LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

Commenter et apprécier cette pensée de Bergson . « La vraie connais¬sance a moins de rapports avec une information superficiellement ency¬clopédique qu'avec une ignorance consciente d'elle-même et accompagnée de la résolution de savoir. »

BACON, qui avait principalement en vue les sciences de la nature, a défini la vraie connaissance d'un mot célèbre : vere scire, per causas scire, le vrai savoir est un savoir par les causes. Mais notre définition doit con­venir à toutes les sciences, aussi bien aux mathématiques et aux sciences morales qu'à celles qui se rapportent à la...

4 pages - 1,80 ¤

Comment concevez-vous les rapports de la mémoire et de l'intelligence ?

B. L'intelligence trouve un auxiliaire précieux dans une mémoire rapide et fidèle. — a) Tout d'abord, le savoir, grâce auquel l'homme cultivé est capable de donner la raison des choses et passe ainsi pour intelligent, est conservé par la mémoire : qu'un ingénieur oublie subitement ce qu'il a appris et il sera incapable de donner de ces explications...

2 pages - 1,80 ¤

L'intention fait-elle seule la valeur morale de l'acte ?

Mais, on le voit, l'intention ainsi comprise implique une véritable action qui, pour être parfois plus intérieure qu'extérieure, n'en est pas moins réelle, Aussi bien n'est-ce pas sur la valeur morale de l'intention pure que nous avons à nous prononcer. Nous ne considérons que l'in­tention qui s'est réalisée en acte, et nous nous demandons si c'est d'elle ...

4 pages - 1,80 ¤

Sous quelles formes le passé revit-il dans le présent ?

A l'opposé, le souvenir proprement dit, ce que BERGSON appelait la mémoire-souvenir. Installé consciemment dans mon présent — par exem­ple, aujourd'hui 4 octobre 1944, à 9 h. 30, occupé à rédiger cette disser­tation pour le baccalauréat de Philosophie-Lettres — je me vois peinant, en juin dernier, à un travail analogue, pour l'examen de Mathématiques élémentaires. Des images de...

5 pages - 1,80 ¤

Expliquer et apprécier cette maxime : La fin justifie les moyens

A.  La maxime. — Ainsi, nous pouvons donner de la maxime « la fin justifie les moyens » deux interprétations différentes.   a)   Dans un premier sens, que nous appellerons technique, elle affirme que, les moyens n'ayant d'autre raison d'être mis en jeu que la fin, c'est d'après la fin qu'il faut déterminer les moyens à choisir. Dans ce sens,...

4 pages - 1,80 ¤

Le souvenir est-il une réapparition ou une reconstruction mentale du passé ?

B. Un examen plus attentif des faits nous montrera peut-être que cette distinction, commode pour une classification sommaire des faits, ne cor­respond pas exactement au réel. a)   Et d'abord on peut se demander s'il y a de véritables rappels spon­tanés de souvenirs. En effet, est spontané ce qui se produit de lui-même. Or, il ne semble pas que ce...

3 pages - 1,80 ¤

Discutez cette parole d'Anatole France : La science ne se soucie ni de plaire, ni de déplaire : elle est inhumaine. Ce n'est pas elle, c'est 36 INTRODUCTION la poésie qui charme et qui console. C'est pourquoi la poésie est plus nécessaire que la science.

a)  Enfin, tout aussi bien que la poésie, sinon de la même manière, elle charme et console. Sans doute, celui qui s'y adonne sans goût, par exem­ple dans le seul but de préparer un examen ou un concours, n'y éprouvera pas grand plaisir; pour lui, l'étude n'est guère qu'une pénible corvée. Mais il en est tout auljement du...

5 pages - 1,80 ¤

En quel sens la synthèse peut-elle être considérée comme un des procédés généraux et fondamentaux de la pensée ? Montrez-le en vous appuyant sur des exemples empruntés aux différentes disciplines scien tifiques.

A. C'est la Chimie qui nous offre les exemples les plus typiques et les plus nombreux de synthèses expérimentales. Alors qu'elle fut surtout, à l'origine, une science d'analyse, comme la définissait LAVOISIER, elle devient, depuis le xixe siècle, et surtout de nos jours, une science de synthèse. BERTHELOT le notait déjà il y a cinquante ans : «...

4 pages - 1,80 ¤

Voltaire a écrit : « Tout vers qui n'a pas la précision exacte de la. prose ne vaut rien.» Que pensez-vous de cette définition de la poésie Discutez-la en vous appuyant sur des textes.

B. Sa conception de la poésie. — a) Pour cet homme chez qui le senti­ment tient si peu de place, le seul rôle du langage est d'exprimer la pen­sée. Dès lors, l'essentiel est de se faire bien comprendre. Or, à cela, la prose suffit. C'est pourquoi il faut renoncer aux vers s'ils ne remplissent pas cette condition essentielle...

4 pages - 1,80 ¤

Comment concevez-vous les rapports de la science et de la philosophie ?

Il ne faudrait pas davantage, avec ceux qui ne connaissent la philo­sophie que de l'extérieur ou par ses caricatures, croire que le savant part des faits et reste dans le domaine des faits, tandis que le philosophe plane — et se perd, disent certains — dans le domaine du rêve. D'une part, en effet, si tous les savants...

4 pages - 1,80 ¤

Analysez le souci et tâchez de déterminer la valeur affective de la tonalité qu'il donne à l'existence.

Enfin, tendu vers l'avenir, le souci comporte quelque chose d'actif. Sans doute, nous nous soucions parfois de choses pour lesquelles nous ne pouvons rien : ainsi, pendant que son fils passe un examen, la maman est toute soucieuse, et cependant, malgré ses désirs les plus vifs, que peut-elle pour son succès ? Mais nous acceptons difficilement ce sentiment...

3 pages - 1,80 ¤

En vous fondant sur votre expérience personnelle, comme aussi d'ailleurs si vous le jugez à propos sur vos souvenirs littéraires, examinez les caractères pro¬pres du désir, tâchez de voir comment il naît et com¬ment il meurt.

Le désir n'est qu'une tendance, et l'homme peut éprouver un désir très vif sans prendre effectivement aucun des moyens aptes à le satisfaire. Par là le désir se distingue de la volition, qui consiste dans la mise en jeu de ses forces pour atteindre le but visé : ils sont innombrables les rêveurs qui, aspirant à la fortune,...

5 pages - 1,80 ¤

Développer sa personnalité est-ce cultiver son égoïsme ?

dans la recherche, et l'influence étendue, impersonnelle en ce sens, ne s'obtient que grâce à cette personnalité » (H. de Lubac,   Paradoxes », p. 48.) Dans la mesure où on reste, comme l'égoïste, centré sur soi-même, on peut cultiver ce qu'on appelle ou ce qu'on croit être sa personnalité, on ne développe pas une personnalité véritable....

1 page - 1,80 ¤

On entend souvent des jeunes dire : « Soyons réa¬listes ». Qu'entendent-ils par là ? Peut-on, selon vous, adopter cette formule de règle de vie ?

Il. — PEUT-ON L'ACCEPTER COMME REGLE DE VIE ? Non, si l'on prend « réaliste » au sens péjoratif signalé en premier lieu. D'ailleurs les réalistes de ce genre n'ont pas de véritable règle, laquelle suppose des principes définitivement arrêtés ; ce sont des opportunistes dont la règle unique, si c'en est une, est de n'avoir pas de règle. Oui,...

2 pages - 1,80 ¤

Commentez cette pensée de Malebranche : « L'attention est une prière naturelle que l'esprit adresse à la vérité. »

Dans le texte que nous venons de citer, « prière » est pris au sens usuel de « demande ». C'est le sens premier et le sens strict : prier consiste à demander, principalement à demander une faveur à laquelle on n'a pas droit. Pris absolument, ces mots désignent un acte religieux : prier, faire sa prière, c'est...

3 pages - 1,80 ¤

Que pensez-vous de ce propos d'un philosophe contemporain : « Le vrai nom de l'attention n'est pas anticipation mais étonnement, elle est le contraire de la précipitation et de la prévention »?

Synthèse. — La réponse à faire à la question dépend de la force suggestive de l'anticipation et de l'intensité de l'éton­nement. L'étonnement qui est stupeur — d'où dérive stupide —tout comme l'anticipation qui obsède sont incompatibles avec l'attention. Celle-ci au contraire est stimulée ou facilitée par le léger étonnement que suscite la nouveauté ainsi que par le souvenir...

1 page - 1,80 ¤

La valeur d'un esprit se mesure à sa puissance d'attention.

a)   De plus, que serait le génie s'il n'était pas développé par le travail, guidé et dirigé par l'attention ? Il y a des fous de génie, mais ils restent des fous. Un homme pourrait avoir à sa disposition les phis grandes ressources, si son attention ne les met pas en œuvre, si elle ne les dirige pas,...

2 pages - 1,80 ¤

Que signifie et que vaut la formule : « petites causes, grands effets », qu'on applique souvent à l'interprétation des faits historiques ?

Enfin le monde historique semble nous montrer une disproportion plus générale encore, car les événements qui le constituent dépendent de conditions physiques et de conditions biologiques et de plus de conditions psychologiques : les bouleversements politiques résultent de changements dans l'opinion populaire et des passions de la masse; les décisions qui modifient l'orientation de tout un pays dépendent...

3 pages - 1,80 ¤

« L'attention, dit Ribot, est un état exceptionnel, anormal, en contra¬diction avec la condition fondamentale de l'esprit qui est le change¬ment. » Cette opinion vous paraît-elle justifiée ?

A. Les faits. — Nous avons dà le reconnaître, il se produit parfois de véritables pannes d'attention, la conscience restant vide, sans objet sur lequel l'esprit puisse se fixer. Mais ces états sont relativement rares; ensuite, ce vide de la conscience n'est que relatif, car on y remarque le plus souvent quelque crépuscule ou quelque aube de pensée;...

3 pages - 1,80 ¤

N'y a-t-il pas quelque étroitesse d'esprit à vouloir imposer à toutes les sciences les méthodes et les hypothèses qui semblent avoir réussi dans l'une d'entre elles ?

Les physiciens nous le disent sans fard et les psychologues doivent le reconnaître : la science de l'homme en est à ses premiers balbutiements. tandis que la science de la matière est déjà constituée. Qu'on songe à essayer, dans le domaine de la psychologie, les méthodes qui ont réussi en physique est une marque de largeur d'esprit et...

3 pages - 1,80 ¤
2 pages - 1,80 ¤

Comment concevez-vous les rapports de la Science et de la Philosophie ?

||a) Méthodes : Les savants les créent, mais les philosophes les unifient, les systématisent : le logicien ne régente pas le savant, mais il ne se met pas purement et simplement à son école (comme le prétend GOBLOT). Est-il si rare que des savants sortent, sans s'en apercevoir, de leur domaine propre et énoncent comme des conclusions définitives,...

3 pages - 1,80 ¤

Quel intérêt présente pour la connaissance de l'homme l'étude de la psychologie pathologique ?

a)   Cette thèse a été renforcée par l'hypothèse du physiologiste anglais Henry HEAD, d'après lequel les anomalies psychiques résulteraient de ce qu'il appelle la perte de contrôle (escape from control) des automatis­mes (3). Normalement, l'activité automatique de l'esprit aussi bien du corps est sous la direction des centres supérieurs ou corticaux, mais par­fois, par suite de lésions cérébrales...

4 pages - 1,80 ¤

Qu'est-ce qu'expliquer? Explique-t-on de la même manière les phéno mènes naturels et la conduite humaine?

Les phénomènes humains seront-ils expliqués de cette manière ? Si la recherche des causes reste indispensable. nous devrons reconnaître que le dernier mot de l'explication revient aux fins. Le fait humain est déjà fart mystérieux par suite de sa complexité incom­parablement plus grande que celle du monde physique. L'homme appar­tient à plusieurs domaines et est soumis à beaucoup de...

4 pages - 1,80 ¤

Vous décrirez l'un des procédés objectifs de la psychologie contempo raine, et vous apprécierez la valeur de ce procédé.

A. Mécanisme de l'électro-choc. — a Le cerveau sur lequel agit le courant électrique est un édifice de plus en plus compliqué à mesure qu'on s'élève dans l'échelle animale. Chez l'homme, il est caractérisé par le développement monstrueux des hémisphères qui conditionnent la pensée et l'activité réfléchie. Le cerveau moyen ou diencéphale donne à notre vie sa tonalité...

4 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 6086 6087 6088 6089 6090 6091 6092 6093 6094 6095 6096 6097 6098 6099 6100 6101 6102 6103 6104 6105 6106 6107 6108 6109 6110 6111 6112 6113 6114 6115 6116 6117 6118 6119 6120 6121 6122 6123 6124 6125 6126 6127 6128 6129 6130 6131 6132 6133 6134 6135 6136 6137 6138 6139 6140 6141 6142 6143 6144 6145 6146 6147 6148 6149 6150 6151 6152 6153 6154 6155 6156 6157 6158 6159 6160 6161 6162 6163 6164 6165 6166 6167 6168 6169 6170 6171 6172 6173 6174 6175 6176 6177 6178 6179 6180 6181 6182 6183 6184 6185 6186 6187 6188 6189 6190 6191 6192 6193 6194 6195 6196 6197 6198 6199 6200 6201 6202 6203 6204 6205 6206 6207 6208 6209 6210 6211 6212 6213 6214 6215 6216 6217 6218 6219 6220 6221 6222 6223 6224 6225 6226 6227 6228 6229 6230 6231 6232 6233 6234 6235 ... 16082 16083 16084 16085 16086 16087

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo