LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

La conscience de soi suppose-t-elle autrui ?

  "La conscience n'est qu'un réseau de communications entre hommes ; c'est en cette seule qualité qu'elle a été forcée de se développer : l'homme qui vivait solitaire, en bête de proie, aurait pu s'en passer. Si nos actions, pensées, sentiments et mouvements parviennent _ du moins en partie _ à la surface de notre conscience, c'est le résultat...

7 pages - 1,80 ¤

La recherche du bonheur peut-elle être un esclavage ?

Beaucoup poursuivent une quête incessante, qui commande toute leur vie et n'aboutit jamais. Dans ces conditions, la recherche du bonheur ne peut-elle pas elle-même devenir une source de malheur ? ne peut-elle être un esclavage ? Le bonheur comme fin suprême de l'homme. Pour la philosophie classique, toute pensée réfléchie et toute action tendent vers un bien. Mais quel...

7 pages - 1,80 ¤

Le beau, est-ce ce qui ne sert à rien ?

Rappelons-nous, avec T. Gautier, que l'utile est toujours laid. Aussi la définition proposée nous paraît-elle judicieuse. Introduction & Problématique: A première vue, les oeuvres d'art, un tableau, une sculpture, un morceau de musique ne paraissent avoir aucune utilité: ce sont de beaux objets, qui "ne servent à rien", sinon à nous procurer une émotion esthétique. Toutefois, un grand nombre...

6 pages - 1,80 ¤

Le génie de l'artiste exclut-il tout apprentissage technique ?

||Il convient de ne pas oublier que le mot «génie« a plusieurs sens : primitivement, au sens classique, il désigne des « dispositions naturelles «, des « aptitudes innées « (Dictionnaire) ; il équivaut, dans la perspective qui nous intéresse ici, à « don «, à « talent «. Mais à partir de la fin du xviie siècle,...

7 pages - 1,80 ¤

Peut-on dire que "tout travail travaille à faire un homme en même temps qu'une chose" ?

* L'énoncé demande de mettre en évidence la double fonction du travail. Nous avons à nous interroger sur la première partie de l'énoncé : « tout travail travaille à faire un homme. « * Que devons-nous entendre ici par « faire un homme «. * Le travail est de part en part une activité naturelle : «...

5 pages - 1,80 ¤

Peut-on apprendre à penser ?

Leibniz écrit : « Il est manifeste que si l'on pouvait trouver des caractères ou signes propres à exprimer toutes nos pensées, aussi nettement et exactement que l'arithmétique exprime les nombres, on pourrait faire en toutes les matières en tant qu'elles sont sujettes au raisonnement tout ce qu'on peut faire en arithmétique et en géométrie ». On le...

9 pages - 1,80 ¤

L'attitude philosophique peut-elle être définie par la décision de ne jamais croire ?

Le scepticisme est en quelque sorte une généralisation du doute. Je ne suis sûr de rien, je suis sans cesse trompé par mes sens. La recherche de la vérité n'a pas de terme, je ne peux jamais croire avoir atteint le vrai. b)                 Il s'oppose classiquement au dogmatisme, lequel se pense comme un système, souvent cosmologique ou théologique qui...

5 pages - 1,80 ¤

Qu'est-ce que faire une expérience ?

- Avantage : liberté d'orienter la problématique.- Inconvénient : risque de partir dans tous les sens et de ne pas pouvoir justifier l'organisation de la dissertation. Le petit verbe « faire » est important, il précise le sujet, qu'il ne faut pas confondre avec celui voisin : « Qu'est-ce qu'une expérience ? » Il doit donc aussi être analysé.Il...

6 pages - 1,80 ¤

Suis-je plus ou moins libre ?

La liberté est mesurée par ces lois. Elles en déterminent les limites de telle sorte qu'à l'intérieur de ces limites on est libre, et qu'à l'extérieur de ces limites on n'est pas libre. Donnez deux exemple. Mais si les lois de la nature s'imposent universellement et sont identiques pour tous, par contre les lois de la société imposent...

6 pages - 1,80 ¤

Peut-on ne pas savoir ce que l'on fait ?

Note : 8.6/10

  voici un sujet qui nous interroge sur les limites de la connaissance, dans le domaine particulier de l'action. Est-il possible, en effet, de ne pas saisir, de façon précise et adéquate, dans toute leur ampleur et leurs conséquences, les actions que nous exerçons nous-mêmes sur la réalité, et que nous paraissons maîtriser? A priori, cet énoncé peut sembler...

14 pages - 1,80 ¤

Peut-on se donner pour règle morale de suivre la nature ?

Note : 8.6/10

• Le terme nature peut être pris en des acceptions différentes : 1. Certains parlent de nature « en l'homme « en tant qu'être psycho-organique : (« tendances «, « besoins «, « instincts «). Sens purement « naturaliste «.2. On a également considéré que la « nature de l'homme « intégral (l'homme com-pris dans la totalité de ses...

7 pages - 1,80 ¤

Y a-t-il des droits sans devoirs ?

Note : 8.6/10

"La loi est faite pour les faibles et pour le grand nombre. C'est donc par rapport à eux-mêmes et en vue de leur intérêt personnel qu'ils font la loi et qu'ils décident de l'éloge et du blâme. Pour effrayer les plus forts, les plus capables de l'emporter sur eux, et pour les empêcher de l'emporter en effet, ils...

5 pages - 1,80 ¤

Le temps libre est-il le temps de notre liberté ?

Note : 8.6/10

Les périodes de notre vie sur lesquelles ne pèse aucune obligation, où rien ne nous est imposé, où nous pouvons nous livrer au pur loisir, sont-elles celles pendant lesquelles peuvent se déployer sans contrainte nos choix, notre droit de dire oui ou non ? La difficulté de ce sujet réside entièrement dans les différents sens que vous attribuerez au...

2 pages - 1,80 ¤

Le bonheur est-il inaccessible à l'homme ?

Note : 8.6/10

L'objet de la « Dialectique « de la raison pure pratique, c'est le souverain bien , défini comme l'accord de la vertu et du bonheur, dont nous avons besoin en tant qu'êtres doués d'une sensibilité. La vertu et le bonheur sont liés dans le concept du souverain bien. Par suite, il faut déterminer la nature de cette liaison,...

15 pages - 1,80 ¤

La liberté est-elle absence de contrainte ?

Note : 8.6/10

Les arguments de Calliclès Faite par la masse, la loi en exprime forcément les intérêts et les valeurs. Elle n'est donc universelle qu'en apparence. Cette loi est un instrument d'oppression non par la force mais par un mécanisme d'intériorisation. Elle n'est donc juste qu'en apparence. Les valeurs prônées par cette loi n'ont pas de réalité propre :...

12 pages - 1,80 ¤

A quoi reconnaît-on l'humanité en chaque homme ?

Note : 8/10

Qu'autrui existe semble être pour la pensée contemporaine une évidence. Pourtant, l'idée d'un isolement de la conscience a longtemps persisté. C 'est, sans doute, parce que l'esprit des philosophes était obsédé par le problème de la recherche de la vérité. D'où l'opposition entre, d'un côté, le sujet connaissant et, de l'autre, le monde à connaître. Dans cette confrontation,...

5 pages - 1,80 ¤

Peut-on à la fois être libre et passionné ?

Note : 8/10

Les critiques adressées aux passions sont aussi diverses que les motifs de les exalter. Un inventaire exhaustif des griefs avancés au cours de l'histoire de la philosophie serait pour le moins fastidieux. Nous n'en retiendront que les plus significatifs, que nous classerons en fonction de leurs principes de référence. Ø Un premier critère est...

8 pages - 1,80 ¤

Peut-on désobéir aux lois ?

Note : 8/10

||Si le droit est toujours plus ou moins lié à des rapports de forces et si la loi consacre le pouvoir du plus fort, il en résulte que la légalité ne coïncide pas toujours avec la légitimité (ce qui est juste). Le droit ne peut donc être assimilé à ce qui a été ou à ce qui est...

10 pages - 1,80 ¤

Est-ce le droit qui fonde la justice ou la justice qui fonde le droit ?

Note : 8/10

Si le droit est toujours plus ou moins lié à des rapports de forces et si la loi consacre le pouvoir du plus fort, il en résulte que la légalité ne coïncide pas toujours avec la légitimité (ce qui est juste). Le droit ne peut donc être assimilé à ce qui a été ou à ce qui est...

9 pages - 1,80 ¤

L'exigence de la justice a-t-elle sa place dans les rapports économiques ?

Note : 6/10

||L'exigence de justice procède de la raison comme faculté de mesure, faculté des principes. Celle-ci exige que la valeur absolue de la personne soit respectée, que l'égalité, proportionnelle ou arithmétique selon les domaines, soit instaurée. S'il semble aller de soi que ces exigences ont leur place dans les rapports moraux et politiques entre les hommes, ce n'est pas le...

4 pages - 1,80 ¤

Peut-on critiquer la démocratie ?

Note : 6/10

On peut comprendre la question de deux façons: 1. en tant que citoyen d'une démocratie, a-t-on la possibilité (= le droit) de la critiquer? 2. quels sont les défauts du système démocratique (et comment, éventuellement, y remédier)? Dans le premier cas, la copie risque d'être courte; une fois souligné que l'avantage de la démocratie est aussi de reconnaître...

9 pages - 1,80 ¤

Suffit-il d'obéir aux lois pour être juste ?

Note : 10/10

||La loi est très diverse. Elle peut être positive, c’est-à-dire être écrite et concernant tout un peuple ; elle peut être naturelle, c’est-a-dire précéder toute loi écrite, elle peut être morale ou divine. Obéir à ces différentes lois semble être nécessaire pour être juste. Mais est-ce la seule condition à la justice ? Ne doit-on pas penser que...

10 pages - 1,80 ¤

Le travail est-il un droit ?

Note : 10/10

DROIT: a° Un droit: liberté d'accomplir une action (droit de vote); possibilité d'y prétendre ou de l'exiger (droit au travail, droit de grève). b° Le droit: ce qui est légitime ou légal, ce qui devrait être, opposé au fait, ce qui est. c° Ce qui est permis par des règles non écrites (droit naturel) ou par des règles dûment codifiées...

4 pages - 1,80 ¤

A quoi l'homme doit-il renoncer pour vivre en société ?

Note : 10/10

HOMME: Le plus évolué des êtres vivants, appartenant à la famille des homini­dés et à l'espèce Homo sapiens (« homme sage »). Traditionnellement défini comme « animal doué de raison », l'homme est aussi, selon Aristote, un « animal politique ». Ce serait en effet pour qu'il puisse s'entendre avec ses semblables sur le bon, l'utile et...

3 pages - 1,80 ¤

Pourquoi obéir aux lois ?

Note : 5.1/10

Un sujet très classique, mais aussi très synthétique, car le concept de loi s'il s'intègre dans le champ des connaissances expérimentales, appartient aussi à la sphère de l'éthique (on parle, en effet, de la loi morale), mais également à celle de la philosophie politique (la loi de l'Etat, etc.). Donc un effort de synthèse est à réaliser,...

5 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 16542 16543 16544 16545 16546 16547 16548 16549 16550 16551 16552 16553 16554 16555 16556 16557 16558 16559 16560 16561 16562 16563 16564 16565 16566 16567 16568 16569 16570 16571 16572 16573 16574 16575 16576 16577 16578 16579 16580 16581 16582 16583 16584 16585 16586 16587 16588 16589 16590 16591 16592 16593 16594 16595 16596 16597 16598 16599 16600 16601 16602 16603 16604 16605 16606 16607 16608 16609 16610 16611 16612 16613 16614 16615 16616 16617 16618 16619 16620 16621 16622 16623 16624 16625 16626 16627 16628 16629 16630 16631 16632 16633 16634 16635 16636 16637 16638 16639 16640 16641

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit