NoCopy.net

Est-ce dans la solitude que l'on prend conscience de soi ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< td sur la croissance article >>


Partager

Est-ce dans la solitude que l'on prend conscience de soi ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Est-ce dans la solitude que l'on prend conscience de soi ?



document rémunéré

Document transmis par : prsfr-288774


Publié le : 1/5/2017 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Est-ce dans la solitude que l'on prend conscience de soi ?
Zoom

A. La solitude est nécessaire : Autrui source (ferreur et de distraction -

 

a) La. découverte cartésienne de notre nature d\'être pensant

 

l®8 Méditations métaphysiques. Descartes part k la recherche d\'une vérité qui soit absolument indubitable, dont l\'évidence soit si claire, qu\'elle ne puisse être remise en cause. L\'étude des penseurs qui l\'ont précédé ne le satisfait pas, pas plus que les principes qui lui ont été transmis par l\'éducation. Pourquoi? Paroe-que aucun d\'enlre eux ne s\'accorde sur le même sujet, or soit un jugement est vrai, soit il est faux. Peut-on se lier d\'emblée à une vérité contestée? D\'autre paît, ce qui semble une certitude pour une société est contesté par une autre: Or une de» qualité* de la vérité est d\'être absolue et non relative, sinon elle ne se distingue eu rien d\'une opinion subjective.

 

Rien ne sert donc de s\'appuyer sur le jugement d\'autrui : il faut partir seul à la recherche de la vérité, en ne faisant confiance qu’à nous même \"pour établir quelque chose de ferme et de constant dans ¡es sciencts\" (1ère Méditation), Or, Descarte® icJùse de faire confiance aux messages de ses sens qui l\'ayant déjà trompé (illusions d\'optique, sensations de rêve) ne peuvent être tenus pour sûrs.

 

Ce doute devient ontologique lorsqu\'il s\'applique à notre existence. Comment s\'assurer de notre existence, si les sens nous trompent ou si, comme Le suppose Aviccme dans son ouvrage De anima mon corps n\'existe pas ou ne ressent plus rien? Je ne puis en définitive avoir l\'évidence que de ma propre pensée, ou de mon existence en tant qu\'être pensant, toute les fois que ma conscience est active : \"Je suis, J\'existe : celà est certain; mais combien de temps? A savoir autant de temps que je pense, \" (2ème Méditation)

 

Donc, bien que le projet initial des Méditations métaphysiques ne soit pas pour Descartes de se connaître lui-même, la première certitude absolue qu\'il découvre est cello de soi comme sujet pensant Cette certitude de la conscience ne suppose en rien quelque chose d\'extérieur à elle, ni autrui ni le* sens qui nous induisent en erreur ou ne sont pas capables de doua fournir une intuition si claire de la vérité. La certitude de loi et de notre nature d\'être pensant s\'accomplit dans la solitude, .

 

Si cette évidence de la conscience i elle-même et Punivenatité de la vérité du cogito peut difficilement être remise en cause, elle n\'aboutit en définitive, qu’à la connaissance d\\m sujet abstrait (séparé) de toute* les situation* concrètes qui forment le tissu de son existence. Se coonaitre soi-même suppose également un travail de réflexion sur notre vécu coocrét Cette réflexion peut-elle se passer d\'autrui?

A première vue ont pourrait répondre par l\'affirmative : le propre de ma conscience étant sou immatérialité et son Infériorité, nul autre que moine peut prétendre en pénétrer b secret aussi parfaitement que moi qui suis dans un rapport intime avec elle. Ainsi un de mes actes on une de mes paroles peut être interprété faussement par autrui, car oe dernier ne peut accéder à l\'intention qui se trouve i la source de ces actes ou paroles.

 

Reprenons l\'exemple utilisé par Sartre dans L\'être et le néant; je regarde par le trou (Tune serrure une scène que je ne ruia pas censé voir, une personne me surprend dans cette posture, que va l’elle déduire de mon comportement? Probablement que je suis un voyeur ou un mari jaloux, alors que mon acte est peut être motivé par des considérations d’un autre ordre ; par exemple je suis un détective privé qui enquête sur les agissements de telle ou telle personne. Autrui élabore son jugement en projettant sur moi l\'interprétation qui lui semble la plus probable, mais qui en l\'absence d\'une connaissance de mon projet peut s’avérer totalement fausse. Autrui ne peut que me juger sur les apparences, surtout s’il n’est pas un proche.

 

D\'autre part, les autres interprètent souvent nos comportement en fonction d\'une logique qui leur est propre ; Us jugent de la signification de nos actes par analogie avec leurs propres mécanismes psychologiques. Que vaut cette analogie? ne possédons noua pas une logique propre, constitutive de notre peraoiulité? C\'est dans ce sens que Sartre a pu soutenir que \"l\'enfer c\'est les autres\". De plus, l\'interprétation de mes actes suppose que l\'on remonte aux circonstances qui les ont produits : qui peut prétendre connaître chaque circonstance de mon passé. Mon histoire me conditionne, mais seule moi l\'ai vécue au jour te jour.

 

L\'opacité de ma conscience à une autre conscience rend inutile l\'opinion d\'autrui à mm sujet ; Seule l\'introspection (attention de ma conscience à set contenus) qui ne peut s\'effectuer que solitairement, est valable. Ceet la voie que choisissent les écrivains lorsqu\'il écrivent une autobiographie, ou plus modestement celui qui écrit son journal intime : Le premier tente d\'effectuer la synthèse d\'une vio, d\'en explorer la «ignifiratinn ^ éventuellement d\'en réctifier le sens auprès du publia Le second fixe au jour le jour des événements (afin d’éviter l\'oubli ou de leur donner forme) dont le sens ne pourra être appréhendé qu\'avec le recul du temps,

 

Pb; .Quelle est la réelle valeur épisthémologique de l\'introspection? N\'arrive-tn! pas que l\'on croit savoir pourquoi Ton agit et pourtant que les véritables motifs de nos actes nous échappent En outre, n\'existe-il pas des dimensions de nom-même qui échappent i notre conscience et rendent donc vaine toute introspection? En bref) ne faut-il pas relativiser le privilège que nous donne l\'accès immédiat à notre conscience?

aile pb de l\'objectivité de la connaissance de moi-même.

 

Les sciences humaines, qui ont pour objet l\'étude de l’homme dans ses dimensions propres (vie en société, croyances, psychologie) ont été les premières à remettre en question les illusions des hommes sur eux-mêmes. Pour elles, la conscience vit dans la méconnaissance des conditions affectives et sociales qui constituent son enracinement

 

De ca fait certains sociologues ou penseurs politiques ont élaboré le terme de conscience collective ou encore de conscience de ri»«««. Ce faisant ils ont renversé le lien de causalité entre structures sociales et conscience individuelle.

 

Marx, dans son ouvrage Le capital, montre comment des hommes qui se croient libres de mener leur\'existence selon des valeur* qu\'ik pensent atronmt duuiia, tout dÉténniais pir 1™ tondit™ tnrtéridl« d\'irirtm« (du* sociale) i Copier «ttitte. vikun plulSt que d\'autos S\'fl




...




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Est-ce dans la solitude que l'on prend conscience de soi ? Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Est-ce dans la solitude que l'on prend conscience de soi ?" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



Est-ce dans la solitude que l'on prend conscience de soi ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit