LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

L'expérience première et la théorie seconde ?

1. Constate un fait. 2. À propos de ce fait, une idée naît dans son esprit. 3. En vue de cette idée, il raisonne, institue une expérience [...]. 4. De cette expérience résultent de nouveaux phénomènes qu'il faut observer et ainsi de suite. «Tout commence donc par une observation et semble s'achever pour mieux recommencer dans une nouvelle...

4 pages - 1,80 ¤

Faut-il croire que l'histoire a un sens ?

Ce serait remplacer la croyance bénéfique (pour espérer et agir en ce sens) qui se sait comme telle par une croyance qui s'ignore, se prend pour un savoir véritable et dont les effets sont aussi nombreux que funestes. En premier lieu, cette idée d'une histoire nécessairement déterminée et animée par une finalité intrinsèque, dont la volonté humaine ne...

3 pages - 1,80 ¤

L'homme est-il responsable de son histoire ?

Histoire Du grec historia, « enquête ». Ce mot recouvre principalement deux significations, que la langue allemande distingue : le devenir historique lui-même, comme ensemble d'événements (Geschichte), et la connaissance du passé que l'historien essaie de constituer (Historie).La première signification pose le problème du sens et de la finalité de l'histoire ; la seconde, celui de la scientificité de...

5 pages - 1,80 ¤

La force des religions et la foi ?

Foi:Du latin fides, « confiance », « croyance ».a) Adhésion ferme de l'esprit à une vérité révélée, ou à un ordre de choses dépassant le simple domaine de l'expérience (exemple : la foi religieuse). b) En morale, fidélité à un engagement. c) Mauvaise foi : chez Sartre, mensonge que l'homme se fait à lui-même, pour ne pas voir...

4 pages - 1,80 ¤

La religion est-elle une compensation nécessaire ?

Note : 5.1/10

Contre la croyance religieuse, Freud veut nourrir une autre croyance : celle du progrès de l'esprit humain, devenant mature et susceptible d'autonomie, c'est-à-dire capable de se donner sa propre loi sans la médiation d'une transcendance ecclésiastique et/ou divine. Cette opposition de l'intelligence et de la religion n'est-elle pas toutefois trop simple ? Est-ce véritablement par faiblesse et manque...

5 pages - 1,80 ¤

La religion comme source d'une consolation infantilisante ?

Note : 5.1/10

Critique de l'illusion religieuse. A)   La religion comme aliénation de l'essence humaine. La religion s'enracine dans le sentiment du sacré. Mais dans la société moderne, depuis le triomphe de la bourgeoisie, il semble que ce sentiment du sacré se soit évanoui ou ait été perverti. Feuerbach est l'un des premiers philosophes à avoir pris toute la mesure du caractère profane de...

8 pages - 1,80 ¤

Le langage est-il un instrument ou un obstacle à la pensée ?

Note : 5.1/10

Loin d'être deux mondes radicalement extérieurs, « incommensurables » comme le disait Bergson, le langage et la pensée apparaissent ici comme absolument consubstantiels. Que reproche Hegel à l'ineffable ? Il lui reproche de n'offrir, en fait de pensée, qu'une matière de pensée sans la forme que seule la formulation par le langage pourrait lui conférer. L'ineffable en effet, c'est la pensée informe,...

17 pages - 1,80 ¤

L'existence libère-t-elle du temps ?

Note : 5.1/10

On peut bien dire qu'ils existent mais de telle sorte que l'existence n'est jamais chez eux mise en question. À l'inverse, l'existence humaine n'est pas une simple possibilité que le devenir actualisera ; elle est prise dans ce devenir temporel qui épuise les projets, les rend caducs, et nous destine à l'inexistence. Dès lors exister, compte tenu de...

6 pages - 1,80 ¤

L'existence est-elle prisonnière du temps ?

Note : 5.1/10

Pascal est très explicite sur ce point : l'homme, en s'intéressant à son passé ou à son avenir, cherche en réalité à échapper au présent qui est pourtant le seul temps qui soit véritablement à nous. Ici, il n'y a pas seulement le témoignage d'une « pensée » écrite à la hâte, mais l'expression réfléchie d'une lettre rédigée...

5 pages - 1,80 ¤

Désir et plénitude ?

Note : 5.1/10

Pour Descartes, perceptions, sentiments, émotions sont des « passions ». Cependant précise le philosophe que le terme de « passion » désignera pour lui surtout es émotions car « parmi toutes les pensées de l'âme, les passions sont celles qui l'agitent et l'ébranlent le plus fort ». En fait les six passions fondamentales citées par Descartes : l'admiration,...

5 pages - 1,80 ¤

Désir et temps ?

Note : 5.1/10

Définition des termes du sujet: TEMPS: Milieu indéfini et homogène, analogue à l'espace, dans lequel se déroulent les événements.Temps objectif: Mouvement continu et irréversible (« flèche du temps ») par lequel le présent rejoint le passé.Temps subjectif: Sentiment intérieur de la temporalité, telle qu'elle est vécue par le sujet (synonyme : durée). DÉSIR : Tension vers un objet que l'on...

3 pages - 1,80 ¤

Le désir comme manque ?

Note : 5.1/10

1,80 ¤

Autrui et morale ?

Note : 5.1/10

Ainsi, les connaissances évidentes sont, pour Rousseau, celles auxquelles, dans la sincérité de mon coeur, je ne peux refuser mon consentement (Profession de foi du vicaire savoyard). Certes, autrui n'est pas moi, il est différent ; cependant, si je reconnais le statut d'ego à autrui, il est mon semblable, mon égal. Comme moi, il est un être conscient, pensant,...

2 pages - 1,80 ¤

La reconnaissance d'autrui passe-t-elle nécessairement par le conflit ?

Note : 5.1/10

) Quel peut-être ce conflit "originaire" ? Est-ce qu'on peut simplement le déduire du fait que chacun a des intérêts particuliers ? Mais, dans ce cas, ce qui est au fondement, c'est notre intérêt personnel, mais pas le conflit. On peut très bien imaginer que nos intérêts finissent par converger. Donc comment définir le conflit de manière plus...

8 pages - 1,80 ¤

Pourquoi l'hypothèse de l'inconscient freudien est-elle problématique ?

Note : 5.1/10

En deuxième lieu, il devra satisfaire au critère de démarcation, c'est-à-dire qu'il ne devra pas être métaphysique mais devra représenter un monde de l'expérience possible. En troisième lieu, il devra constituer un système qui se distingue de quelque autre manière des autres systèmes du même type dans la mesure où il est le seul à représenter notre monde...

2 pages - 1,80 ¤

L'inconscient comme hypothèse nécessaire et légitime ?

Note : 5.1/10

Pour Freud, les données immédiates de la conscience « sont insuffisantes « pour donner raison de la totalité des actes psychiques. Au contraire, il est nécessaire de construire (à l'opposé du donné) la notion d'inconscient.Dans une seconde partie, beaucoup plus brève, Freud argumente sur la légitimité de l'hypothèse de l'inconscient. Maintenant il ne s'agit plus d'une théorie nouvelle...

6 pages - 1,80 ¤

Perception et interprétation du réel ?

Note : 5.1/10

La cosmologie céleste fait appel à la psychologie de l'âme bienheureuse, la physique terrestre d'Aristote s'éclaire par la psychologie de l'âme inquiète. Aristote distingue deux sortes de corps, les lourds et les légers. Les corps légers (la fumée) vont spontanément vers le haut alors que les graves (une pierre) se meuvent d'eux-mêmes vers le...

8 pages - 1,80 ¤

Percevoir et connaître ?

Note : 5.1/10

ConnaissanceDu latin cognitio, « action d'apprendre ». Activité de l'esprit par laquelle l'homme cherche à expliquer et à comprendre des données sensibles.Le problème de l'origine et du fondement de la connaissance, ainsi que celui de ses limites, oppose en particulier Kant et les empiristes.Si percevoir c'est juger, comment ce jugement est-il possible ? Notre capacité de juger se...

3 pages - 1,80 ¤

Peut-on légitimement parler d'illusion des sens ?

Note : 5.1/10

Le produit de cette synthèse est un jugement sur le réel qui interprète et nomme ce qui est. Comme cette activité de l'esprit est spontanée, le fait de l'habitude, nous n'en avons pas conscience, et c'est seulement lorsque la synthèse proposée par la perception s'avère non conforme au réel que nous nous apercevons que nous nous sommes trompés....

3 pages - 1,80 ¤

Conscience et existence: la mauvaise foi ?

Note : 5.1/10

Conscience morale Capacité propre à l'homme de pouvoir juger ses actions en bien comme en mal. Si elle est susceptible de nous faire éprouver du remords et de la mauvaise conscience, la conscience morale fait pourtant notre dignité. L'analyse de la mauvaise foi, telle qu'elle a été menée par Sartre dans L'être et le néant, souligne l'écart entre...

2 pages - 1,80 ¤

Conscience et morale ?

Note : 5.5/10

||C'est sans aucun doute dans les rapports qu'elle est susceptible d'entretenir avec ce que les hommes appellent la morale, que la conscience montre à quel point elle peut également étendre sa signification originelle et même, dans une certaine mesure, s'en écarter quelque peu.  Dans cette dernière perspective, il ne s'agit plus en effet de la...

2 pages - 1,80 ¤

La conscience de soi comme vérité première ?

Note : 5.5/10

La première certitude que j'ai est donc celle de mon existence, mais comme pure pensée, puisque, en toute rigueur, je n'ai pas encore de preuve de l'existence de mon corps. Quand bien même je nierais que le monde existe, que mon corps existe, que je puisse penser correctement, je ne pourrais remettre en cause ce fait : je...

3 pages - 1,80 ¤

L'imagination créatrice comme condition du bonheur ?

Note : 5.5/10

Ce renoncement est la première cause de nos malheurs. La création artistique, royaume de l'imagination par excellence, me permet d'entrer dans un univers qui laisse libre cours à l'expression des désirs. Ce rôle consolateur de l'imagination avait déjà été bien perçu par Épicure. Il affirme ainsi dans la Lettre à Ménécée que le souvenir et l'image de plaisirs passés...

3 pages - 1,80 ¤

L'imagination comme remède au malheur ?

Note : 5.5/10

Elle exerce une très forte contrainte sociale : elle fait croire qu'un signe extérieur de noblesse (le port d'une perruque, d'une épée) renvoie à un caractère réel de la personne. Elle est donc à l'origine d'un pouvoir arbitraire, fondé sur une illusion, car il s'agit bien d'un pouvoir imaginaire. Pascal affirme ainsi : « Qui dispense la réputation...

3 pages - 1,80 ¤

L'imagination comme malheur de l'homme ?

Note : 5.5/10

Bachelard, L'Air et les Songes, 1943. « Grâce à l'imaginaire, l'imagination est essentiellementouverte, évasive. Elle est dans le psychisme humain l'expérience même de l'ouverture, l'expérience même de la nouveauté. » Bachelard, L'Air et les Songes, 1943. « L'imagination [...], c'est la conscience tout entière en tant qu'elle réalise sa liberté. » Sartre, L'Imaginaire, 1940. « L'imagination est la folle...

3 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 16541 16542 16543 16544 16545 16546 16547 16548 16549 16550 16551 16552 16553 16554 16555 16556 16557 16558 16559 16560 16561 16562 16563 16564 16565 16566 16567 16568 16569 16570 16571 16572 16573 16574 16575 16576 16577 16578 16579 16580 16581 16582 16583 16584 16585 16586 16587 16588 16589 16590 16591 16592 16593 16594 16595 16596 16597 16598 16599 16600 16601 16602 16603 16604 16605 16606 16607 16608 16609 16610 16611 16612 16613 16614 16615 16616 16617 16618 16619 16620 16621 16622 16623 16624 16625 16626 16627 16628 16629 16630 16631 16632 16633 16634 16635 16636 16637 16638 16639 16640 16641 16642 16643 16644 16645 16646 16647 16648 16649 16650 16651 16652 16653 16654 16655 16656 16657 16658 16659 16660 16661 16662 16663 16664 16665 16666 16667 16668 16669 16670 16671 16672 16673 16674 16675 16676 16677 16678 16679 16680 16681 16682 16683 16684 16685 16686 16687 16688 16689 16690 ... 16762 16763 16764 16765 16766 16767

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit