NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< coomentaire extrait La Chartreuse de Parme En quoi cette scène constitue-t-elle < ... >>


Partager

Les riches dans l'empire romain au Ier siècle de notre ère

Histoire-géographie

Aperçu du corrigé : Les riches dans l'empire romain au Ier siècle de notre ère



document rémunéré

Document transmis par : Pamtrack80-291749


Publié le : 25/10/2017 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Les riches dans l'empire romain au Ier siècle de notre ère
x

Veuillez selectionner une image pour le sujet :
Les riches dans l'empire romain au Ier siècle de notre ère




Les riches dans l'empire romain au Ier siècle de notre ère
 
La société romaine du Haut-Empire fut une société à la fois d'ordres et de classes : la place d'un homme était définie par l'État (critères juridiques) et par l'argent (critère économique). De ce fait, les couches sociales n'étaient pas parfaitement horizontales ; des courants verticaux traversaient la pyramide sociale.
[Voir la pyramide de G Alföldy, dans son Histoire sociale de Rome, trad. fr. 1991 (Paris), p. 133.]
 
I. Les sénateurs
 
L'appartenance au sénat dépendait de trois conditions : il fallait posséder des biens valant au moins 1000000 de sesterces (ce qui représentait deux ou trois grands domaines), répondre à des critères d'honorabilité (ne pas avoir mauvaise réputation, ne pas exercer de métier infâmant, ?) et exercer ou avoir exercé une magistrature. Ces trois conditions permettaient d'être inscrit par le censeur dans un album, l'album sénatorial.
Les sénateurs possédaient des biens fonciers pour l'essentiel ; la loi leur imposait d'acheter des terres en Italie et une maison à Rome. Ils pouvaient tirer des revenus de l'artisanat, du commerce ou de la banque, à condition de ne pas s'en vanter. Il valait mieux, dans ce cas, utiliser un prête-nom.
La famille avait pour eux une grande importance ; les alliances par mariage renforçaient ces liens.
Ce qui définit le plus sûrement cette couche sociale, c'est la carrière suivie par ses membres. Elle comprenait quatre types de charges.
1. Les charges préliminaires (avant les magistratures, qui seront vues au point suivant).
- tribun de légion, en province ;
- membre d'une des quatre commissions qui, au total, comptent vingt personnes, à Rome (c'est le vigintivirat).
2. Les magistratures (le cursus honorum proprement dit) : elles sont annuelles, sans itération possible, et collégiales. On distingue, dans l'ordre ascendant :
- questeur (finances) ;
- édile (police et bâtiments publics) ou tribun de la plèbe (titre vide de pouvoir) ;
- préteur (justice) ;
- consul (vide de pouvoir, mais très honorifique).
3. Les fonctions intermédiaires (entre les magistratures) : elles sont très nombreuses, aussi nous n'en mentionnerons que quelques-unes, et elles peuvent être exercées à Rome, en Italie ou dans les provinces.
- Fonctions prétoriennes (c'est-à-dire pour des anciens préteurs). Dans les provinces : légat (de légion, de province) ; proconsul. À Rome et en Italie : préfet (du trésor) ; curateur (des travaux publics, du Tibre, des égouts de Rome, de routes italiennes).
- Fonctions consulaires (pour des anciens consuls). Dans les provinces : légat d'une grande province à plusieurs légions, proconsul (d'Afrique, d'Asie). À Rome et en Italie : mêmes titres que ceux qui étaient portés par les anciens préteurs
4. Les sacerdoces sénatoriaux de la Ville de Rome : flamines, arvales, luperques, saliens, etc.
 
II. Les chevaliers
 
On retrouve les mêmes obligations que celles qui réglementaient l'accès au sénat, avec des différences.
L'appartenance à l'ordre équestre dépendait d...


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2313 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Les riches dans l'empire romain au Ier siècle de notre ère" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit