalités



1 Réduction des inégalités sur le long terme

Selon l'économiste américain Simon Kuznets (1901 − 1985), les inégalités économiques doivent dessiner une courbe en U inversé au cours du processus du développement. Dans une première phase de développement, lors de l'industrialisation et de l'urbanisation des sociétés agricoles traditionnelles, les inégalités croissent. Dans une seconde phase, elles se stabilisent, puis un troisième temps doit amener une diminution substantielle des inégalités. Les fruits de la croissance sont d'abord concentrés et ne bénéficient qu'à une petite partie de la population, et doivent ensuite bénéficier au plus grand nombre.

Le resserrement de la hiérarchie des revenus est une tendance de long terme qui s'est inscrite dans les faits :

De 1950 à 1968, malgré la très forte augmentation du niveau de vie moyen, la dispersion des salaires s'est accrue dans la mesure où le SMIG était indexé sur l'évolution des prix (et non sur celle de la croissance)

De 1968 et 1984, les inégalités se réduisent sous les effets de l'indexation du SMIC sur la croissance économique, de l'augmentation des pensions retraites et de la mise en place de minima sociaux.











2 Persistance des inégalités

Dans les années 1980, les inégalités cessent de diminuer. Le revenu moyen des 20% des personnes les moins riches s'élève (notamment grâce à la redistribution opérée par l'État-providence), mais le revenu moyen des 10% les personnes les plus riches aussi. Ce constat met en échec la théorie de Kuznets et marque la fin des grandes lois historiques sur l'évolution des in&...


Signaler un abus


Corrigé : la structure sociale Corrigé de 7026 mots (soit 10 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "la structure sociale" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



la structure sociale

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit