NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< JOURNAL INTIME d'Henri Frédéric Amiel (résumé ... JEUNESSE DU COMMANDEUR DE *** (La) de L’ ... >>


Partager

LE RÈGNE DE VICTORIA: L'âge d'or de la puissance britannique

Histoire-géographie

Aperçu du corrigé : LE RÈGNE DE VICTORIA: L'âge d'or de la puissance britannique



Publié le : 9/11/2018 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
LE RÈGNE DE VICTORIA: L'âge d'or de la puissance britannique
Zoom

Victoria, reine La Grande Guerre Government Légalisation Début de la crise Victoria, Réforme Grève des Début de la Décès de

du Royaume-Uni Famine de Crimée of India Act des syndicats économique impératrice électorale dockers guerre des Boers Victoria

en Irlande des Indes londoniens en Afrique du Sud



UN NOUYEAU MODÈLE DE SOCIETE

 

La Grande-Bretagne du xixe siècle se confond presque avec le règne de Victoria, tant celui-ci a été marquant. Durant cette période, le Royaume-Uni accède au rang de première puissance mondiale économique et politique : il dispose d\'un empire toujours plus étendu et d\'une industrie performante. Il propose aussi le modèle d\'une société nouvelle, démocratisée et urbanisée. Pourtant, à partir de 1876, la Grande-Bretagne doit affronter une succession de difficultés intérieures, l\'apparition de concurrents sur ses routes commerciales et la contestation de son hégémonie politique.

VICTORIA, IMPÉRATRICE DES INDES (1837-1876)

La première moitié du règne de Victoria est caractérisée par une prépondérance croissante et l\'affirmation de la suprématie britannique. Le titre d\'impératrice des Indes qu’offre le Premier Ministre Disraeli à sa reine en 1876 en est le symbole éclatant aux yeux de monde.

Une évolution politique sans

 

HEURTS MAJEURS

 

Contrairement à la plupart des pays européens, la Grande-Bretagne connaît une exceptionnelle période de calme. Aucune révolution ne vient renverser l\'ordre établi.

Une jeune reine consciente de ses responsabilités Petite-fille du roi d\'Angleterre George III, Victoria accède au trône d\'Angleterre en 1837, succédant à son oncle Guillaume IV.

Malgré sa jeunesse (18 ans) et son inexpérience, elle est dotée d\'une conscience aiguë de sa fonction et du rôle de son pays dans le concert des nations et, durant tout son règne, elle s\'efforce de restaurer auprès de ses sujets le prestige de la Couronne, quelque peu terni par ses prédécesseurs. Tout comme elle s\'attache à n\'agir que dans le strict respect du régime parlementaire que le Reform Act de 1832 (réforme électorale) lui impose. Elle dote son royaume de chefs de gouvernement énergiques, comme Peel, Palmerston, Disraeli et Gladstone.

L\'évolution politique intérieure Durant les premières années du règne de Victoria, les partis politiques traditionnels, whig et tory (le plus conservateur) se modifient. Les plus radicaux des tories, rassemblés autour de R. Peel (Premier ministre, 1841-1846), prennent le nom de conservateurs (1836) tandis que les whigs deviennent les libéraux en 1847. Malgré le mouvement chartiste qui prône une réforme institutionnelle profonde, la vie politique demeure inchangée, entre les mains des mêmes serviteurs de l\'État, Melbourne, Peel et Russell. Entre 1846 et 1867, deux adversaires politiques se distinguent : le conservateur Disraeli et le jeune libéral Gladstone. Tous deux, malgré leurs divergences, sont d’accord pour élargir le corps électoral. Le Reform Act de 1867 donne le droit de vote aux ouvriers qualifiés. De 1867 à 1876, la vie politique retrouve une certaine stabilité. Surtout les deux principaux Premiers ministres,

 

Gladstone puis Disraeli, engagent de nombreuses réformes.

Education Act, généralisant l\'éducation primaire, est voté en 1870, les syndicats sont légalisés (le Trades Union Congress s\'est constitué en 1868) entre 1871 et 1876, et l\'égalité civile entre l\'employeur et le salarié est reconnue par l\'Employers and Workmen Act en 1874.


LE PROBLÈME IRLANDAIS

La question irlandaise est vieille de plusieurs siècles. L\'île est l\'une des premières colonies britanniques (xiie siècle). Au problème de la possession de la terre s\'ajoute celui de la religion. Radicalisé par la Grande Famine de 1845-1849 et par la misère qui pousse la population à émigrer, le mouvement nationaliste et catholique irlandais exige le Home Rule, l\'autonomie, sans l’obtenir. En réponse, les gouvernements manient alternativement la carotte (Irish Church Act - séparation de l\'Église anglicane et de l\'État en Irlande -, 1869 ; Land Act, 1881) et le bâton (lois coercitives). Accordé trop tardivement, en 1914, le Home Rule ne pourra empêcher la guerre d\'indépendance de 1919-1921.



Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 3167 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "LE RÈGNE DE VICTORIA: L'âge d'or de la puissance britannique" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit