MONTESQUIEU : CONSIDERATIONS SUR LES CAUSES DE LA GRANDEUR DES ROMAINS ET DE LEUR DECADENCE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Montesquieu et le gouvernement dans L'Esprit ... >>

FICHE DE LECTURE POUR MONTESQUIEU : CONSIDERATIONS SUR LES CAUSES DE LA GRANDEUR DES ROMAINS ET DE LEUR DECADENCE

Aperçu du corrigé : MONTESQUIEU : CONSIDERATIONS SUR LES CAUSES DE LA GRANDEUR DES ROMAINS ET DE LEUR DECADENCE

MONTESQUIEU GRANDEUR CAUSES DECADENCE Montesquieu (Charles de Secondat, baron de La Brède et de). Philosophe français (1689-1755). • Les Lettres persanes (1721) lui apportent soudainement la gloire, et il est élu à l'Académie française en 1727. S'intéressant à la philosophie politique, il élabore une théorie des climats. • La publication de De l'esprit des lois (1748) est l'aboutissement d'un travail de plus de quinze ans sur la nature des lois et leurs rapports entre elles. Cet ouvrage est condamné par la Sorbonne et censuré par Rome. • Montesquieu y distingue les lois politiques et les lois de la nature d'origine divine. • Les lois sont nécessaires, elles découlent de la nature des choses, elles permettent à l'homme d'accéder à la liberté politique. • La relation qui unit la loi à la liberté politique étant posée, Montesquieu définit trois formes de gouvernement en distinguant leur nature et leur principe : le despotisme, la monarchie et la république. • Le despotisme est le mal politique absolu. Il repose sur la crainte et correspond au pouvoir d'un seul homme dont le caprice est la seule loi. Il ne peut convenir à un peuple civilisé et conscient de la dignité humaine. • La monarchie, où un seul exerce le pouvoir en se référant à des lois établies et dont le principe est l'honneur. • La république où le peuple — dans le cas de la démocratie — ou une partie du peuple — dans le cas de l'aristocratie — possède la souveraine puissance. Son principe est la vertu.
CAUSES CONSIDERATIONS ROMAINS LEURI-VIII. Causes de la grandeur romaine : vertus civiques, force des institutions. — IX-XXIII. La décadence romaine. Elle est en germe dans l'excès même de la victoire. Le luxe, le relâchement des moeurs, la détérioration des institutions politiques, l'extension démesurée de la conquête ont entraîné la dislocation de l'empire et son effondrement.

MONTESQUIEU : CONSIDERATIONS SUR LES CAUSES DE LA GRANDEUR DES ROMAINS ET DE LEUR DECADENCE


ATTENTION ! Un délai de 48 heures maximum est nécessaire pour l'obtention de ce corrigé.
Votre aide vous sera envoyée au plus tard le 11/12/2016 à 00h04



150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit