LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

Commenter ou discuter cette pensée d’Ibsen: « La société où nous vivons n'est pas une société humaine, c’est une société masculine ».

||1re partie. — En effet, partout les mnies exerçant, par suite, de leur force physique et par la puissance des traditions, une influence dominante sur cette société masculine y ont fait aux femmes une situation Inférieure :   A. — Sociétés primitives ;   B. — Sociétés civilisées non européennes (ex. : Indes ; Japon) ;   C. — Société» européennes du passé et...

1 page - 1,80 ¤

Qu’est-ce qu’une analogie? quel rôle joue l'analogie dans les sciences ? PLAN

||3e partie. .— Rôle de ce raisonnement.   A. — En mathématiques, il peut donner lieu à des opérations précises.   B. — Dans les sciences expérimentales, il est à l’origine   a) des hypothèses précédant toute recherche ;   b) des théories générales qui réalisent l’unité de la science   C. — Dans les sciences dites morales, c’est-à-dire ayant l’homme pour objet, notamment en   a) psychologie (compréhension des...

1 page - 1,80 ¤

« L'homme est sous des noms divers le vrai héros de toutes les fables de la Fontaine. » (Saint-Marc Girardin.)

||L’homme est donc bien le héros de toutes les fables, c’est lui qui est le véritable personnage de cette comédie à cent actes divers. Quand La Fontaine commença à faire des fables, il croyait ne faire que des contes amusants et instructifs pour les enfants. Il ne savait pas où le mènerait le genre qu’il choisissait. La fable...

1 page - 1,80 ¤

Auriez-vous aimé être élevé suivant les principes de Montaigne?

||1. Et d’abord qui ne voudrait être conduit à la vertu par des routes ombrageuses, gazonnées et doux fleurantes? On aime à voirreprésenterlasagessecomme une chose aisée et accessible même aux enfants. Montaigne nous épargne les efforts pénibles, il bannit toute contrainte, il fait confiance à la nature humaine.   2. Montaigne fait une grande place à la formation du corps,...

2 pages - 1,80 ¤

Quand pour la difficulté, vous mettriez un plus du côté de la comédie. Jusqu'à la réplique de Climène: Je crois être du nombre... Critique de l'Ecole des Femmes.

||Molière oppose la comédie à la tragédie, parce qu’il avait eu à souffrir descritiquesdescomédiensdel’HôteldeBourgogne. Lui-même s’était essayé, comme auteur et comme acteur, dans le genre sérieux. Sans succès. De là le ton un peu vif de la tirade de Dorante. On sent quelque rancune. Racine montrera qu’on peut peindre aussi d’après nature dans la tragédie. En réalité, il...

2 pages - 1,80 ¤

Rapports de la sociologie et de la morale PLAN.

||2e partie. — On pourrait, même en séparant sociologie et morale, établir, entre elles des rapports moins étroits que clans ies théories précédentes. D’abord la sociologie peut être utile à la morale.   A. — Elle nous fait connaître les idées morales du passé qui peuvent nous servir à mieux orienter notre conduite (rôle des traditions).   B. — Elle nous fait...

1 page - 1,80 ¤

La Bruyère, dans le chapitre des ouvrages de l'esprit, prétend que les femmes sont généralement supérieures aux hommes dans la manière d’écrire des lettres. « Ce sexe va plus loin que le nôtre dans ce genre d’écrire. » En vous aidant des lettres de Mme de Sévigné que vous connaissez, voue, essaierez d'expliquer l'opinion de La Bruyère.

||On doit pouvoir la lire sans peine et avec d’autant plus de plaisir que sera plus intéressante la personnalité de celui qui l’écrit. Faire le portrait de Mme de Sévigné. Amour pour sa fille, sentiment de la nature, etc.   Le jugement de La Bruyère s’explique donc très bien. Ce n’est pas à dire que des hommes ne puissent aussi...

1 page - 1,80 ¤

On peut définir ainsi la comédie, dit Chamfort, l'art de faire servir la malignité humaine à la correction des m½urs.

||I. La comédie utilise la malignité humaine.   Nous allons à la comédie pour rire et nous moquer, car nous sommes naturellement méchants et heureux de voir les autres en faute ou en posture ridicule. Molière donne amplement satisfaction à ce penchant. Il nous fait rire :   1. des travers, des ridicules, des manies plus ou moins inoffensives : affectation dans...

2 pages - 1,80 ¤

Distinguer la sociologie des autres études portant sur l'homme et sur la société. PLAN.

|| L’objet de la sociologie est aussi nettement délimité que celui de n’importe quelle autre science positive, mfme s’il est plus complexe et moins bien connu, — ce qui est inévitable puisqu’on se trouve en présence d\'une science nouvelle au merveilleux avenir.||...

1 page - 1,80 ¤

Voltaire écrit dans Le Siècle de Louis XIV : « Molière fut, si on ose le dire, un législateur des bienséances du monde. » Et ailleurs : « Molière a fondé l’école de la vie civile. » Vous expliquerez ces expressions et vous direz si elles vous semblent bien caractériser la morale de Molière.

||d’âme. Il suffit qu’elle soit « l’école de la vie civile. » C’est l’éloge que Voltaire fait de Molière, avec raison. Molière nous enseigne, en effet, « les bienséances du monde » et non seulement les qualités mondaines, mais les vertus sociales. A 6on école, on deviendra un « honnête homme. »   I. Il critique tout ce qui est...

2 pages - 1,80 ¤

Pour Voltaire, la perfection des fables de La Fontaine s'expliquait par une sorte d'instinct qu'aurait possédé le poète, d'ailleurs homme assez ordinaire. Etes-voits de cet avisl Expliquez et justifiez votre opinion.

||b) Le style sublime et familier à la fois toujours adapté au sujet et aux personnages; la langue, riche, variée, originale avec ses archaïsmes, ses tours populaires, ses hardiesses....   c) La versification très savante, avec ses rythmes toujours si parfaitement en accord avec la pensée (qu’on lise une fable à haute voix : Le coche et la mouche, ou...

1 page - 1,80 ¤

« Ces badineries ne sont telles qu’en apparence, car, dans le fond, elles portent un sens très solide. » (La Fontaine.)

||Du moins nous enseigne-t-il les vertus utiles : la résignation, le travail, l’entr’aide, la patience, la bonté et même l\'amitié... II nous inspire aussi l’horreur du vice, de l’avarice, de l’orgueil, du pédantisme, du bavardage, etc. ||...

1 page - 1,80 ¤

Les fonctions de l’Etat. PLAN.

||Conclusion. — Il semble que l’évolution des sociétés modernes conduise à un développement des fonctions de l’Etat, qui seul peut servir efficacement les intérêts de tous les citoyens, y compris les plus faibles et les plus pauvres.||...

1 page - 1,80 ¤

La poésie est une imitation et une peinture. Cette définition de Fénelon vous suffit-elle?

||Enfin beaucoup de poètes modernes n’accepteraient pas la définition de Fénelon. Sans parler de Baudelaire, qui cherchait de parti pris le rare, l’étonnant, l’artificiel, ni de Mallarmé qui cultivait l’obscurité, ni Paul Valéry, ni Claudel ne voudraient, sans doute, réduire la poésie et l’art à l’imitation de la simple nature. Leur objet est précisément pour eux de nous...

2 pages - 1,80 ¤

Montaigne mourant et laissant après lui une révision inédite des Essais recommande, par lettre, sa mémoire et sBn ½uvre à sa fille Mlle de Gournay.

||Montaigne:  Je ne me donne, certes pas, comme un modèle ni un professeur de morale. Peut-être, cependant, trouvera-t-on dans mes Essais quelques leçons utiles. On y apprendra, au moins, à se mieux connaître, car en mê peignant, je peins tous les hommes.^ chaque homme porte en soi la forme entière de l’humaine condition. Et puis j’ai tant lu,...

1 page - 1,80 ¤

LA LITTÉRATURE EST UNE ARME

Quand ils bataillent, ce sont des luttes purement littéraires (querelles du Cid, d’Andromaque, Satires de Boileau, etc...) La polémique est souvent agressive, violente et injurieuse... Mais ils ne se servent jamais de leur talent comme d’une arme à des fins qui ne sont pas littéraires... sauf Pascal dans lés Provinciales.... Ce qui est l’exception au xvii? siècle deviendra...

1 page - 1,80 ¤

Nature de la conscience morale. PLAN.

||La conscience est à la fois le produit des traditions sociales et des expériences et réflexions individuelles.   3e partie. — A. Cependant il est arrivé que des hommes d’une haute conscience opposent aux traditions étroites de leur société et de leur époque un large idéal moral quil jugent purement humain, valable pour tous les hommes de tous les milieux...

1 page - 1,80 ¤

RACINE: Que me font, à moi, sujet paisible d'un État monarchique du XVIIIe siècle, les révolutions d'Athènes et de Rome? Quel véritable intérêt puis-je prendre à la mort d'un tyran du Péloponèse, au sacrifice d'une jeune princesse en Aulide? Il n'y a dans tout cela rien à voir pour moi, aucune moralité qui me convienne. (Essai sur le genre dramatique sérieux.) Beaumarchais.

||Ce qu’il y a de profondément humain et d’éternellement vrai.   1. Notons d’abord que les grands événements ne sont pas si rares et si invraisemblables que Beaumarchais semblait le croire. La Révolution devait le lui rappeler... et en temps de paix les crimes ne sont pas si exceptionnels, et il n’y a pas que les monstres et les rois...

1 page - 1,80 ¤

La morale pourrait-elle être définie l’art de vivre en beauté? PLAN.

||Introduction. — On a parfois opposé, parfois rapproché la morale et l\'esthétique. On établirait entre ces deux études un lien étroit si l’on définissait la morale l’art de vivre en beauté.||...

1 page - 1,80 ¤

Discuter cette pensée de Rousseau : « J’aime mieux être un homme à paradoxes qu’un homme à préjugés. « (Émile.)

||Un paradoxe est une opinion contraire à l’opinion commune, un préjugé une opinion admise avant tout examen, parce qu’elle est reçue. L’exemple de Rousseau fera bien comprendre. Il a été, par excellence, « l’homme à paradoxes » dans sa vie et dans ses écrits.   1. Chacun de ses ouvrages a pour but de battre en brèche une idée communément...

2 pages - 1,80 ¤

Etudiez votre propre mémoire. PLAN.

||On pourrait conclure en tirant de cette étude une présomption favorable à l’une ou l’autre des théories de la mémoire.||...

1 page - 1,80 ¤

André Lalande : La véritable personnalité morale, que l’on confond avec l'individualité, s’en dégage au contraire par degrés, à mesure qu’un être progresse dans la voie de la ressemblance et de l’unité humaine.

|| Il est souhaitable que tout homme soit, en mêne temps une individualité originale, méritant l’attention et la sympathie, et une personnalité morale, identique à toutes les autres et méritant le respect.||...

1 page - 1,80 ¤

Nous querellons les malheureux pour nous dispenser de les plaindre, (Vauvenargues.)

||II. On a tort.   1. Il est faux que les malheureux soient toujours responsables des malheurs qui les accablent. Bien des misères sont immérités : hasard de la naissance, malchance. Elles peuvent même venir quelquefois de ce qu’on a bien rempli son devoir : familles nombreuses... ou de ce qu’on a été plus scrupuleux que d’autres qui ont réussi.   2....

1 page - 1,80 ¤

Tartuffe est-il comique ou dramatique ?

||L’hypocrisie est d’ailleurs un vice beaucoup plus odieux que ridicule. Tantôt l’hypocrite effraie (Mariane sacrifiée à la manie de son père). Tantôt il est répugnant par l’usage sacrilège qu’il fait de a maximes qu’on révère, » (Les scènes entre Eimire et Tartuffe ont quelque chose de pénible. (Ainsi Tartuffe est bien sous certains rapports un drame, et on...

2 pages - 1,80 ¤

Fénelon écrit dans la« Lettre à l'Académie » :« Le bon historien n’est d’aucun temps ni d'aucun pays. Quoiqu’il aime sa patrie, il ne la flatte jamais en rien. L’historien français doit se rendre neutre entre la France et l’Angleterre.... » Expliquer et discuter cette théorie. Par ce que vous connaissez des historiens du XIXe siècle, vous direz si elle vous semble avoir été appliquée par eux et dans quelle mesure.

||Les historiens du XIXe siècle ont tous, sauf Michelet dans ses dernières Å“uvres, visé à l’impartialité.   1. Ils ont étudié et peint le passé avec intelligence et sympathie. Récits des temps mérovingiens de Thierry, Moyen âge de Michelet (comparer avec l’attitude de Voltaire dans l\'Essai sur les mÅ“urs et l\'esprit des nations). Fils et champion de la Révolution, Michelet...

1 page - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 5938 5939 5940 5941 5942 5943 5944 5945 5946 5947 5948 5949 5950 5951 5952 5953 5954 5955 5956 5957 5958 5959 5960 5961 5962 5963 5964 5965 5966 5967 5968 5969 5970 5971 5972 5973 5974 5975 5976 5977 5978 5979 5980 5981 5982 5983 5984 5985 5986 5987 5988 5989 5990 5991 5992 5993 5994 5995 5996 5997 5998 5999 6000 6001 6002 6003 6004 6005 6006 6007 6008 6009 6010 6011 6012 6013 6014 6015 6016 6017 6018 6019 6020 6021 6022 6023 6024 6025 6026 6027 6028 6029 6030 6031 6032 6033 6034 6035 6036 6037 6038 6039 6040 6041 6042 6043 6044 6045 6046 6047 6048 6049 6050 6051 6052 6053 6054 6055 6056 6057 6058 6059 6060 6061 6062 6063 6064 6065 6066 6067 6068 6069 6070 6071 6072 6073 6074 6075 6076 6077 6078 6079 6080 6081 6082 6083 6084 6085 6086 6087 ... 16518 16519 16520 16521 16522 16523

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit