LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Toutes les dissertations

(Politique III, 4, 1 276 b 16-35)

À la suite de ce qui précède, il faut examiner si l'excellence [morale] d'un homme de bien et [l'excellence] d'un bon citoyen sont, ou non, la même chose. Cependant, si ce point doit effectivement donner lieu à une recherche, il convient de commencer par cerner typiquement ce qu'est l'excellence du citoyen. Disons donc que, de même que le...

1 page - 1,80 ¤

Descartes, Lettre à Elisabeth 18 mai 1645. Commentaire

« Je sais bien que ce serait être imprudent que de vouloir persuader la joie à une personne(a), à qui la fortune(b) envoie tous les jours de nouveaux sujets de déplaisir, et je ne suis point de ces philosophes cruels(c), qui veulent que leur sage soit insensible. Mais il me semble que la différence qui est entre les...

2 pages - 1,80 ¤

Le visible et l'invisible, © Gallimard, 1964, pp. 196-197. Merleau-Ponty. Commentaire

La littérature, la musique, les passions, mais aussi l'expérience du monde visible, sont non moins que la science de Lavoisier et d'Ampère l'exploration d'un invisible et, aussi bien qu'elle, dévoilement d'un univers d'idées. Simplement, cet invisible-là, ces idées-là, ne se laissent pas comme les leurs détacher des apparences sensibles, et ériger en seconde positivité. L'idée musicale, l'idée littéraire,...

1 page - 1,80 ¤

L'histoire n'est-elle qu'un roman ?

PLAN Son fil directeur est constitué par l'examen successif des critères collingwoodiens. Introduction : le statut de la connaissance historique I — La dimension fictionnelle de l'histoire comme du roman a) La double méconnaissance de l'histoire et du roman b) L'histoire comme produit de l'imagination historique Transition : la « vérité » de la fiction historique tient à son rapport spécifique aux documents II — Nouvelle distinction a)...

2 pages - 1,80 ¤

Concepts de la philosophie de Spinoza

L'Être est puissance ; Dieu est action pure. Chaque chose singulière, étant un mode d'expression précis et déterminé de Dieu, affirme d'une manière précise et déterminée l'infinie puissance de Dieu (III, 6, démo.). Chaque chose est donc en elle-même une partie de cette action pure : elle est puissance d'agir. Cette action, ou puissance, de chaque chose, est ce...

9 pages - 1,80 ¤

L’État, raison d’être de l’individu Hegel

permettant d'atteindre ceci ou cela. Mais le vrai, c'est que chacun veuille la Chose elle-même et qu'il se soit défait de ce qui est inessentiel. Tout ce que l'homme est, il le doit à l'État ; c'est seulement en celui-ci qu'il a son essence. Toute valeur que l'homme possède, toute effectivité spirituelle, il ne les a que par...

1 page - 1,80 ¤

Montesquieu, De l'esprit des lois, Livre III, 3.

« Il ne faut pas beaucoup de probité pour qu'un gouvernement monarchique ou un gouvernement despotique se maintienne ou se soutienne. La force des lois dans l'un, le bras du prince toujours levé dans l'autre, règlent ou contiennent tout. Mais dans un état populaire, il faut un ressort de plus, qui est la vertu. Ce que je dis est...

1 page - 1,80 ¤

Stoïcisme: Politique et religion : un nouveau monde : Un rationalisme universel

échapper aux limites de la cité réelle dans laquelle l'homme de valeur n'a, face aux rois, princes et empereurs, aucun pouvoir. Aussi cette doc­trine connaîtra-t-elle, sous des formes un peu différentes, un grand suc­cès dans te premier et te second siècle de l'Empire romain, lorsque la terre entière semblera réunie sous la houlette du seul empereur sié­geant à...

3 pages - 1,80 ¤

Bergson, Les Deux Sources de la morale et de la religion, éd. du Centenaire, P.U.F., Paris, 1970, p. 1204.

« Il y a une morale statique, qui existe en fait, à un moment donné, dans une société donnée, elle s'est fixée dans les moeurs, les idées, les institutions ; son caractère obligatoire se ramène, en dernière analyse, à l'exigence, par la nature, de la vie en commun. Il y a d'autre part une morale dynamique, qui est...

1 page - 1,80 ¤

Discours sur l'inégalité, seconde partie.

Voilà donc toutes nos facultés développées, la mémoire et l'imagination en jeu, l'amour-propre intéressé, la raison rendue active et l'esprit arrivé presqu'au terme de la perfection dont il est susceptible. Voilà toutes les qualités naturelles mises en action, le rang et le sort de chaque homme établi, non seulement sur la quantité des biens et le pouvoir de...

3 pages - 1,80 ¤

Henri Bergson, Matière et Mémoire (1896), chap. III

« Qu'est-ce que, pour moi, que le moment présent ? Le propre du temps est de s'écouler ; le temps déjà écoulé est le passé, et nous appelons présent l'instant où il s'écoule. Mais il ne peut être question ici d'un point mathématique. Sans doute, il y a un présent idéal, purement conçu, limite indivisible qui séparerait le...

1 page - 1,80 ¤

Comment comprendre la différence entre la dialectique platonicienne et la logique aristotélicienne ?

La différence entre dialectique platonicienne et logique aristotélicienne est donc d'ordre métaphysique. Platon soutient une conception transcen­dante qui suppose un long travail pour parvenir aux essences qui sont en dehors de ce monde. Aristote est partisan de la conception immanente que soutient son analyse — indépassable — du travail de la logique comme purement formel et appuyé sur...

2 pages - 1,80 ¤

Aristote, De l'âme (427b-428a), Éd. Les belles Lettres, Trad. Barbotin.

« Puisque la pensée se distingue de la sensibilité, mais qu'elle semble être d'un côté imagination, de l'autre conviction(a), il faut d'abord traiter de l'imagination, ensuite de la conviction. Si nous disons que l'imagination est ce en vertu de quoi se produit pour nous quelque image, nous la comprenons comme un de ces états ou une de ces...

2 pages - 1,80 ¤

Friedrich Nietzsche (1844-1900): La critique de la métaphysique - Statut de la connaissance chez Nietzsche - Le Surhomme : politique nietzschéenne

Nietzsche est donc violemment opposé à toute forme de démocratie. Car ce régime égalise les conditions et consacre le règne du ressenti­ment des faibles contre les plus forts en imposant des valeurs procla­mées universelles qui ne servent qu'à imposer leur propre puissance en sous-main. C'est l'Etat « le plus froid de tous les monstres froids » qui permet...

5 pages - 1,80 ¤

Pouvoirs et contre-pouvoirs chez Montesquieu

Il y a toujours dans un État des gens distingués par la naissance, les richesses ou les honneurs ; mais s'ils étaient confondus parmi le peuple, et s'ils n'y avaient qu'une voix comme les autres, la liberté commune serait leur esclavage, et ils n'auraient aucun intérêt à la défendre, parce que la plupart des résolutions seraient contre eux....

1 page - 1,80 ¤

Quelles peuvent être les significations de l'allégorie de la caverne dans la République de Platon ?

La dialectique platonicienne consiste à séparer l'idée en soi des choses sensibles dans lesquelles elle se trouve apparaître parce que ces choses participent d'elle. Elle procède en interrogeant les définitions, car elle suppose que l'on peut remonter des choses sensibles jusqu'à l'idée. Ce sont les interrogations socratiques qui ont engagé ce processus, en cher­chant tout d'abord à dégager...

2 pages - 1,80 ¤

Descartes : « Je pense donc je suis »

Kant a jugé, non sans raison il faut bien l'avouer, l'argumentation cartésienne parfaitement incohérente, pour ne pas dire tout à fait risible.   très souvent le cas chez lui : Descartes, contrairement à une idée reçue, est sans doute le moins cartésien de tous les philosophes.   Après l'argument ontologique et l'étrange théorie de la «garantie divine», une troisième grande clé de...

21 pages - 1,80 ¤

La passion est-elle une aliénation ?

||4)  Ce qui est vrai de la passion artistique ne l'est-il pas de toute véritable passion ? Exemples : passion amoureuse (cf. Platon : dans le délire amoureux l'âme « retourne dans sa patrie » / Roméo n'est véritablement lui-même qu'en aimant Juliette), passion du jeu (cf. Le Joueur de Dostoïevski), etc.   5)  On objectera cependant des passions comme...

2 pages - 1,80 ¤

Paul Ric½ur, Histoire et Vérité, Seuil, 1955, p. 23-24.

Est objectif ce que la pensée méthodique a élaboré, mis en ordre, compris, et ce qu'elle peut ainsi faire comprendre. Cela est vrai des sciences physiques, des sciences biologiques ; cela est vrai aussi de l'histoire. Nous attendons par conséquent de l'histoire qu'elle fasse accéder le passé des sociétés humaines à cette dignité de l'objectivité. Cela ne veut...

1 page - 1,80 ¤

Préface du Gai Savoir de Nietzsche, commentaire de texte

||« Nous savons désormais trop bien certaines choses, nous autres hommes conscients : ô comme nous apprenons désormais à bien oublier, à bien ne-pas-savoir, en tant qu'artistes. [...] Ce mauvais goût, cette volonté de vérité, de la "vérité à tout prix", ce délire juvénile dans l'amour de la vérité nous l'avons désormais en exécration : nous sommes trop...

2 pages - 1,80 ¤

Parménide : analyse et commentaire

||Le premier problème qui se pose pour les successeurs de Parménide, c'est-à-dire pour toute la philosophie grecque, est donc de parvenir à établir un lien entre le monde des réalités incontestables — l'Etre — et le monde sensible, le monde tel que nous le percevons, changeant, multi­ple, soumis au travail incessant du temps, afin de ne pas se...

2 pages - 1,80 ¤

Les concepts de la philosophie de Montesquieu

Modération : «L'esprit de modération doit être celui du législateur ; le bien politique, comme le bien moral, se trouve toujours entre deux limites», (E.L., XXIX, 1).   Elles constituent le mode de comportement propre, de manière significative, à chaque peuple dont elles contribuent à définir «l'esprit général».   Évidemment variables selon les lieux et les temps, elles sont l'index du relativisme...

6 pages - 1,80 ¤

Descartes, Le Traité de l'Homme, 1664, La Pléiade, p. 807. Commentaire

« Je suppose que le Corps n'est autre chose qu'une statue ou machine de terre, que Dieu forme tout exprès, pour la rendre la plus semblable à nous qu'il est possible : en sorte que, non seulement il lui donne au dehors la couleur et la figure de tous nos membres, mais aussi qu'il met au dedans toutes...

2 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 6145 6146 6147 6148 6149 6150 6151 6152 6153 6154 6155 6156 6157 6158 6159 6160 6161 6162 6163 6164 6165 6166 6167 6168 6169 6170 6171 6172 6173 6174 6175 6176 6177 6178 6179 6180 6181 6182 6183 6184 6185 6186 6187 6188 6189 6190 6191 6192 6193 6194 6195 6196 6197 6198 6199 6200 6201 6202 6203 6204 6205 6206 6207 6208 6209 6210 6211 6212 6213 6214 6215 6216 6217 6218 6219 6220 6221 6222 6223 6224 6225 6226 6227 6228 6229 6230 6231 6232 6233 6234 6235 6236 6237 6238 6239 6240 6241 6242 6243 6244 6245 6246 6247 6248 6249 6250 6251 6252 6253 6254 6255 6256 6257 6258 6259 6260 6261 6262 6263 6264 6265 6266 6267 6268 6269 6270 6271 6272 6273 6274 6275 6276 6277 6278 6279 6280 6281 6282 6283 6284 6285 6286 6287 6288 6289 6290 6291 6292 6293 6294 ... 16284 16285 16286 16287 16288 16289

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo