LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Tous les document publiés le : 2004-2-23


Titre du documents Description Pseudo de l'auteur
Les sciences humaines peuvent-elles copier les sciences de la nature ?   les sciences naturelles sont fondées sur des connaissances palpables, sur des données réelles, sensibles, concrètes : l'expérience exteme est sa principale source d'information. la science humaine tire au contraire tout ce qu'elle peut savoir de la notion d'expérience interne. Les unes sont objectives, les autres subjectives...   ???
Toutes les expériences scientifiques sont-elles légitimes ? EXPÉRIENCE (lat. experientia, essai, épreuve) Gén. L'Expérience est d'abord Expérience vécue, instruction acquise par l'usage de la vie. Toutefois le vécu n'est pas la vie. Avoir de l'Expérience , ce n'est déjà plus la vivre mais déjà l'avoir vécue et la penser : d'où l'aspect théorique et abstrait de tout vécu. Phi. On distingue classiquement deux sens du concept d'Expérience : soit les données ou im...
L'évolution des sciences contredit-elle leur prétention à atteindre la vérité ? VÉRITÉ FORMELLE Cohérence. Validité logique d'un raisonnement considéré abstraction faite de la vérité matérielle des propositions qui le composent. Ainsi, un raisonnement peut être cohérent dans la forme (vrai formellement) malgré la fausseté matérielle d'une ou plusieurs de ses propositions. Par ex., le syllogisme suivant : « Tous les Chinois sont français, or je suis chinois, donc je suis françai...
La science peut-elle tenir lieu de philosophie ? ||On pourrait définir la philosophie comme la recherche de la vérité et de la sagesse. L'idéal de sagesse date de l'Antiquité , comme aujourd'hui le sage y désignait celui qui du haut de son grand âge et de sa longue expérience dispensait conseils et avis dans n'importe quel domaine ? Le sage est donc assurément quelqu'un qui sait des choses, (c'est-à-dire au sens strict un savant...) et en cela, il y a bien un lien étroit entre la philosop...
La science peut-elle devenir une religion ? Les hommes ont de multiples dieux mais la science,elle, est unique. Dans Science et religion, Bertrand Russell prône la diffusion de l'esprit scientifique pour lutter contre les fanatismes que la religion engendre.   [La science ne pourra jamais résoudre le mystère de l'existence, ni répondre au besoin affectif que l'homme a d'être religieux. La religion est fondée sur des croyances irrationnelles alors...
Faut-il douter de tout ? La vérité n'est pas accessible par la sensation, et nous pouvons affirmer que douter des sens est nécessaire. La raison n'est pas fiable Si le vrai est l'affaire de la raison, les hommes raisonnables s'accorderaient sur certaines affirmations. Pourtant, dans les conceptions intellectuelles, on ne voit que des contra-dictions. Quand Héraclite réfléchit sur le réel, il dit que tout est changement. A partir de la même r...
Le sadisme est-il une doctrine morale ?   a.       Le sadisme se veut une pensée non doctrinaire   En revanche, répondrons-nous également par la négative si nous étudions le sadisme philosophique ? Ce sera effectivement le cas dans un premier temps, puisqu'il parait entièrement paradoxal, contradictoire, de faire du sadisme philosophique une doctrine aussi bien qu'une doctrine morale. En effet, la pensée de Sade se veut absolument non doctrinaire, c'est-à-dire qu'elle se prés...
Y a-t-il une philosophie romantique ? PHILOSOPHIE (gr. philo, désirer; sophia, savoir) Étymologiquement, « amour de la sagesse ». Cependant, la sagesse n'étant qu'un art de vivre, la définition commune de la philosophie comme sagesse" est critiquable. En effet, sophia désigne en fait moins un savoir empirique adapté à la conduite de la vie qu'un savoir abstrait. En ce sens, la philosophie est essentiellement élévation de la pensée, théoria, contemplation. Cependant, comme l'indique l...
Les vérités sont-elles relatives ?  »     (b)   La régression à l'infini.   Une vérité ne peut pas être acceptée sans preuves comme telle car il n'existe pas un signe du vrai « comparable à la marque imprimée sur le corps des esclaves et qui permet de les reconnaître quand ils sont en fuite. » Mais si je propose une preuve pour une affirmation, le sceptique me dira « Prouve ta preuve ». ainsi la preuve ...
Le monde est-il directement connaissable ? MONDE (lat. mundus, monde) Gén. Désigne d'abord un système bien ordonné. Puis simplement la Terre. Enfin, l'Univers tout entier. Méta. Ensemble de tout ce qui existe dans l'espace et dans le temps. Pour Kant, le monde est une des trois Idées de la raison pure (comme l'âme et Dieu ). En effet, l'Idée de monde dépasse le champ de toute Expérience possible si bien qu'on peut au...
La raison est-elle une notion claire ? RAISON (lat. ratio, calcul; faculté de calculer, de raisonner) Ce terme connaît deux grandes acceptions : soit il désigne la faculté de penser, la « raison humaine », soit il désigne un principe d'explication, la « raison des choses ». En tant que faculté de penser, la raison peut se définir encore en plusieurs sens, soit : 1. la faculté de raisonner discursive, de combiner concepts et propositions par opposition à la faculté de connaître int...
Les lois de l'esprit sont-elles les lois du monde ? LOI (lat lex, loi) Épist. Les lois scientifiques établissent entre les faits des rapports mesurables, universels, nécessaires, qui autorisent la prévision. Voir déterminisme. Mor. La loi morale est la règle normative dictée à l'homme par sa raison pratique. Elle énonce le principe d'action universel et obligatoire auquel tout être raisonnable doit conformer ses actes pour réaliser son autonomie. de...
La vérité est-elle naturelle à l'esprit humain ? NATURE (lat. natura; de nasci, naître) Terme équivoque qui connaît deux grandes acceptions selon qu'il désigne la nature d'un être ou la nature en général. Désignant la nature d'un être, le terme renvoie d'abord à l'idée d'une existence qui se détermine d'elle-même, sans l'intervention d'une cause étrangère : 1. s'oppose à ce qui résulte de l'art ou de la technique : « La nature est principe dans la...
La raison permet-elle d'atteindre la vérité ? ||La raison est, par execellence, l'outil et la mesure de la vérité. Sans elle, nous n'aurions que des points de vue subjectifs et particuliers sur le monde. Si toute connaissance commence par les sens, seule la raison peut leur donner ordre et unité. Mais, ce qui est vrai est conforme à la réalité. La raison est abstraite et désincarnée. Seules nos perceptions, nos expériences peuvent nous donner des informations sur le monde.|| I) La raison co...
La raison est-elle souveraine ? Dans la Lettre à Ménécée, il montre que les croyances de la multitude reposent sur une conception fausse de la divinité. De la raison naissent la philosophie, les sciences et les techniquesLes Grecs ont inventé la science et la philosophie et ont considérablement amélioré les techniques. La cité d'Athènes a dominé pendant des décennies l'ensemble du monde méditerranéen, prouvant par là la souveraineté de la raison dans tou...
Les nombres gouvernent-ils le monde ? .. » L'Activité rationaliste de la physique contemporaine (P.U.F.), p. 221. * Nietzsche pense l'utilisation des mathématiques dans la science comme effet d'une ontologie et d'un pragmatisme caractéristiques de l'esprit plébéien (non noble). « La « science », telle qu'on la pratique de nos jours, est un essai de créer pour tous les phénomènes un langage chiffré commun, qui permette de calculer, donc de dominer plus aisément la nature. Mais ce...
La sexualité est-elle la source du mal ? SEXUALITE: Ce terme, dans le vocabulaire de Freud, est loin de désigner la seule fonction reproductive ou le plaisir charnel. La sexualité est cette force naturelle qui se retrouve à tous les niveaux de la vie psychique (libido).
Prendre soin du langage, n'est-ce que pur conformisme ? S'inspirant du structuralisme, des linguistes comme Noam Chomsky ont tenté d'élaborer des grammaires qui ne soient pas fondées sur des normes arbitraires, comme les grammaires classiques, mais qui reflètent le fonctionnement naturel, spontané du langage tel qu'on le parle. [La langue est la dépositaire de notre culture. Ne pas la respecter, c'est se conduire en ignorant. Il ne peut pas y avoir de pensée ...
La logique a-t-elle des fondements psychologiques ?   [La logique est la science qui a pour objet nos actes de pensée. Ses règles sont donc des événements psychiques qui relèvent en dernier ressort de la psychologie.] Les lois de la logique sont des lois psychologiques John Stuart Mill, le plus célèbre représentant du psychologisme, considère la logique comme «la science des opérations intellectuelles». Empiriste, il privilégie l'investigation de la véri...
La vérité est-elle psychologique ? Or, cette opération est arbitraire. La vérité est donc relative à une certaine interprétation de la réalité. Lorsque nous disons que quelque chose est vrai, c'est toujours au sein d'un système de croyances donné. La vérité n'existe pas en dehors d'une représentation Si la vérité est déterminée par la façon dont nous pensons le réel, c'est donc que la vérité est psychologique. Elle n'est pas extérieure à ...
La psychanalyse s'oppose-t-elle à la religion ? Plus particulièrement le terme d'illusion. Une telle notion n'est pas remise en cause : l'illusion religieuse est bien une croyance dans laquelle domine la réalisation d'un désir. L'illusion religieuse est bien le moyen pour l'homme civilisé de supporter « le poids de la vie », de compenser « la réalité cruelle ». Ceci est la thèse même de Freud, acceptée par son contradicteur supposé. Ce qui, de la thèse, f...
Doit-on craindre toute forme d'autorité étatique ?  RAPPEL: La dictature du prolétariat chez Marx Le passage du capitalisme au communisme se fait par un acte révolutionnaire: comme le prolétariat constitue l'immense majorité de la population, il devrait triompher aisément de la bourgeoisie, mais comme celle-ci truste tous les pouvoirs (économique, industriel, financier et militaire, etc.), Marx pense que pour supprimer les structures de l'Etat capitaliste, u...
Le progrès est-il contre-nature ? L'objet de luxe est celui dont la présence n'apporte rien mais celui dont l'absence fait souffrir. L'objet de luxe est celui dont la présence n'apporte rien qui n'eût pu être apporté par un objet ordinaire et celui dont le retrait provoque une souffrance que l'homme eût pu ne jamais connaître. A cela, l'auteur apporte une raison : la surabondance de la nature. Mais cette surabondance n'est pas celle des dons mais...
Le progrès technique est-il un gage de liberté ? « La technique, a écrit, le R.P. Laberthonnière nous apprend à nous servir des choses. Mais saurons-nous nous-mêmes à quoi nous faire servir? » La technique ne donne à l'homme que des moyens d'action. Elle reste muette sur les fins qui doivent guider notre conduite. Et nous avons plus que jamais besoin d'une sagesse pour nous éclairer sur les fins qu'il nous appartient de poursuivre. Dans le monde actuel ...
Le bonheur dépend-il du régime politique dans lequel on vit ? C'est un philosophe pessimiste, voire cynique. Pour bien comprendre la portée et l'enjeu de ce qu'il dit dans ce texte sur l'État, il faut se rappeler qu'à la même époque, Hegel, son grand rival, définissait l'État comme le triomphe de la rationalité et de l'Universel sur les intérêts particuliers. Or Schopenhauer mous dit dans ce texte que l'État n'est nullement le contraire de l'Égoïsme, de la recherche...
Crise et progrès s'excluent-ils l'un l'autre ? Ce qui se fait de grand dans l'histoire se fait grâce aux passions humaines que l'Esprit utilise comme une ruse. Pour saisir le mouvement de l'histoire, il ne faut pas se contenter d'inventorier les faits, il faut parvenir à une certaine hauteur de vue où chaque événement prend son éclairage et sa vérité. Le sens de l'histoire ne tient pas compte des principes de la morale, mais l'histoire se sert des hom...
Faut-il renoncer au certain pour se contenter du probable ? Mais plus fondamentalement on peut remarquer que le scepticisme se contredit en s'énonçant : car il se donne pour la vraie théorie de la connaissance. Poser comme vérité que la vérité est inaccessible, c'est au moins reconnaître une vérité et par là démentir sa propre thèse. Toute pensée qui s'énonce vise une vérité, se reconnaît faite pour la Vérité, et tend à poser implicitement sa propre valeur. Le p...
Y a-t-il un destin ? Un président de séance, à l'ouverture dit « Je déclare la séance fermée » au lieu de dire « Je déclare la séance ouverte ». Personne ne peut se méprendre sur ses sentiments ; il préférerait ne pas être là. Mais ce désir (ne pas assister au colloque) ne peut s'exprimer directement, car il heurterait la politesse, les obligations sociales, professionnelles, morales du sujet. Notre président subit donc deux forces ...
Peut-on dire que ce qui est vrai est ce qui réussit ? Le vrai fait problème depuis les débuts de la philosophie : il s'agit non seulement de le découvrir, mais, plus radicalement, de le définir, de savoir en quoi il consiste. Peut-on dire que le vrai est ce qui réussit? En apparence, cette formule aurait au moins l'avantage d'une certaine simplicité, d'un côté «réaliste» ou « terre à terre». Puisque le désir de vérité est interne à l'exigence de connaissance humaine, et puisque cette der...
L'inutile peut-il avoir une valeur ? ||  L'utile est ce qui peut satisfaire des besoins. Mais l'existence ne se limite pas à des satisfactions élémentaires, le désir du superflu peut aussi lui donner de la valeur. Toutefois, le plus souvent, le désir du superflu peut être la sanction d'une servitude sauf dans le cas de l'art, la littérature ou de la philosophie.  ||
N'y a-t-il que ce qui est pratique qui ait de la valeur ? Si le salut de l'âme n'a rien de certain, il ne relève pas non plus de la pure fiction. Rien ne permet de lui attribuer une valeur, sinon la croyance en un jugement dernier, en un Dieu qui permet à l'homme d'obtenir la grâce et la vie éternelle. Peu importe! Pour le croyant, ce qui est vrai est ce qui procure un bénéfice pour l'âme.   « Je dois d'abord vous rappeler ce fait que p...
La métaphysique est-elle inutile ?   A.      Marx a dressé des critiques à l'encontre de la métaphysique dans la préface de la Contribution à la critique de l'économie politique en montrant justement qu'elle n'est ni désintéressée ni inutile. Il distingue une infrastructure, qui est première, et une superstructure, qui est seconde et découle de l'infrastructure. L'infrastructure, selon lui, ce sont les conditions matérielles d'existences, qui sont déterminées par les progrè...
L'accroissement de la population est-il un danger pour l'humanité ?
La philosophie de Platon nous éloigne-t-elle de la réalité ? Dans quelle mesure pouvons-nous être fondés à tenir la philosophie de Platon pour un éloignement de la réalité ? Parce que, pour le dire d'un mot, elle correspond à ce que l'on appelle la théorie des Idées. Le platonisme est donc un idéalisme et, à ce titre, l'ensemble de la doctrine se réduirait à un discours sur des entités qui n'ont pas de réalité intrinsèque, des abstractions, qui, au lieu de nous rapprocher de la réalité tangible et consista...
Existe-t-il un monde des Idées ? Précisons enfin que, par contraste avec les perceptions changeantes, les Idées que la raison saisit sont stables et immuables : le Bien est toujours Bien, le Vrai toujours Vrai, etc.   II - Zarathoustra et la fin des arrière-mondes   Ainsi, comme nous venons de le voir, le monde des Idées platoniciennes n'a rien d'un univers parallèle, d'un monde derrière le monde, autre que le nôtre. Il s'agit uniquement d'un espace de rationalité, qui ...
La connaissance se limite-t-elle aux apparences ?   [Nous connaissons le réel tel qu'il nous apparaît. Nous ignorons tout de sa véritable nature. L'explication des phénomènes repose uniquement sur des observations et des expériences répétées.] La connaissance navigue à la surface des choses Nous ne connaissons avec certitude que ce que nos sens sont capables de percevoir. Cette connaissance, aussi certaine qu'elle puisse être pour moi, ne l'est pas ...
Les maux l'emportent-ils sur les biens ? 2) La vie heureuse est définie négativement comme étant celle qui comporte le moins de souffrance. 1) Le premier terme qui nous dirige immédiatement vers le centre de l'analyse de la pensée de Schopenhauer est celui de « désir ». Comme l'avait déjà montré Platon dans « Le Banquet », tout désir naît d'un manque, d'un état qui ne nous satisfait pas ; donc il est souffrance, tant qu'il n'est pas...
Faut-il être pessimiste ? Comment expliquer, dès lors, que la plupart des hommes s'accrochent à la vie ? Qu'est-ce qui leur fait endurer toutes ces souffrances ? L'amour de la vie ? L'espoir d'une vie meilleure ? Ou tout simplement la peur de la mort, qui est toujours là, « quelque part cachée », prête à se manifester à tout instant ? La vie n'est-elle pas, au fond, une fuite continuelle devant cette même mort que nous désirons parfois, ...
Peut-on fonder une morale sur la notion de personne ?   [Agir moralement, ce n'est pas contraindre sa propre nature. Bien au contraire, c'est se connaître assez soi-même pour savoir ce qui en nous favorise l'action morale et ce qui peut lui nuire.] Psychologie et moralité La volonté, fait remarquer Emmanuel Mounier dans Traité du caractère, «fige souvent les tendances qu'elle veut combattre en attirant sur elles une attention excessive». Au lieu de combattr...
Les valeurs n'expriment-elles qu'un point de vue personnel ? . » Savoir jusqu'où va le caractère perspectiviste de l'existence, ou même savoir si l'existence possède encore un autre caractère, si une existence sans interprétation, sans « raison » ne devient pas de la « déraison », Si, d'autre part, toute existence n'est pas essentiellement interprétative - c'est ce qui, comme de juste, ne peut pas être décidé par les analyses et les examens de l'intellect...
L'amour de la patrie élève-t-il l'homme ? HOMME Le plus évolué des êtres vivants, appartenant à la famille des hominidés et à l'espèce Homo sapiens (« homme sage »). Traditionnellement défini comme « animal doué de raison », l'homme est aussi, selon Aristote, un « animal politique ». Ce serait en effet pour qu'il puisse s'entendre avec ses semblables sur le bon, l'utile et le juste que la nature l'aurait pourvu du langage.
Dieu se confond-il avec la nature ? NATURE (lat. natura; de nasci, naître) Terme équivoque qui connaît deux grandes acceptions selon qu'il désigne la nature d'un être ou la nature en général. Désignant la nature d'un être, le terme renvoie d'abord à l'idée d'une existence qui se détermine d'elle-même, sans l'intervention d'une cause étrangère : 1. s'oppose à ce qui résulte de l'art ou de la technique : « La nature est principe dans la...
Nos pensées et nos actes ont-ils une origine sexuelle ? Mais les deux clartés qu'elle nous apporte : savoir, que la vie instinctive de la sexualité ne saurait être complètement domptée en nous et que les processus psychiques sont en eux-mêmes inconscients, et ne deviennent accessibles et subordonnés au moi que par une perception incomplète et incertaine, équivalent à affirmer que le moi n'est pas maître dans sa propre maison ». FREUD, « Essais de psychanalyse appliqu...
Peut-on s'opposer à la violence sans faire preuve de violence ? Gandhi, par D. G. Tendulkar, V, 343) "Je n'hésite pas à soutenir que la doctrine de la non-violence vaut également dans le cadre des relations entre États. Je sais fort bien que je me risque sur un terrain délicat si on garde présent à l'esprit ce qui s'est passé au cours de la dernière guerre. Mais je crois devoir le faire pour dissiper toute équivoque. Si j'ai bien compris, il s'agissait de part et d'autre d'une g...
Peut-on faire la paix ? Que cette maxime demeure une croyance ne supprime en rien sa légitimité : vouloir réaliser la paix perpétuelle ne saurait être considéré comme une erreur.C'est bien au contraire l'inverse qui constituerait une faute sur le plan moral.Il y a là un travail qui doit mobiliser tous nos efforts et auquel il faut se consacrer "sans relâche" nous dit Kant. B - ÉTUDE CRITIQUE1) Cet extrait est un plaidoyer inconditionnel en faveur ...
La notion de péché appartient-elle à la religion ? RELIGION (lat. religare, relier, attacher) La religion est, selon son étymologie, un lien ou une mise en relation : elle relie les hommes à plus haut qu'eux, à une puissance qui les dépasse infiniment, les transcende. Ainsi, la religion semble s'opposer à la société, qui est le lien des hommes entre eux. L'homme serait donc à la fois social et religieux, ce double lien pouvant engendrer des conflit...
Faut-il interpréter l'Ecriture sainte de façon allégorique ? FAUT-IL : Ce genre de sujet interroge sur la nécessité. * Distinguez nécessité objective et nécessité subjective. * La nécessité implique soit un rapport logique, soit un rapport moral avec le sujet; parfois les deux.
La société est-elle comparable à un organisme vivant ? La société est le moyen par lequel les individus atteignent les fins qu'ils se sont assignées.] L'individu est la cause de la société croire que la société dans laquelle nous vivons nous conditionne est un leurre. En réalité, la proximité des hommes ne préjuge en rien de l'existence d'un lien organique qui les relie. Seules les «relations» entre individus créeront la société. Pour Max Stirner, ces derniers «son...
La non-violence est-elle une attitude de résistance ? VIOLENCE (lat. vis, force, violence) Gén. Force impétueuse au propre comme au figuré. Phi. pol. Emploi illégitime ou du moins illégal de la force. L'application du droit par la force n'est pas à proprement parler une violence (on évoque ainsi la violence policière quand les forces de police bafouent le droit au lieu de le faire appliquer). L'expression de « violence légitime »...
Peut-on avoir des idées sans les mots pour les dire ? PEUT-ON : Ce genre de sujet interroge sur la capacité, la faculté, la possibilité de faire ou de ne pas faire quelque chose, d'être ou de ne pas être. Il faudra distinguer la possibilité technique et la possibilité morale.
Peut-on être heureux sans croire en quelque chose ? Freud dans l'Avenir d'une illusion décrit cet acte de croyance comme refuge dans la fiction utile et nécessaire - pour Kant, il faut agir " comme si... " pour espérer bien agir et prétendre au bonheur -, mais fiction qui ne peut satisfaire que le philosophe : quel homme ordinaire accepter le pari de la croyance en un bonheur incertain et à venir (Cf. le pari de Pascal) ?   III. Le mythe du bonheur et la croyance nécessaire   La fiction q...
Peut-on être neutre ?   [Le minimum de liberté dont nous disposons nous permet de ne pas nous impliquer dans les événements extérieurs. La liberté d'opinion suppose la possibilité d'une absence d'opinion.] L'indifférence est invincible Se réclamer du neutralisme, c'est faire preuve d'une indifférence à l'égard de ce qui nous environne. Si tout nous indiffère, la violence même ne peut forcer un homme à adhérer en son for intér...
Le beau conduit-il au bien ? Les beautés sensibles ne sont telles que par participation à l'Idée, présente à un degré plus élevé dans les beautés intelligibles. Il n'y a pas d'autonomie de la beauté par rapport à la vérité (le beau est la splendeur du vrai) ni par rapport à l'Être (l'unité qui fait la beauté est aussi ce qui structure les êtres).   [Le beau et le bien sont des normes qui appartiennent à deux domaines distincts d...
Est-il bon de vouloir vivre nu ? LOI (lat lex, loi) Épist. Les lois scientifiques établissent entre les faits des rapports mesurables, universels, nécessaires, qui autorisent la prévision. Voir déterminisme. Mor. La loi morale est la règle normative dictée à l'homme par sa raison pratique. Elle énonce le principe d'action universel et obligatoire auquel tout être raisonnable doit conformer ses actes pour réaliser son autonomie. de...
La vie morale est-elle liée à la vie biologique ? Les esclaves, les faibles se reconnaissent à ce qu'ils ré-agissent, sont des hommes du ressentiment et de la vengeance. Pour parvenir à se supporter eux-mêmes, ils ont besoin de s'opposer à d'autres. Ainsi, ils commencent par poser l'autre comme « méchant », et c'est parce qu'ils ne supporter pas l'autre qu'ils se nomment « bons ». Le caractère de « bon » n'est pas ici une affirmation de soi, mais une réaction, la marque du re...
Notre identité réside-t-elle dans la nation ? ..). La nation est une union d'individu sur des fondements historiques et langagiers. Une nation se définit en effet par la pratique d'une même langue, elle est d'autant plus soudée que les individus qui la constituent pratiquent une même langue. En ce sens, l'appartenance nationale est avant tout l'appartenance à une communauté largement définie et soudée par de nombreux points communs (langage, religion, rapport au monde informé par les lo...
Les artistes sont-ils des narcisses ? ART (lat. ars, habileté, talent, savoir-faire) Soit syn. de technique, ou savoir-faire constitué d'un ensemble de procédés visant un résultat pratique (ex. des arts et métiers), soit syn. de beaux-arts, terme qui désigne la pratique artistique en tant qu'elle produit une oeuvre incarnant la beauté selon des règles propres au génie de son auteur. Dans le premier cas, « art »," se distingue de science et de nature. Dans le seco...
Peut-on être mystique aujourd'hui ? PEUT-ON : Ce genre de sujet interroge sur la capacité, la faculté, la possibilité de faire ou de ne pas faire quelque chose, d'être ou de ne pas être. Il faudra distinguer la possibilité technique et la possibilité morale.
La foi dispense-t-elle de savoir ? Dans le vocabulaire actuel, le mot « foi » désigne habituellement une croyance religieuse ou une croyance morale, c'est-à-dire l'engagement d'un individu au service d'un idéal auquel il croit. Le savoir de son côté serait un système de connaissance acquis par l'expérience et la raison, système car des connaissances séparées les unes des autres n'auraient que peu de valeur et d'efficacité. Aussi, ces deux domaines seraient séparés et n'auraient qu...
L'ambition est-elle condamnable ? Elle nous montre les hommes livrés à la frénésie des passions, poursuivant de manière opiniâtre des petits buts égoïstes, davantage mus par leurs intérêts personnels que par l'esprit du bien. S'il y a de quoi être triste devant un tel spectacle, faut-il, pour autant, se résigner, y voir l'oeuvre du destin ? Non, car derrière l'apparence bariolée des événements se dévoile au philosophe une finalité rationnelle : l'histoire ne va ...
Le monothéisme est-il une exigence de la raison ? RAISON (lat. ratio, calcul; faculté de calculer, de raisonner) Ce terme connaît deux grandes acceptions : soit il désigne la faculté de penser, la « raison humaine », soit il désigne un principe d'explication, la « raison des choses ». En tant que faculté de penser, la raison peut se définir encore en plusieurs sens, soit : 1. la faculté de raisonner discursive, de combiner concepts et propositions par opposition à la faculté de connaître int...
Peut-on concevoir de tout expliquer par un principe unique ? PRINCIPE (lat. principium, commencement) Log. Désigne soit la proposition initiale d'une déduction dont résultent nécessairement d'autres propositions dites conséquentes, soit les lois générales de la pensée ou principes directeurs de la connaissance. principes logiques. Épist. Ensemble des propositions directives auquel le développement d'une science est subordonné. Méta. C...
La monnaie est-elle une réalité politiquement intouchable ? POLITIQUE (gr. polis, cité) Hannah Arendt, commentant Aristote, distingue le politique qui est l'espace public (polis), commun à tous les citoyens, lieu où chacun délibère en vue de l'intérêt général, de la politique qui est l'art de délimiter cet espace et de conserver son intégrité. Cette distinction révèle l'essence du politique. S'il faut en effet protéger cet espace, c'est que le politique risqu...
Ce qui est moderne est-il forcément bon ?
Le monde va-t-il finir ? MONDE (lat. mundus, monde) Gén. Désigne d'abord un système bien ordonné. Puis simplement la Terre. Enfin, l'Univers tout entier. Méta. Ensemble de tout ce qui existe dans l'espace et dans le temps. Pour Kant, le monde est une des trois Idées de la raison pure (comme l'âme et Dieu ). En effet, l'Idée de monde dépasse le champ de toute Expérience possible si bien qu'on peut au...
Le destin collectif dépend-il d'une seule personne ?  Recherche par mots PERSONNE (lat. persona, masque de l'acteur, rôle) Phi. Masque derrière lequel l'acteur s'efface pour jouer; la personne, dans le stoïcisme, désigne la fonction, le rôle public que confère à chacun la Providence. C'est ainsi que ce terme prendra un sensjuridique pour désigner en droit romain celui qui a une existence civile, des dro...
L'homme est-il capable de rendre le monde meilleur ? Progrès et Histoire Pour Kant, le mal doit tendre à disparaître au fur et à mesure que la raison progresse. L'homme, qui s'est tout d'abord affranchi du règne de l'instinct, découvre petit à petit les règles de conduite qu'il doit observer. Toutefois, cette marche vers le bien n'est pas exempte de nombreux tâtonnements et faux pas. ■ Les actes humains libres sont aussi des phénomènes déterminés de la nature. Le cours e...
Dans l'univers, tout n'est-il que machine ? a) La hiérarchie des âmes selon Aristote. Aristote distinguait, dans son Traité de l'Ame : * L'âme végétative, principe de la nutrition et de la croissance des plantes; * L'âme sensitive, principe de la sensation et de la locomotion chez les animaux; * l'âme rationnelle (ou dianoétique), qui - chez l'homme - couronne les deux précédentes. b) Chose qui pense ou matière brute. Descartes rejette absolume...
Y a-t-il un bien et un mal ? Il y a un bien et un mal qui s'opposent sans cesse. Ils coexistent dans la nature humaine et dans le monde. [Le bien et le mal n'ont aucune réalité indépendante. Ils ne sont que des mots qui traduisent des jugements de valeur subjectifs. Nous avons inventé des lois qui définissent ce qu'est le bien et ce qu'est le mal.]   Le bien et le mal ne sont que des mots Ce que nous appelons bien ...
En politique, la fin justifie-t-elle les moyens ? La même idée que la fin justifie les moyens est exprimée dans les « Discours » : « Un esprit sage ne condamnera jamais quelqu'un pour avoir usé d'un moyen hors des règles ordinaires pour régler une monarchie ou pour fonder une république. Ce qui est à désirer, c'est que si le fait l'accuse, le résultat l'excuse. » Ce réalisme, bien loin de la morale humaniste ou de la morale chrétienne, apparaît, à première vue, tout à fait dénué de ...
L'existence de la logique dément-elle la liberté de l'esprit ? Nullement. Il est guidé, non point par des formules prescrivant ce qui doit être, par des règles, mais par son intuition. Ainsi il a besoin d'inspiration pour créer son personnage. Vivre un rôle artistique, ce n'est point se soumettre à la convention et à la norme, mais participer à l'enthousiasme. N'en est-il pas de même dans le champ de la création artistique proprement dite ? Le poète n'invente-t-il pas son oe...
Les problèmes philosophiques ne sont-ils que des problèmes de mots ?   Philosophie et 1789 La spéculation génère des concepts, des idées qui peuvent donner naissance à des disciplines autonomes. Physique et géométrie, initialement liées à la réflexion philosophique, s'en sont progressivement séparées. Parfois aussi, la philosophie (particulièrement lorsqu'elle s'occupe de politique ou d'éthique) entraîne des changements historiques. Les hommes des Lumières ont avancé des id...
L'intérêt général n'est-il que la somme des intérêts particuliers ? Personne ne paie ses impôts de gaieté de cœur, pourtant chacun sait que l'Etat a besoin de la fiscalité pour assurer une survie des institutions publiques que sont les écoles, les hôpitaux ou les routes, etc. Dans ce cas, l'intérêt général, semble s'opposer à l'intérêt particulier: comment donc le premier pourrait-il être la somme du second ?|| • L'opposition entre général et particulier n'est pas, ici, simplement logique : co...
En politique, la référence aux contraintes économiques n'est-elle qu'un alibi ? |||| I) La référence aux contraintes économiques n'est qu'un alibi. a) L'Etat diminue les profits.b) Le libéralisme est l'alibi de l'égoïsme.c) Il n'y a pas de contraintes économiques réelles. II) La référence aux contraintes économiques n'est pas un alibi. a) L'économie est toute-puissante.b) L'impuissance de l'Etat face aux crises économiques.c) La société bénéficie des profits économiques (le libéralisme). .../...
La souveraineté doit-elle être héréditaire ?
Le léninisme n'est-il que le prolongement du marxisme ?
Peut-on vouloir l'impossible ? ·         On comprend alors que si l'on peut vouloir de fait l'impossible, on ne doit néanmoins pas le vouloir, de droit. Car il s'agit là d'une extension de la volonté, dessaisie de tout contrôle régulateur. ·         Vouloir l'impossible c'est donc courir après des chimères que l'on ne pourra jamais atteindre, c'est donc se condamner à ne jamais atteindre et réaliser son désir. C'est donc aussi, a fortiori, se refuser l'accession au bonh...
La raison est-elle incapable de donner un sens à la vie ? Elle est substance, ce par quoi et en quoi toute réalité trouve son être, sa consistance et sa signification. Elle ne s'oppose pas à la réalité comme l'idéal ou le devoir être, elle est le réel même, qu'elle élabore de ses propres forces et de sa propre matière. Tout ce qui se manifeste dans le monde est une manifestation de la Raison à l'oeuvre. Toutefois, cette Raison ruse : elle se sert des individus e...
La paix est-elle l'état naturel de la société ? C'est une propriété naturelle des hommes « de ne pouvoir coexister sans la contrainte et la domination de leur semblable. Ils doivent être disciplinés en tant qu'animaux et régis par des commandements. C'est par l'esprit de communauté, et par lui seulement, qu'ils peuvent se servir de leur liberté » (Réflexions, 1227). Aussi « ce n'est, dit Kant, que dans une telle société que la nature peut réaliser son dessein suprême »....
La réflexion prime-t-elle sur l'action ? Les Grecs accordaient la plus grande importance à la notion de «juste mesure». Trouver la «juste mesure» en toutes choses, c'est agir de manière sage, raisonnable. Or, l'emportement conduit à la démesure et donc à l'injustice. "La vertu est une disposition à agir d'une façon délibérée, consistant en un juste milieu relatif à nous, lequel est déterminé rationnellement (sous la forme d'un rapport) et comme ...
La religion doit-elle refuser les idées modernes ? RELIGION (lat. religare, relier, attacher) La religion est, selon son étymologie, un lien ou une mise en relation : elle relie les hommes à plus haut qu'eux, à une puissance qui les dépasse infiniment, les transcende. Ainsi, la religion semble s'opposer à la société, qui est le lien des hommes entre eux. L'homme serait donc à la fois social et religieux, ce double lien pouvant engendrer des conflit...
La science peut-elle atteindre la réalité ultime ? Faut-il prendre le mot au sens de vérifiable ? En ce cas le pragmatisme est très acceptable. Descartes lui-même, si attaché qu'il fût aux « idées innées » et aux évidences pures, reconnaissait qu'il se rencontre « beaucoup plus de vérité dans les raisonnements que chacun fait touchant les affaires qui lui importent et dont l'événement le doit punir bientôt après s'il a mal jugé, que dans ceux que fait un ...
Peut-on parler d'idées innées ? Nos idées simples viennent de la sensation et de la réflexion. Les idées complexes et en particulier les catégories de substance, de mode et de relation sont le produit de la combinaison des idées simples. Pour Hume aussi les principes de la raison ne sont pas innés mais acquis par l'expérience. Comme philosophie générale, l'empirisme affirme avec Locke que nos idées ne sont pas, com...

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo