LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

Suffit-il d'avoir bonne conscience pour être innocent ?

La bonne conscience pourrait se définir comme le sentiment de n'avoir rien à se reprocher et même, d'avoir bien fait. Si l'on a le sentiment que l'on a bien fait, au plus profond de soi, il paraît logique de penser qu'effectivement on est innocent. Cependant, la bonne conscience ne peut pas servir de garantie à l'innocence. D'une part,...

2 pages - 1,80 ¤

Le progrès technique entraîne-t-il une dévalorisation du travail humain ?

C'est ce qui existe dans les sociétés actuelles. C'est ce qu'on appelle la division sociale du travail . D'abord elle correspond à la différence entre les aptitudes naturelles qui rend les hommes complémentaires les uns des autres. Ensuite la spécialisation dans une activité déterminée y produit une plus grande habileté. Enfin la...

5 pages - 1,80 ¤

Que nous apprend l'erreur sur la vérité ?

[I. Le tâtonnement pratique] a. La psychologie de laboratoire étudie volontiers l'acquisition de comportements pratiques (animaux ou humains, notamment chez l'enfant) par la méthode des « essais et erreurs «. Cela indique que, dans la pratique, nous commençons souvent par avoir un comportement inadapté à une situation avant de le corriger pour trouver le comportement convenable. b. Dans de tels...

2 pages - 1,80 ¤

Qu'est-ce qu'une machine ne peut pas faire ?

Une machine est un engin, un ensemble de pièces jointes et qui vise une fonctionnalité précise. La machine est un corps mécanique, animé par un mouvement extérieur et construit. Une machine peut-elle tout faire ? Qu’est-ce qu’une machine ne peut pas faire ? Peut-on programmer des machines pour parler, pour penser ? Il s’agit pour nous de nos...

5 pages - 1,80 ¤

L'usage de la violence est-il toujours signe de faiblesse ?

Analyse : Dans le langage courant, la violence définit une force d’une intensité particulière. On peut parler, par exemple, de la violence d’un orage, d’une inondation ou d’un tremblement de terre. Aussi permet-elle de qualifier le degré d’une force naturelle : un orage violent est d’une force particulièrement intense. Mais cette qualification s’étend aussi au domaine des actions humaines,...

3 pages - 1,80 ¤

Dépendre d'autrui, est-ce aliéner sa liberté ?

Dépendance et aliénation : deux manières de vivre, et la relation avec l’autre (dépendance) et la relation avec soi (aliénation). Dépendre de quelqu’un d’autre que soi, en tant que je délègue une partie de mes obligations, de mes nécessités à un autre, est-ce le signe d’une aliénation de soi, que je deviens étranger à moi-même ?...

4 pages - 1,80 ¤

À qui reconnaît-on des droits : à l'individu ou au citoyen ?

Les droits fondamentaux que nous reconnaissons à chacun figurent dans la « Déclaration des droits de l'homme et du citoyen «. Le titre de ce texte est lui-même ambigu: il mentionne à la fois « l'homme « et le « citoyen «, si bien qu'il ne nous permet pas déterminer ce qui, en chacun, est source de droit. A-t-on des droits parce que l'on...

4 pages - 1,80 ¤

La reconnaissance de la personne peut-elle être indifférente à la juste rétribution du travail ?

Note : 5.1/10

) Substance individuelle de nature rationnelle (cf. BOÈCE) ; c'est en ce sens que l'on parle des trois personnes de la Trinité. 2. - L'être humain considéré comme individu conscient du bien et du mal, libre et responsable. 3. - Personne morale : a) Ensemble des qualités qui constituent une personne au sens 2, et conçues comme distinctes...

2 pages - 1,80 ¤

Du droit ou de la force, lequel est un moyen pour l'autre ?

Note : 7/10

Tout simplement que la justice est humaine. La nature ne connaît que des rapports de force et n'est que physique. Seul l'homme est capable d'argumenter, de raisonner. Comme le suggère d'ailleurs leur origine étymologique commune, la justice ne saurait se passer de justification. C'est pourquoi la position d'un Calliclès que nous rapporte Platon dans le Gorgias est soit...

6 pages - 1,80 ¤

Les sciences de l'homme suffisent-elles à connaître l'homme ?

Note : 7/10

Dès lors peut se poser la question du relais qu'elles constitueraient relativement à la « connaissance « de l'homme traditionnellement proposée par la philosophie. Suffisent-elles pour assurer ce relais ? [I. Apports des sciences humaines] a. Rappeler quelques acquis : repérage plus précis du devenir humain grâce à l'histoire ; meilleure compréhension des fonctionnements mentaux - normaux ou pathologiques -...

4 pages - 1,80 ¤

Pour être libre, suffit-il de le vouloir ?

Note : 7/10

En effet, la volonté nous l'avons dit est une faculté destinée à choisir, à dire oui ou non. Descartes dit ainsi qu'elle « consiste seulement en ce que nous pouvons faire une chose ou ne la faire pas « ( Méditations métaphysiques). Dès lors, si la volonté peut choisir, cela veut-dire qu'elle n'est pas...

4 pages - 1,80 ¤

Peut-on critiquer la puissance de la technique ?

Note : 7/10

* On peut certes louer le retour aux techniques ancestrales. Cela présente un intérêt historique, exotique voire affectif, mais ne peut être généralisé d'un point de vue économique. Le progrès technique fait gagner aux hommes du temps, des efforts et de l'argent, et le libère pour la réflexion et les loisirs. * Enfin, les quelques «ratés« du progrès technique,...

3 pages - 1,80 ¤

Les oeuvres d'art tiennent-elles leur beauté de la simple imitation des beautés de la nature ?

Note : 7/10

Loin de se borner à leur apparence, le peintre s'efforce de rendre sensible le sens des choses. B - L'art prolonge la nature ■ L'art est plus l'imitation du processus de production naturelle, que le processus d'imitation des produits naturels. L'activité de l'artiste prolonge le bras de la nature, son oeuvre ouvre le domaine d'une seconde nature plus parfaite,...

2 pages - 1,80 ¤

Peut-on n'obéir à aucune loi ?

Note : 10/10

Que ce soit chez Locke, ou chez Rousseau, la loi se comprend comme la nécessité de combattre un état naturel où chacun empiète sur les prérogatives de chacun du fait que personne n'est assujetti à un processus régulateur. La loi, avant d'être obéissance, est donc comprise comme un principe d'harmonisation qui préserve les intérêts...

2 pages - 1,80 ¤

Peut-on apprendre à percevoir ?

Note : 10/10

Les yeux du petit enfant se dessillent très vite sans que personne lui apprenne à voir. L'énoncé du sujet semble donc sous-entendre que, nous qui croyons spontanément voir le monde correctement, nous ne le verrions en réalité peut-être pas assez précisément. Il nous serait donc possible, comme à l'issue de tout apprentissage, de faire des progrès dans notre...

3 pages - 1,80 ¤

En quoi le sentiment esthétique se distingue-t-il du sentiment religieux ?

Note : 10/10

||On définit souvent le sentiment esthétique à tort comme une délectation, plus proche du sentiment de l’agréable que du beau. Or la nature même du sentiment esthétique appelle une tout autre définition. Le sentiment esthétique, de ce point de vue, s’il veut être expliqué dans sa globalité oblige à penser et à théoriser l’origine...

3 pages - 1,80 ¤

Faut-il rechercher le bonheur ?

Note : 5.3/10

||La poursuite du bonheur  constitue une fin universelle de la nature humaine. C'est ce que Pascale a vu très tôt dans ses Pensées : "Tous les hommes recherchent d'être heureux . Cela est sans exception, quelques différents moyens qu'ils y emploient." . Pourtant définir le bonheur et les moyens pour y parvenir est ...

4 pages - 1,80 ¤

L'acquisition du langage permet-elle de former sa pensée ?

Note : 5.3/10

Par les mots, le sujet pensant donne une forme objective à ses pensées et les rend accessibles à sa propre conscience. Hegel veut ainsi démystifier l' ineffable, ce « quelque chose « de si riche, de si nuancé et de si subtil qu'aucune parole ne pourrait l'exprimer. L'ineffable, écrit Hegel dans Philosophie de l'Esprit, «c'est la pensée obscure,...

8 pages - 1,80 ¤

Pour être libre, n'avons-nous le choix qu'entre être tyran et être sage ?

Note : 5.5/10

||Le sujet pose la question du type de comportement que nous devons adopter pour atteindre à la liberté. Il propose pour cela deux options entre lesquelles l'homme aurait à choisir : la tyrannie et la sagesse.   Celles-ci rendent-elles réellement raison de la valeur et de la signification proprement contenues dans le concept de liberté ?   Ou au contraire...

7 pages - 1,80 ¤

Les mots cachent-ils les choses ?

Note : 5.5/10

1. Les mots sont les signes des choses Dans l'intitulé du sujet, les « choses « ne désignent pas uniquement les êtres inertes comme ce serait le cas si on les opposait aux vivants, aux personnes, ou si je reprochais à quelqu'un de me traiter comme une « chose «. Lorsque je m'interroge : « Où est passée ma...

5 pages - 1,80 ¤

Le progrès de la science fait-il celui de la conscience ?

Note : 5.5/10

3ème partie : Le progrès de la science ne fait pas celui de la conscience morale. - Si le progrès de la science fait celui de la conscience, en revanche il ne s'agit pas de conscience morale. On s'aperçoit que les sciences sont détachées de la sphère de la moralité, et que la recherche scientifique,...

3 pages - 1,80 ¤

Justice et inégalité sont-elles incompatibles ?

Note : 5.1/10

L'interrogation ne porte pas sur l'essence de la justice, sur ce qu'est la justice en tant que telle. Elle suggère d'envisager la justice plutôt par les effets qu'elle produit. Rien ne sert donc de raisonner sur le concept abstrait de justice. Il faut s'intéresser à la justice telle qu'elle s'exerce. En remontant de l'effet à la cause, nous...

7 pages - 1,80 ¤

Une théorie n'est-elle qu'une manière logique d'ordonner des idées ? ?

Note : 5.1/10

- La notion de "théorie" a une double signification qui pourrait apparaître, de prime abord, contradictoire : elle désigne, dans son acception scientifique, un ensemble de propositions logiquement liées les unes aux autres, et destinées à rendre compte d'un aspect du réel ; mais dans son acception éthymologique, elle renvoie à une activité particulière de l'âme, la contemplation...

2 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 16570 16571 16572 16573 16574 16575 16576 16577 16578 16579 16580 16581 16582 16583 16584 16585 16586 16587 16588 16589 16590 16591 16592 16593 16594 16595 16596 16597 16598 16599 16600 16601 16602 16603 16604 16605 16606 16607 16608 16609 16610 16611 16612 16613 16614 16615 16616 16617 16618 16619 16620 16621 16622 16623 16624 16625 16626 16627 16628 16629 16630 16631 16632 16633 16634 16635 16636 16637 16638 16639 16640 16641 16642 16643 16644 16645 16646 16647 16648 16649 16650 16651 16652 16653 16654 16655 16656 16657 16658 16659 16660 16661 16662 16663 16664 16665 16666 16667 16668 16669 16670 16671 16672 16673 16674 16675 16676 16677 16678 16679 16680 16681 16682 16683 16684 16685 16686 16687 16688 16689 16690 16691 16692 16693 16694 16695 16696 16697 16698 16699 16700 16701 16702 16703 16704 16705 16706 16707 16708 16709 16710 16711 16712 16713 16714 16715 16716 16717 16718 16719 ... 16820 16821 16822 16823 16824 16825

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit