LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

Descartes a-t-il eu raison de dire que le bon sens est la chose du monde la mieux partagée ?

||Deux acceptions du mot bon sens :   I. — Un homme de bon sens est un esprit droit, bien équilibré, qui juge sainement et qui a une certaine intelligence pratique. Ce n’est pas de ce bon sens-là qu’il est question dans la pensée de Descartes.||...

1 page - 1,80 ¤

Qu’ entend-on par raison ? Cherchez ce qui peut faire l’unité des différents sens qui sont donnés généralement à ce mot ?

||II. — L’examen de ces diverses définitions permet de trouver ce qu’elles ont de commun, ce qui en fait l’unité. La raison, c’est l’activité qui organise l’expérience au moyen des principes généraux communs à toutes les intelligences humaines, c\'est la faculté de concevoir les rapports, de saisir Se pourquoi et le comment des choses.||...

1 page - 1,80 ¤

Commenter ces vers de Molière : Raisonner est l’emploi de toute ma maison, Et le raisonnement en bannit la raison.

PLAN   I. — Molière a bien vu que le raisonnement est autre chose que la raison.   La raison perçoit les rapports de deux manières : i° par intuition ; 20 discursivement, c’est-à-dire par la voie laborieuse du raisonnement.   II. — A cause de sa complication (liaison de termes éloignés au moyen de termes intermédiaires), le raisonnement est sujet à l’erreur.   III. —...

1 page - 1,80 ¤

En quoi le jugement diffère-t-il de l’association des idées ? et en quoi a-t-il besoin d'elle ?

||Si le succès n’est pas le critérium unique de la vérité, il faut bien reconnaître que la spéculation est inséparable de l’action, et que celle-ci est un moyen de contrôler et de vérifier la valeur de nos idées ; ce n’est peut-être pas parce qu’elles réussissent que nos idées sont vraies ; mais c’est parce qu’elles sont vraies,...

3 pages - 1,80 ¤

Pourquoi rions-nous ?

||Nous avons vu comment Dumont expliquait ce qu’il y a de risible dans la chute d’une personne ; pour M. Bergson, ce qui fait rire, quand quelqu’un tombe, ce n’est pas le changement brusque d’attitude, le contraste entre la position droite et la position couchée, c’est ce qu’il y a d’involontaire dans la chute, c’est la maladresse, c’est...

2 pages - 1,80 ¤

Rôle du langage dans la formation des idées abstraites et générales

||III. — Il en est de même pour la généralisation. Généraliser, c’est réunir dans l’unité d’un type ou d’une classe un certain nombre d’ctres ou d’objets dont on a abstrait les caractères communs. Cette représentation, cette synthèse des caractères communs, aurait également une tendance à se dissocier, à se dissoudre, si le terme n’était pas là pour fixer...

2 pages - 1,80 ¤

L'abstraction et son rôle dans la connaissance et dans la science

||Toutes les sciences, en effet, ont pour point de départ des idées abstraites (notions de grandeur, de quantité, d’étendue, de force, de mouvement, de genres et d’espèces, de vie ; idées de bien, de devoir, de droit, etc.). De plus, les sciences ont pour but d’abstraire et de généraliser, de ramener les conceptions particulières de l’esprit à d’autres...

1 page - 1,80 ¤

L’image est-elle toute l’idée ?

||L’image, résidu d’une sensation, reste toujours invinciblement engagée dans le concret, le sensible, le particulier; l’idée, suivant l’expression de Hamilton, a un caractère d’universalité potentielle.   L’image peut être confuse, tandis que l’idée correspondante peut être parfaitement claire. Ex. : Je conçois très bien un myriagone, je ne puis pas l’imaginer.   Il y a des idées auxquelles ne correspond aucune image...

2 pages - 1,80 ¤

Importance de l'attention dans la vie intellectuelle et dans la vie morale.

Importance de l\'attention dans la vie intellectuelle et dans la vie morale. PLAN   I. — Importance de l’attentioq dans la vie intellectuelle :   1° Elle rend les perceptions plus nettes, et par là permet   à l’homme de mieux s’adapter à la vie.   2° Elle est « le burin de la mémoire » (Montaigne).   3° Indispensable dans toutes les opérations à\'élaboration, elle est la condition...

1 page - 1,80 ¤

La distraction ; sa nature, ses causes psychologiques

||III. — Les causes de la distraction sont : le changement continuel des états de conscience, la paresse naturelle de l’esprit, la faiblesse de la volonté, la multiplicité des sollicitations extérieures.   IV. — La distraction, qui est une manifestation de la vie||...

1 page - 1,80 ¤

Décrire les phénomènes corporels et psychologiques par lesquels se manifeste l’attention. Causes de l’attention

||I. — Les phénomènes organiques qui accompagnent l’attention se ramènent d’après Ribot à trois groupes :   1° phénomènes de circulation (le sang afflue au cerveau).;   20 phénomènes de respiration (la respiration est ralentie, parfois même suspendue) ;||...

1 page - 1,80 ¤

Ribot a écrit : « L'attention, sous ses deux formes, est un état exceptionnel, anormal, en contradiction avec la condition fondamentale de la vie de l’esprit qui est le changement ». Expliquer et discuter cette idée.

||La vie nous impose à tous l’usage fréquent de l’attention volontaire, soit que nous ayons à travailler, à exécuter une besogne fastidieuse, à soutenir une conversation qui nous pèse, soit qu’il nous faille sacrifier les intérêts du présent à ceux de l’avenir. Les hommes les plus ordinaires sont capables de cet effort quotidien ; il peut nous coûter...

2 pages - 1,80 ¤

Distinguer le rêve et la veille.

||hallucinatoires qui se produisent quand on passe de la veille au sommeil et réciproquement, et qui sont liées à un vague sentiment de leur caractère illusoire. Cela tient à ce que les sens ne sont pas complètement assoupis.||...

1 page - 1,80 ¤

Quelle différence y a-l-il entre penser et rêver ?

III. — La pensée est objective : penser, c’est modeler son esprit sur la réalité ; rêver, c’est modeler la réalité sur ses désirs. .   IV. — On oppose quelquefois à la fécondité de la pensée la stérilité de la rêverie. Il ne faudrait pas trop accuser cette distinction ; car il peut y avoir des rêveries fécondes :...

1 page - 1,80 ¤

Qu'entend-on-par les formes inférieures de l’imagination ? Quelles en sont les lois ?

||I. — A l’imagination réglée du savant, de l’artiste, de l’inventeur pratique s’opposent les formes inférieures de l’imagination qu’on appelle la rêverie, le rêve, le somnambulisme, l’hypnose, le délire et la folie.||...

1 page - 1,80 ¤

Rôle de l’imagination dans l'art, dans la science et dans la vie pratique.

||I. — Tout le monde est d’accord pour admettre que l’imagination joue un rôle dans l’art. Même les écrivains naturalistes ou réalistes, qui se piquent de suivre de très près la nature, sont obligés de faire un choix dans la réalité, d’ajouter, de retrancher.||...

1 page - 1,80 ¤

Quel est le rôle, dans la création esthétique, de l’inspiration et de la réflexion ?

Mais en vérité, l’inconscient ne fournit pas seulement à la conscience, sous des impulsions aveugles, des matériaux informes que la conscience aurait à combiner pour leur donner une forme dont la réflexion seule serait capable ; il lui fournit encore, comme le montrent les exemples précédents, des combinaisons toutes faites : des vers entiers, des thèmes musicaux, les...

3 pages - 1,80 ¤

Dans quelle mesure l’imagination est-elle créatrice ?

Dans quelle mesure l’imagination est-elle créatrice ?       PLAN   I. — On prétend quelquefois que l\'imagination ne crée rien : elle se borne à combiner d’une façon originale les éléments empruntés à la mémoire.   II. — Ce travail de l\'imagination comprend une dissociation et une association :   i° les états de conscience constituent des ensembles; l’imagination doit dissocier ces blocs pour en isoler...

1 page - 1,80 ¤

L'association des idées s’opère-t-elle d'une façon exclusivement mécanique ?

Il serait difficile aussi d’expliquer par la répétition ou l’habitude les associations d’idées dans lesquelles il entre un facteur affectif. C’est par le sentiment d’une analogie délicate, d’une ressemblance d’ordre affectif, non intellectuel, que Verlaine a pu écrire : Les sang-lots longs Des violons De l’automne. ||Le même Bain fait remarquer que beaucoup d’associations par contraste se ramènent à la...

2 pages - 1,80 ¤

Des différentes conceptions que l'on peut avoir de la nature de l’association des idées

||4° Enfin on peut nier l’existence même de l’association : l’associationnisme est en effet une sorte d\'atomisme mental où l’on suppose des éléments préalablement distincts et séparés, alors qu’en réalité nos représentations sont primitivement des blocs, des ensembles : l’apparente association ne serait alors que la dissociation croissante et l’analyse progressive de celte complexité initiale.   Loin de détruire ||...

1 page - 1,80 ¤

Y a-t-il une mémoire des sentiments?

||Ces considérations peuvent être renforcées par une raison plus générale, qui tient à la conception que W. James se fait de la vie psychologique, c’est que la conscience ne repasse jamais par les mêmes états ; ce qui reparaît deux fois, c’est le même objet, mais le même objet ne nous donne jamais la même sensation. Notre sensibilité...

2 pages - 1,80 ¤

En quel sens est vrai le mot de Roijer-Collard : « On ne se souvient pas des choses, on ne se souvient que de soi-même »

||La psychologie morbide nous fournit un argument saisissant : c’est que les maladies de la mémoire entraînent après elles des maladies de la personnalité. Et cela s’explique, puisque les souvenirs sont un des éléments constitutifs du moi. Le moi présent plonge ses racines dans le moi passé et si ces racines viennent à être coupées, c’est la personnalité...

1 page - 1,80 ¤

Comment $’acquièrent, comment s’altèrent, comment s'effacent les souvenirs ?

||Par le fait même qu’ils sont mon histoire, mes souvenirs s’ordonnent dans le temps ; je ne peux pas modifier les éléments qui les constituent, ni l’ordre chronologique de leur succession ; ils sont classés, forment des ensembles ou des touts, sont localisés dans le passé, c’est-à-dire sinon tous datés, du moins rattachés à des souvenirs plus importants...

2 pages - 1,80 ¤

Dans quelle mesure les souvenirs reproduisent-ils le passé?

||4° parallèlement à ce travail spontané de schématisation, on constate souvent un enrichissement progressif. Autour de l’image évoquée brusquement dans l’esprit, image qui est d’abord d’une pauvreté extrême, viennent s’agglomérer d’autres éléments, résidus de perceptions analogues à celle qui a servi de point de départ. Cette addition ne se fait nullement au hasard, et l’esprit semble suivre ici...

2 pages - 1,80 ¤

Quelles sont les conditions favorables à la fixation et à la conservation des souvenirs?

||2° L\'intérêt est aussi un puissant facteur d’acquisition ; chez l’enfant surtout, l’intérêt est la condition la plus efficace de la fixation rapide des souvenirs. D’ailleurs la chose s’explique aisément, si l’on remarque, avec Ribot que « l’homme, comme l’animal, ne prête attention qu’à ce qui le touche, à ce qui l’intéresse ». Remarque très importante pour tous...

2 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 6014 6015 6016 6017 6018 6019 6020 6021 6022 6023 6024 6025 6026 6027 6028 6029 6030 6031 6032 6033 6034 6035 6036 6037 6038 6039 6040 6041 6042 6043 6044 6045 6046 6047 6048 6049 6050 6051 6052 6053 6054 6055 6056 6057 6058 6059 6060 6061 6062 6063 6064 6065 6066 6067 6068 6069 6070 6071 6072 6073 6074 6075 6076 6077 6078 6079 6080 6081 6082 6083 6084 6085 6086 6087 6088 6089 6090 6091 6092 6093 6094 6095 6096 6097 6098 6099 6100 6101 6102 6103 6104 6105 6106 6107 6108 6109 6110 6111 6112 6113 6114 6115 6116 6117 6118 6119 6120 6121 6122 6123 6124 6125 6126 6127 6128 6129 6130 6131 6132 6133 6134 6135 6136 6137 6138 6139 6140 6141 6142 6143 6144 6145 6146 6147 6148 6149 6150 6151 6152 6153 6154 6155 6156 6157 6158 6159 6160 6161 6162 6163 ... 16611 16612 16613 16614 16615 16616

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit