LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

La révolution est-elle un progrès ou une régression ?

||L\'action révolutionnaire est indissociable de la violence. Marx et Engels ont raison de dire que l\'origine de la révolution se trouve dans un rapport violent qui oppose une classe d\'exploitants et une classe d\'exploités. Il est des situations extrêmes, qu\'elles soient politiques ou individuelles, où la violence est la seule réponse à la violence. Voilà qui justifie la...

2 pages - 1,80 ¤

Est-ce parce qu'ils ont peur de la mort que les hommes croient en Dieu ?

||Attribuer le sentiment religieux à la seule peur de la mort, c\'est se faire une idée peu flatteuse de l\'homme, c\'est croire qu\'il n\'obéit qu\'à l\'instinct et aux exigences de la matière. Si l\'on admet que les hommes ont une âme et qu\'ils ont une composante spirituelle distincte du corps, alors on peut considérer que la croyance religieuse...

2 pages - 1,80 ¤

Le fanatisme doit-il être combattu ?

||Combattre le fanatisme religieux fut l\'une des grandes batailles du siècle des Lumières, le siècle de Voltaire, de Rousseau. Robespierre, l’une des grandes figures de la Révolution française, demanda que l\'on vénère la déesse «Raison» à la place de Dieu, du Christ et de la Bible. Par là même, il voulait mettre un terme définitif aux guerres de...

2 pages - 1,80 ¤

Le problème de Dieu a-t-il une solution philosophique ?

||Bien peu philosophe, bien mauvais connaisseur de l\'histoire de la philosophie serait celui qui prétendrait que le problème de Dieu n\'est pas un problème philosophique. En effet, et en dernière analyse, c\'est encore méditer sur Dieu que de s\'attacher à montrer, comme Kant, que l\'on ne peut pas prouver son existence. Quand bien même serait-on athée, il est...

2 pages - 1,80 ¤

Une vie sans religion est-elle possible ?

||La religion traduit une attitude de révérence devant les mystères de l\'existence. Un monde devenu entièrement profane, dans lequel tous les liens seraient équivalents, serait un monde irréligieux. Mais l\'existence d\'un tel monde est peu probable. Même dans les sociétés contemporaines les plus fortement laïcisées on peut remarquer des résidus de conscience religieuse: la religiosité qui naît du...

2 pages - 1,80 ¤

Les mathématiques sont-elles comparables à toutes les autres sciences ?

Le rapport des mathématiques au réel demeure encore bien mystérieux. Comment une science qui ne s\'occupe que de nombres, de grandeurs, de figures (Platon) n\'ayant d\'existence que dans l’esprit de celui qui les conçoit peut-elle néanmoins expliquer les phénomènes géométriques, mécaniques, mais aussi les phénomènes physiques? Est-ce parce que, comme le pensait Galilée, la nature est «écrite en...

2 pages - 1,80 ¤

Rivarol écrit dans le « Discours sur l'universalité de la langue française. » : « Ce qui n’est pas clair n’est pas français.

||A la discipline classique et au travail de nos écrivains, qui, suivant les préceptes codifiés, mais non inventés par Boileau subordonnent tout au bon sens et à la raison. D’Alembert prétend même qu’aucune langue, sans exception, n\'est plus sujette à l\'obscurité que la nôtre et ne demande dans ceux qui en font l\'usage plus de précautions minutieuses pour...

2 pages - 1,80 ¤

Meyerson : « Nous voudrions que le réel fût rationnel, mais nous sentons en même temps que ce désir est essentiellement chimérique ; qu’il ne se peut qu’il soit entièrement satisfait. »

||En tout cas, !a conception de Meyerson nous présente un point de vue grandiose sur la sciencii, résultant d\'un effort progressif pour soumettre l’Univers multiple et changeant à la raison humaine éprise d’unité et d’identité.   ||...

1 page - 1,80 ¤

La moralité consiste-t-elle à chercher ou à fuir le plaisir et l’intérêt ?

||Conclusion. — Kant a eu raison de ne pas identifier la moralité avec l\'obéissance aux Impératifs hypothétiques du plaisir et de l’intérêt. La moralité consiste en l’obéissance à l’Impératif catégorique : tu dois ; il faut.||...

1 page - 1,80 ¤

SUJET : Albert Thierry considérait comme un devoir essentiel le refus de parvenir. Apprécier cette conception. PLAN.

||Conclusion. — Si. parmi les hommes qui refusent ainsi de parvenir, il s’en trouve de vraiment grands, l\'humanité future saura bien les reconnaître et les honorer selon leur vrai mérite.||...

1 page - 1,80 ¤

SUJET : La mérite et le démérite

|| Il est souhaitable que l\'homme atteigne, par des efforts méritoires, à ure vertu facile où le mérite disparaisse.||...

1 page - 1,80 ¤

A quelles causes faut-il attribuer le rajeunissement de l'imagination poétique au commencement du XIXe siècle?

||IV. A une société nouvelle, il faut une poésie nouvelle.... On sera davantage soi-même... les anciens et leurs imitateurs ne suffisent plus.... Chateaubriand dans le Génie donne une expression aux sentiments et aux besoins que chacun sentait Confusément.... Il continue J.-J. Rousseau, réhabilite le sentiment chrétien, venge la religion des sarcasmes de Voltaire, exploite et entretient ce «...

1 page - 1,80 ¤

Ernest Lavisse a dit dans un discours à des enfants : J’ai appris à aimer le xviiie siècle malgré ses illusions, parce qu’il a été un siècle humain succédant à un siècle dur.

||On peut ne pas partager l’avis de M. Lavisse. On sait ce qu’ont donné les idées de Jean-Jacques traduites dans les faits. Quant au xvii6 siècle, il n’a pas été aussi dur qu’il le paraît au premier abord. Des voix se sont élevées en faveur du peuple (Racine, La Bruyère, Fénelon)... il a été le siècle des St...

1 page - 1,80 ¤

Dans sa préface de 1869, Michelet dit que le problème historique s'est posé pour lui comme une résurrection de la vie intégrale, non pas dans ses surfaces, mais dans ses organismes intérieurs et profonds. Que veut il dire par ces paroles? Comment a t il réalisé son dessein? Que pensez vous de cette conception de l'histoire?

||II. Comment a-t-il réalisé son dessein?   Il a fait une œuvre extraordinairement vivante, (l’histoire de Jeanne d’Arc ou le récit de la journée du 14 Juillet qui n’a pas été surpassé.) Mais au fur et à mesure qu’ila pris davantage conscience de sa méthode et qu’il en a accepté les dangers (l’œuvre n’est elle pas colorée des sentiments du...

1 page - 1,80 ¤

Pour ou contre l'héritage.

||Selon Durkheim, c’est un fait que le communisme familial, caractérisant les sociétés primitives, a toujours été en régression. On peut prévoir que la société interdira un jour à l’homme de laisser la plus grande partie de sa fortune à ses descendants, comme, depuis la Révolution française, il n’est plus permis de léguer fonction et dignités.||...

1 page - 1,80 ¤

SUJET : Que signifie et que vaut la distinction établie par Pascal entre l’esprit de géométrie et l’esprit de finesse?

||La distinction établie par Pascal reste toujours aussi profonde. Il faut chercher à cultiver en soi et à mettre en harmonie l’esprit de géométrie et l’espril de finesse.  ||...

1 page - 1,80 ¤

« Avoir des gloires communes dans le passé, une volonté commune dans le présent; avoir fait de grandes choses ensemble, vouloir en faire encore; voilà les conditions essentielles pour être un peuple. » (Renan.)

||Comme l\'humanité suivant le mot d’Auguste Comte ,la patrie est faite de plus de morts que de vivants.   C\'est la cendre des morts qui créa la pairie, dit Lamartine....   Ce patrimoine de gloire et d’honneur qu’ils nous ont laissé, il faut avoir la volonté de le conserver et de l’accroître. Pour cela l’union est nécessaire. La France semble et est,...

1 page - 1,80 ¤

Commenter cette pensée de Paul Fauconnet : « Les sociétés choisissent, pour leur appliquer des sanctions, certains êtres qui leur paraissent avoir une aptitude particulière à les subir ». PLAN.

||2e partie. — Interprétation de ces faits.   A. — L’intervention volontaire n’est pas indispensable pour que se déclanche la sanction ; il peut y avoir rapport indirect.   B. — Le crime est avant tout, sacrilège, violation d’un interdit religieux, d’un tabou. La faute est un péché» une souillure, une impureté.   C. — On peut participer au péché sans le vouloir, sans...

1 page - 1,80 ¤

Molière et La Fontaine, peintres de l’homme et de la société.

||n’approfondit pas et ne fait pas de graves blessures. Qui s’offenserait d’une fable?... Molière doit être plus circonspect. Les grands sujets lui sont interdits (scandale du Tartuffe). Il doit flatter le roi et ne peut censurer, chez les courtisans, que leurs travers et leurs manies (réformateur des granda canons, législateur des bienséances).   1. Les grands... Chez La Fontaine :...

2 pages - 1,80 ¤

LAMARTINE (Nouvelles Méditations, 1823): Le poète mourant (commentaire)

Le poète est semblable aux oiseaux de passage Qui ne bâtissent point leurs nids sur le rivage, Qui ne se posent point sur les rameaux des bois ;Nonchalamment bercés sur le courant de l\'onde, Ils passent en chantant loin des bords ; et le monde Ne connaît rien d\'eux, que leur voix.Jamais aucune main sur la corde sonore Ne guida dans ses jeux...

2 pages - 1,80 ¤

L'auteur de la lettre sur la comédie du Misanthrope écrit: « Molière n'a pas voulu faire une comédie pleine d'incidents, mais une pièce seulement où il pût parler contre les m½urs du siècle. » En passant en revue les caractères et. les portraits tracés dans le Misanthrope, vous direz ce que cette pièce nous apprend sur la société du XVIIe siècle.

Voulant faire un portrait du siècle dans le Misanthrope, Molière ne pouvait choisir de meilleurs personnages qu’un misanthrope qui, haïssant les hommes est habile à découvrir leurs défauts et une coquette médisante qui « se plaît à en dire tout le mal qu\'elle en sait. » ||Molière est ici le rival de La Bruyère. Comme lui, il nous a...

1 page - 1,80 ¤

Par quelles qualités, particulièrement françaises, Molière vous paraît-il mériter l'admiration durable de la France?

||Et qu’on ne dise pas : c’est peu, car à défaut d’autre vertu, il nous inspire au moins l’amour de la franchise, cette qualité si française... Tartuffe... En face de cet hypocrite, quelle belle galerie d’« honnêtes gens » : Cléante, Ariste, Clitandre, Béralde, sans parler de Chrysale et d’Alceste, en qui on retrouve ces traits communs, le...

1 page - 1,80 ¤

Exquisément, exquisement, adverbe

||Exquisément, exquisement, adverbe  De manière exquise. Tout ce que tu m\'as dit sur « Pelléas » est exquisement juste d\'intuition (JACQUES RIVIÈRE, Correspondance, [avec Alain-Fournier] , 1906, page 346 ). L\'air était exquisément tiède (ROMAIN ROLLAND, Jean-Christophe, Dans la maison, 1909, page 1021 ). L\'oreille minuscule, exquisement modelée, d\'une transparence nacrée (MAXENCE VAN DER MEERSCH, L\'Empreinte du dieu,...

1 page - 1,80 ¤

Examiner ce jugement de Chateaubriand sur le « Génie du Christianisme » : « Maintenant, dans la supposition que mon nom laisse quelque trace, je le devrai au Génie du Christianisme. Sans illusion sur la valeur intrinsèque de l’ouvrage, je lui reconnais une valeur accidentelle s il est venu à son moment. » (Mémoires d'Outre-Tombe.)

||On était dégoûté des hautes spéculations métaphysiques. L’apologétique du xviiie siècle avait paru faible et froide... la « philosophie » vide et desséchante... la religion naturelle inefficace et insuffisante.... Rousseau avait déjà d’ailleurs opposé le cœur et l’instinct à la raison et réveillé le sentiment religieux. Chateaubriand le complète et ramène « la religion du Vicaire savoyard »...

2 pages - 1,80 ¤

« La tragédie, dit J.-J, Rousseau, est si loin de nous, elle nous présente des êtres si gigantesques, si boursouflés, si chimériques que l’exemple de leurs vices n’est guère plus contagieux que celui de leurs vertus n’est utile. »

||I. La tragédie est-elle si loin de nous?   Oui, semble-t-il. Les sujets sont tirés de l’histoire ancienne ou de la fable : Phèdre, Iphigénie, Horace, Beaumarchais), les personnages sont des princes ou des rois... Mais les aventures sont souvent communes, les « grands intérêts d’Ëtat » nous sont présentés sous un jour qui nous les rend accessibles (Horace) ;...

2 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 5709 5710 5711 5712 5713 5714 5715 5716 5717 5718 5719 5720 5721 5722 5723 5724 5725 5726 5727 5728 5729 5730 5731 5732 5733 5734 5735 5736 5737 5738 5739 5740 5741 5742 5743 5744 5745 5746 5747 5748 5749 5750 5751 5752 5753 5754 5755 5756 5757 5758 5759 5760 5761 5762 5763 5764 5765 5766 5767 5768 5769 5770 5771 5772 5773 5774 5775 5776 5777 5778 5779 5780 5781 5782 5783 5784 5785 5786 5787 5788 5789 5790 5791 5792 5793 5794 5795 5796 5797 5798 5799 5800 5801 5802 5803 5804 5805 5806 5807 5808 5809 5810 5811 5812 5813 5814 5815 5816 5817 5818 5819 5820 5821 5822 5823 5824 5825 5826 5827 5828 5829 5830 5831 5832 5833 5834 5835 5836 5837 5838 5839 5840 5841 5842 5843 5844 5845 5846 5847 5848 5849 5850 5851 5852 5853 5854 5855 5856 5857 5858 ... 16293 16294 16295 16296 16297 16298

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo