LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

Est-il de l'essence de la vérité d'être impuissante ?

||L'essence de la vérité postule l'adéquation de la pensée à l'être. Non seulement le vrai porte l'empreinte du réel, mais surtout l'affirmation d'une réalité que rien ne modifie. Est vrai tout ce qui nécessaire ou irréfutable. Est vrai tout ce qui nous interdit de pouvoir penser ou agir autrement. La vérité donc, en consacrant le réel (l'ordre des...

2 pages - 1,80 ¤

Peut-on se soustraire au temps ?

||• Voici un sujet extrêmement délicat ; la question posée semble même absurde, à première vue tout au moins. Il faudra réfléchir, pour en dégager le sens, sur les différents aspects de la temporalité : condition a priori de l'expérience, temps scientifique, temps vécu de la conscience. Kant, Bergson, mais aussi Proust, sont vos...

5 pages - 1,80 ¤

Les images nous parlent-elles comme les mots ?

Note : 5.1/10

||Lorsque nous parlons d’image, nous parlons en vérité de deux choses distinctes : il y a d’une part les images mentales, qui dépendent de notre capacité à nous représenter le monde, et il y a des images qui existent matériellement, et qui sont produites grâce à des techniques diverses (dessin, gravure, reproduction photographique, infographie). Dire d’une image qu’elle parle est...

2 pages - 1,80 ¤

Pouvons-nous penser autrui autrement qu'à partir de nous-mêmes ?

Note : 5.1/10

Le mur qui m'en sépare est infranchissable. Je suis seul, à la rigueur, à percevoir, sentir, penser ce que je perçois, sens, pense. Je suis même impénétrable à autrui, en ce double sens que, non seulement je suis insaisissable en mon for intérieur à autrui, mais que je suis incapable, quand je le voudrais, de m'ouvrir tout entier...

3 pages - 1,80 ¤

Notre existence a-t-elle un sens si l'histoire n'en a pas ?

Note : 8/10

  3-Le postulat du progrès : On s'aperçoit donc que le sens de l'existence individuelle et celui de l'histoire sont liés. Pour que l'existence d'un individu trouve son sens il faut qu'elle s'inscrive dans l'histoire et inversement c'est parce que l'existence a un sens que l'histoire en a un. La vocation de l'homme n'est pas le bonheur, elle est plus haute, parce...

10 pages - 1,80 ¤

Qu'est-ce que la béatitude ?

Note : 8/10

Il résulte d'une réaction contre le scepticisme, et se caractérise par l'effacement de la raison au profit du sentiment et de l'imagination. Les étapes du développement du mysticisme sont déterminées par E. Boutroux : la première est l'aspiration à l'absolu, puis vient l'effort de purification et l'ascèse, ensuite l'extase, ainsi que le retour sur la vie antérieure et l'orientation...

3 pages - 1,80 ¤

Comment doit-on envisager le bonheur « terrestre » ?

Note : 8.2/10

 » de Pascal) constitue déjà un premier pas vers le bonheur éternel promis : le bonheur terrestre n'est envisageable que comme propédeutique à la félicité éternelle.   La bonheur dans la moralité Le désir est ainsi à expulser des conditions de la vie car il entre en conflit avec le bonheur, Schopenhauer le souligne dans Le Monde comme volonté et comme...

3 pages - 1,80 ¤

L'expérience du bonheur est-elle l'expérience de la perfection ?

Note : 8.2/10

Il n'y a pas certes cette volonté de se jeter dans la débauche à tout crin mais il s'agit de vivre, de faire l'expérience d'un bonheur qui tourne le dos à la perfection. Il n'est donc pas question de s'améliorer ou de vivre selon des principes restrictifs imposés par la raison.   Mais cette définition du bonheur est-elle admissible ?...

2 pages - 1,80 ¤

La recherche du bonheur est-elle une recherche du plaisir ?

Note : 8.2/10

Le vrai bonheur et la maîtrise des plaisirs   Ce resserrement de la définition du plaisir pourrait consister à préciser ce que c'est qu'un plaisir réel et stable, dont nous puissions être maîtres. C'est le rapport de l'homme au plaisir qui est en question : si l'homme parvient à limiter et maîtriser les objets qui lui sont susceptibles de lui procurer...

7 pages - 1,80 ¤

Le bonheur est-il dans la suppression ou dans la modération des désirs ?

Note : 8.2/10

Tant de choses peuvent arriver...En revanche, il est une chose qui ne dépend que de moi, sur laquelle j'ai un pouvoir absolu : c'est ma volonté. Moi seul décide de ce que je veux. Par exemple, si je ne veux pas aller à un endroit, on peut m'y contraindre par la force, mais on n'aura pas pu changer...

9 pages - 1,80 ¤

Comment doit-on envisager le bonheur des sages ?

Note : 8.2/10

Mais la béatitude se distingue surtout du bonheur par son rapport au temps ou, comme dirait Spinoza, à l'éternité (cf. livre V de l'Ethique). Toute chose, y montre Spinoza, peut être conçue de deux manières, selon qu'on la considère dans le temps ou dans l'éternité. C'est le cas aussi du bonheur. En tant qu'il est conçu dans le...

3 pages - 1,80 ¤

La pratique du devoir peut-elle être dangereuse ?

Note : 8.2/10

Il suffit que dans la joie de l'enthousiasme il y ait plus que dans le plaisir du bien-être, ce plaisir n'impliquant pas cette joie, cette joie enveloppant et même résorbant en elle ce plaisir. Cela, nous le sentons; et la certitude ainsi obtenue, bien loin d'être suspendue à une métaphysique, est ce qui donnera à cette métaphysique son...

1 page - 1,80 ¤

Le devoir moral peut-il être libérateur ?

Note : 8.2/10

Relation qui prend non « d'espace intersubjectif » et que Lévinas, là aussi a contrario de la croyance dominante, reconnaît comme inégalitaire, donc d'emblée (« initialement ») « asymétrique ». 2) Dans un second mouvement, Lévinas abandonne l'approche concrète d'autrui, pour aborder de manière plus conceptuelle la notion d'extériorité.Disons qu'il y a trois extériorités. Mais, à chaque fois, pour...

2 pages - 1,80 ¤

Existe-t-il des devoirs universels ?

Note : 8.2/10

C'est une autre manière de dire qu'il n'y a pas de morale mais uniquement des moeurs et des usages. * La conscience morale est innée+ Rousseau prétend que l'homme a un sentiment inné du bien La passion, c'est ce qui est de l'ordre du besoin et des sens. La raison, avec ses subtilités, ne conduit le plus souvent qu'aux sophismes...

3 pages - 1,80 ¤

Le devoir moral est-il d'origine sociale ?

Note : 8.2/10

« De tout ce qu'il est possible de concevoir dans le monde, et même en général hors du monde, il n'est rien qui puisse sans restriction être tenu pour bon, si ce n'est seulement une BONNE VOLONTE. »La bonne volonté est bonne, non pas d'abord par ses oeuvres ou ses succès, mais déjà en elle-même et pour elle-même...

5 pages - 1,80 ¤

Le devoir moral se distingue-t-il toujours de l'obligation juridique ?

Note : 8.2/10

b) Au demeurant, Durkheim nous montre dans le même texte, l'Education morale, que la conscience du devoir, et son obéissance qui dicte des impératifs n'est que l'indice d'une profonde assimilation des impératifs sociaux, d'une moralisation si réussie qu'elle se passe d'autre chose. Donc, l'obéissance au devoir est une obéissance aux lois sociales. L'impératif...

4 pages - 1,80 ¤

Être libre, est-ce s'engager ou faire preuve de prudence ?

Note : 8.2/10

De plus la prudence concerne le particulier et non l'universel. Ainsi en tant que vertu de l'intellect pratique, la prudence couronne l'édifice de la philosophie pratique et est donc nécessairement liée à la liberté. L'homme prudent est un homme libre dans la mesure où il n'est pas soumis au vice. La règle qui doit définir la vertu éthique...

4 pages - 1,80 ¤

Si tout est déterminé, sommes-nous encore responsables de nos actes ?

Note : 8.2/10

En y réfléchissant bien. en recueillant avec soin nos souvenirs, nous verrons que nous avons formé nous-mêmes ces idées, nous-mêmes vécu ces sentiments ? mais que, par une inexplicable répugnance à vouloir, nous les avions repoussés dans les profondeurs obscures de notre être chaque fois qu'ils émergeaient à la surface. Et c'est pourquoi nous cherchons en vain à expliquer...

3 pages - 1,80 ¤

Être libre, est-ce être indéterminé ou être autonome ?

Note : 8.2/10

En voyant le loup, la brebis juge bon de fuir, mais par un discernement naturel et non libre, car ce discernement est l'expression d'un instinct naturel (...). Il en va de même pour tout discernement chez les animaux. Mais l'homme agit par jugement, car c'est par le pouvoir de connaître qu'il estime devoir...

8 pages - 1,80 ¤

L'action humaine est-elle le produit d'une causalité libre ?

Note : 8.2/10

Kant et la volonté libre. Kant, dans le Fondement de la métaphysique des moeurs, admet ce déterminisme d'un monde horizontal, matériel, où de toute évidence rien existe sans raison, où tout est l'effet d'une cause, elle-même déjà effet d'une cause antérieure (etc). Et la plupart du temps nous agissons de manière déterminée....

4 pages - 1,80 ¤

Faut-il distinguer le déterminisme de la nature et la liberté de l'action humaine ?

Note : 8.2/10

C'est ce qu'il appelle « la liberté de notre volonté », qui se connaît sans preuves  par « la seule expérience que nous en avons ». Cette liberté est donc distincte du déterminisme de la nature. Pour lui, c'est dans l'exercice du doute que la liberté se révèle. Lorsqu'on doute, on affirme l'indépendance absolue de notre volonté à l'égard de la raison...

2 pages - 1,80 ¤

La nécessité déterminante des lois de la nature repose-t-elle sur la liberté divine ?

Note : 8.2/10

LOI (n. f.) 1. - (Juridique) Prescription promulguée par l'autorité souveraine d'un pays et dont la transgression est poursuivie ; synonyme de loi positive ; par analogie, lois divines : décrets supposés émaner de la volonté divine et gouvernant tant la nature que les actions humaines. 2. - Par ext., règle suivie avec une certaine régularité dans...

13 pages - 1,80 ¤

Si tout est déterminé, le hasard a-t-il encore un sens ?

Note : 8.2/10

«La science est déterministe; elle l'est a priori, elle postule le déterminisme, parce que sans lui elle ne pourrait être. Elle l'est aussi a posteriori; si elle a commencé à le postuler, comme une condition indispensable de son existence, elle le démontre ensuite précisément en existant, et chacune de ses conquêtes est une victoire pour le déterminisme». (Henri...

3 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 16521 16522 16523 16524 16525 16526 16527 16528 16529 16530 16531 16532 16533 16534 16535 16536 16537 16538 16539 16540 16541 16542 16543 16544 16545 16546 16547 16548 16549 16550 16551 16552 16553 16554 16555 16556 16557 16558 16559 16560 16561 16562 16563 16564 16565 16566 16567 16568 16569 16570 16571 16572 16573 16574 16575 16576 16577 16578 16579 16580 16581 16582 16583 16584 16585 16586 16587 16588 16589 16590 16591 16592 16593 16594 16595 16596 16597 16598 16599 16600 16601 16602 16603 16604 16605 16606 16607 16608 16609 16610 16611 16612 16613 16614 16615 16616 16617 16618 16619 16620 16621 16622 16623 16624 16625 16626 16627 16628 16629 16630 16631 16632 16633 16634 16635 16636 16637 16638 16639 16640 16641 16642 16643 16644 16645 16646 16647 16648 16649 16650 16651 16652 16653 16654 16655 16656 16657 16658 16659 16660 16661 16662 16663 16664 16665 16666 16667 16668 16669 16670 ... 16697 16698 16699 16700 16701 16702

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit