LE ROMAN DE LA RENAISSANCE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Le Roman de Jehan de Paris Le fonds médiéval >>


Partager

LE ROMAN DE LA RENAISSANCE

Littérature

Aperçu du corrigé : LE ROMAN DE LA RENAISSANCE



Publié le : 12/2/2018 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
LE ROMAN DE LA RENAISSANCE
Zoom

LE ROMAN DE LA RENAISSANCE

 

\"\"Nous ne nous hasarderons pas à donner une définition de la Renaissance 1, mais nous garderons le mot qui, dans sa confusion même, est plus expressif qu\'une simple désignation chronologique comme celle de Seizième siècle. Les transformations économiques et sociales qui marquent cette époque $, l\'affermissement d\'une royauté centraliste, l\'établissement d\'une politesse de cour et d\'une société mondaine, la diffusion de l\'imprimerie, l\'étude des œuvres antiques, la connaissance des littératures étrangères, les relations avec le Nouveau Monde, les guerres de religion ont certainement eu sur l\'évolution du genre roma­nesque une influence plus ou moins directe. C\'est l\'é.Poque où la bonne société se sépare du reste de la nation pour former une élite ayant le monopole de la culture. Elle se réunit dans les villes, de plus en plus importantes par rapport aux campagnes, ou dans les châteaux. Il faut croire qu\'elle a beaucoup de temps libre, puisqu\'elle se passionne pour des romans interminables et insipides, romans de chevalerie à partir de isso, romans sentimentaux dans les dernières



années du siècle. Elle distrait son ennui et oublie le malheur public dans des entretiens auxquels elle demande d\'abord d\'être « facétieux », mais où elle recherche aussi et de plus en plus le plaisir du beau langage et l\'exercice de la réflexion. C\'est le siècle des conteurs, et du plus grand de tous, Rabelais. Rabelais précisément a montré comment les connaissances intellectuelles se sont répandues : « je voy les brigans, les boureaulx, les avanturiers, les palefreniers de maintenant, plus doctes que les docteurs et prescheurs de mon temps », écrit Gargantua à Pantagruel. Enthousiasme de géant : tout le monde ne peut pas s\'acheter de livres, ni s\'adonner aux études encyclopédiques dont le programme est tracé par Ponocrates. Les riches bourgeois, les seigneurs seuls se constituent des bibliothèques; théologiens, philologues, juristes, médecins, savants versés dans toutes les disciplines collaborent à la formation de la pensée moderne, et donnent à leurs lecteurs et à leurs auditeurs, mondains ou non, le goût des discussions intellectuelles, de l\'érudition, de la polémique même, la curiosité des phénomènes naturels dont l\'explication est encore loin du rationalisme; la découverte de pays et de peuples nouveaux, le sentiment que les forces de la nature agissent par elles-mêmes d\'une façon obscure et secrète susci­tent un grand intérêt pour l\'étrange et le monstrueux; on croit toujours aux sorciers; l\'occultisme et l\'astrologie ne sont pas les formes d\'une pensée retardataire mais des méthodes d\'investigation; le naturalisme de la Renaissance est volontiers magique : de tout cela le roman offrira un reflet avec ses « histoires prodigieuses \' », ses récits de voyages et de navigations. Loin de s\'effrayer et de capituler devant le mystère, les hommes cherchent à le comprendre. L\'univers s\'ouvre à leur appétit, les géants de Rabelais symbolisent cette ambition de tout connaître et de tout posséder. On admire les individualités puissantes, les passions fortes, même les beaux crimes (les Histoires tragiques de Bandello sont traduites par Boaistuau êlès 1559), mais leur description énergique et pittoresque est bientôt remplacée par une pompeuse rhétorique qu\'imposera avant la fin du siècle la politesse mondaine; la convention règnera sur la psychologie comme sur l\'expression, et le roman écarté de la nature et de la vérité ne les rejoindra qu\'un siècle et demi plus tard. Les romanciers n\'avaient pas pu demander à l\'Antiquité les modèles de perfection qu\'elle offrait aux poètes lyriques. A défaut de la beauté architecturale, le roman posséda pour­tant, avant d\'être envahi par la convention, une beauté stylistique plus riche de ressources et d\'effets que la frêle élégance médiévale; la langue française devenue langue d\'une grande nation (l\'édit de Villers-Cotteret, qui en rend l\'usage obligatoire dans les cours provinciales de justice, est de 1539) s\'incorporait le langage coloré des provinces, s\'enrichissait du vocabulaire scientifique et philosophique que les savants adaptaient du latin ou du grec; l\'élan de la Renaissance vers la vie sauva la prose romanesque du langage ampoulé qui la menaçait dès le xve siècle a : mais n\'ayant pas encore trouvé la netteté qui fera son mérite à l\'époque classique, lorsqu\'elle perdit son éclat et sa plénitude il ne lui resta que l\'emphase monotone qui rend illisibles les romans sentimentaux des Nervèze et des Olenix du Mont Sacré.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : LE ROMAN DE LA RENAISSANCE Corrigé de 838 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "LE ROMAN DE LA RENAISSANCE" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



LE ROMAN DE LA RENAISSANCE

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit