NoCopy.net

Dissertation sur citation de Barthes

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Ordinatio Imperii L'adjectif qualificatif ,latin >>


Partager

Dissertation sur citation de Barthes

Littérature

Aperçu du corrigé : Dissertation sur citation de Barthes



document rémunéré

Document transmis par : sobo83


Publié le : 23/11/2017 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Dissertation sur citation de Barthes
Zoom



LITTERATURE

1ère DISSERTATION

Sujet : &quot;La Littérature avec un grand &quot;L&quot; a été pendant très longtemps une véritable institution. Je crois que cet aspect institutionnel de la littérature est en train, sinon de disparaitre, tout au moins de se modifier profondément. La preuve en est qu&apos;il n&apos;y a plus actuellement ce qu&apos;on appelait &quot;de grands écrivains&quot;&quot;. : Barthes, 17 fév 1975, dans l&apos;émission Radioscopie, questions par Jacques Chancel

INTRO :

Accroche :

Au tout début du XXème siècle, lorsqu’ont été créés les premiers prix littéraires, la volonté était de valoriser la qualité, voire l’excellence littéraire, la reconnaissance d’un écrivain. Aujourd’hui le système des prix est très ambivalent, il est à la fois un dispositif de considération, de désignation de la valeur littéraire, lié à un imaginaire collectif. Pourtant ce dispositif est doublement paradoxe, à la fois lié à des logiques littéraires et les logiques marchandes et, avec la multiplication des prix, il y a un détournement des prix qui s’opère ou l’auteur devient un alibi de quelque chose qui lui échappe. Ainsi ce dispositif contemporain de logique culturelle et littéraire doublé d’un logique marchande peut identifier sous une certaine forme l’idée d’ une transformation de la chose littéraire qu’affirmait déjà Roland Barthes le 17 Février 1975 dans l’émission Radioscopie de Jacques Chancel : « La Littéraire avec un grand « L » a été pendant très longtemps une véritable institution. Je crois que cet aspect institutionnel de la littérature est un train de disparaître, tout au moins de se modifier profondément. La preuve en est qu’il n’y a plus actuellement ce qu’on appelait « de grands écrivains » ». En effet, la France est une « nation littéraire », elle est le pays ou l’on n’en finit pas de célébrer la fin d’un âge d’or. La Littérature avec une majuscule aurait autrefois atteint son consensus. Après quoi, il n’y aurait plus qu’à déplorer sa disparition ou à continuer tant bien que mal sur la lancée de cet héritage. Elle est le pays de la conception absolutiste ou de nombreux génies règnent encore un peu dans les bibliothèques, le patrimoine et la culture française. Elle est la nation littéraire pourvue d’un capital symbolique ancien ou l’omniprésence de l’opinion sur le goût influence certains lecteurs et non-lecteurs sur les réputations des œuvres. Mais alors Barthes, était-il un visionnaire ? Ou alors, cette idéalisation d’un passé glorieux et ce défaitisme du présent à l’oeuvre dans la pensée de Barthes mais également dans de nombreuses mentalités à notre époque, est une vision défaitiste et erroné. Qu’est-ce « la Littéraire avec un grand « L » » et comment évolue-elle ? Est-elle réellement en train de disparaître avec ses « grands écrivains » ou se modifie-elle pour une nouvelle postérité ? Nous nous demanderons donc si nous pouvons parler de crise littéraire ou de renaissance de celle-ci? Nous argumenterons tout d’abord le parti-pris de Barthes en établissant le possible constat que cette Littérature est menacée, et par différentes forces ; puis nous prendrons de la distance avec cette vision pessimiste en définissant ce qu’est cette « Littérature », ce qu’elle comprend, et ce à quoi elle renvoie en tentant de nuancer et de comprendre la conception du critique littéraire ; et enfin, nous émettrons un jugement nuancé en affirmant que la modification profonde exprimé par le sémiologue français n’est peut être qu’un moyen de survie et d’enrichissement de la Littérature.

I. La fin d’une époque ?

La lecture et la littérature subissent un certain déclin structurel et irréversible. Le temps ou nos sociétés étaient basées sur le livre (en simplifiant du XVème siècle avec l’invention de l’imprimerie jusqu’au XXème siècle avec le livre de poche) est en quelque sorte révolu. Le livre et la lecture n’attirent plus autant qu’auparavant. Songeons que des personnes ne lisent jamais (1 Français sur 3 en moyenne) et que le nombre de lecteurs réguliers ne cesse de diminuer. Fréquemment, un article de presse est publié pour faire état de la diminution du nombre de lecteurs et du temp...


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Dissertation sur citation de Barthes Corrigé de 3259 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Dissertation sur citation de Barthes" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



Dissertation sur citation de Barthes

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit