LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Rechercher un sujet

Saisissez vos mots-clés séparés par des espaces puis cochez les rubriques dans lesquelles rechercher.
Enfin choisissez le mode de recherche. "ET" signifie que tous les mots-clés doivent être trouvés et "OU" signife qu'un des mots-clés doit être présent.

Mots-clés :    Categorie :  

Résultats de la recherche

  • Catégorie
  • Popularité
  • Prix
  • Note
  • Pages
  • Publication


Toutes les catégories -> Popularité décroissante



658 résultat(s) trouvé(s)
«« « Précédent 1 2 3 4 6 7 8 9 10 11 12 13 Suivant » »»

Les 5 premiers résultats les plus consultés

Livre III,3 - Hugo - Les Châtiments

  Tout comme « Apothéose « et « L'Homme a ri «, les deux poèmes qui le précèdent, cette «fable « prend pour cible l'Empereur Napoléon IH, dont elle ridiculise la prétention à la grandeux: Un jour, maigre et sentant un royal appétit, Un singe d'une peau de tigre se vêtit. Le tigre avait été méchant,...


2 pages - 1,80 euro

CONTRE L'AMOUR EXAGÉRÉ DE L'ARGENT

1. Lecture - Le savetier et le financier. Un savetier chantait du matin jusqu'au soir, C'était merveilles de le voir, Merveilles de l'ouïr ; il faisait des passages, Plus content qu'aucun des sept sages. Son voisin, au contraire, étant tout cousu d'or, Chantait peu, dormait moins encor. C'était un homme de finance. Si, sur le point du jour, parfois il sommeillait, ...


2 pages - 1,80 euro

LES HORREURS DE LA GUERRE

1. Lecture - Sous les bombes. Ça s'est passé dans un éclair... La rue a tremblé... J'ai vu du noir... Je me suis retrouvé dans un nuage de poussière... J'ai couru. Ma mère était devant la porte. Nous sommes partis comme des fous vers le port, où travaillait mon frère. Je ne savais plus où ...


2 pages - 1,80 euro

Victor Hugo, dans cet extrait des Misérables, décrit le passage d'un convoi de forçats dans les rues de Paris.

Les hommes entassés sur les haquets 1 se laissaient cahoter en silence. Ils étaient livides du frisson du matin. Ils avaient tous des pantalons de toile et les pieds nus dans des sabots. Le reste du costume était à la fantaisie de la misère. Leurs accoutrements étaient hideusement disparates; rien n'est plus funèbre...


2 pages - 1,80 euro

Maupassant (1850-1893) Article paru dans le Gil Blas

|| Un artiste habile en cette partie, un massacreur de génie, M. de Moltke1, a répondu voici deux ans aux délégués de la paix les étranges paroles que voici : « La guerre est sainte, d'institution divine. Elle entretient 5 chez les hommes tous les grands, les nobles sentiments, l'honneur, le désintéressement, la ...


1 page - 1,80 euro

Psychanalyse d'une foule - Émile Zola, Au bonheur des Dames

(Octave Mouret, propriétaire du grand magasin « Au bonheur des Dames «, a organisé une journée spectaculaire de vente. La foule des clientes se presse dans les différents rayons. Mouret, du haut de l'escalier central, contemple ce spectacle.)    Et Mouret regardait toujours son peuple de femmes, au .milieu de ces flamboiements. Les ombres...


1 page - 1,80 euro

ROUSSEAU: Gouvernement et Egalité des citoyens

Ce qu'il a de plus nécessaire, et peut-être de plus difficile, dans le gouvernement, c'est une intégrité sévère à rendre justice à tous, et surtout à protéger le pauvre contre la tyrannie du riche. Le plus grand mal est déjà fait, quand on a des pauvres à défendre et des riches à contenir. C'est sur la médiocrité seule...


3 pages - 1,80 euro

Rousseau et les inégalités de fortune dans l'Etat

Ce qu'il y a de plus nécessaire, et peut-être de plus difficile dans le gouvernement, c'est une intégrité sévère à rendre justice à tous, et surtout à protéger le pauvre contre la tyrannie du riche. Le plus grand mal est déjà fait, quand on a des pauvres à défendre et des riches à contenir. C'est sur la médiocrité...


1 page - 1,80 euro

Rousseau et la justice de l'impôt

Ce qu'il y a de plus nécessaire, et peut-être de plus difficile dans le gouvernement, c'est une intégrité sévère à rendre justice à tous, et surtout à protéger le pauvre contre la tyrannie du riche. Le plus grand mal est déjà fait, quand on a des pauvres à défendre et des riches à contenir. C'est sur la médiocrité...


2 pages - 1,80 euro

ROUSSEAU: On ne commença pas par raisonner, mais par sentir…

On ne commença pas par raisonner, mais par sentir. On prétend que les hommes inventèrent la parole pour exprimer leurs besoins ; cette opinion me paraît insoutenable. L'effet naturel des premiers besoins fut d'écarter les hommes et non de les rapprocher. Il le fallait ainsi pour que l'espèce vînt à s'étendre, et que la terre se peuplât promptement ; sans...


2 pages - 1,80 euro

Dans les Lettres de Dupuis et de Cotonet, Alfred de Musset se moque du romantisme. Son clerc d'avoué le définit ainsi : « Le romantisme, mon cher Monsieur! Non, à coup sûr, ce n'est ni le mépris des unités, ni l'alliance du comique et du tragique, ni rien au monde que vous puissiez dire; vous saisiriez vainement l'aile du papillon : la poussière qui le colore vous resterait dans les doigts. Le romantisme, c'est l'étoile qui pleure, c'est le vent qui vagit, c'est la nuit qui frissonne, la fleur qui vole et l'oiseau qui embaume ; c'est le jet inespéré, l'extase alanguie, la citerne sous les palmiers, et l'espoir vermeil et ses mille amours, l'ange et la perle, la robe blanche des saules; ô la belle chose, Monsieur! C'est l'infini et l'étoile, le chaud, le rompu, le désenivré, et pourtant en même temps le plein et le rond, le diamétral, le pyramidal, l'oriental, le nu à vif, l'étreint, l'embrasé, le tourbillonnant. » Sans aucun doute la raillerie de Musset atteint des défauts réels du romantisme. Mais ne pourrait-on pas dire que l'admiration du clerc d'avoué est en partie justifiée et qu'il discerne plus ou moins confusément la nouveauté et la valeur de la poésie romantique ?

   Dans ce fragment, volontairement confus, Musset reproche en somme au romantisme quatre choses : la recherche des émotions mélancoliques et gémissantes qui ne sont chez eux qu'une convention : « l'étoile qui pleure, le vent qui vagit, la nuit qui frissonne « ; — la recherche des sentiments exceptionnels, singuliers jusqu'à l'absurdité...


2 pages - 1,80 euro

Le cou d'Albertine

||    Sa joue était traversée du haut en bas par une de ses longues tresses noires et bouclées que pour me plaire elle avait défaites entièrement. Elle me regardait en souriant. A côté d'elle, dans la fenêtre, la vallée était éclairée par le clair de lune. La vue du cou nu d'Albertine, de ces...


1 page - 1,80 euro

Émile ZOLA, Au bonheur des dames: Octave Mouret et la « journée de grande vente »

Et Mouret regardait toujours son peuple de femmes, au milieu de ces flamboiements. Les ombres noires s'enlevaient avec vigueur sur les fonds pâles. De longs remous brisaient la cohue, la fièvre de cette journée de grande vente passait comme un vertige, roulant la houle désordonnée des têtes. On commençait à sortir, le saccage des étoffes jonchait les comptoirs, l'or sonnait dans les caisses; tandis...


3 pages - 1,80 euro

«L'Echo de ma hutte de Pierre Srour (analyse psychanalytique)

1 Oh maison de 2 mon enfance ! 3 Oh mon berceau de lumière ! 4 De par le temps tu t’enfonces 5 Dans un pays qui n’a guère 6 D’Existence 7 Sur la terre 8 Des Puissants.     9 L’Écho renvoie mes romances 10 Se repaître de chimères, 11 Et toi, ma hutte de ronces, 12 Solitaire, quitte à faire 13 Résistance 14 À la guerre 15 Du LIBAN.     16 Ma voix erre dans l’espace 17 Sourde-muette et sans ombre ; 18 Reflet d’une sacrée race 19 Qui s’entasse et s’encombre 20 Par ses traces 21 De pieds...


4 pages - 1,80 euro

Vers de Mathurin Régnier à Monsieur le Marquis de Coeuvres

Marquis, que dois-je faire, en cette incertitude? (doy-je, ceste) Dois-je, las de courir, me remettre à l'étude, (doy-je, estude) Lire Homère, Aristote, et, disciple nouveau, Glaner ce que les Grecs ont de riche et de beau, Reste de ces moissons que Ronsard et Desportes Ont remporté du champ sur leurs épaules fortes, (espaules) Qu'ils ont comme leur propre en leur grange entassé, Egalant leurs honneurs...


8 pages - 1,80 euro

Victor Hugo, Préface de Lucrèce Borgia

L'auteur de ce drame sait combien c'est une grande et sérieuse chose que le théâtre. Il sait que le drame, sans sortir des limites impartiales de l'art, a une mission nationale, une mission sociale, une mission humaine. Quand il voit chaque soir ce peuple si intelligent et si avancé qui a fait de Paris la cité centrale du progrès s'entasser en foule...


5 pages - 1,80 euro

Opération «Dynamo»

L'évacuation de Dunkerque. La Blitzkrieg à l'Ouest, offensive allemande contre les Pays-Bas, la Belgique et la France, faisait rage depuis deux semaines, écrasant toute opposition. Mais, le 26 mai 1940, le ministère de la Guerre anglais autorisait lord Gort, le commandant du Corps expéditionnaire britannique (BEF: British Expeditionary Force), à exécuter l'opération «Dynamo», soit l'évacuation des troupes anglaises...


1 page - 1,80 euro

Fable ou histoire - Les Châtiments de Victor HUGO

«Un jour, maigre et sentant un royal appétit, Un singe d'une peau de tigre se vêtit. Le tigre avait été méchant, lui, fut atroce. Il avait endossé le droit d'être féroce. Il se mit à grincer des dents, criant : je suis Le vainqueur des halliers, le roi sombre des nuits ! Il s'embusqua, brigand des bois, dans...


2 pages - 1,80 euro

Le savetier et le financier

Le Savetier et le Financier Introduction : La Fontaine a essayé de nombreux genres littéraires comme les contes en vers, mais aussi la comédie et les récits poétiques. Cependant ce sont les fables qui l'on rendu célèbre. Le poète écrit « une comédie à cent actes divers «, qui lui permettent de décrire la nature humaine à travers des récits concis et...


3 pages - 1,80 euro

  LE JUGE   Qui t'a permis d'entrer ici ?

  LE JUGE   Qui t'a permis d'entrer ici ?   DIEGO   C'est la peur qui m'a poussé chez toi ! Je fuis la Peste.   LE JUGE   Tu ne la fuis pas, tu la portes avec toi. (Il montre du doigt à Diego la marque qu'il porte maintenant à l'aisselle. Silence. Deux ou trois coups de sifflet au loin.) Quitte cette maison.   DIEGO   Garde-moi ! Si tu me chasses, ils me mêleront...


1 page - 1,80 euro
«« « Précédent 1 2 3 4 6 7 8 9 10 11 12 13 Suivant » »»

» Consulter également les résultats sur Aide-en-philo.com

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit