LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Fabrice Luchini : l'art de l'esquive 1996 : Un sommet euro-asiatique >>


Partager

Les dix saisons du Théâtre de la Colline

Beaux-arts

Aperçu du corrigé : Les dix saisons du Théâtre de la Colline



Publié le : 3/12/2018 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Les dix saisons du Théâtre de la Colline
Zoom

En novembre 1996, Alain Françon a succédé à Jorge Lavelli à la tête du Théâtre national de la Colline.

 

Construit de 1983 à 1987 sur l\'emplacement du Théâtre de l\'Est parisien (TEP), inauguré le 7 janvier 1988, ce théâtre était dirigé depuis son ouverture par Jorge Lavelli, qui en avait défini la politique et lui avait donné

 

une identité précise dans la géographie parisienne, décidant de le consacrer exclusivement au répertoire contemporain.

 

Ce choix radical engageait la Colline sur une voie étroite : celle d\'un théâtre qui ne serait ni musée ni laboratoire, et proposerait l\'aventure de la découverte au plus large public possible.



La création de la dernière pièce de théâtre de Copi, Une Visite inopportune, qui met en scène l\'agonie d\'un comédien atteint du sida dans une chambre d\'hôpital transformée en un théâtre délirant, et fait basculer la mort dans la fiction, ou l\'hommage rendu à Ionesco par Jean-Luc Boutté (les Chaises, avec Pierre Dux et Denise Gence) témoignent de la fidelité de Lavelli à une dramaturgie de l’inattendu, du rêve et de la dérision : les années suivantes, il retrouvera l\'ironie prophétique de Gombrowicz, avec Opérette, et le délire visionnaire de Ionesco, avec Macbett.

 

Mais les exigences de la programmation d\'un théâtre de création imposent peu à peu un répertoire différent, dans lequel le réel prend le pas sur le rêve, et l\'histoire sur le mythe : la dictature imaginaire du Macbett de Ionesco laisse la place à celles de Hitler (Mein Kampf [Farce] de Tabori) ou de Staline (Staline de Gaston Salvatore).




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1111 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Les dix saisons du Théâtre de la Colline" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit