LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Luca Ronconi : une «camera oscura» pour Peer ... Josef Nadj, chorégraphe ou illusionniste ? >>


Partager

Le Festival d'Avignon : théâtre en liberté

Beaux-arts

Aperçu du corrigé : Le Festival d'Avignon : théâtre en liberté



Publié le : 3/12/2018 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Le Festival d'Avignon : théâtre en liberté
Zoom

Lorsque au printemps 1947

 

Jean Vilar pénétra dans la cour d\'honneur du Palais des papes, il n \'imaginait sans doute pas que, cinquante étés plus tard, le Festival, devenu la plus grande manifestation théâtrale au monde, témoignerait de la force de son intuition.

 

C\'est l\'idée d\'un poète - René Char - qui avait conduit Vilar au pied du grand mur. C\'est cette idée qui a su perdurer.

 

Et, même si le Festival d\'aujourd\'hui n \'a qu \'une lointaine ressemblance avec la première « Semaine d\'art dramatique », nul n\'oublie les pionniers qui, au sortir de la guerre, surent donner à un large public le goût de la réflexion et du partage, le goût d\'un certain théâtre au cœur de la cité.

 

Fidèle, et pourtant jamais le même, le Festival s\'est transformé, tout en demeurant unique.



LES PREMIERS TRÉTEAUX

 

DE JEAN VILAR

 

En avril 1947, Christian Zcrvos, éditeur des Cahiers d’art, qui préparait, pour la grande chapelle du Palais des papes d\'Avignon, une exposition d\'art contemporain, proposa à Jean Vilar de donner une représentation de Meurtre dans la cathédrale, de T.S. Eliot. Ce spectacle que Vilar avait mis en scène en 1945, et dans lequel il interprétait le rôle de Thomas Becket, avait révélé le jeune Sétois. Mais il déclina cette offre, et imagina trois créations : Richard II, de Shakespeare, Tobie et Sara, de Claudel, la Terrasse de midi, de Maurice Clavel. Avec l’appui du docteur Pons, maire de la ville, et l\'aide du 7ebataillon du génie, le premier plateau fut installé dans la cour d\'honneur. Vingt-trois comédiens étaient au rendez-vous en septembre 1947. 




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1092 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Le Festival d'Avignon : théâtre en liberté" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit