LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

La société est-elle une contrainte pour l'individu ?

Note : 5.3/10

C. Car l'homme est essentiellement un animal politique. Aussi la morale est-elle subordonnée à la politique, qui est pour Aristote la science souveraine par excellence, dont dépendent toutes les autres sciences. « Ce qui n'est pas utile à l'essaim n'est pas utile à l'abeille non plus. « Marc-Aurèle, Pensées pour moi-même, IIe s....

1 page - 1,80 ¤

Le progrès scientifique rend-il caduques les religion ?

Note : 5.1/10

Les religions ne peuvent se dispenser du savoir scientifique. Si la science peut condamner toute forme de croyance incompatible avec ses exigences (les superstitions), elle ne peut qu'autoriser des croyances qu'elle saurait ni justifier ni réfuter. Quant aux religions, peuvent-elles se dispenser du savoir scientifique et refuser d'évoluer, si elles veulent rester vivaces ? On peut songer au père...

1 page - 1,80 ¤

L'État doit-il être bienveillant ?

Note : 5.1/10

||L'État bienveillant est celui qui cherche à assurer le bonheur du peuple (un état de satisfaction complète). Le candidat montrera que le rôle de l'État est de garantir la liberté politique, autrement dit le pouvoir d'agir sous la protection des lois, et non de veiller au bonheur de ses sujets.  L'amour de l'État pour le peuple est, au...

5 pages - 1,80 ¤

L'État a-t-il pour but de maintenir l'ordre ?

Note : 5.1/10

434).Le théoricien doit interpréter ces « compréhensions partagées » des biens sociaux. Il lui revient de faire oeuvre de « critique sociale » et pour cela d'établir si la distribution réelle des biens contrevient ou non aux normes qui procèdent de ces « compréhensions partagées ». Il n'élabore pas de théories du juste extérieures à la communauté mais...

4 pages - 1,80 ¤

La mort est-elle ce qui donne un sens à la vie ?

Note : 5.1/10

J.-C. « Ce qui trouble les hommes, ce ne sont pas les choses, mais les opinions tranchées qu'ils ont sur les choses; par exemple, la mort n'a rien d'effrayant, [...] mais c'est l'opinion tranchée selon laquelle la mort est effrayante qui est elle-même effrayante. « Épictète, Manuel, vers 130 apr. J.-C. « La mort, si nous voulons nommer...

1 page - 1,80 ¤

Peut-on penser la mort ?

Note : 5.1/10

||HTML clipboardTrois aspects fondamentaux de la question doivent être pris en considération pour organiser la réflexion :  • « la mort « : le substantif utilisé ici semble renvoyer à une réalité précise, qu'il serait d'emblée possible de distinguer de ce qui n'est pas elle. Mais est-ce bien légitime ? Peut-on parler de la mort...

8 pages - 1,80 ¤

Les mathématiques ont-elles un rapport avec le réel ?

Note : 5.1/10

Problématisation :   Pour répondre à la question de notre sujet, nous devons déterminer quels sont les objets auxquels les mathématiques ont affaire et si ces objets sont réels ou non. Nous connaissons déjà des objets de la mathématique, nous en avons suffisamment d'exemples : inutile donc de rédiger une première partie artificielle sur le point, la ligne et le nombre ! Mieux...

4 pages - 1,80 ¤

L'intuition joue-t-elle un rôle dans les mathématiques ?

Note : 5.1/10

Entre intuition et déduction. S'il est vrai qu'une fois les axiomes posés il est relativement aisé d'en déduire des théorèmes de manière logique et mécanique, qu'en est-il du choix des axiomes eux-mêmes? Ce qui importe au mathématicien, lorsqu'il cherche à fixer le point de départ axiomatique, c'est que celui-ci soit fécond. Par quelle opération logique pourrait-il savoir à l'avance...

3 pages - 1,80 ¤

La liberté est-elle un fait ?

Note : 5.1/10

Kant, ici, reprend l'héritage rousseauiste et intègre dans le domaine pratique, ce que le " Newton du monde moral " avait entrepris sur le plan politique : " La liberté est obéissance à la loi qu'on s'est prescrite. "  L'obéissance au seul appétit est esclavage et l'obéissance à la loi qu'on s'est prescrite est liberté. (Du Contrat Social) La liberté...

5 pages - 1,80 ¤

Peut-on prouver la liberté ?

Note : 5.1/10

La liberté est une valeur fondamentale que l’on pense communément chez l’Homme comme naturelle. En se prétendant libre, l’Homme chercherait à se distinguer des autres animaux, autrement dit, il ne serait pas déterminé par les lois de la nature et il serait libre de ses choix. Mais nous pourrions nous demander sur quoi nous nous appuyons pour justifier...

6 pages - 1,80 ¤

Faut-il dire de l'homme qu'il est libre ou qu'il se libère ?

Note : 5.1/10

||  L'homme, en tant qu'être conscient, a le sentiment d'être libre. Mais ce sentiment est, en fait, illusoire. Il résulte de l'ignorance. Car l'homme est soumis à des déterminismes naturels, sociaux, psychologiques. Il faut donc dire de l'homme non qu'il est libre, mais qu'il se libère. La liberté s'acquiert par la maîtrise de la nature (de ce point...

5 pages - 1,80 ¤

Les mots ont-ils un pouvoir ?

Note : 5.1/10

Selon lui, leur dire n'est qu'un faire-croire, sans cesse changeant, impuissant à exprimer l'être. Il n'en reste pas moins que les paroles de Protagoras, d'Hippias, de Gorgias semblent capter l'attention et que l'argumentation de leurs discours persuasifs emporte la conviction. Plus près de nous, le linguiste Roman Jakobson invoque la fameuse fonction « conative » du dire, centrée...

3 pages - 1,80 ¤

Peut-on légitimement instituer une langue universelle ?

Note : 5.1/10

C'est ici le verbe « instituer « qui peut nous orienter : s'agit-il en effet d'instituer au sens du décret, et de croire qu'un langage inventé peut s'imposer, ou bien l'évolution des langues relève-t-elle du seul fait ? Bref, le langage est-il quelque chose de donné ou de construit ? I - Le rêve d'une langue nouvelle a) C'est...

2 pages - 1,80 ¤

La justice se réduit-elle aux lois ?

Note : 5.1/10

Sujet déposé :  La justice ne se réduit-elle qu'aux lois? Si l'homme était spontanément juste, il ne serait pas utile d'établir des lois. La justice a plusieurs significations selon qu'elle désigne l'institution judiciaire ou le juste en tant que vertu qui définit une idéal moral nous obligeant à obéir et à être équitable. La loi, elle, est une règle,...

4 pages - 1,80 ¤

Qu'est-ce qu'un droit juste ?

Note : 5.1/10

||Si le droit positif est toujours plus ou moins lié à des rapports de force et si la loi consacre le pouvoir du plus fort, il en résulte que la légalité ne coïncide pas toujours avec la légitimité. Le droit ne peut donc être assimilé à ce qui a été ou à ce qui est et l'exigence du...

4 pages - 1,80 ¤

L'idée d'inconscient exclut-elle l'idée de liberté ?

Note : 9/10

||Ce sujet demande que vous connaissiez au préalable les grandes lignes de la théorie freudienne de l'inconscient, et plus généralement de la psychanalyse. On peut à cet égard recommander la lecture de quelques ouvrages simples et célèbres de Freud, comme Psychopathologie de la vie quotidienne, Cinq leçons sur la psychanalyse, ou encore Trois essais sur la théorie de la...

10 pages - 1,80 ¤

L'inconscient n'est-il qu'une conscience obscurcie ?

Note : 9/10

Il considère la philosophie comme un instrument de libération où l'esprit maîtrise l'imagination et les désordres de la passion. Cette victoire de la raison, qui est toujours à recommencer, passe par la soumission du corps et le rejet des inerties « qui, si on n'y prend garde, prennent le masque de la pensée. »             Aussi Alain refuse-t-il, chaque fois qu'il...

4 pages - 1,80 ¤

Y a-t-il des progrès dans l'histoire ?

Note : 9/10

||L'idée de progrès suggère celle d'un état final. La fin de l'histoire, ce serait la fin des guerres, des violences. On constate qu'il y a des progrès scientifiques et techniques, des progrès du droit, de la liberté. Mais qu'il n'y a pas de progrès moraux de l'espèce humaine. En témoignent, au XXième siècle, les guerres, les violences et...

7 pages - 1,80 ¤

L'histoire peut-elle être contemporaine ?

Note : 9/10

• Il n'est pas rare que l'acteur ou même le spectateur d'un événement ait le sentiment de vivre un « moment historique « — soit une situation appelée à s'inscrire durablement dans la mémoire collective parce qu'elle aura eu un rôle déterminant dans l'évolution des choses. Mais peut-on décrire immédiatement un tel moment...

3 pages - 1,80 ¤

L'histoire est-elle une science ?

Note : 9/10

L'essentiel de son travail consiste à créer, pour ainsi dire, les objets de son observation, à l'aide de techniques souvent fort compliquées. Et puis, ces objets acquis, à " lire " ses coupes et ses préparations. Tâche singulièrement ardue; car décrire ce que l'on voit, passe encore; voir ce qu'il faut décrire, voilà le plus difficile.Etablir les faits...

10 pages - 1,80 ¤

La raison peut-elle assumer la tâche de fonder le droit ?

Note : 9/10

Ainsi, la loi positive ou conventionnelle, qui est fixée par le législateur, ne peut être juste que dans la mesure où elle est conforme aux principes naturels. Pour Aristote, la fin du droit est le juste. Or la nature a fixé de justes proportions, de justes rapports entre les  choses. Il revient donc au droit en tant que...

4 pages - 1,80 ¤

La loi est-elle la force des faibles ?

Note : 9/10

|| La loi désigne tout d'abord (c'est le sens du "droit positif") l'ensemble des règles qui organisent les rapports des membres d'une même communauté politique. Montrez ainsi que, contrairement à ce qui se produit dans la nature, tous sont alors égaux devant la loi et l'on abolit ainsi le règne du droit du plus fort....

10 pages - 1,80 ¤

L'homme est un être de désir: qu'en pensez-vous ?

Note : 9/10

CITATIONS: « L'appétit n'est rien d'autre que l'essence même de l'homme. » Spinoza, Éthique, 1677 (posth.)L'appétit est l'un des affects primitifs de l'homme ; conçu comme désir d'autoconservation (effort de l'homme pour « persévérer dans son être »), il est constitutif de son essence. « Il n'y a qu'un seul principe moteur : la faculté désirante. » Aristote, De l'âme,...

4 pages - 1,80 ¤

La mauvaise conscience est-elle chose bienfaisante ?

Note : 9/10

La mauvaise conscience ou la conscience mauvaiseComment peut-on considérer comme chose bienfaisante une conscience tourmentée par la honte et les remords? La mauvaise conscience n'est-elle pas le mal redoutable dont l'homme est frappé depuis qu'il vit dans une société que les contraintes de toutes sortes ont pacifiée? Toute l'agressivité de l'animal, dit Nietzsche, est devenue coupable chez l'homme....

3 pages - 1,80 ¤

Suis-je le mieux placé pour me connaître ?

Note : 9/10

|| Au premier abord, il me semble que je suis le mieux placé pour me connaître. En tant qu'être conscient, j'ai le sentiment de savoir qui je suis, ce que je suis. En revanche, il m'arrive souvent de penser que les autres ne me comprennent pas, qu'ils ne peuvent avoir accès à mon intimité, et donc qu'ils ne me...

9 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 16549 16550 16551 16552 16553 16554 16555 16556 16557 16558 16559 16560 16561 16562 16563 16564 16565 16566 16567 16568 16569 16570 16571 16572 16573 16574 16575 16576 16577 16578 16579 16580 16581 16582 16583 16584 16585 16586 16587 16588 16589 16590 16591 16592 16593 16594 16595 16596 16597 16598 16599 16600 16601 16602 16603 16604 16605 16606 16607 16608 16609 16610 16611 16612 16613 16614 16615 16616 16617 16618 16619 16620 16621 16622 16623 16624 16625 16626 16627 16628 16629 16630 16631 16632 16633 16634 16635 16636 16637 16638 16639 16640 16641 16642 16643 16644 16645 16646 16647 16648

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit