LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Marcel PROUST (1871-1922) La complexité de no ... Paul CLAUDEL (1868-1955) Ma conversion Je sui ... >>


Partager

André MALRAUX (1901-1976) L'exécution Katow n'oubliait pas qu'il avait déjà été condamné

Anthologie

Aperçu du corrigé : André MALRAUX (1901-1976) L'exécution Katow n'oubliait pas qu'il avait déjà été condamné



Publié le : 21/10/2016 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
André MALRAUX (1901-1976)
L'exécution
Katow n'oubliait pas qu'il avait déjà été condamné
x

Veuillez selectionner une image pour le sujet :
André MALRAUX (1901-1976) L'exécution Katow n'oubliait pas qu'il avait déjà été condamné



André MALRAUX (1901-1976)
L'exécution
Katow n'oubliait pas qu'il avait déjà été condamné à mort, qu'il avait vu les mitrailleuses braquées sur lui, les avait entendues tirer… « Dès que je serai dehors, je vais essayer d'en étrangler un, et de laisser mes mains assez serrées pour qu'ils soient obligés de me tuer. Ils me brûleront, mais mort. » À l'instant même, l'un des soldats le prit à bras-le-corps, tandis qu'un autre ramenait ses mains derrière son dos et les attachait. « Les petites auront de la veine, pensa-t-il, allons ! Supposons que je sois mort dans un incendie. » Il commença à marcher. Le silence retomba comme une trappe, malgré les gémissements. Comme naguère sur le mur blanc, le fanal projeta l'ombre maintenant très noire de Katow sur les grandes fenêtres nocturnes ; il marchait pesamment, d'une jambe sur l'autre, arrêté par ses blessures ; lorsque son balancement se rapprochait du fanal, la silhouette de sa tête se perdait au plafond. Toute l'obscurité de la salle était vivante, et le suivait du regard pas à pas. Le silence était devenu tel que le sol résonnait chaque fois qu'il le touchait lourdement du pied ; toutes les têtes, battant de haut en bas, suivaient le rythme de sa marche, avec amour, avec effroi, avec résignation, comme si, malgré les mouvements semblables, chacun se fût dévoilé en suivant ce départ cahotant. Tous restèrent la tête levée : la porte se refermait.
Un bruit de respirations profondes, le même que celui du sommeil, commença à monter du sol : respirant par le nez, les mâchoires collées par l'angoisse, immobiles maintenant, tous ceux qui n'étaient pas encore morts attendaient le sifflet.
La Condition humaine, Paris, 1946, sixième partie.


Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Corrigé : Corrigé de 278 mots (soit 1 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "André MALRAUX (1901-1976) L'exécution Katow n'oubliait pas qu'il avait déjà été condamné" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit