LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

La volonté de Dieu est-elle un asile d'ignorance ?

Kant, dans La Religion dans les limites de la simple raison, écrit: «Dans une religion universelle, il n'y a pas de devoirs spéciaux à l'égard de Dieu, car Dieu ne peut rien recevoir de nous; nous ne pouvons agir ni sur lui, ni pour lui.» Ignorants sont les esprits qui, d'une part, se soumettent aveuglément à la foi et,...

2 pages - 1,80 ¤

Philosophie et religion ont-elles la même fonction ?

La religion et la philosophie ont toujours eu des rapports complus, oscillant entre l'hostilité déclarée et le principe d'une collaboration, précisément parce que leur fonction n'est pas la même. Les deux projets peuvent apparaître antinomiques, concurrents ou complémentaires. L'éthico-religieux se manifeste par la présence d'un enseignement de la sagesse dans toutes les grandes religions. Mais il y a...

2 pages - 1,80 ¤

Un problème politique peut-il avoir une solution technique ?

La réussite technologique du monde occidental ne doit pas foire oublier que l'homme n'est pas un être «unidimensionnel». Herbert Marcuse, dans son livre L'Homme unidimensionnel, dénonce l'évolution des sociétés démocratiques fondées sur le seul principe du libéralisme des échanges. Au nom de ce principe, elles instaurent une nouvelle forme de totalitarisme. Ce totalitarisme est tout à la fois économique,...

2 pages - 1,80 ¤

Faut-il s'adapter à la réalité ?

Certes, ce qui fait la supériorité de l'homme sur l'animal, c'est sa capacité à s'adapter aux situations les plus difficiles. Mais il convient de remarquer que cette adaptation implique toujours une transformation, donc un refus d'accepter la réalité brute. L'homme s'adapte au milieu naturel en le modifiant. Il contourne plus les montagnes mais les creuse, etc. En ce qui...

2 pages - 1,80 ¤

La dictature de la raison est-elle souhaitable ?

C'est sans doute bien fâcheux que la raison ne dispose que de ses propres armes pour s'imposer. C'est une des raisons (sinon l'unique...) pour lequelles les esprits sages n'ont jamais pris le pouvoir, M^rnt aux ambitieux, aux fous et aux petites intelligences la charge de présider au destin de l'humanité. Si l'on considère le résultat, il est assez...

2 pages - 1,80 ¤

La raison est-elle toute-puissante ?

Deux excès: exclure la raison, n'admettre que la raison», écrivait Biaise Pascal dans ses Pensées. Il est vain de déchaîner contre la raison toutes les ressources de la rhétorique car toute pensée est rationnelle, c'est-à-dire est formulée de telle manière qu'elle peut être comprise en principe par tous - ce qui n'est autre, précisément, que le postulat de...

2 pages - 1,80 ¤

La philosophie doit-elle s'opposer à l'opinion ?

De Socrate à Wittgenstein, il est une mission de la philosophie qui n'a pas changé: il s'agit toujours de mener à bien une entreprise d' élucidation de la réalité, de définition, de «Création de concepts» selon les mots de Gilles Deleuze. Or, le sens commun s'en tient presque toujours à des vérités évidentes, sans ressentir la nécessité d'approfondir la...

2 pages - 1,80 ¤

La raison peut-elle être violente ?

La raison ne devrait pas, en principe, engendrer la violence. Du point de vue moral, la raison exige de rechercher le bien. Elle doit donc exclure la violence et toute forme de mal exercé vis-à-vis d'autrui. Du point de vue de la connaissance, elle doit également éviter la violence, car aucune vérité ne justifie que l'on exerce une...

2 pages - 1,80 ¤

Peut-on parvenir à une totale maîtrise de soi ?

Si le «soi» désigne cette partie de l'esprit qui se réduit à la conscience et à la volonté, alors il est tout à fait possible de dire que l'on peut être maître de soi. Nul ne peut nier le fait que je peux renoncer à mes désirs, m'abstenir de rire quand je le souhaite, préserver ma santé en...

2 pages - 1,80 ¤

Raison et foi sont-elles incompatibles ?

La raison et la religion ne sont pas incompatibles parce qu'elles ne sont pas du même ordre. La raison ne nous permet pas, en effet, de saisir les fins ultimes de l'existence. Ainsi, beaucoup de scientifiques ne sont pas pour autant des matérialistes et croient en l'existence d'un Dieu créateur. Cela ne les empêche pas de chercher à...

2 pages - 1,80 ¤

La psychologie sert-elle l'ordre et le pouvoir en place ?

Hormis l'incertitude des techniques mises en œuvre par les psychologues pour étudier les comportements humains, il se pose des questions à la fois morales et philosophiques: au nom de quoi agissent-ils? Quels buts visent-ils? Par rapport aux sciences, d'un côté, et à la philosophie, de l'autre, quelle place occupent-ils? Ce qui manque à la psychologie, ce qui la...

2 pages - 1,80 ¤

La psychologie peut-elle remplacer la philosophie ?

Pour que la psychologie puisse tenir lieu de philosophie, il faudrait qu'elle soit, à part entière, philosophique. Ce qui n'est pas le cas. Ayant mis plus de cinquante ans à s'affranchir des liens de parenté qui l'unissaient à la philosophie, elle n'est pas prête à reconnaître qu'elle n'est qu'une philosophie sans consistance et une science sans fondement. Que ses acquis...

2 pages - 1,80 ¤

Une action peut-elle être illogique ?

Il y a une logique des actes comme il y a une logique du raisonnement. La logique de l'acte est de se conformer à un but conçu au préalable dans l'esprit et de suivre les étapes nécessaires à la réalisation de ce but. Cette logique toutefois n'est à l'œuvre que lorsque le but des actions est clairement déterminé. Elle relève...

2 pages - 1,80 ¤

L'ordre doit-il être toujours défendu ?

Si l'homme est devenu homme, c'est bien parce qu'il s'est affranchi de la nature. Qu'il s'en rende de plus en plus maître, qu'il éprouve le besoin, comme le dit Hegel, de se sentir «partout chez lui», modifiant, ici, le cours naturel d'une rivière, construisant, là, une église, il ne doit pas oublier que sa raison n'est pas toute-puissante....

2 pages - 1,80 ¤

Ce qui est en mon pouvoir devient-il ma propriété ?

L'origine de la propriété a donné lieu à d'épineuses controverses. La propriété est, pour les philosophes anglais, naturelle. Pour Rousseau, elle est à l'origine de tous les vices de la société. (Ce qui ne l'empêche pas de penser que tout pacte social repose sur le respect de la propriété...) Engels, contredisant Dühring, soutient que ce n'est pas la...

2 pages - 1,80 ¤

Le travail peut-il légitimer la propriété ?

Sur la plupart des économistes, la notion de propriété ne pose pas de problème: il y a des gens qui, pour des raisons historiques, sont propriétaires - les nobles, à l'origine - et d'autres qui ne possèdent rien. Pour ces économistes, comme David Ricardo ou Adam Smith, il est normal que les propriétaires fonciers vivent de la rente que...

2 pages - 1,80 ¤

La propriété est-elle un droit ?

Marx a bien vu que la Déclaration des droits de l'homme, qui fait de la propriété l'une des formes de la liberté, servait d'abord et avant tout l'idéologie bourgeoise. Certes, nulle liberté n'existe si l'homme ne dispose pas de son corps, s'il n'en est pas le propriétaire exclusif. Mais en quoi la propriété peut-elle servir la cause de la...

2 pages - 1,80 ¤

La technique est-elle synonyme de progrès ?

Tout entière occupée à produire des objets et à développer des techniques, la société industrielle a fini par faire de l'outil une valeur absolue et par considérer que le progrès ne pouvait passer que par la technique. Celle-ci ne sert plus à dominer la nature, ni même, dans de nombreux cas, à améliorer la vie de l'homme. Elle...

2 pages - 1,80 ¤

- Notre civilisation est-elle supérieure aux autres ? -

Sciences et techniques prouvent-elles la supériorité de notre civilisation? Cela dépend de la norme qu'on prend pour en juger. Si l'on se réfère au progrès matériel, alors oui, incontestablement, notre civilisation est supérieure à celles qui l'ont précédée et à celles, contemporaines, qui sont moins avancées. En revanche, si l'on prend comme norme le progrès moral, le progrès...

2 pages - 1,80 ¤

Le maintien de l'ordre est-il le seul objectif de la politique ?

Toute organisation sociale suppose un ordre. C'est un fait. Mais les sociétés humaines ne sont pas comparables aux sociétés animales. Les hommes ne sont pas des fourmis, c'est-à-dire des créatures dont les comportements sont entièrement commandés par l'instinct. L'ordre est nécessaire. Son instauration n'est qu'un point de départ, et nullement une finalité. Autrement dit, il est la condition...

2 pages - 1,80 ¤

La politique peut-elle être innocente et neutre ?

Les grands révolutionnaires, Marat, Danton, Lénine, Trotsky, Mao, le Che, etc., se sont tous rendu compte qu'il n'est pas possible de régner innocemment, c'est-à-dire de croire en toute innocence que l'on peut servir un idéal sans, tôt ou tard, le corrompre. Ce sont les circonstances historiques qui ont permis à Gandhi de parvenir à ses fins. La non-violence qu'il a...

2 pages - 1,80 ¤

Responsabilité politique et gouvernance ?

Pour que la responsabilité politique n'appartienne qu'à ceux qui gouvernent, il faudrait imaginer un pouvoir ne connaissant qu'un seul moyen d'asseoir son autorité: la mort. Ce qui l'amènerait rapidement à se nier lui-même. On gouverne les vivants et non les morts. Même dans les régimes les plus sanguinaires, l'autorité de l'État laisse aux gouvernés une alternative: ou obéir,...

2 pages - 1,80 ¤

L'étude objective des sociétés peut-elle fonder la politique?

La politique vise le bonheur commun des hommes. Cependant, les moyens envisagés pour y parvenir divergent. Les uns partent d'une observation de l'homme et fondent la politique sur ce que l'homme est par nature. Ils mettent donc l'homme avant la politique. Les autres posent un modèle idéal, fondé sur la morale, et contraignent l'homme à s'y conformer. Ceux-ci...

2 pages - 1,80 ¤

La politique se résume-t-elle à la force ?

Il est malheureusement impossible de confondre théorie politique et réalité politique. Du point de vue de la théorie, la politique se contredit elle-même à partir du moment où elle n'est que lutte d'intérêts. En effet, comme l'a bien vu Aristote, l'unique but de la politique est de servir le bien commun. Or, là où il y a rapport de forces,...

2 pages - 1,80 ¤

Guillaume d'Ockham: Bréviloque sur la puissance du pape (résumé et analyse)

Guillaume d'Ockham est un philosophe très important. Par sa critique de la papauté, ce moine franciscain anglais annonce, avec deux siècles d'avance, la Réforme, les débuts de l'esprit laïque et l'individualisme de la Renaissance. Exclu d'Oxford, suspect d'hérésie, il fut excommunié en raison de ses thèses. Il dut se réfugier en Allemagne, auprès de l'empereur Louis IV de...

2 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 5688 5689 5690 5691 5692 5693 5694 5695 5696 5697 5698 5699 5700 5701 5702 5703 5704 5705 5706 5707 5708 5709 5710 5711 5712 5713 5714 5715 5716 5717 5718 5719 5720 5721 5722 5723 5724 5725 5726 5727 5728 5729 5730 5731 5732 5733 5734 5735 5736 5737 5738 5739 5740 5741 5742 5743 5744 5745 5746 5747 5748 5749 5750 5751 5752 5753 5754 5755 5756 5757 5758 5759 5760 5761 5762 5763 5764 5765 5766 5767 5768 5769 5770 5771 5772 5773 5774 5775 5776 5777 5778 5779 5780 5781 5782 5783 5784 5785 5786 5787 5788 5789 5790 5791 5792 5793 5794 5795 5796 5797 5798 5799 5800 5801 5802 5803 5804 5805 5806 5807 5808 5809 5810 5811 5812 5813 5814 5815 5816 5817 5818 5819 5820 5821 5822 5823 5824 5825 5826 5827 5828 5829 5830 5831 5832 5833 5834 5835 5836 5837 ... 16632 16633 16634 16635 16636 16637

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit